Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266258715
Code sériel : 16337
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Le Monde en stop

Cinq années à l'école de la vie

Collection : Aventure Humaine
Date de parution : 28/04/2016
Le 1er janvier 2003, à l’âge de 25 ans, son diplôme en poche, Ludovic Hubler se lance dans un « tour des hommes ». Il veut découvrir le monde avant de s’engager dans la vie professionnelle. Son aventure va durer cinq ans.
170 000 kilomètres parcourus, 59 pays traversés et plus de 1 300 conducteurs...
Le 1er janvier 2003, à l’âge de 25 ans, son diplôme en poche, Ludovic Hubler se lance dans un « tour des hommes ». Il veut découvrir le monde avant de s’engager dans la vie professionnelle. Son aventure va durer cinq ans.
170 000 kilomètres parcourus, 59 pays traversés et plus de 1 300 conducteurs pour réaliser un périple à la seule force de son pouce. Du « voilier-stop » pour traverser les océans, du « brise-glace-stop » pour se rendre en Antarctique, du « dromadaire-stop » en plein cœur du Sahara. Des rencontres aussi nombreuses que variées, notamment celle avec le Dalaï-Lama, mais aussi celles de milliers d’étudiants lors des nombreuses conférences données en cours de route.
Un voyage d’une richesse incroyable, une aventure humaine extraordinaire sur laquelle souffle un vent de liberté qui fait rêver.

« Ludovic Hubler aurait sans doute étonné Jules Verne. » Philippe Doucet – Le Figaro

Édition revue et corrigée par l’auteur

Cet ouvrage a reçu le prix Pierre Loti



 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266258715
Code sériel : 16337
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Ludovic Hubler aurait sans doute étonné Jules Verne. » Philippe Doucet - Le Figaro
« Si le chemin est parfois difficile, et aussi nombreuses que soient les heures passées au bord de la route le pouce en l'air, Ludovic Hubler se réjouit chaque matin de savoir qu'il apprendra autre chose aujourd'hui. C'est une belle école de vie. » Jean-François Ott - Dernières Nouvelles d'Alsace
« Ludovic vit le fantasme de tellement de gens, celui de voyager, en nomade, sans contrainte de temps. Jack Kerouac, faire-le-tour-du-monde, la toune de Charlebois. On en a tous rêvé, non ? » Patrick Lagacé - Le Journal de Montréal

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • chp33 Posté le 6 Octobre 2019
    Où que l'on soit sur la planète, les êtres humains sont bons et généreux. Ce témoignage démontre que ce n'est pas une utopie. Un constat, une réflexion qui fait du bien.
  • OREILLYS Posté le 26 Septembre 2019
    Un tour du monde en stop... Il n'en fallait pas plus pour retenir mon attention. Nous sommes en 2003, lorsque Ludovic HUBLER débute son pèlerinage. Qu'attendait-il de son voyage? Certainement pas ce qu'il a vécu. Dès les premières pages, il évoque son dilemme et la nécessité de retirer près de 4/5ème du texte initial. Je me suis alors dit que j'allais passer à côté de son aventure (je me suis sentie frustrée). Et effectivement, ce tour du monde, nous le survolons, mais de manière à donner envie d'en savoir plus, de se renseigner ou encore d'aller sur place pour mettre des images sur ces ressentis. On retiendra un monde constitué d'êtres humains chaleureux et fraternels, curieux et ouverts et l'envie d'abolir les frontières. Ce tour du monde est un formidable challenge, le respect des cultures et croyances y est très fort. A chaque pays traversé, j'avais envie de fermer le bouquin et de m'y rendre pour vivre les choses. On se met beaucoup de freins mais rien ne semble insurmontable. L'auteur conclut par les mots de Dominique GLOCHEUX "La vie n'est pas un restaurant mais un buffet, levez-vous pour vous servir. Je conclurais par le fait que tout voyage, même s'il... Un tour du monde en stop... Il n'en fallait pas plus pour retenir mon attention. Nous sommes en 2003, lorsque Ludovic HUBLER débute son pèlerinage. Qu'attendait-il de son voyage? Certainement pas ce qu'il a vécu. Dès les premières pages, il évoque son dilemme et la nécessité de retirer près de 4/5ème du texte initial. Je me suis alors dit que j'allais passer à côté de son aventure (je me suis sentie frustrée). Et effectivement, ce tour du monde, nous le survolons, mais de manière à donner envie d'en savoir plus, de se renseigner ou encore d'aller sur place pour mettre des images sur ces ressentis. On retiendra un monde constitué d'êtres humains chaleureux et fraternels, curieux et ouverts et l'envie d'abolir les frontières. Ce tour du monde est un formidable challenge, le respect des cultures et croyances y est très fort. A chaque pays traversé, j'avais envie de fermer le bouquin et de m'y rendre pour vivre les choses. On se met beaucoup de freins mais rien ne semble insurmontable. L'auteur conclut par les mots de Dominique GLOCHEUX "La vie n'est pas un restaurant mais un buffet, levez-vous pour vous servir. Je conclurais par le fait que tout voyage, même s'il ne nous emmène pas aussi loin, nous ouvre l'esprit et nous apporte une certaine forme de sérénité dans nos rapports aux autres et à la vie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lavoyageotheque Posté le 16 Août 2019
  • cedsaas Posté le 3 Octobre 2018
    Je me rappelle de fêtes du vin et de soirées passées ensemble. Cet expérience prouve que chacun, avec volonté et confiance, peut certainement vivre des expériences que certains penseraient extraordinaires
  • BVIALLET Posté le 31 Décembre 2017
    Le 1er janvier 2003, fraîchement émoulu d’une école de commerce, Ludovic Hubler, 25 ans, décide de se lancer dans un tour du monde en auto-stop (et même en bateau-stop pour franchir mars et océans) au départ de Val d’Isère. Il prévoit d’y consacrer au maximum deux années. En réalité, il lui en faudra cinq pour boucler son incroyable périple. 170 000 kms seront parcourus. 59 pays seront traversés, les plus accueillants comme les plus dangereux, les plus ouverts à cette pratique comme les plus fermés. Il visitera tous les continents y compris l’Antarctique, traversera des déserts brûlants ou glacés et donnera des centaines de conférences un peu partout, mais principalement aux Etats-Unis où il séjournera une année entière. Ce tour du monde qui fait un peu l’impasse sur une grande partie de l’Afrique noire et sur l’immense fédération de Russie ne sera possible que grâce à l’amabilité de 1300 conducteurs de véhicules de tous pays (excepté la Corée du Nord), d'une dizaine de marins et de centaines d’hébergeurs trouvés le plus souvent sur deux sites internet (« Couchsurfing » et « HospitalityClub). « Le monde en stop » est le récit de voyage en stop le plus extraordinaire que nous ayons lu depuis le fameux « La... Le 1er janvier 2003, fraîchement émoulu d’une école de commerce, Ludovic Hubler, 25 ans, décide de se lancer dans un tour du monde en auto-stop (et même en bateau-stop pour franchir mars et océans) au départ de Val d’Isère. Il prévoit d’y consacrer au maximum deux années. En réalité, il lui en faudra cinq pour boucler son incroyable périple. 170 000 kms seront parcourus. 59 pays seront traversés, les plus accueillants comme les plus dangereux, les plus ouverts à cette pratique comme les plus fermés. Il visitera tous les continents y compris l’Antarctique, traversera des déserts brûlants ou glacés et donnera des centaines de conférences un peu partout, mais principalement aux Etats-Unis où il séjournera une année entière. Ce tour du monde qui fait un peu l’impasse sur une grande partie de l’Afrique noire et sur l’immense fédération de Russie ne sera possible que grâce à l’amabilité de 1300 conducteurs de véhicules de tous pays (excepté la Corée du Nord), d'une dizaine de marins et de centaines d’hébergeurs trouvés le plus souvent sur deux sites internet (« Couchsurfing » et « HospitalityClub). « Le monde en stop » est le récit de voyage en stop le plus extraordinaire que nous ayons lu depuis le fameux « La terre n’est qu’un seul pays » d’André Brugiroux. Il se présente sous la forme d’un pavé de 566 pages qui se lit comme un roman et qui aurait pu en comporter le triple sans aucun problème. Certains pays sont longuement décrits, d’autres trop vite survolés et là, le lecteur reste un peu sur sa faim. Que de choses on apprend en lisant cet ouvrage, que de clichés véhiculés par les médias toujours à l’affût du sensationnel ne doit-on pas corriger ! Un seul exemple : il est un pays où le culte de la personnalité est encore bien pire qu’en Corée du Nord, c’est le Turkménistan. Le saviez-vous ? En fin d’ouvrage, l’auteur mesure la chance qu’il a eu de rencontrer tant de bonnes personnes et d’échapper à la plupart des dangers (les FARC en Colombie, les Talibans en Afghanistan, les zones militaires interdites au Tibet ou de conflits dans de nombreux endroits, tous traversés sans incident majeur). Sans être obligé d’adhérer aux idées pour le moins utopiques de paix et de fraternité universelle, d’abolition des frontières et de globalisation heureuse prônées par l’auteur ni même à ses rêves d’universalisme et de syncrétisme religieux, le lecteur appréciera la plume alerte, le témoignage honnête et sincère et surtout le grand vent de liberté qui souffle dans ces pages magnifiques.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.