En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Christmas pudding

            10/18
            EAN : 9782264068828
            Code sériel : 5201
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 264
            Format : 108 x 177 mm
            Christmas pudding

            Anne DAMOUR (Traducteur)
            Date de parution : 09/11/2017
            Un Noël à la campagne dans le Gloucestershire. La perspective est séduisante pour un groupe de jeunes mondains, un peu las de la routine londonienne, qui décident de séjourner à proximité du domaine de Lady Bobbin et de ses enfants.
             Multipliant péripéties invraisemblables et dialogues mordants, Nancy Mitford dresse un portrait...
            Un Noël à la campagne dans le Gloucestershire. La perspective est séduisante pour un groupe de jeunes mondains, un peu las de la routine londonienne, qui décident de séjourner à proximité du domaine de Lady Bobbin et de ses enfants.
             Multipliant péripéties invraisemblables et dialogues mordants, Nancy Mitford dresse un portrait décalé de la société anglaise dans les années 1930.

            « C’est le meilleur du vaudeville, avec le savoir-faire britannique en plus : une légèreté cynique, le raffinement jusque dans la loufoquerie et un pragmatisme abrupt. » Virginie Bloch-Lainé, Libération

             Traduit de l'anglais par Anne Damour
             Avant-propos de Joseph Connolly
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264068828
            Code sériel : 5201
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 264
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MarieAnneAnneMarie Posté le 8 Juillet 2018
              Livre publié la première fois en 1932, puis, publié le 9 novembre 2017 aux Éditions 10/18. Genre : roman étranger. Signification du titre : Le christmas pudding est un dessert traditionnel servi à Noël au Royaume-Uni et en Irlande. Le christmas pudding est devenu un dessert traditionnel à l'époque Victorienne grâce au Prince de Galles Albert 1er. Avis : Le roman, agréable à lire, nous plonge dans l'univers anglais avec des passages drôles et d'autres où on a hâte de connaître la suite de l'histoire. Certains personnages sont attachants, j'ai particulièrement aimé suivre Amabelle, Paul et Philadelphia (Delphie), j'avais hâte de découvrir la continuité de leurs aventures. Une fin qui laisse libre court à l'imagination sur certains points. Le plus est la référence, voire la découverte, d'artistes ayant existés (peintres, poètes, sculpteurs, ...). Livre que je n'aurai probablement pas lu si je ne l'avais pas reçu en cadeau. Ce fut une belle découverte, je recommande cette lecture ! Je lirai d'autres livres de l'auteure. Actuellement dans ma PAL (Pile A Lire), j'ai "Tir aux pigeons"
            • belette2911 Posté le 15 Juin 2018
              Comme le disait si bien monsieur Preskovic (celui des doubitchous) : "Vous être caustique". Caustique est le mot qui résume le mieux cette satire qui tire à boulets rouges sur l’aristocratie anglaise et sur les gens qui n’ont aucun talent, si ce n’est de ne rien faire et de se complaire dans l’oisiveté. Nancy Mitford sait de quoi elle parle étant elle-même issue de la grande bourgeoisie anglaise. Alors, elle les brocarde, les mets en scène avec humour, certes, mais en trempant la plume dans l’acide car tout est toujours cynique. Dans ces pages, il ne faut pas chercher une intrigue, tout le sel de l’affaire se trouve dans les dialogues et prises de positions de certains personnages, dans leur orgueil qui ne les fait s’intéresser à rien d’autre qu’à leur nombril, à la chasse ou à faire un beau mariage et n’avoir pour mission que de faire un héritier mâle à son mari. Nos jeunes gens ont tous fait Eton, au moins, feront Oxford, sans aucun doute, mais ne sont apte à ne savoir rien faire de leur dix doigts et n’ont pas l’intention de faire quelques chose avec, si ce n’est se les tourner. Zéro effort mais maxi confort. Dans un roman noir, nous... Comme le disait si bien monsieur Preskovic (celui des doubitchous) : "Vous être caustique". Caustique est le mot qui résume le mieux cette satire qui tire à boulets rouges sur l’aristocratie anglaise et sur les gens qui n’ont aucun talent, si ce n’est de ne rien faire et de se complaire dans l’oisiveté. Nancy Mitford sait de quoi elle parle étant elle-même issue de la grande bourgeoisie anglaise. Alors, elle les brocarde, les mets en scène avec humour, certes, mais en trempant la plume dans l’acide car tout est toujours cynique. Dans ces pages, il ne faut pas chercher une intrigue, tout le sel de l’affaire se trouve dans les dialogues et prises de positions de certains personnages, dans leur orgueil qui ne les fait s’intéresser à rien d’autre qu’à leur nombril, à la chasse ou à faire un beau mariage et n’avoir pour mission que de faire un héritier mâle à son mari. Nos jeunes gens ont tous fait Eton, au moins, feront Oxford, sans aucun doute, mais ne sont apte à ne savoir rien faire de leur dix doigts et n’ont pas l’intention de faire quelques chose avec, si ce n’est se les tourner. Zéro effort mais maxi confort. Dans un roman noir, nous aurions été en compagnie de pareils incultes sortant des inepties à tour de bras, la seule différence étant que dans le roman noir, nous aurions été assis avec des assistés sociaux, chômeurs professionnels, magouilleurs en tout genre. La différence de classe aurait été un gouffre, mais les pensées les mêmes. Les personnages dans cette satire, qui pourrait tout avoir de la pièce de théâtre, sont souvent des incultes de chez incultes, pensant que le socialisme est le truc le plus abject qui existe sur terre, tout comme les bolcheviks qu’ils voient partout et qu’ils accusent de tout les malheurs de la région. Avec de pareilles personnes assissent devant moi, je quitterai la table en soupirant devant tant de bêtise et lieux communs réunis ensemble, mais dans ce roman, c’est amusant et terriblement jouissif. Je n’avais jamais lu Nancy Mitford, maintenant que c’est fait, je compte bien aller un peu plus loin dans la découverte de ces écrits et, qui sait, je pourrais recroiser la routes de ces dandys fabuleux, de ces oisifs magnifiques, de ces demoiselles courant le bal pour trouver chaussure à leur pied, de cette dame uniquement préoccupée par la chasse à la pauvre bête qu’elle ne peut assouvir pour cause de fièvre aphteuse. Encore un coup des bolcheviks, assurément. Un roman possédant des dialogues croustillants, caustiques, sarcastiques. Un pudding rempli de tous les bons ingrédients et bien plus digeste que le véritable Christmas Pudding ! Oui, je sais, c’est tout moi, ça, de lire, en juin, un roman se déroulant à Noël, dans les frimas de l’hiver alors que je suis moi-même sous le soleil, les doigts de pieds en éventail…
              Lire la suite
              En lire moins
            • JPB Posté le 21 Mai 2018
              J'ai eu un petit peu de mal à rentrer dans le livre, du moins dans ses 50 premières pages, parce que je n'avais pas bien compris la logique et que les personnages sont nombreux. Mais dès lors que l'intrigue se déplace à Compton Bobbin, chez Bobby, Philiadelphia et leur infecte mère, c'est tout autre chose. Le personnage de Paul, auteur sans talent et viveur invétéré, central en fait, celui d'Amabel et quelques autres encore sont formidables. La peinture de cette société anglaise, parfois fortunée mais le plus souvent sans le sou est formidable et les intrigues autour des mariages arrangés est par moments jubilatoire. C'est très drôle, parfois touchant, très bien écrit. A conseiller.
            • Euthib Posté le 8 Mars 2018
              L’art de Nancy MITFORD réside dans son talent de décrypter ses pairs de la classe aristocratique anglaise des années 1930. A travers des intrigues habilement montées, Nancy MITFORD dresse un portrait caustique et décalé de l’Upper Class, montrant que ce petit monde vit en totale décalage avec la réalité du moment. Ses personnages sont délectables : les jeunes filles n’ont qu’une idée en tête, faire un bon mariage – c’est à dire épouser un gentleman titré et riche – tandis que les jeunes hommes sortent tous d’Eton et sont naturellement peu enclins à toute forme d’effort. Les festivités de Noël sont rapidement survolées : le vrai centre d’intérêt réside dans la réunion de ces personnages hétéroclites bien que presque incestueusement apparentés dans un milieu qui n’est ordinairement pas le leur, pendant un certain laps de temps. Les dialogues sont piquants, caustiques, complètement décalés. Les personnages sont particulièrement intransigeants avec leurs contemporains surtout s’ils viennent d’une autre classe sociale qu’eux. Lady Bobbin, l’indispensable matrone, est absolument délicieuse de snobisme et de bêtise, complètement obnubilée par son besoin de régenter tout son petit monde et désespérée par la fièvre aphteuse qui sévit dans le comté, l’empêchant de se livrer à son sport favori, la... L’art de Nancy MITFORD réside dans son talent de décrypter ses pairs de la classe aristocratique anglaise des années 1930. A travers des intrigues habilement montées, Nancy MITFORD dresse un portrait caustique et décalé de l’Upper Class, montrant que ce petit monde vit en totale décalage avec la réalité du moment. Ses personnages sont délectables : les jeunes filles n’ont qu’une idée en tête, faire un bon mariage – c’est à dire épouser un gentleman titré et riche – tandis que les jeunes hommes sortent tous d’Eton et sont naturellement peu enclins à toute forme d’effort. Les festivités de Noël sont rapidement survolées : le vrai centre d’intérêt réside dans la réunion de ces personnages hétéroclites bien que presque incestueusement apparentés dans un milieu qui n’est ordinairement pas le leur, pendant un certain laps de temps. Les dialogues sont piquants, caustiques, complètement décalés. Les personnages sont particulièrement intransigeants avec leurs contemporains surtout s’ils viennent d’une autre classe sociale qu’eux. Lady Bobbin, l’indispensable matrone, est absolument délicieuse de snobisme et de bêtise, complètement obnubilée par son besoin de régenter tout son petit monde et désespérée par la fièvre aphteuse qui sévit dans le comté, l’empêchant de se livrer à son sport favori, la chasse. MITFORD est d’une extrême drôlerie et dotée d’un esprit particulièrement acéré.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lecteur_75015 Posté le 27 Janvier 2018
              Roman très divertissant qui caricature l'aristocratie anglaise des années 30. Beaucoup de personnages, certains étant assez insignifiants, mais d'autres particulièrement marquants ! Le côté british fait le charme du roman même si la fin du roman est peut-être trop rapide.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…