En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Avant l'aube

        10/18
        EAN : 9782264066947
        Code sériel : 5267
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        Avant l'aube

        Collection : Grands Détectives
        Date de parution : 05/10/2017
        Nouvelle recrue de la Brigade Criminelle, l’inspecteur Marlin se retrouve plongé dans le théâtre d’un monde corrompu où sévit le Service d’Action Civique du général De Gaulle. 
        Paris, 1966. Le cadavre mutilé d’une femme est retrouvé sur les rails de la Petite Ceinture. Marlin, un flic fraichement muté à la Brigade Criminelle, ancien maquisard, veuf et amateur de jazz, est chargé de l’enquête sous les ordres du Commissaire Baynac. Il va découvrir le monde de l’affairisme politico-financier,... Paris, 1966. Le cadavre mutilé d’une femme est retrouvé sur les rails de la Petite Ceinture. Marlin, un flic fraichement muté à la Brigade Criminelle, ancien maquisard, veuf et amateur de jazz, est chargé de l’enquête sous les ordres du Commissaire Baynac. Il va découvrir le monde de l’affairisme politico-financier, un monde corrompu et cynique, où le Service d’Action Civique (SAC), la police parallèle du général de Gaulle, règne souterrainement en maître. Dans ce théâtre d’ombres – où l’on croisera un entrepreneur véreux, un ancien para reconverti en homme de main et un sénateur corrompu – ses convictions républicaines seront ébranlées et l’héritage de la Résistance sérieusement mis à mal.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264066947
        Code sériel : 5267
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • sandrine1616 Posté le 13 Novembre 2017
          Voici un polar bien noir, mêlant intrigues policières et politique. Nous sommes en 1966, la révolution estudiantine s'approche, le conflit des générations s'amplifie. Une femme, magnifique (sublime, d'une beauté incroyable...) est retrouvée sauvagement mutilée. L'équipe de policiers s'occupant de l'enquête patauge, s'embourbe et finit par interroger un coupable potentiel. Après une bavure, tout l'équipe est démantelée et chacun continue à mener sa barque. Enfin non, pas chacun, car l'un d'eux, Marlin, obsédé par cette affaire, continue de fouiner. Ce polar poisseux est pas mal. Juste pas mal. Le souci c'est ces répétitions de bout de phrases incessants (et en italique), c'est ces phrases hyper courtes (4-5 mots) mais surtout dans la première moitié, étonnant, c'est c'est ces descriptions infinies (il se lève, prends un café, nourrit le chat, va aux toilettes, fait son lit, ...). Le personnage principal est plein de colère. Les personnages féminins sont sublimes, ... (voir plus haut). La fin n'en est pas vraiment une. Et l'intrigue est complétement incompréhensible. Vraiment. Entre un meurtre, une autoroute, des chiens brûlés (cool -_- ), des biens spoilés, j'ai rien capté à comment Marlin trouve une solution à ce bazar. Je l'ai lu sans déplaisir (en râlotant de temps en... Voici un polar bien noir, mêlant intrigues policières et politique. Nous sommes en 1966, la révolution estudiantine s'approche, le conflit des générations s'amplifie. Une femme, magnifique (sublime, d'une beauté incroyable...) est retrouvée sauvagement mutilée. L'équipe de policiers s'occupant de l'enquête patauge, s'embourbe et finit par interroger un coupable potentiel. Après une bavure, tout l'équipe est démantelée et chacun continue à mener sa barque. Enfin non, pas chacun, car l'un d'eux, Marlin, obsédé par cette affaire, continue de fouiner. Ce polar poisseux est pas mal. Juste pas mal. Le souci c'est ces répétitions de bout de phrases incessants (et en italique), c'est ces phrases hyper courtes (4-5 mots) mais surtout dans la première moitié, étonnant, c'est c'est ces descriptions infinies (il se lève, prends un café, nourrit le chat, va aux toilettes, fait son lit, ...). Le personnage principal est plein de colère. Les personnages féminins sont sublimes, ... (voir plus haut). La fin n'en est pas vraiment une. Et l'intrigue est complétement incompréhensible. Vraiment. Entre un meurtre, une autoroute, des chiens brûlés (cool -_- ), des biens spoilés, j'ai rien capté à comment Marlin trouve une solution à ce bazar. Je l'ai lu sans déplaisir (en râlotant de temps en temps quand même) et refermé en soupirant (tout ça pour ça). Ça m'agace parce qu'on sent le potentiel! Ce personnage, Marlin, il a quelque chose de sombre, de laid. Il aurait été intéressant de l'approfondir! Baynac aussi à un sacré potentiel! La victime! Il y aurait eu tant de chose à en dire. En fait, l'enquête et sa résolution ne sont rien face à des personnages pareils et c'est triste, je trouve, d'avoir bâclé ces personnages pour juste faire un roman sur une enquête. L'auteur a assez de talent pour nous fournir un gros bouquin bien glauque, j'espère qu'il le fera pour son prochain opus. J'ai lu ce livre dans le cadre de la Masse critique Babelio. Je remercie donc et Babelio et les éditions 10/18!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Eroblin Posté le 12 Novembre 2017
          Philippe Marlin a le blues depuis la mort de sa femme. Il a le blues depuis la découverte d’un cadavre de femme. Ses nuits sont troublées par des cauchemars où le visage de sa femme et de celle d’Audrey Mésange se mêlent dans une danse macabre qui le laisse épuisé quand il se réveille. Dans le Paris des années 66, dans cette France qui s’ennuie –comme le titrera le journal Le Monde deux ans plus tard – l’équipe d’inspecteurs réunis autour de leur supérieur Baynac, peine à trouver le meurtrier d’Audrey ex-fille de joie, devenue la respectable Mme Flanquart. Respectable ? Pas tant que ça, de même que n’est pas respectable le milieu qu’elle fréquentait. Baynac et Marlin flairent une implication du SAC mais l’affaire leur échappe. On incrimine un chef de chantier de Flanquart, un certain M. Amad qui a l’obligeance de se suicider. On circule il n’y a plus rien à voir. Oui mais les nuits de Philippe Marlin sont toujours aussi agitées, alors il cherche, il fouille, il dérange. Ambiance glauque, personnages patibulaires, affaires publiques entachées de vol et d’escroquerie imprègnent ce roman bien écrit. Dans cette atmosphère poisseuse où Marlin traîne son désespoir, seule... Philippe Marlin a le blues depuis la mort de sa femme. Il a le blues depuis la découverte d’un cadavre de femme. Ses nuits sont troublées par des cauchemars où le visage de sa femme et de celle d’Audrey Mésange se mêlent dans une danse macabre qui le laisse épuisé quand il se réveille. Dans le Paris des années 66, dans cette France qui s’ennuie –comme le titrera le journal Le Monde deux ans plus tard – l’équipe d’inspecteurs réunis autour de leur supérieur Baynac, peine à trouver le meurtrier d’Audrey ex-fille de joie, devenue la respectable Mme Flanquart. Respectable ? Pas tant que ça, de même que n’est pas respectable le milieu qu’elle fréquentait. Baynac et Marlin flairent une implication du SAC mais l’affaire leur échappe. On incrimine un chef de chantier de Flanquart, un certain M. Amad qui a l’obligeance de se suicider. On circule il n’y a plus rien à voir. Oui mais les nuits de Philippe Marlin sont toujours aussi agitées, alors il cherche, il fouille, il dérange. Ambiance glauque, personnages patibulaires, affaires publiques entachées de vol et d’escroquerie imprègnent ce roman bien écrit. Dans cette atmosphère poisseuse où Marlin traîne son désespoir, seule la journaliste Charlotte Saint-Aunix met un peu de lumière.
          Lire la suite
          En lire moins
        • cvd64 Posté le 10 Novembre 2017
          bon premier polar, on déambule dans Paris au gré de l'enquête à la fin des années 60, on y retrouve des lieux, des expressions de l'époque .
        • legoergosum Posté le 26 Octobre 2017
          Tout d'abord merci à Babelio et aux Editions 12/18 pour l'envoi de ce livre Annoncé comme un polar de la rentrée à découvrir, Avant l'aube s'avère être bien plus que cela. Grâce au récit haletant du narrateur personnage -un policier de la Crim' (Philippe Marlin) chargé d'une enquête complexe sur le meurtre d'une jeune et jolie femme, dans le Paris de 1966- , l'auteur nous fait partager bien sûr les étapes de l'enquête criminelle, mais aussi les interrogations sur le passé obsédant de ce policier, passé qui interfère avec les personnages impliqués dans l'affaire, et, plus troublant encore, les liens souterrains avec le SAC, service ultra secret fondé dans les années gaullistes, avant la fin de la guerre d'Algérie, et ses inévitables corruptions. D'où les investigations menées par Philippe Marlin pour mettre au jour les agissements secrets d'une police parallèle. Voici donc trois bonnes raisons de lire ce roman, très bien écrit, auquel on peut reprocher une certaine insistance sur des détails destinés à nous rappeler constamment ce décalage : nous sommes en décembre 1966... soit un demi-siècle avant la parution du livre, cette lourdeur étant surtout sensible pour quelqu'un qui a connu ces années, mais, pour un... Tout d'abord merci à Babelio et aux Editions 12/18 pour l'envoi de ce livre Annoncé comme un polar de la rentrée à découvrir, Avant l'aube s'avère être bien plus que cela. Grâce au récit haletant du narrateur personnage -un policier de la Crim' (Philippe Marlin) chargé d'une enquête complexe sur le meurtre d'une jeune et jolie femme, dans le Paris de 1966- , l'auteur nous fait partager bien sûr les étapes de l'enquête criminelle, mais aussi les interrogations sur le passé obsédant de ce policier, passé qui interfère avec les personnages impliqués dans l'affaire, et, plus troublant encore, les liens souterrains avec le SAC, service ultra secret fondé dans les années gaullistes, avant la fin de la guerre d'Algérie, et ses inévitables corruptions. D'où les investigations menées par Philippe Marlin pour mettre au jour les agissements secrets d'une police parallèle. Voici donc trois bonnes raisons de lire ce roman, très bien écrit, auquel on peut reprocher une certaine insistance sur des détails destinés à nous rappeler constamment ce décalage : nous sommes en décembre 1966... soit un demi-siècle avant la parution du livre, cette lourdeur étant surtout sensible pour quelqu'un qui a connu ces années, mais, pour un lecteur né dans les années 80 ou au-delà, ces références sont nécessaires, car la lecture du roman implique une immersion dans la France gaulliste des années 60. Ce roman se lit avec un réel plaisir, le suspense habilement ménagé, les troublantes connexions avec le SAC (Service d'action civique) dans cette série de meurtres ou de morts suspectes , la dualité du personnage principal, avec ses zones d'ombre, en font un excellent polar, et bien plus encore... A dévorer sans modération... ..
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lousine Posté le 15 Octobre 2017
          Enquête sous De Gaulle Les Batignolles, locaux de la Brigade Criminelle, accueillent un nouvel inspecteur, Philippe Marlin : un amateur de whisky et de Jazz qui avait pris le maquis 20 ans auparavant. Dans le même service, travaillent Baynac ,un super flic qui a fait partie des RG auparavant, et Le Varech, son adjoint. Le 2e protagoniste de ce roman est le Service d’Action Civique, la police parallèle créée par le général De Gaulle pour défendre et faire connaître sa pensée et son action mais qui fut mise en cause dans de nombreuses affaires de meurtres, d’escroqueries et de trafics, qui est omniprésent même au sein de la Brigade Criminelle. Le roman commence avec une tentative de cambriolage dans une bijouterie à laquelle notre héros, Marlin, met fin. L’affaire qui lance le roman arrive ensuite : le meurtre d’une femme retrouvé dans le 17e arrondissement et que l’équipe de Marlin doit d’abord identifier puis dont elle doit retrouver l’assassin. Cette découverte emmène la nouvelle recrue dans de nombreuses péripéties afin de résoudre les différentes énigmes liées à ce cas. Le roman est construit grâce à des descriptions très précises lors desquelles on a l’impression d’avoir la scène sous les yeux. Les citations venant d’horizons divers (de... Enquête sous De Gaulle Les Batignolles, locaux de la Brigade Criminelle, accueillent un nouvel inspecteur, Philippe Marlin : un amateur de whisky et de Jazz qui avait pris le maquis 20 ans auparavant. Dans le même service, travaillent Baynac ,un super flic qui a fait partie des RG auparavant, et Le Varech, son adjoint. Le 2e protagoniste de ce roman est le Service d’Action Civique, la police parallèle créée par le général De Gaulle pour défendre et faire connaître sa pensée et son action mais qui fut mise en cause dans de nombreuses affaires de meurtres, d’escroqueries et de trafics, qui est omniprésent même au sein de la Brigade Criminelle. Le roman commence avec une tentative de cambriolage dans une bijouterie à laquelle notre héros, Marlin, met fin. L’affaire qui lance le roman arrive ensuite : le meurtre d’une femme retrouvé dans le 17e arrondissement et que l’équipe de Marlin doit d’abord identifier puis dont elle doit retrouver l’assassin. Cette découverte emmène la nouvelle recrue dans de nombreuses péripéties afin de résoudre les différentes énigmes liées à ce cas. Le roman est construit grâce à des descriptions très précises lors desquelles on a l’impression d’avoir la scène sous les yeux. Les citations venant d’horizons divers (de genres et pays variés et dont on a la liste complète à la fin du livre) nous aident à comprendre les pensées, rêveries ou hallucinations de l’inspecteur au fur et à mesure de son enquête. Les chapitres sont plutôt courts et rapides et nous permettent de suivre les différentes aventures de Philippe Marlin. L’intrigue reste cependant un peu lente à mon goût et le dénouement semble au contraire un peu précipité. Il s’agit toutefois d’une intrigue assez intéressante pour les fans de polars se déroulant à des périodes historiques précises : la passion de l’auteur pour l’Histoire (avec un h majuscule) apporte de la crédibilité à l’histoire (avec un h minuscule).
          Lire la suite
          En lire moins
        Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
        Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.