Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266322669
Code sériel : 18512
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
À Paraître

Un homme accidentel

Date de parution : 24/03/2022
Deux êtres que tout sépare se trouvent brutalement réunis par la mort d'un inconnu. Aussitôt, entre ces deux-là, surgit, sans qu'ils s'y attendent et sans qu'ils puissent s'y opposer, un sentiment violent. Un sentiment qui va les arracher à la solitude et au mensonge.
À Los Angeles, ville mythique et dangereuse, une intrigue criminelle peut quelquefois devenir une intrigue amoureuse.
EAN : 9782266322669
Code sériel : 18512
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
0.00
À paraître le 24/03/2022

Ils en parlent

« C'est du meilleur Besson, agile, léger, cursif (...) Un homme accidentel : le titre dit bien cette volonté de ne pas insister. Une simple chronique de quelques « jours fragiles », selon une formule chère au romancier. »
Dominique Fernandez / Le Nouvel Observateur

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Brigraz Posté le 21 Octobre 2021
    Vous avez aimé Brokeback mountain, vous allez adorer l’homme accidentel. Je me suis littéralement laissée porter par le récit de ce coup de foudre amoureux. le livre est basé sur une relation passionnelle vécue par le héros. Dès le début nous savons la fin dramatique; l’auteur nous plonge dans l’histoire de sa passion amoureuse dont on ne sort pas forcément indemne. Il décrit avec finesse et beaucoup de sensibilité les rouages de son amour, il partage ses émotions, ses doutes, ses craintes de la perte du contrôle de sa vie. Merci M. Philippe Besson de m’avoir emmenée dans cette belle histoire!
  • ChtiBaboun Posté le 5 Décembre 2020
    Par ces temps de confinement,la lecture  est une activité importante qui permet d'approfondir la bibliographies d'un auteur. Dans le cas présent,  il s'agit de Philippe  Besson. J'ai choisi Un homme accidentel, livre de 2007. On retrouve dans ce livre les thèmes favoris de Philippe Besson :les États Unis, les amours masculines et un côté polar au roman. En 2007, il est dans la période où les amours masculines sûrement en partie autobiographique restent néanmoins romanesques. Nous ne sommes pas encore avec Paul Darrigand et le dîner à Montréal. Le narrateur est policier à Los Angeles dans les années 1990. Il enquête sur la mort d'un jeune de 19 ans. Cette mort va le mettre en relation avec Jack Bell, acteur et star de la télé. La relation va devenir déflagration.  Cette rencontre accidentelle va bouleverser sa vie . Bouleverser est le bon terme,  car professionnellement, familialement et amoureusement tout va voler en éclats. Comme à son habitude, Philippe Besson nous entraîne dans la fluidité de son écriture et dans sa capacité en phrases concises,à nous émouvoir  et à nous emmener vers le tragique. Et si il y a tragédie,  c'est qu'il y amour et passion. Du Philippe Besson pur jus.
  • BlackIsTheNewLiterature Posté le 17 Octobre 2020
    Troisième rencontre avec Philippe Besson et troisième fois que le coup de cœur attendu ne se produit pas, malgré des qualités indéniables. Pourtant, j'y reviens toujours... D'abord, parce que la plume de l'auteur est absolument sublime : justesse, équilibre, jeu au bord du fil avec la syntaxe et les mots... tout y est. Besson doit être, aujourd'hui, l'un des rares auteurs de littérature blanche française à pouvoir se targuer de maîtriser un style unique et reconnaissable parmi tous, vertu de plus en plus rare. Et puis il y a la vérité qui transparait de chacune des émotions qu'il décrit, cette authenticité palpable qui jalonne chacune des lignes de ses œuvres, malgré un style très travaillé (comme quoi les deux ne sont pas incompatibles). En littérature, parvenir à rester honnête de bout en bout n'est pas donné à tout le monde. L'histoire, celle d'un flic hétéro (le narrateur, bouleversant de sincérité) qui tombe amoureux d'un meurtrier, repose dès le début sur une inspiration à la Brokeback Mountain à demi assumée, avec un "Enfoiré de Jack Bell." qui n'est pas sans rappeler le "Putain de Jack Twist ! " ("Jack Fuckin' Twist !" en VO) d'Heath Ledger dans l'adaptation cinématographique d'Ang Lee, sans oublier... Troisième rencontre avec Philippe Besson et troisième fois que le coup de cœur attendu ne se produit pas, malgré des qualités indéniables. Pourtant, j'y reviens toujours... D'abord, parce que la plume de l'auteur est absolument sublime : justesse, équilibre, jeu au bord du fil avec la syntaxe et les mots... tout y est. Besson doit être, aujourd'hui, l'un des rares auteurs de littérature blanche française à pouvoir se targuer de maîtriser un style unique et reconnaissable parmi tous, vertu de plus en plus rare. Et puis il y a la vérité qui transparait de chacune des émotions qu'il décrit, cette authenticité palpable qui jalonne chacune des lignes de ses œuvres, malgré un style très travaillé (comme quoi les deux ne sont pas incompatibles). En littérature, parvenir à rester honnête de bout en bout n'est pas donné à tout le monde. L'histoire, celle d'un flic hétéro (le narrateur, bouleversant de sincérité) qui tombe amoureux d'un meurtrier, repose dès le début sur une inspiration à la Brokeback Mountain à demi assumée, avec un "Enfoiré de Jack Bell." qui n'est pas sans rappeler le "Putain de Jack Twist ! " ("Jack Fuckin' Twist !" en VO) d'Heath Ledger dans l'adaptation cinématographique d'Ang Lee, sans oublier l'évocation du Wyoming et des cow-boys avec le milieu d'origine de Jack. Pourtant, ce sont d'autres mondes, plus actuels, qui se percutent ici, dans les beaux quartiers de Los Angeles. Si j'ai apprécié le déroulé de l'histoire, à 80% porté par une grande écriture, je regrette l'omniprésence de digressions sur L.A. au ton touristique, un manque de développement sur les raisons d'agir des personnages, le manque de corps donné à Jack qui reste finalement en transparence de l'intrigue et parvient difficilement à exister ailleurs que dans le regard épris du narrateur. Tout cela ne m'a pas permis de rentrer pleinement dans le roman et de me laisser happer par cette passion dévorante... Je ne désespère pas d'avoir, un jour, un coup de foudre absolu pour un roman de Philippe Besson. Le prochain rendez-vous est pris avec Dîner à Montréal !
    Lire la suite
    En lire moins
  • GhirSe Posté le 14 Octobre 2020
    Je n'ai pas l'habitude de lire des romans où l'histoire d'amour prend la moitié du livre. Et pourtant, grâce au côté policier, j'ai vite accroché aux personnages et à l'intrigue. Une belle histoire d'amour entre deux hommes qui malheureusement se termine en tragédie... Note : 5/5
  • Marymay Posté le 7 Octobre 2020
    Ça aurait pu être juste un roman policier. Mais le flic, un type sans histoire (j’ai l’impression qu’on ne connaît même pas son prénom !), rencontre Jack lors de son enquête, cet enfoiré de Jack Bell ! Et tout de suite, quelque chose de passe… Une histoire d’amour inattendue racontée avec beaucoup de pudeur, malgré la violence de la passion incontrôlable qui lie ces deux hommes. C’est plein de beauté, de pureté, de force aussi. Et on se prend à imaginer que tout peut basculer d’un coup dans une vie banale, ordinaire. On fait une rencontre et tout change : on est comme emporté dans une vague dont on ne peut se dégager. C’est troublant ! A la fin, j’ai relu le premier chapitre pour boucler la boucle… Décidément, j'aime beaucoup cet auteur !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.