En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'arrière-saison

            Julliard
            EAN : 9782260016106
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 198
            Format : 130 x 205 mm
            L'arrière-saison

            Date de parution : 22/08/2002

            Quand un écrivain réinvente l'histoire d'un tableau…

            «Au commencement, il y a cette peinture d'Edward Hopper qu'on peut voir à Chicago. J'ai dû l'apercevoir à plusieurs reprises avant de m'en procurer une reproduction, un dimanche d'ennui. Quand je l'ai installée dans mon appartement, elle m'a semblé curieusement familière. Du coup, je ne lui ai pas vraiment prêté...

            «Au commencement, il y a cette peinture d'Edward Hopper qu'on peut voir à Chicago. J'ai dû l'apercevoir à plusieurs reprises avant de m'en procurer une reproduction, un dimanche d'ennui. Quand je l'ai installée dans mon appartement, elle m'a semblé curieusement familière. Du coup, je ne lui ai pas vraiment prêté attention. Elle a traîné, pendant plusieurs jours, dans son cadre posé contre un mur, à même le parquet (du reste, elle y est encore). Un soir, sans intention particulière, j'ai observé la femme en robe rouge de la peinture, assise au comptoir d'un café nommé Phillies, entourée de trois hommes. Je me suis souvenu aussi de la passion de Hopper pour les paysages de la Nouvelle-Angleterre. Alors, ça s'est imposé à moi, sans que j'aie rien cherché. J'ai eu l'envie impérieuse de raconter l'histoire de la femme à la robe rouge, et des trois hommes autour d'elle, et d'un café à Cape Cod. Oui, cela a été clair en un instant.» Philippe Besson
            http://www.philippebesson.com

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782260016106
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 198
            Format : 130 x 205 mm
            Julliard
            17.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
              Je garde peu de souvenirs de ce roman de Philippe Besson, auteur de plusieurs de mes romans préférés. Je me souviens seulement que c'était bien écrit, délicat, mais que je n'étais pas été passionné, peut-être parce que je me sentais plus éloigné des personnages que j'en ai l'habitude dans l'oeuvre de cet auteur talentueux.
            • archi41 Posté le 14 Mai 2018
              Mon premier livre de M.Besson, qui est une belle découverte tant le plaisir de lire ce livre à été présent dès les premières pages. Je recommande vivement ce livre pour les amateurs du tableau nighthawks de E. Hooper ainsi que cet auteur pour sa belle plume.
            • Wyoming Posté le 27 Avril 2018
              Un tableau célèbre de Edward Hopper et Besson concocte un roman autour de cette toile en donnant la vie qu'il choisit à chaque personnage. C'est une belle construction, mais Besson était-il en manque d'inspiration? Le style est là, mais ce n'est pas mon préféré de cet auteur à cause notamment de l'amalgame réalisé avec le tableau qui me laisse une impression d'usurpation de la pensée et des sentiments du peintre.
            • MarcDessart1976 Posté le 4 Avril 2018
              Court roman, L’Arrière-Saison est la transcription sur papier de ce qu’a inspiré à Philippe Besson un tableau d’Edward Hopper intitulé Nighthawks et exposé à l’Art Institute of Chicago. Sur ce tableau, une femme et deux hommes, autour d’un comptoir de bar. Elle, c’est Louise, une jeune femme dans la trentaine, qui attend l’arrivée de son amant, Norman. Les deux hommes, ce sont Ben, le serveur, et Stephen, l’ex-mari de Louise, qu’il a quittée pour Rachel cinq ans plus tôt Alors que Norman tarde à arriver, la venue impromptue de Stephen et l’annonce de sa rupture avec Rachel plonge les anciens amoureux dans leurs souvenirs sous le regard bienveillant de Ben. Par petites touches, Philippe Besson dépeint le sentiment de malaise qui s’installe d’abord entre Louise et Stephen suite aux premières paroles qu’ils échangent. Des paroles teintées d’animosité et de défi, comme deux adversaires qui se jaugent avant un affrontement. L’atmosphère change ensuite doucement, pour glisser, sous la plume de Philippe Besson, vers la nostalgie, les regrets. Stephen, ignorant de l’existence de Norman, voudrait reconquérir Louise. Louise, elle, ne sait que penser. Jusqu’au coup de téléphone de Norman, qui fera finalement tout basculer. Le roman de Philippe Besson est teinté de tristesse, mais pas de... Court roman, L’Arrière-Saison est la transcription sur papier de ce qu’a inspiré à Philippe Besson un tableau d’Edward Hopper intitulé Nighthawks et exposé à l’Art Institute of Chicago. Sur ce tableau, une femme et deux hommes, autour d’un comptoir de bar. Elle, c’est Louise, une jeune femme dans la trentaine, qui attend l’arrivée de son amant, Norman. Les deux hommes, ce sont Ben, le serveur, et Stephen, l’ex-mari de Louise, qu’il a quittée pour Rachel cinq ans plus tôt Alors que Norman tarde à arriver, la venue impromptue de Stephen et l’annonce de sa rupture avec Rachel plonge les anciens amoureux dans leurs souvenirs sous le regard bienveillant de Ben. Par petites touches, Philippe Besson dépeint le sentiment de malaise qui s’installe d’abord entre Louise et Stephen suite aux premières paroles qu’ils échangent. Des paroles teintées d’animosité et de défi, comme deux adversaires qui se jaugent avant un affrontement. L’atmosphère change ensuite doucement, pour glisser, sous la plume de Philippe Besson, vers la nostalgie, les regrets. Stephen, ignorant de l’existence de Norman, voudrait reconquérir Louise. Louise, elle, ne sait que penser. Jusqu’au coup de téléphone de Norman, qui fera finalement tout basculer. Le roman de Philippe Besson est teinté de tristesse, mais pas de désespoir. Il dresse le portrait de deux êtres qui se sont aimés, puis perdus. Et qui se retrouvent par hasard (ou presque…) et semblent ne pas trop savoir quoi faire de cette rencontre qui les renvoie directement à leur passé, aux joies qu’ils ont partagées, aux blessures qu’ils ont subies, pas encore totalement guéries. J’ai aimé la mélancolie se dégageant de ce huis clos dans un café de Cape Cod, où leur passé semble peser sur les personnages. J’ai aimé la douceur émanant des pages de L’Arrière-Saison, l’évolution lente de l’atmosphère, comme ralentie par la chaleur moite de cette fin d’été à Cape Cod. Même si j’y ai retrouvé la même forme de délicatesse, j’ai par contre trouvé le récit moins dense, moins poignant que « Arrête Avec Tes Mensonges », que j’ai lu il y a quelques semaines. Probablement est-ce ma différence de sensibilité envers une fiction d’une part et d’autre part un récit beaucoup plus personnel.
              Lire la suite
              En lire moins
            • sabine59 Posté le 12 Mars 2018
              (Relecture) Étrange coïncidence : à partir d'un tableau d'Edward Hopper ,qui se trouvait dans leur manuel, j'avais demandé à ma classe de 3ème d'imaginer un extrait de roman mettant en jeu les personnages représentés. Quelques jours après, je tombe en arrêt en librairie devant la première de couverture de ce roman...le même tableau! Et je lis, dans la présentation, que l'auteur a voulu faire vivre dans son livre les personnages du tableau! Je découvrais alors Philippe Besson, dont j'ai lu ensuite de nombreux romans.Déjà, dans celui-là,un des premiers, même s'il n'est pas parmi mes préférés de lui car je le trouve moins intense, moins abouti, j'avais apprécié sa fine écriture et la nostalgie baignant les lieux et les gens, son univers tout en introspection, en attente d'autre chose... L'histoire présente d'abord la femme en robe rouge du tableau: Louise, attablée au café " Chez Phillies", à Cape Cod,et quelques hommes vont ensuite graviter autour d'elle, notamment Stephen, son ancien amant revenu vers elle et Ben, le barman. Les déchirements intérieurs, les hésitations des protagonistes subsisteront jusqu'à la fin. Pour avoir vu depuis une exposition d'Edward Hopper, je peux dire que ses tableaux semblent en effet nous raconter une histoire,... (Relecture) Étrange coïncidence : à partir d'un tableau d'Edward Hopper ,qui se trouvait dans leur manuel, j'avais demandé à ma classe de 3ème d'imaginer un extrait de roman mettant en jeu les personnages représentés. Quelques jours après, je tombe en arrêt en librairie devant la première de couverture de ce roman...le même tableau! Et je lis, dans la présentation, que l'auteur a voulu faire vivre dans son livre les personnages du tableau! Je découvrais alors Philippe Besson, dont j'ai lu ensuite de nombreux romans.Déjà, dans celui-là,un des premiers, même s'il n'est pas parmi mes préférés de lui car je le trouve moins intense, moins abouti, j'avais apprécié sa fine écriture et la nostalgie baignant les lieux et les gens, son univers tout en introspection, en attente d'autre chose... L'histoire présente d'abord la femme en robe rouge du tableau: Louise, attablée au café " Chez Phillies", à Cape Cod,et quelques hommes vont ensuite graviter autour d'elle, notamment Stephen, son ancien amant revenu vers elle et Ben, le barman. Les déchirements intérieurs, les hésitations des protagonistes subsisteront jusqu'à la fin. Pour avoir vu depuis une exposition d'Edward Hopper, je peux dire que ses tableaux semblent en effet nous raconter une histoire, secrète et mélancolique, que ce roman traduit parfaitement...
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
            Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com