Lisez! icon: Search engine

Les Princes vagabonds

Robert Laffont
EAN : 9782221123492
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Les Princes vagabonds

Isabelle D. PHILIPPE (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 20/12/2012

Après le succès du Club des policiers yiddish, le nouveau roman de Michael Chabon : une aventure de cape et d'épée loufoque au temps de l'empire Khazar.

Princes ou bandits, ils font la paire : Zelikman, médecin mélancolique à l'esprit dangereusement acéré, et Amram, géant noir à la langue aussi affûtée que la hache qui ne le quitte jamais. Vivant de subterfuges, ils tracent leur route à travers les monts du Caucase, vers l’an 950. Rien ne...

Princes ou bandits, ils font la paire : Zelikman, médecin mélancolique à l'esprit dangereusement acéré, et Amram, géant noir à la langue aussi affûtée que la hache qui ne le quitte jamais. Vivant de subterfuges, ils tracent leur route à travers les monts du Caucase, vers l’an 950. Rien ne les a cependant préparés à se transformer en défenseurs d’un prince de l’Empire khazar, un jeune héritier inexpérimenté brûlant de reconquérir son trône. Un tel projet nécessite une ruse sans limites et une folle témérité. Zelikman et Amram ne manquent ni de l’une ni de l’autre. Mais sont-ils prêts à sacrifier leur insouciance pour devenir les généraux d’une révolution d’envergure ?

Fidèles à la grande tradition des romans et du cinéma d'aventures, Les Princes vagabonds offrent un irrésistible bouillonnement de rebondissements, de suspense et d’humour, dans le sillage de très pittoresques héros.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221123492
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Oliv Posté le 19 Février 2015
    Dans la recette de tout bon roman d'aventures, il faut des personnages accrocheurs, si possible de caractères fort dissemblables afin de mettre du piment à leur association. Ici ce sera Zelikman, guérisseur né en Allemagne, blond, filiforme, madré, et Amram, colosse africain dont les problèmes se résolvent en général par l'intermédiaire d'une hache viking surnommée "Profanateur-de-ta-Mère". Au cours de leurs pérégrinations ils font la connaissance d'un prince Khazar, c'est-à-dire issu de l'empire juif qui, peu avant l'an mil, domina la région comprise entre la Mer Noire et la Mer Caspienne — à ce sujet, voir "La treizième tribu" d'Arthur Koestler. Bien sûr, nos deux héros aideront ce jeune prince dans sa reconquête du trône... et comme souvent avec ce genre de personnage rencontré au détour d'une route, celui-ci se révélera ne pas être tout à fait ce que l'on croyait... "Les princes vagabonds" n'est pas un livre à prendre au premier degré, comme l'on peut lire les dernières sorties de la rentrée littéraire. Ce roman n'est rien de moins qu'un pastiche (attention, pas une parodie : on est ici dans l'hommage et non dans la raillerie) des romans d'aventures de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. La couverture... Dans la recette de tout bon roman d'aventures, il faut des personnages accrocheurs, si possible de caractères fort dissemblables afin de mettre du piment à leur association. Ici ce sera Zelikman, guérisseur né en Allemagne, blond, filiforme, madré, et Amram, colosse africain dont les problèmes se résolvent en général par l'intermédiaire d'une hache viking surnommée "Profanateur-de-ta-Mère". Au cours de leurs pérégrinations ils font la connaissance d'un prince Khazar, c'est-à-dire issu de l'empire juif qui, peu avant l'an mil, domina la région comprise entre la Mer Noire et la Mer Caspienne — à ce sujet, voir "La treizième tribu" d'Arthur Koestler. Bien sûr, nos deux héros aideront ce jeune prince dans sa reconquête du trône... et comme souvent avec ce genre de personnage rencontré au détour d'une route, celui-ci se révélera ne pas être tout à fait ce que l'on croyait... "Les princes vagabonds" n'est pas un livre à prendre au premier degré, comme l'on peut lire les dernières sorties de la rentrée littéraire. Ce roman n'est rien de moins qu'un pastiche (attention, pas une parodie : on est ici dans l'hommage et non dans la raillerie) des romans d'aventures de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. La couverture donne le ton, de même que les illustrations intérieures, d'un charme désuet comparable à celui des gravures ornant les romans lus par nos aïeux. Ce n'est qu'un livre de poche de la collection 10/18, et pourtant, avec un peu d'imagination, on sentirait presque l'odeur de la poussière ! L'intrigue, une suite de péripéties destinées à mener un prince sur le trône dont sa famille à été chassée, est évidemment un grand classique, pour ne pas dire un poncif, du roman de cape et d'épée "à l'ancienne". Le style, enfin, est un autre élément allant en ce sens ; ainsi ces phrases interminables, qui semblent avoir rebuté tant de lecteurs s'attendant peut-être à une lecture de plage : aujourd'hui nous ne sommes plus habitués à ce genre d'écriture, et c'est évidemment volontaire de la part de l'auteur, afin de parachever l'illusion. On comprendra qu'il est inutile d'espérer de ce roman qu'il innove, ou qu'il révolutionne quoi que ce soit : tel n'est pas le propos... sauf à considérer que la véritable originalité, la véritable audace littéraire, consiste justement à proposer aux lecteurs d'aujourd'hui un roman qui aurait pu être écrit il y a cent ou cent cinquante ans. Michael Chabon est un écrivain "sérieux", connu des médias et du public pour ses romans réalistes mettant en scène des personnages et des problématiques actuels. Néanmoins, dans la postface, il revendique le droit non seulement d'aimer, mais également d'écrire, des romans d'aventures. Voilà un discours très rafraîchissant, qu'on ne peut qu'applaudir, et qui conclut sur une bonne note ces plaisantes aventures des "Princes Vagabonds".
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fatchakulla Posté le 27 Janvier 2015
    Laurel et Conan au pays des Khans et des bangs.
  • Liligoth Posté le 24 Mai 2011
    Avouons le, c'est surtout la couverture qui m'a attirée vers ce livre. A sa lecture, j'ai été assez vite entrainée par le récit et attachée aux deux personnages principaux. On retrouve les ingrédients classiques du roman d'aventures : deux héros aux caractères et à l'apparence antagonistes mais qui,malgré tout, sont liés par une solide amitié (quoiqu'ils en disent), une demoiselle à sauver, une injustice à réparer,etc. Le tout dans un contexte original. Toutefois, je dirais que ce roman aurait gagné a être plus long et, paradoxalement, moins descriptif. L'intrigue, bien qu'intéressante, ne m'a pas paru assez fouillée et le caractère des personnages n'est que survolé. De plus, l'histoire est ponctuée de phrases à rallonge, beaucoup beaucoup trop longues! En bref, un ouvrage plaisant mais incomplet et à la narration plutôt lourde.
  • GribouilleChat Posté le 17 Juin 2010
    Voici un couple tout à fait improbable : Amram, colosse abyssinien, qui a bourlingué comme mercenaire dans toutes les armées du monde connu et en a ramené une hache viking qu’il manie redoutablement, et Zelikman, grand échalas blond et mélancolique, médecin juif renégat, armé de "lancette" une longue aiguille meurtrière. La suite sur mon blog.
  • Folfaerie Posté le 4 Juin 2010
    Alors que dire du roman ? Il débute de manière fort abrupte mais magistrale. Le lecteur fait connaissance avec les deux protagonistes principaux qui forment une paire d'amis curieusement assortis : Amram, un colosse Africain (mais l'auteur évite le cliché de la brute épaisse) maniant la hache avec dextérité et dont la famille a disparu, et Zelikman, un médecin juif, grand et mince, aux cheveux blonds et de tempérament mélancolique. Tous deux parcourent les régions du Caucase au Xème siècle, en compagnie de leurs inséparables et attachantes montures, vivant de rapines et combines douteuses. Le destin place sur leur route un jeune prince déchu, Filaq, du royaume Khazar, qu'ils vont aider à se venger d'un oncle usurpateur, Boulan. Chemin faisant, il vont tailler en pièces quelques ennemis, faire de curieuses rencontres, croiser des éléphants et même des Normands. Très peu familière de cette époque et de cette zone géographique, je me suis parfois un peu perdue dans les noms et fonctions, même si les informations sont distillées au compte-goutte. En page 55, le lecteur a heureusement droit à quelques explications bienvenues (entre bek et khagan entre autres) mais pour le reste, j'ai dû aller à la pêche... Alors que dire du roman ? Il débute de manière fort abrupte mais magistrale. Le lecteur fait connaissance avec les deux protagonistes principaux qui forment une paire d'amis curieusement assortis : Amram, un colosse Africain (mais l'auteur évite le cliché de la brute épaisse) maniant la hache avec dextérité et dont la famille a disparu, et Zelikman, un médecin juif, grand et mince, aux cheveux blonds et de tempérament mélancolique. Tous deux parcourent les régions du Caucase au Xème siècle, en compagnie de leurs inséparables et attachantes montures, vivant de rapines et combines douteuses. Le destin place sur leur route un jeune prince déchu, Filaq, du royaume Khazar, qu'ils vont aider à se venger d'un oncle usurpateur, Boulan. Chemin faisant, il vont tailler en pièces quelques ennemis, faire de curieuses rencontres, croiser des éléphants et même des Normands. Très peu familière de cette époque et de cette zone géographique, je me suis parfois un peu perdue dans les noms et fonctions, même si les informations sont distillées au compte-goutte. En page 55, le lecteur a heureusement droit à quelques explications bienvenues (entre bek et khagan entre autres) mais pour le reste, j'ai dû aller à la pêche aux infos. Maintenant au moins, je sais ce qu'est un radhanite ! D'après les quelques recherches que j'ai effectuées, Chabon se serait inspiré du Kuzari, une œuvre philosophique majeure d'un auteur à la fois rabbin, philosophe et poète, Juda Halevi. Je trouve un peu dommage de la part de l'auteur de ne pas avoir écrit une préface pour situer un peu le contexte historique ou bien des notes en fin de volume. Disons-le tout de suite, même si je suis satisfaite d'avoir enfin pu lire Chabon, ce roman d'aventures ne va pas révolutionner le genre et ne me laissera peut-être pas un souvenir impérissable. Pourtant, ce fut une lecture plaisante car les bonnes trouvailles sont nombreuses : l'ouverture qui met tout de suite dans l'ambiance, une époque et un lieu originaux, deux héros attachants. J'ai particulièrement apprécié les dialogues entre Amram et Zelikman et l'humour de certaines situations. Et le rôle non négligeable des animaux... Enfin, un petit plus bien sympathique, les chouettes illustrations de Gary Gianni. Malgré ça, le roman donne l'impression d'avoir un rythme saccadé, comme si l'auteur avait voulu faire entrer un maximum de choses dans son livre sans laisser le temps de souffler au lecteur. Tout s'enchaîne trop vite, il manque quelques explications. Comme je suis très contrariante, je dirai que contrairement à ma lecture précédente, cette fois, c'était trop court !
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.