Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707167620
Code sériel : 341
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 568
Format : 125 x 190 mm

Le devisement du monde 

Le livre des merveilles

Louis HAMBIS (Traducteur), Paul PELLIOT (Anthologie), Arthur Christopher MOULE (Anthologie), Stéphane YERASIMOS (Introduction)
Date de parution : 03/03/2011

« Une description de la Chine qui compte parmi les plus brillants chefs-d'oeuvre de la littérature. Pour Marco Polo, la découverte de l'empire du Milieu fut un choc culturel ; pour nous c'est une merveille. » Lire

À la fin du XIIIe siècle, l'Europe chrétienne se prépare à la grande plongée qui, de la perte de la Terre sainte et de la Peste noire au grand Schisme, la conduira vers la Renaissance. Le monde islamique subit l'attaque mongole. Le Califat, Byzance et le Saint-Empire germanique vont sombrer....

À la fin du XIIIe siècle, l'Europe chrétienne se prépare à la grande plongée qui, de la perte de la Terre sainte et de la Peste noire au grand Schisme, la conduira vers la Renaissance. Le monde islamique subit l'attaque mongole. Le Califat, Byzance et le Saint-Empire germanique vont sombrer. C'est à cette époque charnière que trois marchands vénitiens, Nicolo, Mafeo et Marco Polo sillonnent le monde. De 1250 à 1270, les deux aînés visitent Constantinople, la Russie et poussent à travers l'Asie centrale vers la Chine. À partir de 1271, Marco Polo se joint à eux. Ils traversent les hauts plateaux d'Anatolie, l'Iran, le Haut Afghanistan, le Pamir et le Turkestan chinois pour arriver à Pekin. Seize ans de séjour en Chine permettent à Marco Polo de parcourir une partie importante du pays. Le retour les conduira vers d'autres contrées : l'Indochine, Ceylan, les côtes indiennes. Et même des régions jusqu'alors non visitées comme les côtes de l'Arabie, l'Éthiopie et le littoral africain jusqu'à Zanzibar seront fidèlement décrites à travers les témoignages recueillis.
Le livre de Marco Polo se présente non seulement comme une géographie complète de son temps mais comme un témoignage unique qui étale aux yeux de l'Europe en crise les incomparables richesses et le degré de civilisation de l'Asie. Marco Polo clôt l'ère des géographes du légendaire pour ouvrir celle des précurseurs des explorateurs et des colonisateurs des temps modernes.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707167620
Code sériel : 341
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 568
Format : 125 x 190 mm
La Découverte

Ils en parlent

« Une description de la Chine qui compte parmi les plus brillants chefs-d'oeuvre de la littérature. Pour Marco Polo, la découverte de l'empire du Milieu fut un choc culturel ; pour nous c'est une merveille. »
LIRE

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nodib29 Posté le 15 Octobre 2017
    Difficile de s’y retrouver dans toutes les versions du livre de Marco Polo « Le devisement du monde », soit en français moderne « La description du monde », il est aussi parfois appelé « Le livre des merveilles ». Cette édition semble la plus complète : c’est le texte intégral établi par Arthur Christopher Moule et Paul Pelliot publié en anglais en 1938 et traduit en français par Louis Hambis en 1955. Le traducteur a gardé un style « vieux français » ce qui donne: « Or vous veux compter la grandissime rente que le Grand Can obtient de cette cité de Quinsai et des terres qui sont sous sa seigneurie. Or vous compterai premièrement le sel, parce qu’il rapporte le plus » (chap. CLIV). Je trouve que cela a plus de charme que la version de Pierre-Yves Badel parue dans la collection Le Livre de Poche « Nous vous parlerons donc du grand revenu que le Grand Khan tire chaque année de cette cité de Hangzhou et de ses dépendances. Je vous parlerai d’abord du sel parce que le rapport en est considérable. » (Quinsai est l’ancien nom d’Hangzhou). Ce sont toujours les même formules qui... Difficile de s’y retrouver dans toutes les versions du livre de Marco Polo « Le devisement du monde », soit en français moderne « La description du monde », il est aussi parfois appelé « Le livre des merveilles ». Cette édition semble la plus complète : c’est le texte intégral établi par Arthur Christopher Moule et Paul Pelliot publié en anglais en 1938 et traduit en français par Louis Hambis en 1955. Le traducteur a gardé un style « vieux français » ce qui donne: « Or vous veux compter la grandissime rente que le Grand Can obtient de cette cité de Quinsai et des terres qui sont sous sa seigneurie. Or vous compterai premièrement le sel, parce qu’il rapporte le plus » (chap. CLIV). Je trouve que cela a plus de charme que la version de Pierre-Yves Badel parue dans la collection Le Livre de Poche « Nous vous parlerons donc du grand revenu que le Grand Khan tire chaque année de cette cité de Hangzhou et de ses dépendances. Je vous parlerai d’abord du sel parce que le rapport en est considérable. » (Quinsai est l’ancien nom d’Hangzhou). Ce sont toujours les même formules qui reviennent et on s’y habitue vite. Il ne faut pas s’attendre à un vrai récit de voyage, c’est plutôt un « Guide du routard » à l’usage d’éventuels marchands occidentaux tentés pas l’aventure. La préface de Stéphane Yerasimos est très intéressante et replace bien le livre dans son contexte historique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tatooa Posté le 27 Novembre 2015
    Si le style est un peu répétitif et pas littéraire pour deux sous (mais heureusement qu'il a été modernisé), la richesse de ce voyage aux côtés de Marco Polo tient à son sens de l'observation, du rapport. Marco Polo n'est pas un érudit, c'est un marchand. Il a un sens aigu de la valeur des choses, des richesses des villes et des marchands et rois des pays traversés On a ici, en fait, un grand reportage sur l'empire de Koubilaï Khan, qui a été LE khan de la "paix mongole". Marco Polo était proche de lui et il était très admiratif de sa façon de gérer son empire immense. Lire les descriptions de la tolérance et des actes posés par ce despote éclairé en un temps où l'obscurantisme et les guerres de religions étaient reines en Occident est tout simplement sidérant et fascinant. A se demander si tout est vrai ou si Marco Polo était aveuglé par son admiration... Il semble toutefois que la plupart de ses rapports soient véridiques. Marco Polo étonne par son ouverture d'esprit et son "non-jugement". (encore que parfois il dit éviter carrément de parler de choses qu'il juge trop "hérétiques" ou horribles pour être écrites... Si le style est un peu répétitif et pas littéraire pour deux sous (mais heureusement qu'il a été modernisé), la richesse de ce voyage aux côtés de Marco Polo tient à son sens de l'observation, du rapport. Marco Polo n'est pas un érudit, c'est un marchand. Il a un sens aigu de la valeur des choses, des richesses des villes et des marchands et rois des pays traversés On a ici, en fait, un grand reportage sur l'empire de Koubilaï Khan, qui a été LE khan de la "paix mongole". Marco Polo était proche de lui et il était très admiratif de sa façon de gérer son empire immense. Lire les descriptions de la tolérance et des actes posés par ce despote éclairé en un temps où l'obscurantisme et les guerres de religions étaient reines en Occident est tout simplement sidérant et fascinant. A se demander si tout est vrai ou si Marco Polo était aveuglé par son admiration... Il semble toutefois que la plupart de ses rapports soient véridiques. Marco Polo étonne par son ouverture d'esprit et son "non-jugement". (encore que parfois il dit éviter carrément de parler de choses qu'il juge trop "hérétiques" ou horribles pour être écrites dans un livre !). Il reste plutôt neutre vis à vis de tout ce qu'il dit, à part les mangeurs d'hommes, ceux-là il ne les aiment pas ! (Dans les îles, Sumatra ou Java je sais plus). Je sais plus car on en prend un peu plein la tête, quand même. On ne sait plus trop arrivé à la fin du bouquin par où on est passé aux côtés de Marco Polo, tellement il y a d'endroits, de villes, de peuples, de rois, de coutumes... Il y a toutefois quelques morceaux choisis qui laissent un souvenir marquant, comme la description de la "licorne", qui m'a fait beaucoup rire ! C'est juste un voyage époustouflant pour l'époque. Un vrai aventurier, quoi ! Lire cela a quelque chose de particulièrement émouvant, j'ai trouvé... Je crois que je vais m'intéresser d'un peu plus près aux récits de voyage des pionniers de l'époque. (Edit : comme déjà dit sur une citation, j'ai une compilation de textes en un seul tome de 554 pages, et non une édition en deux tomes. Mais avec l'ISBN de mon livre je tombe sur celui-ci).
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !