Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377353873
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 504
Format : 11 x 17,8 mm

Un conte de deux villes

Laure Terilli (Traducteur)
Collection : Classique
Date de parution : 09/01/2020
Ce roman historique, paru en 1859, met en scène une foule de personnages héroïques ou misérables, sur fond de Révolution française et d’émigration outre-Manche. Un classique méconnu, qui complète la collection de classiques anglais d’Archipoche.
Embastillé pendant dix-huit ans pour délit d’opinion, Alexandre Manette est enfin libéré. Sa fille Lucie, qui le croyait mort, quitte aussitôt l’Angleterre, où elle vivait en exil, pour le retrouver à Paris, le ramener à Londres et lui rendre la santé.

Cinq années ont passé lorsque la fille et le père...
Embastillé pendant dix-huit ans pour délit d’opinion, Alexandre Manette est enfin libéré. Sa fille Lucie, qui le croyait mort, quitte aussitôt l’Angleterre, où elle vivait en exil, pour le retrouver à Paris, le ramener à Londres et lui rendre la santé.

Cinq années ont passé lorsque la fille et le père sont appelés à la barre des témoins lors du procès d’un émigré français, accusé de haute trahison par la Couronne britannique. Il s’appelle Charles Darnay et deviendra bientôt le gendre de Manette, qui l’a sauvé d’une condamnation à mort.

Jusqu’au jour où Darnay, rentré en France au secours d’un ami, se trouve de nouveau arrêté, puis traduit devant un tribunal révolutionnaire pour crimes contre le peuple. Le Dr Manette témoignera-t-il une seconde fois en sa faveur ? Quant à Lucie, a-t-elle la moindre idée du terrible secret de son mari ?

Plongés contre leur gré dans les tumultes de la Terreur, les personnages d’Un conte de deux villes (1859) font revivre une page décisive de l’Histoire, avec ses complots, ses vengeances et ses trahisons.

De Charles Dickens (1812-1870), géant des lettres britanniques, sont également disponibles aux éditions Archipoche : De grandes espérances, Bleak House, La Petite Dorrit, Les Temps difficiles, Contes de Noël, Les Aventures de Mr Pickwick, ainsi que l’inachevé Mystère d’Edwin Drood.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377353873
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 504
Format : 11 x 17,8 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lebelier Posté le 1 Septembre 2021
    Certains critiques ont dit du conte de deux villes (ou de deux cités, selon les traductions) que c’était le roman le moins dickensien de Dickens. Il s’agit donc pour l’auteur de raconter une histoire de la révolution française, depuis ses prémisses en 1775 jusqu’à la Terreur en 1793. Il va pour cela s’employer à utiliser la méthode de l’ambivalence. L’action va donc se dérouler à la fois à Paris et à Londres. Les personnages vont aller et venir entre ces deux villes tandis qu’en France grondent la révolution et la fin des privilèges. L’auteur y mêle petites gens, boutiquiers (M. et Mme Defarge à Paris) et aristocrates punis ou non (les Saint-Évremond). L’ambivalence continue entre la prison et la liberté (Darnay, le bonheur et le malheur (Carton), le souvenir et la mémoire (le docteur Manette et les Defarge), la vengeance et le pardon, l’individu et la populace, l’amour et la haine et se prolonge jusqu’aux personnages eux-mêmes entre les aristocrates pétris d’idéaux (Darnay) et ceux attachés à leurs privilèges (le marquis de Saint-Evremond.) Tout en se rangeant manifestement du côté des révolutionnaires, des gueux affamés et des exploités de longue date, Dickens soulève néanmoins un point important sur la Terreur :... Certains critiques ont dit du conte de deux villes (ou de deux cités, selon les traductions) que c’était le roman le moins dickensien de Dickens. Il s’agit donc pour l’auteur de raconter une histoire de la révolution française, depuis ses prémisses en 1775 jusqu’à la Terreur en 1793. Il va pour cela s’employer à utiliser la méthode de l’ambivalence. L’action va donc se dérouler à la fois à Paris et à Londres. Les personnages vont aller et venir entre ces deux villes tandis qu’en France grondent la révolution et la fin des privilèges. L’auteur y mêle petites gens, boutiquiers (M. et Mme Defarge à Paris) et aristocrates punis ou non (les Saint-Évremond). L’ambivalence continue entre la prison et la liberté (Darnay, le bonheur et le malheur (Carton), le souvenir et la mémoire (le docteur Manette et les Defarge), la vengeance et le pardon, l’individu et la populace, l’amour et la haine et se prolonge jusqu’aux personnages eux-mêmes entre les aristocrates pétris d’idéaux (Darnay) et ceux attachés à leurs privilèges (le marquis de Saint-Evremond.) Tout en se rangeant manifestement du côté des révolutionnaires, des gueux affamés et des exploités de longue date, Dickens soulève néanmoins un point important sur la Terreur : les citoyens de la nouvelle république en profitent pour assouvir leur vengeance personnelle. En ce sens, les Defarge, tenanciers d’une échoppe de vin sont des personnages avec une vraie profondeur, une véritable épaisseur car ils participent non seulement à la survie du docteur injustement emprisonné par les ancêtres de Darnay mais ils poursuivent néanmoins leur vengeance en dépit de toute logique puisqu’ils punissent ledit Darnay, innocent des crimes qu’on lui impute mais seul descendant de la famille Sainte-Evrémonde. Pour Dickens il s’agit aussi de monter que des tyrans peuvent en remplacer d’autres bien qu’il nous fasse sentir que ceux-ci ont quelques excuses. Néanmoins, la lecture fut lente et peu distrayante. On a aussi reproché à Dickens, le manque d’humour de ce roman. J’avoue que ce n’est pas ce qui m’a vraiment manqué dans ce roman parfois morose dont la fin est digne d’une tragédie grecque. Enfin ce livre sombre m’a paru assez souvent obscur dans ses tenants et aboutissants. On se perd vite entre Paris et Londres, entre les anciens et les nouveaux, les espions, les vrais amis et autres comploteurs de toute sorte, les cauchemars, les visions et la « réalité » fictionnelle (« diégèse », dit-on dans le grand monde). De même, certains passages, descriptifs ou contemplatifs avec ce détachement dans le style à l’image prégnante, à la métaphore recherchée – peut-être est-ce en cela que réside l’humour de Dickens- alterne avec des chapitres où l’action se fait pressante et non dépourvue d’un certain suspens, presque comme dans un roman policier et où la lecture devient passionnante et captivante. Pour conclure, je dirai que j’étais assez content d’avoir terminé ce roman. Je l’avais déjà commencé il y a quelques années sans parvenir à m’y intéressé. Ce ne sera pas mon Dickens préféré. It was nothing to her, that an innocent man was to die for the sins of his forefathers; she saw, not him, but them. It was nothing to her, that his wife was to be made a widow and his daughter an orphan; that was insufficient punishment, because they were her natural enemies and her prey, and as such had no right to live. To appeal to her, was made hopeless by her having no sense of pity, even for herself. Book the Third, The Track of the Storm, Chapter XIV, “The Knitting Done.” Ce n’était rien pour elle qu’un homme dût mourir pour les crimes de ses ancêtres. Ce n’est pas lui qu’elle voyait mais eux. Ce n’était rien pour elle que son épouse dût devenir veuve et sa fille orpheline. Le châtiment n’était pas assez sévère parce qu’ils étaient ses ennemis naturels et sa proie et qu’ainsi n’avaient pas le droit de vivre. L’appel à la clémence était rendu inutile par un manque de pitié qu’elle n’avait même pas pour elle. Livre troisième, Le souffle de la tempête, chapitre XIV, « Fin de la tricoteuse ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Melania6789 Posté le 30 Juin 2021
    Avec la conscience de rendre fidèlement témoignage des "temps anciens" - comprendre la période fort trouble et troublée de la Révolution française - le père du roman social anglais nous offre avec "Le conte de deux cités" un tableau romancé très vivant, aux nombreux personnages attachants.
  • LesLecturesDeLaDiablotine Posté le 25 Avril 2020
    Je suis actuellement dans ma période classique où je profite de les lire avec mes filles et c'est une activité que nous aimons faire depuis le début du confinement. Et ce livre ne fait pas exception à la règle d'autant plus que je ne le connaissais pas du tout ! Pour le coup, nous l'avons découvert toutes les trois, en même temps et je pense que cette lecture a été encore plus enrichissantes pour nous car je ne connaissais pas l'histoire. L'auteur nous offre une fresque historique sur une vingtaine d'années environ. Nous sommes au XVIIIème siècle, à Londres où nous allons faire la connaissance de Lucy Manette qui apprend que son père, Alexandre, docteur qu'elle croyait mort était en réalité incarcéré à la Bastille depuis de nombreuses années. Elle se rend sur Paris pour chercher son père et le ramener à la maison, à Londres, en bateau ; c'est là qu'elle fera la connaissance d'un jeune aristocrate français, Charles Darnay, qui deviendra son époux sauf que voilà, ce beau jeune homme a un squelette dans son paquetage qu'il va amener avec lui de Paris pendant le Terreur à Londres... D'ailleurs, peu de temps après leur union, ce dernier va être... Je suis actuellement dans ma période classique où je profite de les lire avec mes filles et c'est une activité que nous aimons faire depuis le début du confinement. Et ce livre ne fait pas exception à la règle d'autant plus que je ne le connaissais pas du tout ! Pour le coup, nous l'avons découvert toutes les trois, en même temps et je pense que cette lecture a été encore plus enrichissantes pour nous car je ne connaissais pas l'histoire. L'auteur nous offre une fresque historique sur une vingtaine d'années environ. Nous sommes au XVIIIème siècle, à Londres où nous allons faire la connaissance de Lucy Manette qui apprend que son père, Alexandre, docteur qu'elle croyait mort était en réalité incarcéré à la Bastille depuis de nombreuses années. Elle se rend sur Paris pour chercher son père et le ramener à la maison, à Londres, en bateau ; c'est là qu'elle fera la connaissance d'un jeune aristocrate français, Charles Darnay, qui deviendra son époux sauf que voilà, ce beau jeune homme a un squelette dans son paquetage qu'il va amener avec lui de Paris pendant le Terreur à Londres... D'ailleurs, peu de temps après leur union, ce dernier va être accusé d'être un espion... Charles est condamné à être guillotiné mais la jeune femme ne peut se résoudre à voir son époux mourir de la sorte, elle va tenter, avec l'aide d'amis de sortir Charles de cette mauvaise passe... Pour tout vous dire, au début de cette histoire, j'ai eu un peu de mal à comprendre ce qui se passait, où j'étais... Je trouvais que le début faisait un peu "brouillon", comme si ce n'était pas clair dans la tête de Monsieur Dickens mais une fois que le contexte historique anglais est mis en place, ça se passe mieux ! On se laisse transporter par les mots de l'auteur avec délice et on comprend mieux pourquoi le début faisait un peu "cafouillage". Charles Dickens nous conte une histoire de famille dans un contexte historique terrible et très bien décrit (comme toujours !). Il dénonce le caractère arbitraire des emprisonnements et les personnes qui devaient mourir sous la révolution. J'ai trouvé intéressant de découvrir des pans de l'Histoire à travers son regard, tout de suite, cela prend une nouvelle dimension. Tout ça pour vous dire que je ne connaissais absolument pas ce roman de l'auteur que j'ai pris plaisir à découvrir malgré un début un peu chaotique. Je vous invite grandement à découvrir ce roman un peu sombre de Dickens qui m'étais inconnue jusqu'alors.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Liseusedebonneaventure Posté le 22 Février 2020
    J'avais très hâte de découvrir ce roman, mais j ai d'abord été heurté par la lenteur de l intrigue et la "pâleur" des personnages (on retrouve assez peu l'aspect hauts en couleur des personnages de Dickens). J'ai trouvé que le rythme était assez inégal dans l'économie du roman. En effet, le dernier tiers est vraiment palpitant ! On sent que tout culminait vers cet apogée de fin de roman (somme toute, assez mimétique du cheminement de la révolution, qui germine, puis explose), l'œuvre prend alors tout son sens et on le referme avec un appétit insatiable !! Je conseille ce livre aux fans de Dickens et ceux qui s'intéresse au côté historique et social qu'il décrit.
  • Des_potron_minet Posté le 10 Février 2020
    Roman peu connu de Charles Dickens et auparavant édité sous le nom de le conte de deux cités ou encore Paris Londres 1793, le Conte de deux ville est une fresque historique se déroulant entre 1775 et 1793. Alexandre Manette, docteur embastillé pendant 18 ans, retrouve sa fille Lucie qu'il n'a pas vu naître et va reprendre le cours de sa vie à Londres. Il va y rencontrer Charles Darnay qui va devenir son genre. Ce Charles à un secret qui va l'emmener à Paris pendant la Terreur, où il va être condamné à la guillotine. Alexandre, Lucy et leurs amis vont essayer de le sortir de cette terrible épreuve. Le début de l'intrigue peut sembler un peu long et brouillon, je me suis parfois un peu perdue parmi les personnages, le contexte historique en Angleterre mais une fois tout ça mis en place, j'ai été embarquée dans cette histoire et ses rebondissements. Plus on avance plus les pièces s'assemblent et plus on comprend certains détails qui nous semblaient bien flous. Pour un final des plus romanesque ! Charles Dickens nous conte une histoire de famille, d'amour, le tout dans un contexte historique terrible et très bien dépeint, avec son style reconnaissable entre... Roman peu connu de Charles Dickens et auparavant édité sous le nom de le conte de deux cités ou encore Paris Londres 1793, le Conte de deux ville est une fresque historique se déroulant entre 1775 et 1793. Alexandre Manette, docteur embastillé pendant 18 ans, retrouve sa fille Lucie qu'il n'a pas vu naître et va reprendre le cours de sa vie à Londres. Il va y rencontrer Charles Darnay qui va devenir son genre. Ce Charles à un secret qui va l'emmener à Paris pendant la Terreur, où il va être condamné à la guillotine. Alexandre, Lucy et leurs amis vont essayer de le sortir de cette terrible épreuve. Le début de l'intrigue peut sembler un peu long et brouillon, je me suis parfois un peu perdue parmi les personnages, le contexte historique en Angleterre mais une fois tout ça mis en place, j'ai été embarquée dans cette histoire et ses rebondissements. Plus on avance plus les pièces s'assemblent et plus on comprend certains détails qui nous semblaient bien flous. Pour un final des plus romanesque ! Charles Dickens nous conte une histoire de famille, d'amour, le tout dans un contexte historique terrible et très bien dépeint, avec son style reconnaissable entre mille. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le fait que l'on voit cette époque de notre Histoire du côté de la population révolutionnaire. Un Conte de deux villes est un roman historique, social, romanesque, dense, passionnant et méconnu. Je vous invite donc à faire le voyage entre Londres et Paris !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés