Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348045653
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 154 x 240 mm

Fin du leadership américain ?

L'état du monde 2020

,

Collection : État du Monde
Date de parution : 29/08/2019
Pour cette édition 2020 de L’état du monde, les meilleurs spécialistes font le point sur la puissance réelle des États-Unis, dans un monde complexe où cartes et atouts sont redistribués.
En 1945, les États-Unis paraissent imbattables. Détenteurs exclusifs de l’arme atomique jusqu’en 1949, ils semblent dominer totalement le monde. À travers le plan Marshall puis la création de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), ils endossent le rôle de leader. Ils contrôlent le quart du commerce mondial et produisent... En 1945, les États-Unis paraissent imbattables. Détenteurs exclusifs de l’arme atomique jusqu’en 1949, ils semblent dominer totalement le monde. À travers le plan Marshall puis la création de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), ils endossent le rôle de leader. Ils contrôlent le quart du commerce mondial et produisent la moitié de ce qu’ils consomment.
Le contraste est grand avec la situation actuelle. Il est vrai qu’entre-temps, les registres de puissance se sont diversifiés, les interventions militaires ont perdu de leur efficacité, et la mondialisation a définitivement brouillé les pistes, nouant des relations d’interdépendances inédites. On est ainsi passé, en quelque soixante-dix ans, d’un système quasi hégémonique à un système apolaire, fragmenté par une importante dynamique nationaliste, notamment depuis l’élection de Donald Trump.
Après avoir retracé l’histoire de la domination américaine, du XIXe siècle à nos jours, les auteurs en mesurent la portée et les potentielles failles dans les domaines militaire, politico-diplomatique, commercial, économique, scientifique et culturel. Enfin, l’analyse des rapports de Washington avec Pékin, Moscou, Bruxelles, Tel-Aviv, Riyad, Téhéran, etc. ou de ses prises de position face au défi climatique interroge sur la puissance réelle des États-Unis, dans un monde complexe où cartes et atouts se redistribuent à grande vitesse.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348045653
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 154 x 240 mm

Ils en parlent

Depuis des années, ces deux spécialistes des questions internationales décryptent les mutations du monde et prennent tous les ans le pouls du corps social mondial avec empathie et rigueur. Empathie, car il en faut pour défricher l’actualité mondiale et relever les pathologies qui handicapent l’humanité. Rigueur, en s’entourant d’autres experts en géopolitique, le dossier sur la fin du leadership américain propose un panorama complet des désillusions de l’Oncle Sam en 2020. Si la seconde moitié du XXe siècle a été celle des Etats-Unis, près de trente ans après la fin de la guerre froide, le monde n’aurait plus de centre. L’aiguille de la boussole n’indique plus Washington comme capitale du monde depuis que « la puissance est devenue impuissante ».
Gaïdz Minassian / Le Monde
L’édition 2020 de L’état du monde a choisi de s’intéresser aux États-Unis, à la veille d’une élection qui pourrait bien voir la prolongation de la présidence de Donald Trump. [...] Cet ouvrage sera très utile pour décrypter une situation plus complexe qu’ il n’y paraît au premier regard.
François Euvé / Études
Le 2 janvier, Donald Trump provoquait un séisme mondial en ordonnant l’assassinat du général Soleimani, homme fort de la puissance iranienne. Pourquoi cette décision ? Lire Fin du Leadership américain ? permet de mesurer toute la profondeur d’une inimitié réciproque. Côté iranien, elle s’ancre dans le coup d’État de la CIA pour replacer le chah au pouvoir (1953) et, côté américain, dans la prise d’otages à l’ambassade à Téhéran (1979). Une humiliation pour « toute l’Amérique » sur laquelle Barack Obama avait tenté de tirer un trait. Las, son successeur, qui pratique une « diplomatie fondée sur le plus brut des rapports de force », s’est empressé de réactiver « l’hubris anti-iranien ». Quitte à réduire l’hégémonie américaine à « une incontestable capacité de blocage, voire de destruction ». Le constat n’est pas optimiste, mais il a le mérite d’aider à comprendre la crise.
La Croix
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !