Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264049476
Code sériel : 1559
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

La fille du temps

Michel DUCHEIN (Traducteur)
Collection : Grands Détectives
Date de parution : 02/04/2009

Immobilisé sur son lit d'hôpital, l'inspecteur Grant s'ennuie. Pour se distraire, il passe au crible de son œil criminologiquement très exercé des portraits de personnages historiques. Parmi eux, un visage lui inspire sympathie et déférence. Mais il s'avère être celui de l'épouvantable Richard III, roi d'Angleterre, parvenu au trône (voyez...

Immobilisé sur son lit d'hôpital, l'inspecteur Grant s'ennuie. Pour se distraire, il passe au crible de son œil criminologiquement très exercé des portraits de personnages historiques. Parmi eux, un visage lui inspire sympathie et déférence. Mais il s'avère être celui de l'épouvantable Richard III, roi d'Angleterre, parvenu au trône (voyez Shakespeare) grâce à l'assassinat de ses neveux, les enfants d'Édouard. Alors commence à travers l'Histoire une quête de la vérité qui forme l'une des enquêtes les plus originales de toute la littérature policière, l'un des dix grands classiques du genre salué par la critique et aussi par les pairs de l'auteur.


Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264049476
Code sériel : 1559
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • franksinatra Posté le 16 Septembre 2021
    Inspecteur renommé du Yard, Alan Grant est coincé sur un lit d'hôpital suite à un accident. Il n'a rien d'autre à faire que scruter le plafond pendant des heures et affubler ses infirmières de sobriquets quelque peu désobligeants. Heureusement, Marta Hallard, une de ses amies, actrice de théâtre réputée, le sachant physionomiste, lui apporte une série de portraits pour le distraire et le sortir de l'ennui profond dans lequel il se morfond. Parmi ces tableaux et images, un visage retient en particulier son attention par la noblesse, l'intelligence et la bonté qu'il dégage. Quelle n'est pas sa surprise de découvrir qu'il s'agit là de Richard III, le souverain le plus détesté de toute l'histoire d'Angleterre, soupçonné d'avoir assassiné ses deux neveux âgés d'une dizaine d'années dans la Tour de Londres pour s'emparer du trône. Persuadé qu'un personnage possédant une physionomie aussi rayonnante et solaire ne peut être coupable des ignominies relatées par les livres d'histoire à son encontre, Grant va, avec l'aide de Brent Carradine, un jeune apprenti historien amoureux d'une jeune actrice qui joue avec Marta, mener l'enquête pour étayer sa théorie, en s'appuyant non pas sur les ouvrages d'historiens du XVème siècle mais sur des documents comptables ou... Inspecteur renommé du Yard, Alan Grant est coincé sur un lit d'hôpital suite à un accident. Il n'a rien d'autre à faire que scruter le plafond pendant des heures et affubler ses infirmières de sobriquets quelque peu désobligeants. Heureusement, Marta Hallard, une de ses amies, actrice de théâtre réputée, le sachant physionomiste, lui apporte une série de portraits pour le distraire et le sortir de l'ennui profond dans lequel il se morfond. Parmi ces tableaux et images, un visage retient en particulier son attention par la noblesse, l'intelligence et la bonté qu'il dégage. Quelle n'est pas sa surprise de découvrir qu'il s'agit là de Richard III, le souverain le plus détesté de toute l'histoire d'Angleterre, soupçonné d'avoir assassiné ses deux neveux âgés d'une dizaine d'années dans la Tour de Londres pour s'emparer du trône. Persuadé qu'un personnage possédant une physionomie aussi rayonnante et solaire ne peut être coupable des ignominies relatées par les livres d'histoire à son encontre, Grant va, avec l'aide de Brent Carradine, un jeune apprenti historien amoureux d'une jeune actrice qui joue avec Marta, mener l'enquête pour étayer sa théorie, en s'appuyant non pas sur les ouvrages d'historiens du XVème siècle mais sur des documents comptables ou financiers et des archives juridiques d'époque plus confidentiels que lui fournira Carradine et rétablir la vérité, cette fille du temps, sur Richard III. Joséphine Tey a publié "La fille du temps" en 1952, bien avant que Richard III ne soit officiellement réhabilité. de ce roi, je ne connaissais pas grand chose si ce n'est que Shakespeare en avait fait le sujet d'une pièce que je n'ai pas lu (même pas honte !). Mais j'avais suivi la mini-série américano-britannique intitulée The White Princess qui traite de la fondation de la dynastie Tudor avec l'accession au trône d'Henri VII en 1485, réunissant par son mariage avec la princesse Elizabeth d'York (la soeur des deux petits princes de la Tour de Londres) les familles royales de Lancastre et d'York. Vainqueur de Richard III à la bataille de Bosworth, il met par cette victoire fin à la guerre des Deux Roses. Cela m'avait donc permis de me familiariser avec les protagonistes du roman. J'ai néanmoins grandement apprécié les deux tableaux généalogiques en début d'ouvrage auxquels je me suis référé à maintes reprises tout au long de la lecture, ma foi, très agréable, de ce roman policier, classique dans son style d'écriture proche d'Agatha Christie, Dorothy L. Sayers ou Ngaio Marsh mais dont l'aspect historique, très novateur pour l'époque, l'éloigne des canons du genre. Classé aussi bien outre Atlantique qu'outre Manche parmi les deux ou trois meilleurs romans policiers jamais écrits, j'avais hâte de découvrir ce roman. Je dois avouer, bien que je l'ai apprécié, avoir été quelque peu déçu. Sans doute parce que je m'attendais à une oeuvre de pure fiction et non à une enquête basé sur une réalité historique, même si elle a le mérite de remettre parfois en question la recherche en Histoire et ce que l'auteure nomme le phénomène de Tonypandy qu'elle démonte hardiment.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lecteur_75015 Posté le 15 Août 2021
    Vous êtes un amateur d’histoire et de polar et ne savez pas comment occuper un long trajet en train ou en avion ? Emmenez ce roman avec vous. Je l’ai lu d’une traite dans un train et me suis laissé prendre au jeu d’une enquête sur la mort des princes d’York à la Tour de Londres. Ce roman va à rebours de toutes les fictions que j’avais lues ou vues à ce sujet mais m’a convaincu. Finalement, que croire ? Qui fait l’Histoire ?
  • Michigan32 Posté le 10 Avril 2021
    L'idée de Josephine Tey et de son héros, Alan Grant, est absolument géniale. Grant est inspecteur à Scotland Yard et cloué sur un lit d'hôpital. Pour occuper le temps, il s'intéresse aux grandes énigmes de l'histoire et tombe sur un portrait de Richard III. Bizarre comme Grant ne lui trouve pas l'air cruel alors qu'il est connu pour avoir fait tuer ses neveux et avoir accédé ainsi au trône d'Angleterre. De Richard III, je ne connaissais que la pièce de Shakespeare sans me souvenir de manière très précise de l'histoire. L'accession de Richard III est pourtant un pan important de l'histoire anglaise qui figure dans tous les manuels scolaires anglais. Et la théorie de Josephine Tey a d'ailleurs fait grincer beaucoup de dents. Au démarrage de son enquête, Grant s'aperçoit que la principale source concernant Richard III provient de l'un ses grands ennemis. Il n'en faut pas plus à Grant pour mettre en marche ses talents d'enquêteur, accompagné pour cela d'un jeune chercheur américain. En se basant uniquement sur des documents officiels, et non des récits, ils vont tenter de démêler le vrai du faux. J'ai trouvé ce livre tellement original, c'est une sorte de cold case du moyen-âge. On suit parfaitement le... L'idée de Josephine Tey et de son héros, Alan Grant, est absolument géniale. Grant est inspecteur à Scotland Yard et cloué sur un lit d'hôpital. Pour occuper le temps, il s'intéresse aux grandes énigmes de l'histoire et tombe sur un portrait de Richard III. Bizarre comme Grant ne lui trouve pas l'air cruel alors qu'il est connu pour avoir fait tuer ses neveux et avoir accédé ainsi au trône d'Angleterre. De Richard III, je ne connaissais que la pièce de Shakespeare sans me souvenir de manière très précise de l'histoire. L'accession de Richard III est pourtant un pan important de l'histoire anglaise qui figure dans tous les manuels scolaires anglais. Et la théorie de Josephine Tey a d'ailleurs fait grincer beaucoup de dents. Au démarrage de son enquête, Grant s'aperçoit que la principale source concernant Richard III provient de l'un ses grands ennemis. Il n'en faut pas plus à Grant pour mettre en marche ses talents d'enquêteur, accompagné pour cela d'un jeune chercheur américain. En se basant uniquement sur des documents officiels, et non des récits, ils vont tenter de démêler le vrai du faux. J'ai trouvé ce livre tellement original, c'est une sorte de cold case du moyen-âge. On suit parfaitement le raisonnement de Grant même si on n'y connait rien en histoire et les personnages sont terriblement attachants. On ressort de là avec un oeil tout neuf et averti vis-à-vis des historiens et de l'histoire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Magali_Belgique Posté le 7 Mars 2021
    Ce roman m'a passionnée de la première à la dernière page avec un personnage très appréciable. le sujet du roman me passionne et m'a permis de relier les constats de mes différentes recherches sur le sujet avec le travail de l'auteur. Nous aboutissons aux mêmes conclusions, que je ne dévoilerai pas ici afin de ne pas spoiler la conclusion de ce livre. Travail d'orfèvre pour une enquête minutieuse à charge et décharge. A vivement recommander aux adorateurs de la guerre des Deux-Roses et surtout de Richard III, dans un style "so British".
  • Lucilou Posté le 20 Novembre 2020
    Depuis que je l'ai rencontré au gré des romans et des livres d'Histoire, j'ai toujours eu un faible pour Richard III, malgré Shakespeare (oui!), un faible mêlé de compassion. Le roi maudit n'est pas loin, dans mon imagerie, du héros romantique et tourmenté, incompris des siens et de l'Histoire. Maigre, brun, ténébreux (je l'imagine avec un de ces regard... un regard de braises à se pâmer aussi sec) il est certainement moins sympathique que son frère, le séduisant Edward IV mais il m'a toujours paru bien plus intelligent. Trop en tout cas pour s'abaisser à tuer ses neveux... Je n'y peux rien, je n'y crois pas moi à cette histoire, et j'ai pris fait et cause pour le vilain petit canard de la famille d'York qui me fascine résolument et qui ne m'aurait sans doute pas laisser de marbre si j'avais été membre de sa cour. Et puis, je n'aime pas les premiers Tudor. Henry VII ne m'inspire pas plus de confiance que son royal rejeton. Forcement, quand on m'a parlé de "La Fille du Temps", je me suis ruée dessus et comme j'ai bien fait. Jugez plutôt: l'inspecteur Grant est tombé dans une trappe alors qu'il poursuivait un cambrioleur. S'ensuit pour ce... Depuis que je l'ai rencontré au gré des romans et des livres d'Histoire, j'ai toujours eu un faible pour Richard III, malgré Shakespeare (oui!), un faible mêlé de compassion. Le roi maudit n'est pas loin, dans mon imagerie, du héros romantique et tourmenté, incompris des siens et de l'Histoire. Maigre, brun, ténébreux (je l'imagine avec un de ces regard... un regard de braises à se pâmer aussi sec) il est certainement moins sympathique que son frère, le séduisant Edward IV mais il m'a toujours paru bien plus intelligent. Trop en tout cas pour s'abaisser à tuer ses neveux... Je n'y peux rien, je n'y crois pas moi à cette histoire, et j'ai pris fait et cause pour le vilain petit canard de la famille d'York qui me fascine résolument et qui ne m'aurait sans doute pas laisser de marbre si j'avais été membre de sa cour. Et puis, je n'aime pas les premiers Tudor. Henry VII ne m'inspire pas plus de confiance que son royal rejeton. Forcement, quand on m'a parlé de "La Fille du Temps", je me suis ruée dessus et comme j'ai bien fait. Jugez plutôt: l'inspecteur Grant est tombé dans une trappe alors qu'il poursuivait un cambrioleur. S'ensuit pour ce dernier de longs mois d'immobilisation à l'hôpital et il s'ennuie. Dieu qu'il s'ennuie! Le désœuvrement le rend grincheux, les livres que lui ont apporté ses amis pour le distraire ne trouvent pas plus grâce à ses yeux que les deux infirmières qui s'occupent de lui. Un jour, une de ses amie, comédienne, a une idée de génie: elle lui apporte toute une série de portraits historiques, chacune des personnalités représentées ayant un rapport avec un mystère historique. Marta espère ainsi occupé l'inspecteur de plus en plus taciturne. Parmi les reproductions se trouve une reproduction d'un portrait de Richard III, roi auréolé d'une aura sinistre, sanglante… Etrangement et alors que tout semble avoir été dit sur celui qui donnait son royaume pour un cheval avant de succomber à Bosworth, c'est sur lui que choisit de se pencher Grant. Lui non plus, il ne la sens pas cette histoire de tueur d'enfants. De plus son flair est infaillible et l'homme du portrait lui est sympathique. Avec l'aide d'un charmant étudiant américain, l'homme de l'art entreprend de rouvrir le dossier Richard III. Et si Maître Will, Thomas More et les historiens s'étaient trompés? Et si l'enquête avait été bâclée? L'intrigue est pour le moins originale et elle fonctionne à merveille. L'enquête mêle habilement passé et présent, fluidité et érudition. Elle ne manque ni d'humour ni de ce petit côté très britannique que j'affectionne. Ecrite dans les années 50 (quel modernité de la part de Josephine Tey quand on sait que depuis une vingtaine d'année, les historiens tendent à réhabiliter Richard III à la vue des dernières études et découvertes!), elle a aussi un je ne se quoi d'un peu désuet et de complètement délicieux. "La Fille du Temps" m'a conquise et fait passer un excellent moment entre le XV°siècle et les années 50, tant pas l'originalité de son intrigue et de son postulat que de ses personnages. Elle a aussi réveillé ma vieille passion pour l'ancestrale querelle entre York et Lancastre... Si les Tudor sont parvenus à réconcilier la rose rouge et la rose blanche, je crois que je leur garde un peu rancune de tout le sang répandu sur la fleur blanche... Si seulement Richard III avait été moins magnanime parfois... Un comble pour un souverain de telle réputation!
    Lire la suite
    En lire moins
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.