RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Christmas pudding

            10/18
            EAN : 9782264068828
            Code sériel : 5201
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 264
            Format : 108 x 177 mm
            Christmas pudding

            Anne DAMOUR (Traducteur)
            Date de parution : 09/11/2017
            Un Noël à la campagne dans le Gloucestershire. La perspective est séduisante pour un groupe de jeunes mondains, un peu las de la routine londonienne, qui décident de séjourner à proximité du domaine de Lady Bobbin et de ses enfants.
             Multipliant péripéties invraisemblables et dialogues mordants, Nancy Mitford dresse un portrait...
            Un Noël à la campagne dans le Gloucestershire. La perspective est séduisante pour un groupe de jeunes mondains, un peu las de la routine londonienne, qui décident de séjourner à proximité du domaine de Lady Bobbin et de ses enfants.
             Multipliant péripéties invraisemblables et dialogues mordants, Nancy Mitford dresse un portrait décalé de la société anglaise dans les années 1930.

            « C’est le meilleur du vaudeville, avec le savoir-faire britannique en plus : une légèreté cynique, le raffinement jusque dans la loufoquerie et un pragmatisme abrupt. » Virginie Bloch-Lainé, Libération

             Traduit de l'anglais par Anne Damour
             Avant-propos de Joseph Connolly
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264068828
            Code sériel : 5201
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 264
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Isambour Posté le 4 Mars 2019
              C'est un petit roman sympathique qui dresse un portrait assez sarcastique de la haute société (on ne côtoie pas trop le bas peuple), assez caustique tout de même car tous en prennent pour leur grade. C'est drôle, léger, un véritable tourbillon parfois un peu absurde. Il aurait juste pu être un peu plus court car la fin m'a paru trainer inutilement. Par contre, Noël est à peine en toile de fond, c'est un prétexte, le temps d'un mot ou deux.
            • mallaurylit Posté le 11 Janvier 2019
              Chère Nancy, . Je n'avais encore jamais lu un de tes écrits. Alors que j'étais plongée dans l'esprit de Noêl, j'ai aperçu ce titre et me suis dit que c'était le bon moment pour découvrir ta plume. . Au début je ne savais pas trop à quoi m'attendre et avec cette présentation de tes personnages dès les premières pages, je me suis demandée si je ne partais pas pour une partie de Cluedo littéraire. Il ne me manquait qu'un manoir dans la campagne anglaise, un colonel et un peu de noblesse et le décor serait quasiment identique...Et bien non, aucun crime ne sera commis, et pourtant tous les éléments prévisibles sont apparus progressivement. Au sein d'un authentique manoir, on verra certains se cacher dans la bibliothèque, d'autres avoir des comportements parfois suspects, on écoutera de légers échanges conventionnels dans la salle de bal, on assistera à quelques manigances dans le salon. . Dans ton roman, tout cela se fait sur le ton de la comédie, un peu cynique parfois. Cette plongée dans l'oisivité mondaine, permet d'observer un groupe d'individus dont l'existence est régie par des conventions sociales, et dont le snobisme est un art de vivre. . On assiste à un vaudeville qui explore avec une ironie joyeuse... Chère Nancy, . Je n'avais encore jamais lu un de tes écrits. Alors que j'étais plongée dans l'esprit de Noêl, j'ai aperçu ce titre et me suis dit que c'était le bon moment pour découvrir ta plume. . Au début je ne savais pas trop à quoi m'attendre et avec cette présentation de tes personnages dès les premières pages, je me suis demandée si je ne partais pas pour une partie de Cluedo littéraire. Il ne me manquait qu'un manoir dans la campagne anglaise, un colonel et un peu de noblesse et le décor serait quasiment identique...Et bien non, aucun crime ne sera commis, et pourtant tous les éléments prévisibles sont apparus progressivement. Au sein d'un authentique manoir, on verra certains se cacher dans la bibliothèque, d'autres avoir des comportements parfois suspects, on écoutera de légers échanges conventionnels dans la salle de bal, on assistera à quelques manigances dans le salon. . Dans ton roman, tout cela se fait sur le ton de la comédie, un peu cynique parfois. Cette plongée dans l'oisivité mondaine, permet d'observer un groupe d'individus dont l'existence est régie par des conventions sociales, et dont le snobisme est un art de vivre. . On assiste à un vaudeville qui explore avec une ironie joyeuse les fonctionnements et les travers d'une société détachée des réalités du quotidien. Tous les ingrédients du parfait « Soap opéra » sont regroupés dans ton récit et pour aborder l'hiver avec légerété, c'est le roman idéal car rien n'est à prendre au sérieux !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Syl Posté le 7 Janvier 2019
              1930, Londres et le Gloucestershire, En cette fin de décembre, pour les fêtes, la campagne du Gloucestershire va être le théâtre de nombreuses farces satiriques qui se joueront entre deux imposantes demeures, celles de Lady Bobbyn et de Madame Amabelle Fortescue. Pour nous aider à situer les seize personnages principaux, Nancy Mitford nous dresse leurs portraits dès les premières pages qui décrivent avec finesse et piquant une société bourgeoise nantie d’un snobisme déconcertant et d’une ringardise déprimante. Deux, voire même trois générations vont se confronter ; les aînés qui sont bien imprégnés des heures glorieuses du passé et qui s’enlisent dans les conventions de leur milieu et les jeunes qui sont avides de plus de liberté, de bêtises, d’anticonformisme et de modernité. Paul Fotheringay, ancien disciple d’Eton, a décidé de devenir écrivain. Son premier roman voudrait être une tragédie qui raconte les déconvenues romanesques d’un jeune homme, mais, à son grand désespoir, les critiques littéraires et les premiers lecteurs en ont fait le livre le plus divertissant de l’année, saluant la drôlerie de ses écrits en pensant à tort qu’ils sont une bouffonnerie des jeux amoureux. Incompris, déshonoré, Paul aurait aimé être réconforté par la demoiselle qu’il courtise, Marcella, seulement la jeune bécasse,... 1930, Londres et le Gloucestershire, En cette fin de décembre, pour les fêtes, la campagne du Gloucestershire va être le théâtre de nombreuses farces satiriques qui se joueront entre deux imposantes demeures, celles de Lady Bobbyn et de Madame Amabelle Fortescue. Pour nous aider à situer les seize personnages principaux, Nancy Mitford nous dresse leurs portraits dès les premières pages qui décrivent avec finesse et piquant une société bourgeoise nantie d’un snobisme déconcertant et d’une ringardise déprimante. Deux, voire même trois générations vont se confronter ; les aînés qui sont bien imprégnés des heures glorieuses du passé et qui s’enlisent dans les conventions de leur milieu et les jeunes qui sont avides de plus de liberté, de bêtises, d’anticonformisme et de modernité. Paul Fotheringay, ancien disciple d’Eton, a décidé de devenir écrivain. Son premier roman voudrait être une tragédie qui raconte les déconvenues romanesques d’un jeune homme, mais, à son grand désespoir, les critiques littéraires et les premiers lecteurs en ont fait le livre le plus divertissant de l’année, saluant la drôlerie de ses écrits en pensant à tort qu’ils sont une bouffonnerie des jeux amoureux. Incompris, déshonoré, Paul aurait aimé être réconforté par la demoiselle qu’il courtise, Marcella, seulement la jeune bécasse, superficielle et égocentrique, n’est d’aucun soutien. C’est donc vers une amie et confidente, Amabelle Fortescue, qu’il épanche sa peine. Cette femme intelligente, pétillante et très estimée, lui conseille de rebondir sur ce semi échec et d’écrire un nouveau livre. Alors, après réflexions et avec un certain entrain, Paul jette son dévolu sur une poétesse du siècle dernier, Lady Maria Bobbin. Afin d’être au plus juste dans ses écrits, il fait des démarches auprès de ses descendants installés dans le Gloucestershire, pour avoir le droit de consulter son journal intime, mais sa demande reste vaine car la Lady Bobbin actuelle voit en Paul un auteur comique qui ne servirait pas le souvenir de l’ancêtre… Toujours bien aiguillé par Amabelle qui connaît la famille Bobbin, Paul décide de taire sa réelle identité et de se présenter à Lady Bobbin en tant que précepteur pour son fils Bobby, un jeune homme de dix-sept ans qui suit ses études à Eton et qui, durant les vacances de Noël, a grandement besoin d’une remise à niveau. Ainsi commence le roman. D’une part, nous avons la maison de Lady Bobbin et d’autre part à quelques distances, nous avons la maison qu’Amabelle loue pour les fêtes. De l’une à l’autre, nous participons à l’arrivée des invités venus passer Noël et à un chassé-croisé de leurs visites, ainsi qu’à un chassé-croisé des sentiments. Il serait bien trop long de vous expliquer qui est qui, qui fait quoi, mais sachez que le lecteur n’éprouve aucun ennui à lire l’ennui des personnages qui se donnent de l’importance jusqu’au ridicule. C’est riche et théâtral, ironique, ça brille de quiproquos, de goujateries, de bêtises et de suffisance. Lady Bobbin est une terrienne qui gère son patrimoine et sa famille à la baguette. En invitant la famille elle accomplit son devoir de chef, mais il ne faut point y mettre de plaisir. Fille de cette aristocratie trop élitiste, hédoniste, chancelante et gâtée, Nancy Mitford raconte si bien ce qu’elle a vécu ! Sans indulgence, elle peint au vitriol le portrait de son époque et dénonce la condition de la femme dans cette société. Une femme se devait de faire un bon mariage et en oublier l’amour. Je vous conseille grandement ce livre, à lire juste avant Noël pour le vivre pleinement. La demeure de Lady Bobbin est pleine de houx, on joue et on boit du champagne. Son Noël réunit le faste païen et la rigueur religieuse. A recommander !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Aa2liiinee Posté le 6 Janvier 2019
              Rendez-vous avec la société mondaine de Londres des années 30 pour passer Noël à la campagne avec cette satire sociale. Nancy Mitford manie à la perfection le cynisme avec ces dialogues croustillants qui m'ont beaucoup amusés. Ainsi que l'humour très british qui est dans ce roman. L'histoire en elle même n'est pas sensationnelle, avec des petites longueurs mais est relevée par ces personnages hauts en couleurs dont j'ai aimé suivre les péripéties . J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur !
            • MarieAnneAnneMarie Posté le 8 Juillet 2018
              Livre publié la première fois en 1932, puis, publié le 9 novembre 2017 aux Éditions 10/18. Genre : roman étranger. Signification du titre : Le christmas pudding est un dessert traditionnel servi à Noël au Royaume-Uni et en Irlande. Le christmas pudding est devenu un dessert traditionnel à l'époque Victorienne grâce au Prince de Galles Albert 1er. Avis : Le roman, agréable à lire, nous plonge dans l'univers anglais avec des passages drôles et d'autres où on a hâte de connaître la suite de l'histoire. Certains personnages sont attachants, j'ai particulièrement aimé suivre Amabelle, Paul et Philadelphia (Delphie), j'avais hâte de découvrir la continuité de leurs aventures. Une fin qui laisse libre court à l'imagination sur certains points. Le plus est la référence, voire la découverte, d'artistes ayant existés (peintres, poètes, sculpteurs, ...). Livre que je n'aurai probablement pas lu si je ne l'avais pas reçu en cadeau. Ce fut une belle découverte, je recommande cette lecture ! Je lirai d'autres livres de l'auteure. Actuellement dans ma PAL (Pile A Lire), j'ai "Tir aux pigeons"
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…