Lisez! icon: Search engine
Le cri
Pierre MAKYO (scénario de)
Collection : BD Polar
Date de parution : 07/09/2023
Éditeurs :
Philéas

Le cri

,

Pierre MAKYO (scénario de)
Collection : BD Polar
Date de parution : 07/09/2023
L'inspectrice Sarah Geringën enquête sur la mort suspecte d'un patient d'un hôpital psychiatrique. La victime a gravé sur le front le chiffre 488 et les conclusions des légistes sont sans appel : l'homme est mort de peur ! 
Inspiré par des découvertes scientifiques et des faits réels, Le Cri est un thriller sur la folie des hommes et le danger d'une science dévoyée, transformée en arme fatale.
Il s'agit du premier livre adapté de la trilogie de Nicolas Beuglet dont Sarah Geringën est l’héroïne : Le cri (2016), Complot (2018), L’Ile du Diable (2019)
 
Qui est Sarah Geringën ?
Sarah...
Il s'agit du premier livre adapté de la trilogie de Nicolas Beuglet dont Sarah Geringën est l’héroïne : Le cri (2016), Complot (2018), L’Ile du Diable (2019)
 
Qui est Sarah Geringën ?
Sarah Geringën est une ancienne membre des forces spéciales, désormais inspectrice norvégienne d'Oslo. Bientôt la quarantaine, rousse, athlétique, et réputée pour son...
Il s'agit du premier livre adapté de la trilogie de Nicolas Beuglet dont Sarah Geringën est l’héroïne : Le cri (2016), Complot (2018), L’Ile du Diable (2019)
 
Qui est Sarah Geringën ?
Sarah Geringën est une ancienne membre des forces spéciales, désormais inspectrice norvégienne d'Oslo. Bientôt la quarantaine, rousse, athlétique, et réputée pour son intimidante froideur dans le cadre professionnel, c'est une femme qui ne serre jamais la main pour ne pas créer de liens avec ceux qu'elle interroge.
 
Inspiré par des découvertes scientifiques et des événements réels, Le Cri renvoie à nos peurs les plus intérieures. Un thriller sur la folie des hommes et le danger d'une science dévoyée, transformée en arme fatale. 

Ce récit tient formidablement en haleine le lecteur, qui l’interpelle aussi sur de grands sujets existentiels : l’origine et l’avenir de l’humanité, la science, la folie des hommes qui jouent aux apprentis sorciers…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782491467326
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 152
Format : 215 x 280 mm
EAN : 9782491467326
Façonnage normé : CARTONNE
Nombre de pages : 152
Format : 215 x 280 mm

Ils en parlent

« Le graphisme est hypnotisant. »
Zoo le mag

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jeanphimobula 24/05/2024
    Il n’est pas évident de se lancer dans une telle chronique, « le cri » de Nicolas Beuglet ayant déjà fait couler de l’encre parmi les babeliautes! Mais il s’agit cette fois de l’adaptation graphique du roman, paru aux éditions Phileas BD, et c’est une première pour moi. Dès les premières pages, on se trouve embarqué aux côtés de Sarah Geringen, inspectrice de police, qui découvre à l’hôpital psychiatrique de Gaustad aux alentours d’Oslo, le cadavre d’un patient apparemment mort d’un arrêt cardiaque. Le visage du mort est marqué au front d’une cicatrice d’un mystérieux chiffre 488, sa bouche est grande ouverte et l’expression est figée et affiche tous les signaux d’une extrême terreur. Les illustrations sont très parlantes … Si l’on peut dire, puisqu’il s’agit d’un mort ;) Alors que l’inspectrice découvre que le patient 488 a été déplacé post mortem, le Directeur de l’hôpital échappe à la garde du policier qui le surveillait dans son bureau en attendant qu’il soit interrogé et parvient à mettre le feu dans une pièce du sous-sol. Que cherche-t-il a détruire par ce geste? Une fois sauvé par l’inspectrice et hospitalisé, elle se rend à son chevet pour l’interroger. Les révélations qu’il lui fait vont entraîner l’inspectrice dans une quête effrénée pour comprendre ce qui se cache derrière la mort de ce patient. Ses recherches la conduisent en France où avec Christopher Clarence, reporter journaliste et père de substitution de Simon, son neveu orphelin, elle va poursuivre son enquête. À vous de découvrir cette superbe adaptation graphique, car en dévoiler plus serait trahir les auteurs. Je vous conseille juste pour l’apprécier encore plus de passer par la case « lecture du roman » au préalable .Il n’est pas évident de se lancer dans une telle chronique, « le cri » de Nicolas Beuglet ayant déjà fait couler de l’encre parmi les babeliautes! Mais il s’agit cette fois de l’adaptation graphique du roman, paru aux éditions Phileas BD, et c’est une première pour moi. Dès les premières pages, on se trouve embarqué aux côtés de Sarah Geringen, inspectrice de police, qui découvre à l’hôpital psychiatrique de Gaustad aux alentours d’Oslo, le cadavre d’un patient apparemment mort d’un arrêt cardiaque. Le visage du mort est marqué au front d’une cicatrice d’un mystérieux chiffre 488, sa bouche est grande ouverte et l’expression est figée et affiche tous les signaux d’une extrême terreur. Les illustrations sont très parlantes … Si l’on peut dire, puisqu’il s’agit d’un mort ;) Alors que l’inspectrice découvre que le patient 488 a été déplacé post mortem, le Directeur de l’hôpital échappe à la garde du policier qui le surveillait dans son bureau en attendant qu’il soit interrogé et parvient à mettre le feu dans une pièce du sous-sol. Que cherche-t-il a détruire par ce geste? Une fois sauvé par l’inspectrice et hospitalisé, elle se rend à son chevet pour l’interroger. Les révélations qu’il lui fait vont...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Erik_ 04/02/2024
    Il y a des cris qui sont parfois insupportables. En l'occurence, il s'agit du hurlement d'un patient malade dans un hôpital psychiatrique. Il faut dire que le patient qui est mort de terreur était un cobaye pour d'étranges expériences survenus bien des années plus tôt. Une inspectrice de police norvégienne va mener l'enquête dans ce milieu un peu sordide. Elle va faire la rencontre d'un journaliste veuf pour démêler les ficelles de cette ténébreuse affaire où les meurtres commencent sérieusement à s'accumuler pour faire taire la vérité. Je n'aime généralement pas quand cela devient alambiqué mais en l'espèce, j'ai vraiment été emporté par le tourbillon de cette affaire aux multiples ressorts car c'est assez bien construit dans le scénario. On est dans le genre du polar scandinave qui ne nous est pas inconnu depuis le succès de Millénium. Ils sont quand même passés expert en la matière. C'est sans doute une étrange coïncidence mais le Cri est également une œuvre expressionniste de l'artiste norvégien Edvard Munch. Cela symbolise l'homme moderne emporté par une crise d'angoisse existentielle. La comparaison s'arrêtera là. Bref, les amateurs du genre vont beaucoup aimés. Certes, cela demeure assez classique dans le concept mais c'est quand même suffisamment bien construit pour nous tenir en haleine jusqu'au bout. C'est ce qui compte, non ?Il y a des cris qui sont parfois insupportables. En l'occurence, il s'agit du hurlement d'un patient malade dans un hôpital psychiatrique. Il faut dire que le patient qui est mort de terreur était un cobaye pour d'étranges expériences survenus bien des années plus tôt. Une inspectrice de police norvégienne va mener l'enquête dans ce milieu un peu sordide. Elle va faire la rencontre d'un journaliste veuf pour démêler les ficelles de cette ténébreuse affaire où les meurtres commencent sérieusement à s'accumuler pour faire taire la vérité. Je n'aime généralement pas quand cela devient alambiqué mais en l'espèce, j'ai vraiment été emporté par le tourbillon de cette affaire aux multiples ressorts car c'est assez bien construit dans le scénario. On est dans le genre du polar scandinave qui ne nous est pas inconnu depuis le succès de Millénium. Ils sont quand même passés expert en la matière. C'est sans doute une étrange coïncidence mais le Cri est également une œuvre expressionniste de l'artiste norvégien Edvard Munch. Cela symbolise l'homme moderne emporté par une crise d'angoisse existentielle. La comparaison s'arrêtera là. Bref, les amateurs du genre vont beaucoup aimés. Certes, cela demeure assez classique dans le concept mais c'est quand même suffisamment bien construit...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Joe391211 21/01/2024
    Excellente bande dessinée que j'avais envie de découvrir. Personnellement je n'ai pas lu le roman. Ce qui m'a permis d'être encore plus immergée dans le graphique car je ne connaissais pas la fin. C'est une histoire intrigante dès le début et qui a un vrai suspense. J'ai aimé suivre les deux protagonistes principaux dans cette enquête incroyable. C'est pour moi un bon thriller. L'adaptation graphique m'a plu parce que les illustrations permettent de bien rentrer dans l'histoire. C'est réussi. En peu de pages, on a un excellent livre avec pas mal de tensions. Cela tient le lecteur en haleine. Je recommande. Merci les éditions Philéas et Babelio pour cette lecture.
  • Sallyrose 14/01/2024
    Adaptée d’un roman qui a connu un certain succès, cette bande-dessinée est tout d’abord un bel objet. Couverture, papier, tout est de bonne qualité, c’est solide, je n’ai pas eu peur de l’abîmer. Pourquoi cette remarque en préambule ? Sans doute parce que la plus grande partie de mon expérience en matière de BD s’est faite avec celles de mon père qui avaient déjà plusieurs dizaines d’années et quelques autres de poussière. Cela explique l’amateurisme de la chronique qui va suivre car je n’ai pas de connaissances très approfondies de ce type de support. Il s’agit donc d’un thriller dont le point de départ est une mort suspecte dans un hôpital psychiatrique, en Norvège. La tonalité des couleurs est sombre à souhait et immerge le lecteur dans l’ambiance complotiste dès la couverture qui est particulièrement réussie. Je n’entrerai pas dans le détail des techniques de dessin. Sachez que c’est légèrement flouté. Cela s’harmonise très bien avec le sujet mais les scènes de bagarre dans la nuit ont davantage relevées de mon imagination que d’une quelconque précision graphique. À vrai dire, cela ne m’a pas gênée. J’avais lu le roman à sa parution et je m’en souvenais un peu. J’ai été frustrée car le scenario est très minimaliste comparé à celui du roman. J’ai eu un sentiment de superficialité. Cependant, j’ai passé un bon moment et je salue le travail d’adaptation qui doit s’apparenter à une aventure colossale mais grisante. Adaptée d’un roman qui a connu un certain succès, cette bande-dessinée est tout d’abord un bel objet. Couverture, papier, tout est de bonne qualité, c’est solide, je n’ai pas eu peur de l’abîmer. Pourquoi cette remarque en préambule ? Sans doute parce que la plus grande partie de mon expérience en matière de BD s’est faite avec celles de mon père qui avaient déjà plusieurs dizaines d’années et quelques autres de poussière. Cela explique l’amateurisme de la chronique qui va suivre car je n’ai pas de connaissances très approfondies de ce type de support. Il s’agit donc d’un thriller dont le point de départ est une mort suspecte dans un hôpital psychiatrique, en Norvège. La tonalité des couleurs est sombre à souhait et immerge le lecteur dans l’ambiance complotiste dès la couverture qui est particulièrement réussie. Je n’entrerai pas dans le détail des techniques de dessin. Sachez que c’est légèrement flouté. Cela s’harmonise très bien avec le sujet mais les scènes de bagarre dans la nuit ont davantage relevées de mon imagination que d’une quelconque précision graphique. À vrai dire, cela ne m’a pas gênée. J’avais lu le roman à sa parution et je m’en souvenais un peu. J’ai été frustrée car le scenario...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Samselivre 09/01/2024
    J'ai lu le roman avant donc forcément je connaissais l'histoire. Mais ça ne m'a pas empêché de la découvrir une deuxième avec cette BD. Déjà pour commencer je trouve les planches incroyables, le talent du dessinateur est impressionnant. Même en regardant juste les images on est plongé dans l'histoire. Je trouve qu'ils représentent bien le côté spécial de l'histoire. C'est sûr que comparé au roman c'est un peu plus condensé mais les infos importantes de l'histoire sont là donc il n'y a pas de soucis de compréhension dans l'histoire !
Inscrivez-vous à la Newsletter Philéas, des amoureux de BD
Pour être informés en exclusivité de nos nouveautés, interviews exclusives et concours de folie !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Quelques idées pour voir la vie en bulles

    Romance, biographie, enquête, tranche de vie, classiques... Tous vos univers préférés se déclinent en version dessinée. Que vous soyez un adepte des BD ou que vous ayez envie de vous initier, voici quelques idées de lecture.

    Lire l'article
  • Focus
    Pocket

    L'Archipel des oubliés : le dernier thriller de Nicolas Beuglet arrive chez Pocket !

    Amateurs de polars, de romans noirs et de thriller, tremblez ! Après Le Dernier message et Le Passager sans visage, L’Archipel des oubliés, le dernier livre de la trilogie addictive de Nicolas Beuglet arrive chez Pocket ! Pas de faux suspense : vous ne pourrez pas respirer avant la dernière ligne de ce page-turner !

    En manque de tension et de frisson en cette rentrée ? Profitez-en pour relire la première trilogie de l’auteur des best-sellers Le Cri, Complot, et L’Île du diable. 

    Lire l'article