Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221128329
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Endymion

Le cycle d'Hypérion - Tome 3

Guy ABADIA (Traducteur)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 19/01/2012

Endymion est la suite d'Hypérion (Prix Hugo 1991) et de La Chute d'Hypérion. Bien des énigmes demeuraient, qu'Endymion ranime.
La saga d'Hypérion, ainsi augmentée par Dan Simmons, est probablement la seule, dans toute l'histoire de la Science-Fiction, qui puisse rivaliser avec Dune.
Sur Hypérion, 274 ans après la rupture entre la civilisation...

Endymion est la suite d'Hypérion (Prix Hugo 1991) et de La Chute d'Hypérion. Bien des énigmes demeuraient, qu'Endymion ranime.
La saga d'Hypérion, ainsi augmentée par Dan Simmons, est probablement la seule, dans toute l'histoire de la Science-Fiction, qui puisse rivaliser avec Dune.
Sur Hypérion, 274 ans après la rupture entre la civilisation humaine et les Intelligences Artificielles, une petite fille, Énée, surgit du labyrinthe du Sphinx. Elle est porteuse d'une prophétie qui en fait un enjeu de pouvoir.
Fille de Keats, le cybride issu des Machines, et de l'humaine Brawne Lamia, elle serait, aux yeux de l'Église devenue toute-puissante, une créature des machines, et doit être neutralisée. Mais pour Martin Silenus, le très vieux poète des Cantos et l'un des héros d'Hypérion, Énée doit sauver l'humanité et retrouver la Vieille Terre.
Silenus charge donc Raul Endymion de l'enlever, au nez et à la barbe de la redoutable Garde Vaticane, vers une destination mystérieuse. Contre toute attente, il réussit. Sur l'ancien navire interstellaire du Consul, Énée, Endymion et l'androïde, A. Bettik, fuient le père capitaine de Soya lancé à leurs trousses.
Suivant le trajet de l'ancienne rivière Théthys qui, du temps des portes distrans, sillonnait l'hyperespace, ils traversent une série de mondes plus dangereux les uns que les autres.
Cette édition numérique comprend :
- une préface de Gérard Klein
- une préface aux Cantos d'Hypérion de Dan Simmons
- un extrait de La Chute d'Endymion, tome 4 du cycle
- le poème Endymion de John Keats
- la bibliographie complète des oeuvres de Dan Simmons
- un dossier sur la collection: Ailleurs & Demain, quarante ans de science-fiction.


Le cycle d'Hypérion:
1. Hypérion
2. La Chute d'Hypérion
3. Endymion
4. L'Éveil d'Endymion

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221128329
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PhilippeNordiste Posté le 16 Juillet 2021
    Les deux livres sont indissociables ("Endymion" et "L'éveil d'Endymion"), et sont pour moi un des grands chefs d'œuvre de la science-fiction mais aussi des romans d'amour. On rejoint ici des destins à la Roméo et Juliette, ou d'autres couples mythiques. Dan Simmons est souvent un génie littéraire (je n'adhère pas à tout ce qu'il a pu écrire), et ici il est au sommet de son art. Lu il y a bien des années en vacances au soleil, l'histoire d'Enée et d'Endymion reste ancrée en moi depuis, et n'en partira sans doute jamais. Du grand art.
  • chroniqueslivresques Posté le 5 Avril 2021
    "Endymion" est le troisième tome de la saga des "Cantos d'Hypérion", et celui-ci se déroule 272 ans après les événements qui ont clôturé le précédent tome : "La Chute d'Hypérion". Cet opus a beau être celui qui a le moins bien marché avec moi, on y retrouve quand même les éléments qui font que j'adore cette saga : le coup de cœur est donc toujours aussi présent (mais un tout petit peu plus mesuré). Encore une fois je vous invite à aller voir mes précédentes chroniques (non spoilantes) sur cette série, afin d'avoir mon avis sur celle-ci au fil du temps. Commençons donc par le petit point noir de ma lecture : j'ai eu énormément de mal à rentrer dans "Endymion". Peut-être est-ce dû à la période, au fait que je lise d'autres romans en même temps, où au fait que j'ai eu une petite indigestion à force d'enchaîner les tomes de cette saga, je ne sais pas. Toujours est-il que j'ai lu les 50 premières pages d'une traite, puis j'ai galéré pendant 5 semaines, où j'ai simplement lu les 130 pages suivantes. Honnêtement, j'ai trouvé ce début un peu plus mou que les tomes précédents : les événements qui... "Endymion" est le troisième tome de la saga des "Cantos d'Hypérion", et celui-ci se déroule 272 ans après les événements qui ont clôturé le précédent tome : "La Chute d'Hypérion". Cet opus a beau être celui qui a le moins bien marché avec moi, on y retrouve quand même les éléments qui font que j'adore cette saga : le coup de cœur est donc toujours aussi présent (mais un tout petit peu plus mesuré). Encore une fois je vous invite à aller voir mes précédentes chroniques (non spoilantes) sur cette série, afin d'avoir mon avis sur celle-ci au fil du temps. Commençons donc par le petit point noir de ma lecture : j'ai eu énormément de mal à rentrer dans "Endymion". Peut-être est-ce dû à la période, au fait que je lise d'autres romans en même temps, où au fait que j'ai eu une petite indigestion à force d'enchaîner les tomes de cette saga, je ne sais pas. Toujours est-il que j'ai lu les 50 premières pages d'une traite, puis j'ai galéré pendant 5 semaines, où j'ai simplement lu les 130 pages suivantes. Honnêtement, j'ai trouvé ce début un peu plus mou que les tomes précédents : les événements qui s'y déroulent sont un peu redondants, et j'ai tout simplement trouvé que l'intrigue avait du mal à se mettre en route. Bien qu'on rencontre de nouveaux personnages, et que l'ellipse de plusieurs centaines d'années ait amené des changements (que l'auteur nous décrit toujours aussi bien), je n'arrivais qu'à lire quelques pages par semaine. Et page 180, c'était bon. À l'arrivée du portail distrans (pour ceux qui l'ont lu), le récit a pris son allure de croisière, et j'ai dévoré les 380 pages restantes en à peine une semaine. Dans cette deuxième partie, j'ai vraiment retrouvé tout ce qui m'avait fait avoir des coups de cœur dans les tomes précédents (même si, au final, à part le rythme, les autres éléments sont aussi présents dès le début du récit) : - le rythme, donc, qui m'avait manqué dans la première partie, revient en force dans la deuxième. Toujours ce mélange d'actions, de descriptions, de réflexions et de révélations qui font que l'on enchaîne les chapitres sans voir le temps passer. - l'action, qui n'est pas forcément au centre du roman, mais qui sait apparaître au bon moment, et à bon escient (la fin....#x1f929;#x1f929;) - les descriptions : c'est clairement le point le plus incroyable de ce livre. Dû à l'ellipse, des changements se sont opérés sur tous les mondes que l'on retrouve dans ce tome, et l'auteur, comme dans toute la saga, met un point d'honneur à nous les décrire très précisément, avec beaucoup de détails. J'ai adoré (re)découvrir Sol Draconi Septem, Pacem, le Bosquet de Dieu et tant d'autres. C'était passionnant. - les réflexions, et donc les personnages. On s'attache très vite aux nouveaux personnages que l'on rencontre dans cette histoire, et j'ai adoré suivre Raul Endymion, Énée et A. Bettik, leurs aventures, et leurs discussions qui amène des sujets et des débats très intéressants et constructifs. Je l'ai déjà dit, mais je trouve ce cycle de sf profondément humaniste, et "Endymion" n'y fait pas exception. J'ai été profondement ému par certains passages du roman (que j'ai annoté, ce qui m'arrive très rarement). La religion, LE sujet qui est au centre du roman, est admirablement bien traité. - Enfin, les révélations sont tout aussi bien amené que dans les précédentes parties, au détour d'une discussion ou dans un combat, et on ne s'y attend jamais. La fin, contrairement au premier tome, ne se tient pas toute seule et on a besoin d'enchaîner sur "L'éveil d'Endymion" pour avoir la suite de l'intrigue, et les réponses qui y sont liées. Malgré ce début un peu lent, j'ai tout de même eu un coup de cœur pour "Endymion". L'écriture et la richesse du récit sont toujours présent dans ce tome, et c'est pour ça que je continue à autant aduler cette saga, et que je vous la recommande impérativement. Rarement j'ai eu une telle expérience de lecture sur une série aussi longue, et pour cela, j'ai juste envie de dire : merci Dan Simmons.
    Lire la suite
    En lire moins
  • dagoba04 Posté le 27 Janvier 2021
    Quand j'ai attaqué le tome 2 des Cantos d'Hyperion je ne pensais pas que Dan Simmons arriverait a renouveler l'exploit du premier tome d'Hyperion. Et je me suis trompé car Simmons nous a offert dans La Chute d'Hyperion un space-opera culte, une ode a la philosophie, a la poésie, a la littérature. En demarrant ce troisième opus j'ai eu la même réflexion en me disant que ça allait forcément etre moins bien... Et bis repetita placent : Ce troisième volet est une bombe, un petit bonbon de science-fiction, une petite merveille dans laquelle on se plonge chaque soir avec envie et bonheur. Endymion est en plus beaucoup plus facile a lire que ses deux premiers volets. Avec la lecture des deux premiers épisodes vous vous etes familiarisés avec l'univers parfois tres lourd de cette œuvre. Dans ce troisième livre les portails distrans, les sauts quantiques, les puits gravifiques et les zones de confinement n'ont plus aucun secret pour vous ( surtout les zones de confinement pas vrai ?), la lecture en sera donc plus fluide et allégée. Il y a aussi beaucoup moins de personnages. Dan Simmons nous entraîne dans une course poursuite inter-galactique entre Enée, Raul et l'androide d'un côté, et le capitaine De Soya qui pourchasse... Quand j'ai attaqué le tome 2 des Cantos d'Hyperion je ne pensais pas que Dan Simmons arriverait a renouveler l'exploit du premier tome d'Hyperion. Et je me suis trompé car Simmons nous a offert dans La Chute d'Hyperion un space-opera culte, une ode a la philosophie, a la poésie, a la littérature. En demarrant ce troisième opus j'ai eu la même réflexion en me disant que ça allait forcément etre moins bien... Et bis repetita placent : Ce troisième volet est une bombe, un petit bonbon de science-fiction, une petite merveille dans laquelle on se plonge chaque soir avec envie et bonheur. Endymion est en plus beaucoup plus facile a lire que ses deux premiers volets. Avec la lecture des deux premiers épisodes vous vous etes familiarisés avec l'univers parfois tres lourd de cette œuvre. Dans ce troisième livre les portails distrans, les sauts quantiques, les puits gravifiques et les zones de confinement n'ont plus aucun secret pour vous ( surtout les zones de confinement pas vrai ?), la lecture en sera donc plus fluide et allégée. Il y a aussi beaucoup moins de personnages. Dan Simmons nous entraîne dans une course poursuite inter-galactique entre Enée, Raul et l'androide d'un côté, et le capitaine De Soya qui pourchasse nos personnages principaux avec ses hommes de main. Quelques personnages secondaires mais une grande partie du livre concerne ces deux clans opposés. Dan Simmons nous convie donc a une croisière loin d'etre de tout repos sur le fleuve Tethys entre deux portails distrans. Et la c'est le pied !!! Vous irez sur une planète de glaces, sur une mer infinie, sur les planètes Hebron et Qom-riyad sur Sol Draconi Septem, sur Pacem, sur le Bosquet des Dieux, sur le Vecteur Renaissance et j'en oublie certainement. Tout ca pour une dizaine d'euros, qui dit mieux ? Il est vrai que ce troisième opus est selon moi un peu moins riche que les deux précédents. Moins d'envolees lyriques, moins de mythologie, moins de poésie. Le récit est plus dynamique et construit sur un rythme plus classique. Mais attention: C est du Simmons et tout est parfait, du moindre petit detail jusqu'à la psychologie et la profondeur des personnages principaux qui sont magnifiques et magistralement écrits.. Une mention spéciale également pour le final qui est d'une rare beauté. L'essai est a nouveau confirmé et ce troisième volet des Cantos valide a nouveau que cette œuvre est une des plus grandes fresques de SF qui soit. Le livre valide également l'immense talent de conteur de Simmons mais bon.. Je le savais depuis longtemps. J'ai deja hâte de démarrer l'ultime chapitre tellement cette histoire est extraordinaire. Je vous donne par conséquent rendez vous tres bientôt pour la critique de L'éveil d'Endymion.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tachan Posté le 28 Novembre 2020
    Alors qu'on aurait pu croire la saga terminée à la fin de la Chute d'Hypérion, Dan Simmons s'offre et nous offre le plaisir de replonger dans son univers avec une suite se déroulant des centaines d'années plus tard : Endymion. Endymion raconte l’histoire de Raul Endymion, engagé par Martin Silenus pour retrouver Enée : la messie, fille de Brawn Lamia et du cybride (IA dans un corps humain) de John Keats. Il devra la défendre contre les catholiques et les IA, devenus tout-puissants... J'ai de suite été ravie de replonger dans cet univers si complexe. J'ai trouvé l'idée de l'auteur de nous faire découvrir l'évolution de ce monde très intéressante, ça permettait de voir les conséquences des actes qui avaient eu lieu dans la première saga. Il propose ainsi un récit sombre, où comme dans un certain Star Wars, les idéaux d'autrefois n'ont pas pris la forme attendue et se sont révélés assez décevant dans leur mise en place pour accoucher de l'inverse de ce qu'ils auraient souhaité. Au cours de ce nouveau premier tome, Endymion formant un second diptyque dans la saga des Cantos d'Hypérion, l'auteur nous dévoile donc l'évolution du Rex, devenu la Pax et de cette opposition entre Eglise et... Alors qu'on aurait pu croire la saga terminée à la fin de la Chute d'Hypérion, Dan Simmons s'offre et nous offre le plaisir de replonger dans son univers avec une suite se déroulant des centaines d'années plus tard : Endymion. Endymion raconte l’histoire de Raul Endymion, engagé par Martin Silenus pour retrouver Enée : la messie, fille de Brawn Lamia et du cybride (IA dans un corps humain) de John Keats. Il devra la défendre contre les catholiques et les IA, devenus tout-puissants... J'ai de suite été ravie de replonger dans cet univers si complexe. J'ai trouvé l'idée de l'auteur de nous faire découvrir l'évolution de ce monde très intéressante, ça permettait de voir les conséquences des actes qui avaient eu lieu dans la première saga. Il propose ainsi un récit sombre, où comme dans un certain Star Wars, les idéaux d'autrefois n'ont pas pris la forme attendue et se sont révélés assez décevant dans leur mise en place pour accoucher de l'inverse de ce qu'ils auraient souhaité. Au cours de ce nouveau premier tome, Endymion formant un second diptyque dans la saga des Cantos d'Hypérion, l'auteur nous dévoile donc l'évolution du Rex, devenu la Pax et de cette opposition entre Eglise et Science, représentée par le TechnoCentre et ses IA. C'est passionnant et fascinant. Dan Simmons a une imagination folle et il expose des idées toutes plus folles les unes que les autres, faisant fonctionner son imagination à fond et la nôtre aussi. Pour mettre tout cela en scène sans que cela soit trop aride, il invente un bel enrobage, qui tout en étant différent du précédent (le Pèlerinage des 7) en est la suite directe. Il s'agit de suivre la quête d'Endymion, protecteur d'Enée, fille d'une des pèlerins, et qui incarne un futur Messie rédempteur et redresseur de torts. Cette quête est la base même de toute l'histoire, c'est autour d'elle que seront enchâssés tous les éléments que l'auteur souhaite développer pour montrer l'évolution scientifique, politique et spirituelles de ce riche univers. Cette quête démarre sur les chapeaux de roue avec la découverte d'un nouveau héros classique mais très charismatique, qui nous est présenté grâce à une narration d'emblée marquante. On retrouve les éléments phare de la précédente saga avec les tombeaux d'Hypérion et leurs mystères, le Gritch et quelques autres figures connues. C'est une première partie qui permet de bien replonger dans l'univers si ça fait un moment qu'on a lu les précédents. Puis, la nouvelle Messie et son protecteur sont pris en chasse par les nouveaux hommes forts de la Galaxie et s'ensuit alors une course-poursuite qui dure sur l'ensemble du tome et réserve bien des surprises. D'un point de vue personnel, si j'ai aimé ce que cette course-poursuite offre comme variété au niveau des mondes et entités rencontrés, j'ai également ressenti un vrai coup de mou vers le milieu qui m'a freinée dans ma lecture. C'était passionnant de voir le trio Messie, Protecteur, IA reproduire le voyage de Dorothy dans le Magicien d'Oz à travers toutes sortes de planètes très différentes qu'ils visitent de manière un peu mystique grâce aux pouvoirs encore non compris et maîtrisés d'Enée, le tout en suivant un certain fleuve dont on avait entendu parlé dans le premier diptyque. Mais pendant quelques temps, j'ai eu l'impression d'un enchaînement de mondes surprenants qui n'étaient là que pour que l'auteur se fasse plaisir et sans en voir l'intérêt pour l'intrigue à proprement parler. Car ce qui est demandé à Endymion est colossal et qu'on final très peu de choses aboutissent dans ce premier tome... Mais c'était oublier le génie qu'est Dan Simmons. Ainsi dans la dernière partie, il fait intervenir un nouveau personnage, Némès, qui bouleverse tout et redonne un gros coup de fouet à l'intrigue, la faisant avancer à grand pas, ajoutant de la tension et du mystère avec tout plein d'interrogation sur son rôle, son origine, son but. C'est vraiment passionnant et extrêmement bien mis en scène. On retrouve alors le talent de conteur de l'auteur dans les dernières pages avec ce rythme bien plus soutenu que précédemment et on referme le tome avec une certaine frustration. Endymion propose donc de reprendre l'univers d'Hypérion de manière à la fois familière et bien différente. C'est à nouveau une quête insensée qui s'offre à nous où on se demande comment les héros font réussir à achever tout ça. Le mélange space opera et planet opera est vraiment prenant et l'auteur équilibre bien les deux dimensions dans un univers à nouveau très complexe où politique, religion et sciences s'entremêlent, s'attirent et se rejettent. Les nouvelles données insufflées au fil des pages fascinent, tout comme l'imagination dont fait preuve l'auteur dans ses décors. J'ai très hâte de découvrir la conclusion de tout ça !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maeglin Posté le 13 Mars 2020
    Cette fois encore, Dan Simmons m'a bluffé. La richesse de son univers est un vrai bonheur, de même que ses descriptions poussées, travaillées, et ses personnages recherchés. Avec Raul Endymion, le protagoniste, on est quand même loin du héros mythique sans défauts à qui tout réussi. Sans pour autant tomber dans l’extrême opposé. Raul est un mec normal, en somme, et c’est ça qui est excellent. Le début de ce tome m’a fait un peu bizarre parce que j'étais tellement pressé de continuer ce cycle que je n'ai pas pris le temps de me rappeler la quatrième de couverture. J'ai donc été un peu surpris de voir qu'il se passait près de deux siècles après le deuxième. Le choc et le regret des personnages précédents passés, je suis reparti dans l'histoire qui est, à n'en pas douter, la digne suite de La Chute d'Hypérion. C'est un peu différent dans le sens où on se concentre davantage sur Raul Endymion et ses aventures, et par la forme aussi : Raul nous conte son histoire et on fait de temps en temps des incursions dans son présent et son état d’esprit. On s'intéresse aussi beaucoup à la Pax qui a remplacé l’Hégémonie et au... Cette fois encore, Dan Simmons m'a bluffé. La richesse de son univers est un vrai bonheur, de même que ses descriptions poussées, travaillées, et ses personnages recherchés. Avec Raul Endymion, le protagoniste, on est quand même loin du héros mythique sans défauts à qui tout réussi. Sans pour autant tomber dans l’extrême opposé. Raul est un mec normal, en somme, et c’est ça qui est excellent. Le début de ce tome m’a fait un peu bizarre parce que j'étais tellement pressé de continuer ce cycle que je n'ai pas pris le temps de me rappeler la quatrième de couverture. J'ai donc été un peu surpris de voir qu'il se passait près de deux siècles après le deuxième. Le choc et le regret des personnages précédents passés, je suis reparti dans l'histoire qui est, à n'en pas douter, la digne suite de La Chute d'Hypérion. C'est un peu différent dans le sens où on se concentre davantage sur Raul Endymion et ses aventures, et par la forme aussi : Raul nous conte son histoire et on fait de temps en temps des incursions dans son présent et son état d’esprit. On s'intéresse aussi beaucoup à la Pax qui a remplacé l’Hégémonie et au père capitaine de Soya, et honnêtement, c'est toujours aussi passionnant. Mon seul regret a été la certitude qu'il ne me restait plus qu'un seul tome à dévorer... J'aime tellement ce cycle...
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.