En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Leona : la fin justifie les moyens

        Presses de la cité
        EAN : 9782258142701
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 464
        Format : 140 x 225 mm
        Leona : la fin justifie les moyens

        Lucas MESSMER (Traducteur)
        Collection : Sang d'Encre
        Date de parution : 02/03/2017
        Enquêtrice le jour, braqueuse la nuit.
        Six mois après la résolution de l’affaire des braquages, Leona Lindberg, l’inspectrice à la froideur implacable, est harcelée par un banquier à qui elle doit une somme astronomique. Pour s’acquitter de ses dettes, elle va faire ce pour quoi elle est le plus douée : organiser un nouveau hold-up. Mais... Six mois après la résolution de l’affaire des braquages, Leona Lindberg, l’inspectrice à la froideur implacable, est harcelée par un banquier à qui elle doit une somme astronomique. Pour s’acquitter de ses dettes, elle va faire ce pour quoi elle est le plus douée : organiser un nouveau hold-up. Mais au moment où elle constitue son équipe de malfrats, sa direction lui confie l’interrogatoire d’un kamikaze ayant survécu à ses blessures. Cette fois encore, Leona doit jouer un double jeu… et elle n’est pas la seule, car un indic s’est glissé dans son escouade. C’est alors que tout s’emballe : le banquier maître-chanteur menace de s’en prendre au seul enfant qui lui reste, sa fille Beatrice.
        Après un premier roman qui avait révélé la trouble figure de Leona Lindberg, mère égoïste, épouse dissimulatrice et flic escroc, Jenny Rogneby signe un second opus qui n’a rien perdu en noirceur et qui démontre à nouveau que les meilleurs personnages ne peuvent se ranger dans des cases – et surtout pas celles du bien et du mal.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258142701
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 464
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        21.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ROUMANOFFBE Posté le 21 Octobre 2017
          On peut dire de Leona qu'elle ne doute de rien et ne recule devant aucun obstacle pour arriver à ses fins, l'auteur ne manque pas d'imagination en tous les cas. J'espère qu'elle ne s'est pas inspirée de faits réels issus de son expérience dans les services de police de Stockholm! Le lecteur peut s'attendre à un troisième volume (sous peu j'espère pour ne pas oublier le fil de l'histoire) parce que la fin n'en est pas une.
        • Carolivra Posté le 15 Mars 2017
          Leona est inspectrice au sein de la police suédoise. C’est une héroïne assez atypique qui flirte sans cesse avec le danger et qui aime passer de l’autre côté de la loi. Elle est adepte des braquages et déploie ses talents de policière hors pair pour détourner la loi à son avantage dès qu’elle le peut. Un peu barrée donc, la nana, surtout qu’elle est en plus divorcée et qu’elle a perdu son petit garçon récemment. Tout ça fait beaucoup pour elle et comme ça ne tourne pas toujours très rond, elle consulte régulièrement une psy. Le début du roman s’ouvre sur l’explosion d’une bombe en plein cœur du parlement. Manque de bol, le kamikaze n’est pas mort. A l’hôpital, il ne veut parler qu’à Leona. Celle-ci est donc dépêchée sur l’enquête. Leona de mauvaise grâce se prête au jeu de l’interrogatoire et commence à se prendre de compassion sur ce pauvre type que la vie a brisé. Pourquoi se confie-t-il à Leona? Plus les interrogatoires se succèdent plus l’intensité et le suspens montent. Parallèlement, elle doit un gros paquet de fric à Armand, un banquier à moitié mafieux (ce qui va bien ensemble). Elle décide alors de monter un gros coup pour... Leona est inspectrice au sein de la police suédoise. C’est une héroïne assez atypique qui flirte sans cesse avec le danger et qui aime passer de l’autre côté de la loi. Elle est adepte des braquages et déploie ses talents de policière hors pair pour détourner la loi à son avantage dès qu’elle le peut. Un peu barrée donc, la nana, surtout qu’elle est en plus divorcée et qu’elle a perdu son petit garçon récemment. Tout ça fait beaucoup pour elle et comme ça ne tourne pas toujours très rond, elle consulte régulièrement une psy. Le début du roman s’ouvre sur l’explosion d’une bombe en plein cœur du parlement. Manque de bol, le kamikaze n’est pas mort. A l’hôpital, il ne veut parler qu’à Leona. Celle-ci est donc dépêchée sur l’enquête. Leona de mauvaise grâce se prête au jeu de l’interrogatoire et commence à se prendre de compassion sur ce pauvre type que la vie a brisé. Pourquoi se confie-t-il à Leona? Plus les interrogatoires se succèdent plus l’intensité et le suspens montent. Parallèlement, elle doit un gros paquet de fric à Armand, un banquier à moitié mafieux (ce qui va bien ensemble). Elle décide alors de monter un gros coup pour braquer une banque et réunit une équipe de malfrats, la crème de la crème, pour se faire un max de blé. Jenny Rogneby ose tout dans son roman et le pire c’est que ça marche. Léona va dispenser des cours du soir à des bandits pour leur montrer le meilleur moyen de ne pas se faire attraper par les flics. L’idée fonctionne assez bien et certaines passage restent très drôles même si j’aurais voulu en savoir plus et que je suis restée un peu sur ma faim. L’auteur n’hésite pas non plus à entremêler à cela une histoire de terrorisme plutôt vraisemblable et originale. Le rythme du roman est rapide et les scènes s’enchaînent sans laisser le temps au lecteur de reprendre haleine. Le tout est très visuel et on verrait bien le livre adapté à la télé. La construction peut paraître étrange mais je l’ai trouvé intéressante car elle permet au lecteur d’embrasser la totalité de la personnalité torturée de Leona. Seule la fin m’a véritablement posé problème car pour le coup j’ai trouvé ça trop lourd et rocambolesque. L’exercice final est casse-gueule et c’est dommage car cela laisse une impression de chaos, de brouillon. Je remercie les éditions Presses de la Cité pour la découverte de ce roman. Leona est une héroïne forte et étrange qui détonne parmi les autres personnages de policier. Même si tout n’est pas parfait dans le roman, j’ai apprécié le rythme soutenu qui tient le lecteur en haleine et la construction habile de l’auteur.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        " Une antihéroïne complexe et fascinante. "
        Télé 7 jours
        Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
        Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.