Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Un soir d'été
Date de parution : 04/01/2024
Éditeurs :
Julliard
Nouveauté

Un soir d'été

Date de parution : 04/01/2024
« Nous étions six – cinq garçons et une fille – insouciants, frivoles, joyeux, dans un été de tous les possibles. Pourquoi a-t-il fallu que l’un d’entre nous disparaisse ? »
S’inspirant d’une histoire vécue, Philippe Besson retrace un drame de sa jeunesse, survenu dans l’île de Ré, un soir de juillet, au milieu des années 80.
EAN : 9782260055808
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm
EAN : 9782260055808
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Avec sa délicatesse et sa sensibilité coutumières, cet art de mettre en valeur des petits faits très révélateurs d’une psychologie, son écriture sans fioritures qui dit beaucoup en peu de mots et ce grain de sel d’aujourd’hui avec lequel il commente les événements de l’époque, Philippe Besson a réussi ce vingt-troisième roman.
Jean-Claude Perrier / Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • luis1952 16/02/2024
    Ile de Ré en l'année 1985. Un bon groupe d'amis, cinq garçons (dont Pilippe Besson) et une fille. Ils ont environ dix-sept ans et aiment s'amuser entre amis, le soleil, la mer; la plage, le sable entre les orteils, les cafés en terrasse, puis le dancing le samedi soir. A cet âge là on n'a pas de soucis à part s'amuser, sauf que voilà un des cinq disparait sans laisser de traces. On peut lors tout s'imaginer, c'est ce que l'auteur nous raconte avec ce livre. Roman que j'ai acheté, attiré par la jolie couverture. Pour les lecteurs qui auront lu mes autres citations, eux comprendront mon choix.
  • rubichonmariejose 15/02/2024
    Je n ai pas lâche le livre,l'histoire étant trop prenante, facile de lecture, vous suivez le parcours de ces quatre ados,plus ou moins mal dans leurs peaux, en vacances, insouciant,amoureux,jusqu'au jour,où tout bouscule par la disparition de l un d entre eux .Belle leçon, sur la l'amitié et la valeur de la vie.
  • Coralie68 15/02/2024
    Chaque vacances Philippe passe l’été sur l’île de Ré. Au fil des années il s’est lié avec une bande de copains. Cet été là en 1985 , le groupe de François Christophe, Nicolas, Philippe intègre Marc et sa sœur Alice . Ses jeunes adultes sont pleins de vies, profitent de l’instant présent en toute insouciance. Ils ne le savent pas encore mais ils se souviendront longtemps de cette année où tout a basculé. Un livre autobiographique prenant, Philippe Besson a une écriture si particulière avec cette sensibilité qui me touche a chaque pages. Ce roman m’a rendu nostalgique, sur cette jeunesse si vite passé, ces moments où on ne pensait qu’à s’amuser. Ce livre a le goût des glaces au bord de mer, l’odeur salée du large, la peau qui chauffe au soleil, l’odeur de la crème solaire. Dans ce livre je me suis sentie intégrée dans cette petite bande d’amies. Un roman court mais intense, un pur régal comme à chaque livre de Philippe Besson .
  • ASM59 15/02/2024
    Ce livre emprunt de nostalgie ( et que j ai dévoré en 2 jours ) a été pour moi avant tout une machine à remonter le temps, comme une parenthèse dans mon quotidien; il m a ramenée à mes propres 18 ans dans les années 80 , vues avec sensibilité au travers des yeux d un quinqua ( comme moi.. ). Le livre, qui ne laisse pas indifférent, traite avec finesse et lucidité des rapports entre eux d’un groupe de jeunes, auquel je me suis identifiée, avec de nombreuses références à l eldorado perdu de ma jeunesse. C est aussi un retour, qui va crescendo, sur une tragédie, une disparition incompréhensible qui aurait peut être pu être évitée si le groupe avait fait preuve de moins d‘insouciance. Mais encore que… et comment ne pas être insouciant à 18ans … et personnellement, pas sure que j aurais fait mieux au même âge ….mais on ne peut quand même s’empêcher de s’interroger.. et si..??
  • ccamille_ch 14/02/2024
    Premier roman que je lis de Philippe Besson et je n'ai pas été déçue. J'ai beaucoup apprécié la plume de l'auteur que j'ai trouvé fluide, légère et quelque part légèrement poétique. Je n'ai pas vraiment eu l'impression de lire un roman, car ce n'en est pas un. En effet, c'est un récit autobiographique de 200 pages qui décrit un événement dramatique qui s'est déroulée sur l'Île de Ré le temps d'un été dans les années 80. Le livre est court mais j'ai trouvé qu'il n'y avait pas besoin de plus, les faits sont là, décrits de façon factuelle. Avec le recul, Besson a pu réfléchir et analyser son comportement et celui de ses amis. En effet, il parle de l'innocence que l'on possède à 18 ans, de cette entrée dans l'âge adulte et de la vitesse à laquelle cette innocence s'envole, malgré nous. Il évoque aussi la difficulté de cerner les autres, en réalité on ne connaît pas vraiment les gens, que ce soit nos amis, notre famille. On ne peut déceler ce qui se passe dans la tête de chacun. Notamment parce que nous sommes parfois trop centrés sur nous-mêmes alors nous ne remarquons pas les signaux, les paroles et les comportements qui montrent que l'autre va mal. Étant donné que ce roman est très factuel, je n'ai pas réussi à m'attacher aux protagonistes, ni à ressentir beaucoup d'empathie que ce soit pour le disparu ou ceux qu'il a laissés derrière lui.Premier roman que je lis de Philippe Besson et je n'ai pas été déçue. J'ai beaucoup apprécié la plume de l'auteur que j'ai trouvé fluide, légère et quelque part légèrement poétique. Je n'ai pas vraiment eu l'impression de lire un roman, car ce n'en est pas un. En effet, c'est un récit autobiographique de 200 pages qui décrit un événement dramatique qui s'est déroulée sur l'Île de Ré le temps d'un été dans les années 80. Le livre est court mais j'ai trouvé qu'il n'y avait pas besoin de plus, les faits sont là, décrits de façon factuelle. Avec le recul, Besson a pu réfléchir et analyser son comportement et celui de ses amis. En effet, il parle de l'innocence que l'on possède à 18 ans, de cette entrée dans l'âge adulte et de la vitesse à laquelle cette innocence s'envole, malgré nous. Il évoque aussi la difficulté de cerner les autres, en réalité on ne connaît pas vraiment les gens, que ce soit nos amis, notre famille. On ne peut déceler ce qui se passe dans la tête de chacun. Notamment parce que nous sommes parfois trop centrés sur nous-mêmes alors nous ne remarquons pas les signaux, les paroles...
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Julliard
Maison de littératures, les éditions Julliard publient des ouvrages de fiction et de non-fiction littéraire, en langues française et étrangères. Abonnez-vous pour recevoir toutes nos actualités !

Lisez maintenant, tout de suite !