En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Kaleb - Saison I

        Robert Laffont
        EAN : 9782221126820
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 456
        Format : 135 x 215 mm
        Kaleb - Saison I

        Collection : Collection R
        Date de parution : 14/06/2012

        C'est si bon d’être mauvais…
        À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler.
        Il vous connaît mieux que vous-mêmes.
        Et cela le rend irrésistible.
        Terriblement dangereux.
        Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer.
        À la folie.
        À la mort.

        Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera...

        C'est si bon d’être mauvais…
        À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler.
        Il vous connaît mieux que vous-mêmes.
        Et cela le rend irrésistible.
        Terriblement dangereux.
        Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer.
        À la folie.
        À la mort.

        Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé.
        Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise.
        Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus.
        Jusqu’au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule…
        Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221126820
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 456
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ClaudeMoha Posté le 27 Mars 2018
          "Kaleb" : Très bonne trilogie de Myra Eljundir alias Ingrid Desjours ! C'est du Young adult mais c'est très bien ! Des adolescents avec des pouvoirs psychiques ou des dons différents et une succube ! Et bien sûr Kaleb qui est attiré par le mal et qui a une mission à accomplir mais laquelle ? Du suspense et de très bons twists ! Des faux jumeaux, un homme noir mystérieux, un volcan, des tatouages mystiques... Plus l'on avance dans l'histoire plus il se passe des choses étranges. Beaucoup d'imagination dans cette saga !
        • Sorello Posté le 12 Mars 2018
          Intéressant. mais ? ce premier tome m'a fait l'effet d'un (long) prologue plus que d'un véritable tome. parfois été vraiment happée par l'histoire et parfois j'ai trouvé que ça traînais en longueur. du coup, mon avis est assez paradoxal, j'aime l'univers qui est intéressant, les personnages qui le sont tout autant et les liens qui les lient les uns aux autres parfois de façon prévisible (malgré le suspens qu'on veut distiller) mais qui n'essouffle en rien mon intérêt pour l'histoire. bref, j'ai tout aimé de l'histoire, j'ai juste une petite déception pour le contenu qui me semble léger une fois qu'on termine le tome, on apprend beaucoup de choses mais il ne se passe pas grand chose. cela dit, la tension du livre atteint son maximum a la fin et laisse le lecteur avec une envie de se jeter sur le tome deux. evidemment je fais pas exception j'espère juste qu'il sera un peu plus mouvementé que ce premier tome en demi-teinte pour moi
        • kateginger63 Posté le 9 Février 2018
          Un ovni dans ma PAL! Le choix de cette lecture s'étant fait naturellement....par ma fille. En effet, nous tenons un jeune blog ensemble. Des lectures communes mère-fille! Je n'ai jamais vraiment lu de littérature Young Adult . Ma fille de 15 ans me proposa donc, par le biais d'une amie enchantée, ce premier opus. Pour elle c'est une première notamment par le genre du héros (oui, masculin!). Pour l'identification, on repassera! Elle qui aimait tant ses héroines... Mon avis: Difficile de trancher....je dirais mitigée donc. L'idée est assez originale je l'avoue. Le mélange de mythes nordiques, de paranormal/psychologie, de technologie et d'un peu de romance me semble prometteur. Le résumé alléchant également. Certes, on nous promet de la violence. Le message est donné aussi de l'interdiction de lire en-dessous de 15 ans. Quoi? Ouf, ma fille a 15 ans, ça passe.... Au fur et à mesure de ma lecture, je me rends compte que cette violence tant promise est bien là sur le papier. Une violence froide, montant crescendo. Et même des séances de torture. STOP! je n'en peux plus. Même passé la quarantaine, j'ai du mal à freiner mes émotions qui me submergent. Un côté malsain, de méchanceté gratuite. J'ai continué tout de même (rien que pour voir... Un ovni dans ma PAL! Le choix de cette lecture s'étant fait naturellement....par ma fille. En effet, nous tenons un jeune blog ensemble. Des lectures communes mère-fille! Je n'ai jamais vraiment lu de littérature Young Adult . Ma fille de 15 ans me proposa donc, par le biais d'une amie enchantée, ce premier opus. Pour elle c'est une première notamment par le genre du héros (oui, masculin!). Pour l'identification, on repassera! Elle qui aimait tant ses héroines... Mon avis: Difficile de trancher....je dirais mitigée donc. L'idée est assez originale je l'avoue. Le mélange de mythes nordiques, de paranormal/psychologie, de technologie et d'un peu de romance me semble prometteur. Le résumé alléchant également. Certes, on nous promet de la violence. Le message est donné aussi de l'interdiction de lire en-dessous de 15 ans. Quoi? Ouf, ma fille a 15 ans, ça passe.... Au fur et à mesure de ma lecture, je me rends compte que cette violence tant promise est bien là sur le papier. Une violence froide, montant crescendo. Et même des séances de torture. STOP! je n'en peux plus. Même passé la quarantaine, j'ai du mal à freiner mes émotions qui me submergent. Un côté malsain, de méchanceté gratuite. J'ai continué tout de même (rien que pour voir ce que ressent la nouvelle génération). Il est vrai que le récit est prenant. On veut connaître le dénouement. J'ai eu du mal à m'identifier aux personnages (ils sont si jeunes certains). Mais j'ai bien perçu la haine implacable du Colonel (puis finalement sa détresse). L'auteure a réussi à nous emmener dans les méandres de la psyché de chaque personnage principal (ah cette jeune soldat, j'ai serré les dents pour elle). Il n'est peut-être pas exclu que j'ouvre le deuxième tome finalement (à l'issue de cette critique). Décrire le Mal sous toutes ses formes est tout de même une gageure pour l'auteure. Et le faire lire aux jeunes lecteurs encore plus!
          Lire la suite
          En lire moins
        • MademoiselleBouquine Posté le 27 Décembre 2017
          Kaleb a 19 ans, un père dont il s'éloigne, une mère islandaise morte à sa naissance, un charisme indéniable, et une force indescriptible qui couve en lui. Il suffit d'une étincelle pour que son don fascinant, unique et dangereux se dévoile. Un pouvoir grâce auquel le premier venu serait à sa merci. Mais aussi une arme à double tranchant, qu'il est le seul à pouvoir choisir comment manipuler. Il peut s'employer à accomplir le bien. Ou bien verser vers le gouffre opposé, qui lui parle et l'attire tant. Kaleb démarre lentement, avec une plume si simple qu'elle en est presque dépouillée, et une histoire qui paraît à se rouler par terre de banalité, à savoir le jeune et beau héros qui se découvre des pouvoirs surnaturels, les maîtrise en un rien de temps car "son don est exceptionnel et plus puissant que ce que nul n'aurait pu imaginer", et se questionne sur l'usage qu'il va pouvoir faire de ces nouvelles facultés. Les clichés sont nombreux : relation conflictuelle avec le père, beau gosse bilingue et ténébreux qui enchaîne les conquêtes, et coup de foudre immédiat qui donne lieu à une relation tout sauf crédible. Pour être honnête, j'en avais presque envie de reposer... Kaleb a 19 ans, un père dont il s'éloigne, une mère islandaise morte à sa naissance, un charisme indéniable, et une force indescriptible qui couve en lui. Il suffit d'une étincelle pour que son don fascinant, unique et dangereux se dévoile. Un pouvoir grâce auquel le premier venu serait à sa merci. Mais aussi une arme à double tranchant, qu'il est le seul à pouvoir choisir comment manipuler. Il peut s'employer à accomplir le bien. Ou bien verser vers le gouffre opposé, qui lui parle et l'attire tant. Kaleb démarre lentement, avec une plume si simple qu'elle en est presque dépouillée, et une histoire qui paraît à se rouler par terre de banalité, à savoir le jeune et beau héros qui se découvre des pouvoirs surnaturels, les maîtrise en un rien de temps car "son don est exceptionnel et plus puissant que ce que nul n'aurait pu imaginer", et se questionne sur l'usage qu'il va pouvoir faire de ces nouvelles facultés. Les clichés sont nombreux : relation conflictuelle avec le père, beau gosse bilingue et ténébreux qui enchaîne les conquêtes, et coup de foudre immédiat qui donne lieu à une relation tout sauf crédible. Pour être honnête, j'en avais presque envie de reposer le livre et de passer à autre chose. J'ai néanmoins continué à progresser dans ma lecture, d'une part grâce à l'écriture qui à défaut d'être originale, restait très fluide, et d'autre part parce que je suis une guerrière. Et bien m'en a pris, car la suite s'avère des plus... particulières. En effet, le roman s'étoffe au fur et à mesure qu'il développe une mythologie tout à fait originale, en y incorporant notamment toute une dimension morale. La question n'est pas tant de savoir ce que peut faire Kaleb de ce qu'il veut faire. Progressivement, tout un ensemble de personnages affirmés se dessine, des enjeux se mettent en place, des questions sont posées, d'autres résolues, et une fois la seconde moitié du roman entamée, il devient impossible d'interrompre sa lecture. Même le style de l'auteure gagne en richesse, avec un vocabulaire évocateur et un rythme bien construit. Mais ce qui marque surtout dans Kaleb, c'est la grande noirceur qui le caractérise, et le malaise profond dans lequel il plonge intentionnellement le lecteur. Le roman ne prend pas de gants et va au bout de ce qu'il entreprend, n'hésitant pas à décrire des scènes d'une rare violence, entre torture physique et émotionnelle, manipulation, brutalité, mais toujours dans un but, que ce soit de faire évoluer le héros ou de poser les grands dilemmes moraux qui marqueront la saga. Très vite, le lecteur se sent tiraillé entre les personnages, car aucun n'est foncièrement bon ou mauvais : c'est la fameuse zone grise. On se surprend soi-même à se délecter des crimes commis les uns et les autres, à se prendre d'intérêt pour la façon dont on peut tomber dans le "côté obscur". Le roman n'est donc pas exempt de défauts, notamment en ce qui concerne sa romance très superflue ou encore son écriture parfois un peu impersonnelle, mais il gagne des points grâce au travail fourni sur ses protagonistes, sur ses enjeux, sur son action. C'est un récit absolument divertissant, très dérangeant et indéniablement satisfaisant. Kaleb reste donc, malgré son début laborieux, une lecture assez hors-normes, dont on ne sait pas vraiment quoi faire une fois qu'on la referme - et c'est le but ! Une histoire prometteuse qui questionne les limites du personnage, et pourquoi pas aussi celles du lecteur, et dont la suite a intérêt à être à la hauteur de tous les espoirs que laissent présager les derniers chapitres ! En espérant que l'auteure parvienne à se détacher de certains poncifs et d'améliorer encore son rythme pour éviter de tourner en rond comme c'est encore parfois le cas ici...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Kuriane Posté le 11 Décembre 2017
          Vendu comme un roman « young adult » j’étais très curieuse de lire ça, d’autant plus que ce n’est pas du tout mon genre de prédilection. En toute honnêteté, j’ai eu un peu de mal à accrocher au début: ce n’était peut être pas assez rythmé à mon gout, mais cela peut être justifié par la mise en place de l’intrigue. Du coup, je me suis accrochée, et je n’ai pas regretté. Passé ce début difficile, je découvre des chapitres qui défilent et qui se lisent avec une certaine addiction. D’une part, nous avons une histoire vraiment intéressante, cette frontière entre le bien et le mal toujours très… limite, ne fait que donner de la profondeur aux personnages, et nous amène à nous questionner sur la légitimité de certaines actions, notamment de la part de SENTINEL. Pourquoi de telles méthodes de tortures? Alors qu’il est possible d’inhiber ces dons? Nous avons également, quelque chose de bien écrit, ce qui rend la lecture d’autant plus agréable. Et enfin, Notre héros Kaleb, ou devrais-je plutôt dire « anti-héros »? J’avais un peu peur que l’on tombe dans le cliché au vu du physique de beau brun ténébreux , mais finalement son évolution est très intéressante.... Vendu comme un roman « young adult » j’étais très curieuse de lire ça, d’autant plus que ce n’est pas du tout mon genre de prédilection. En toute honnêteté, j’ai eu un peu de mal à accrocher au début: ce n’était peut être pas assez rythmé à mon gout, mais cela peut être justifié par la mise en place de l’intrigue. Du coup, je me suis accrochée, et je n’ai pas regretté. Passé ce début difficile, je découvre des chapitres qui défilent et qui se lisent avec une certaine addiction. D’une part, nous avons une histoire vraiment intéressante, cette frontière entre le bien et le mal toujours très… limite, ne fait que donner de la profondeur aux personnages, et nous amène à nous questionner sur la légitimité de certaines actions, notamment de la part de SENTINEL. Pourquoi de telles méthodes de tortures? Alors qu’il est possible d’inhiber ces dons? Nous avons également, quelque chose de bien écrit, ce qui rend la lecture d’autant plus agréable. Et enfin, Notre héros Kaleb, ou devrais-je plutôt dire « anti-héros »? J’avais un peu peur que l’on tombe dans le cliché au vu du physique de beau brun ténébreux , mais finalement son évolution est très intéressante. Tout comme les personnages de l’assistante, et du colonel… Par contre, concernant Lucille, la pseudo « petite amie », je la trouvais très…. vide. J’avais tout de même deviné qui était « Vulcan » sur le forum EDV , et j’avais également un doute sur la mystérieuse « Abigael » que Kaleb voit dans chacun de ses rêves. Mais cela n’enlève en aucun cas le plaisir de la lecture. J’étais frustrée de terminer mon bouquin: je voulais savoir la suite!! Mais tout va bien, j’ai déjà le tome 2 qui m’attend! 😉
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
        Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.