Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221135235
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

La Mémoire est une chienne indocile

Johan-Frédérik HEL GUEDJ (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 23/05/2013
« Déchirant. Éperdument humain. Et brillant. » The Times

Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale pour lui au service d’entretien du grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, uptown, Adam Zignelik, professeur d’histoire à Columbia et fils d’un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit...

Tout juste libéré de prison, Lamont Williams, jeune Noir du Bronx, entame une période probatoire cruciale pour lui au service d’entretien du grand centre de cancérologie de Manhattan. Quelques kilomètres plus loin, uptown, Adam Zignelik, professeur d’histoire à Columbia et fils d’un héros du Mouvement pour les droits civiques, subit l’effondrement simultané de sa carrière et de son couple. Alors qu’il est en pleine dépression, il met au jour des enregistrements inconnus, d’une portée historique considérable : les tout premiers témoignages sonores de survivants de l’Holocauste. Dans le même temps, à l’hôpital, Lamont noue une improbable amitié avec un vieux patient, juif polonais, lui-même rescapé des camps…
Entremêlée au destin personnel de Lamont et d’Adam et de la myriade de personnages qui les entoure dans le New York d’aujourd’hui, c’est l’histoire du XXe siècle – sa barbarie et son humanité – qu’Elliot Perlman interroge dans une construction narrative aussi virtuose qu’émouvante.
Épique et intime, une peinture magistrale du pouvoir de la mémoire sur nos vies.
Après Ambiguïtés, le nouveau grand roman d’Elliot Perlman.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221135235
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ansolit Posté le 13 Mai 2020
    Livre que j’ai reçu dans une box donc je ne savais pas à quoi m’attendre . Mais je remercie de tout cœur ce libraire qui m’a permis de découvrir ce livre . On ne peut le refermer sans être à jamais marqué par ce roman .
  • Elusor Posté le 27 Septembre 2019
    Ce roman est fabuleux ! Il mérite beaucoup plus que 292 lecteurs sur Babelio ! Il est difficile à décrire ...C'est une brique (585 pages bien serrées)... Perlman met en place le récit du destin d'hommes et femmes dont les vies se croiseront à travers la toile remarquable qu'il a tissée.... Histoires de vie qui traversent l'Histoire du 20ème siècle.... Dans ce grand roman plein d'humanisme, d'Histoire, vous apprendrez quantité de choses sur la lutte contre la ségrégation aux États-Unis, sur les camps de concentration pendant la deuxième Guerre, sur la psychologie, les personnages sont forts, faibles, lâches, ils sont traités injustement, ils sont dépressifs, ils s'écrasent, ils fuient, ils se relèvent, ils sont Blancs, Afro-américains, ou de confession juive, j'espère qu'ils vous captiverons comme ils m'ont captivée, wouah, quelle claque ! Un auteur à découvrir, à suivre.
  • Delacocci Posté le 6 Février 2019
    J'ai eu beaucoup de mal à m'atteler à ma critique car bien que ce roman soit nécessaire et très très bien écrit, j'ai peiné pour en venir à bout. Pour commencer j'ai mis un moment à entrer dans l'histoire. Il y a beaucoup de personnages dès le début, on sent que chaque phrase compte, est nécessaire à la compréhension du roman, alors j'ai relu des passages, suis revenue en arrière, et ai patiné comme ça un moment. Et puis l'histoire s'est mise petit à petit en place et là c'est toute l'horreur de la barbarie humaine que l'on prend en pleine figure. Certaines scènes sont à la limite du soutenable et pourtant elles sont essentielles, et nous devons nous souvenir de ces épisodes de notre histoire. Pourtant, il m'a fallu reposer mon livre à plusieurs reprises car la poursuite de sa lecture m'était trop difficile. J'ai enfin trouvé mon rythme sur la fin, lors du dénouement, mais il était déjà trop tard. "Exténuée" par cette lecture, j'avais hâte d'en finir pour passer à autre chose. En conclusion je dirais que ce roman est très bien écrit, foisonnant, extrêmement bien documenté, et nécessaire pour la mémoire collective. Mais il a nécessité de ma part... J'ai eu beaucoup de mal à m'atteler à ma critique car bien que ce roman soit nécessaire et très très bien écrit, j'ai peiné pour en venir à bout. Pour commencer j'ai mis un moment à entrer dans l'histoire. Il y a beaucoup de personnages dès le début, on sent que chaque phrase compte, est nécessaire à la compréhension du roman, alors j'ai relu des passages, suis revenue en arrière, et ai patiné comme ça un moment. Et puis l'histoire s'est mise petit à petit en place et là c'est toute l'horreur de la barbarie humaine que l'on prend en pleine figure. Certaines scènes sont à la limite du soutenable et pourtant elles sont essentielles, et nous devons nous souvenir de ces épisodes de notre histoire. Pourtant, il m'a fallu reposer mon livre à plusieurs reprises car la poursuite de sa lecture m'était trop difficile. J'ai enfin trouvé mon rythme sur la fin, lors du dénouement, mais il était déjà trop tard. "Exténuée" par cette lecture, j'avais hâte d'en finir pour passer à autre chose. En conclusion je dirais que ce roman est très bien écrit, foisonnant, extrêmement bien documenté, et nécessaire pour la mémoire collective. Mais il a nécessité de ma part un effort considérable en tant que lectrice (thème trop difficile ? longueur ? mauvais moment ?) me laissant un goût de "rendez-vous manqué"
    Lire la suite
    En lire moins
  • lcath Posté le 11 Août 2018
    Je ne sais plus pourquoi ce livre était dans ma PAL, sans doute parce que j'en avais lu de bonnes critiques mais finalement rien n'allait: le thème, la seconde guerre mondiale, je n'ai pas envie de lire sur le sujet, la forme"roman foisonnant" ça ça veut dire, on mélange des époques, des narrateurs et je trouve que c'est rarement réussi et le tout sur plus de 750 pages ! De quoi renoncer !!!! Mais je m'étais engagée à le lire ... et bien m'en a pris. Ce n'est pas un roman facile ni par la forme ni par le fond mais c'est un roman qui mérite l'effort qu'il demande. Il parle certes de la seconde guerre et des camps mais il parle de bien plus que cela. L'auteur ne nous berce pas, de la violence de la ségrégation anti-noirs aux USA à l'extermination des juifs dans les ghettos puis les camps, il n'allège pas les situations. La première moitié du XXe siècle et ses massacres, occupe la totalité du roman et quand on se prend à penser que ça va mieux aujourd'hui il nous remet un coup sur la tête pour nous ramener à une réalité qui n'est... Je ne sais plus pourquoi ce livre était dans ma PAL, sans doute parce que j'en avais lu de bonnes critiques mais finalement rien n'allait: le thème, la seconde guerre mondiale, je n'ai pas envie de lire sur le sujet, la forme"roman foisonnant" ça ça veut dire, on mélange des époques, des narrateurs et je trouve que c'est rarement réussi et le tout sur plus de 750 pages ! De quoi renoncer !!!! Mais je m'étais engagée à le lire ... et bien m'en a pris. Ce n'est pas un roman facile ni par la forme ni par le fond mais c'est un roman qui mérite l'effort qu'il demande. Il parle certes de la seconde guerre et des camps mais il parle de bien plus que cela. L'auteur ne nous berce pas, de la violence de la ségrégation anti-noirs aux USA à l'extermination des juifs dans les ghettos puis les camps, il n'allège pas les situations. La première moitié du XXe siècle et ses massacres, occupe la totalité du roman et quand on se prend à penser que ça va mieux aujourd'hui il nous remet un coup sur la tête pour nous ramener à une réalité qui n'est toujours pas un modèle de respect de l'autre. Les personnages se croisent et se recroisent, l'Histoire mais aussi leur histoire , tissent un filet où l'un renvoie à l'autre, la petite et la grande histoire, se heurtent et construisent le destin d'hommes et de femmes qui n'en demandaient pas tant. Un roman qui amène à se demander qui sont aujourd'hui les exclus d'hier et qu'elle est la place que l'on occupe dans tout cela.... Un roman dérangeant qui secoue et bouscule le lecteur et où l'on ne peut que se questionner sur ce qui fait l'humain. Un roman qu'il faut lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • luocine Posté le 4 Août 2018
    Personne ne peut sortir indemne de ce roman. Les horreurs du racisme y sont décortiquées avec une telle minutie que, plus d’une fois, cela m’a demandé un énorme courage pour aller au bout de ma lecture. J’ai suivi les avis de Krol, Aifelle, Cuné et je vous conseille de lire ou relire leurs billets, elles disent tout le bien que je pense de ce roman hors du commun La construction participe au ralentissement de la lecture, nous suivons des destins très différents mais qui finalement vont se retrouver dans la scène finale : le médecin oncologue, une jeune femme noire Ayesha Washington, l’historien Adam Zignelik, l’homme de ménage de l’hôpital, Lamont Williams, ils sont ensemble sur un trottoir de New York et il aura fallu 800 pages à Elliot Perlman pour tisser tous les liens qui réunissent tous les personnages de son roman durant un siècle et, parfois, sur deux générations . Adam, l’historien australien vit une crise dans son couple et n’arrive pas à se motiver pour un nouveau sujet de recherche indispensable à sa carrière universitaire. Il est le fils de Jack Zignelik qui a fondé avec son ami William Mc Cray le mouvement pour les droits civiques aux... Personne ne peut sortir indemne de ce roman. Les horreurs du racisme y sont décortiquées avec une telle minutie que, plus d’une fois, cela m’a demandé un énorme courage pour aller au bout de ma lecture. J’ai suivi les avis de Krol, Aifelle, Cuné et je vous conseille de lire ou relire leurs billets, elles disent tout le bien que je pense de ce roman hors du commun La construction participe au ralentissement de la lecture, nous suivons des destins très différents mais qui finalement vont se retrouver dans la scène finale : le médecin oncologue, une jeune femme noire Ayesha Washington, l’historien Adam Zignelik, l’homme de ménage de l’hôpital, Lamont Williams, ils sont ensemble sur un trottoir de New York et il aura fallu 800 pages à Elliot Perlman pour tisser tous les liens qui réunissent tous les personnages de son roman durant un siècle et, parfois, sur deux générations . Adam, l’historien australien vit une crise dans son couple et n’arrive pas à se motiver pour un nouveau sujet de recherche indispensable à sa carrière universitaire. Il est le fils de Jack Zignelik qui a fondé avec son ami William Mc Cray le mouvement pour les droits civiques aux États Unis. Il travaille à la prestigieuse université de Columbia sous l’autorité de Charles Mc Cray fils de William. Asheha Washington est la petite fille d’un vétéran de la deuxième guerre mondiale qui a participé à l’ouverture des camps de concentration. Or, le rôle des soldats noirs pendant la guerre 39#8202;–#8202;45 a largement été ignoré par l’histoire officielle américaine. Voilà donc un beau sujet de recherche pour Adam Zignelik en panne d’inspiration et au bord de la dépression, en tout cas c’est ce que pense William Mc Cray qui reproche à son fils Charles de ne pas assez soutenir Adam pour qu’il garde son poste à l’université de Columbia. Charles est marié à Michelle une assistante sociale noire, qui adore sa grand-mère. Et nous revoilà avec Lamont Williams car Michelle est sa cousine qui, en ce moment vit chez ladite grand-mère. Lamont a réussi à décrocher un emploi comme homme d’entretien à l’hôpital où travaille Asheya Washington et s’il réussit sa période d’essai, il pourra enfin tirer un trait sur la prison où il est resté six ans pour un cambriolage qui a mal tourné. Or, il n’a fait que conduire la voiture sans connaître les projets de ses amis ni surtout savoir que le plus jeune était armé. Au bout de six ans sa femme n’est plus là, elle a disparu avec leur petite fille. Il lui faut donc absolument satisfaire sa période d’essai à l’hôpital pour pouvoir avoir une chance de gagner sa vie et prouver aux services sociaux qu’il est stable. Sa grand-mère l’accueille car elle sait que Lamont est un brave garçon. Toutes les difficultés de ce jeune noir, permettent à l’auteur de montrer à quel point il suffit de pas grand chose pour qu’un noir fasse de la prison aux Etats-Unis, avec un bon avocat Lamont aurait pu s’en tirer. Celui-ci rencontre à l’hôpital un rescapé d’Auschwitz, Monsieur Mandelbrot, il appartenait aux Sonderkommandos et connaît donc ce qui s’est passé dans les camps . Nous voilà donc au sommet de l’horreur au 20° siècle. Les conversations de ces deux hommes tissent entre eux des liens personnels si bien qu’avant de mourir cet homme lui donne ce qu’il a de plus précieux son hanoukkia, chandelier juif en argent. Lamont est accusé de vol, mais pour sa défense il raconte ce que cet homme lui a confié sur Auschwitz et l’historien Adam Zignelick assure que Lamont n’a pas pu découvrir cela tout seul, car une partie de ce récit était sur des enregistrements qu’il vient juste de découvrir. Ces enregistrement faits en 1946, par de rares rescapés des camps avaient été complètement oubliés. Adam qui a vécu en Australie avec sa mère, est le fils d’un homme qui a lutté toute sa vie pour les droits des noirs aux Etats-Unis et cela permet à Elliot Perlman de rappeler certaines souffrances des noirs dans les années 50 et 60, aujourd’hui encore les noirs Américains souffrent de graves discriminations. Et finalement ? Est ce que des troupes noires ont participé à la libération des camps de concentration ? et bien oui, et c’est le grand père de Asheya Washington, l’oncologue qui soignait Monsieur Mandelbrot qui pourra en témoigner. Ne croyez pas que j’ai tout raconté, il y a encore bien des histoires qui s’emboîtent dans ce récit, et elles ont toutes une fonction dans le récit. On est souvent très ému et comme je le disais en commençant c’est avec appréhension que l’on continue la lecture de ce roman inoubliable.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.