Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355846618
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 140 x 220 mm

Le Chant de l'assassin

Claude DEMANUELLI (Traducteur), Jean DEMANUELLI (Traducteur)
Date de parution : 23/05/2019
Tout le monde a un secret.
 
1972. Condamné pour meurtre, derrière les barreaux depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, Henry Quinn, un jeune musicien, sort de prison, il lui demande de la retrouver pour... 1972. Condamné pour meurtre, derrière les barreaux depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, Henry Quinn, un jeune musicien, sort de prison, il lui demande de la retrouver pour lui donner une lettre. Lorsqu’Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps, et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Mais Henry s’entête. Il a fait une promesse, il ira jusqu’au bout. Il ignore qu’en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va découvrir un secret que les habitants de Calvary sont décidés à ne pas laisser divulguer.
 
Avec ce retour aux sources qui évoque par bien des aspects Seul le silence, R. J. Ellory nous livre un roman magistral, d’une puissance émotionnelle rare. Un de ses plus humains, un de ses plus sombres aussi.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846618
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 496
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Une des plus grandes plumes du roman noir actuel."
Le Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marylou26 Posté le 9 Février 2020
    Juillet 1972, Texas. Le jeune Henry Quinn vient de sortir de la prison du comté de Reeves, après « exactement trois ans, trois semaines et quatre jours - sans compter une poignée d’heures qui, au vu du reste, relevait du détail négligeable » (p. 9) Il est chargé d’une mission par son ex-codétenu Evan Riggs, un musicien tout comme lui enfermé à perpétuité pour le meurtre d’un homme: une lettre à remettre à sa fille Sarah, qu’Henry doit retrouver, alors qu’elle a été adoptée à la naissance dans des circonstances tragiques que nous découvrirons. Pour ce faire, Henry doit se rendre à Calvary, où il se bute au frère aîné d’Evan, Carson, shérif de la ville depuis trente ans, un homme cruel qui n’hésite pas à menacer et à détruire s’il le faut quiconque se trouve sur son chemin. Le roman alterne entre la quête d’Henry, déterminé à tenir la parole donnée, et l’histoire de la famille Riggs, les parents, les deux frères et leur jeune voisine Rebecca. Choisi pour faire une pause entre les deux tomes de La Guerre et la Paix, j’ai pris plaisir à cette lecture: des personnages bien ciselés, complexes,... Juillet 1972, Texas. Le jeune Henry Quinn vient de sortir de la prison du comté de Reeves, après « exactement trois ans, trois semaines et quatre jours - sans compter une poignée d’heures qui, au vu du reste, relevait du détail négligeable » (p. 9) Il est chargé d’une mission par son ex-codétenu Evan Riggs, un musicien tout comme lui enfermé à perpétuité pour le meurtre d’un homme: une lettre à remettre à sa fille Sarah, qu’Henry doit retrouver, alors qu’elle a été adoptée à la naissance dans des circonstances tragiques que nous découvrirons. Pour ce faire, Henry doit se rendre à Calvary, où il se bute au frère aîné d’Evan, Carson, shérif de la ville depuis trente ans, un homme cruel qui n’hésite pas à menacer et à détruire s’il le faut quiconque se trouve sur son chemin. Le roman alterne entre la quête d’Henry, déterminé à tenir la parole donnée, et l’histoire de la famille Riggs, les parents, les deux frères et leur jeune voisine Rebecca. Choisi pour faire une pause entre les deux tomes de La Guerre et la Paix, j’ai pris plaisir à cette lecture: des personnages bien ciselés, complexes, des références musicales qui m’ont fait découvrir Sippie Wallace entre autres, une histoire de haine fraternelle... Seul bémol, une certaine déception en refermant le livre, dans l’impression d’un secret finalement un peu convenu. Bon, maintenant, Tolstoï...
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 30 Janvier 2020
    En prison depuis des année, Evan Riggs a pris sous son aille Henry Quinn, un jeune homme qui comme lui est musicien. C'est deux là se lient d'amitié, Riggs devenant la figure paternelle d'Henry qui lui n'a pas connu que des beaux pères alcooliques comme sa propre mère. Quinn est là pour peu de temps, il va bientôt sortir, aussi Riggs lui demande un service, retrouver sa fille qu'il n'a connu que bébé. Lui transmettre un message d'amour de son père qui ne l'a jamais oubliée. Dès lors, la mission qu'Evans lui a confié devient pour Henry son Graal. Il va s'évertuer à la mener à bien. Il va tout tenter pour réussir celle-ci quitte à y laisser des plumes. Une nouvelle fois la plume de monsieur Ellory m'a étourdie. J'avoue je ne suis pas une fan inconditionnelle de notre auteur même si j'admire son travail mais ici j'ai retrouvé tout ce que j'aime chez notre écrivain. Tout ici est parfaitement en place pour nous transporter là où l'auteur l'a prévu. Il nous balade de bout en bout. On suit avec avidité l'histoire d'Henry et çà travers lui celle de la famille Riggs. Mais aussi celle d'une petite ville des états-unis où les secrets... En prison depuis des année, Evan Riggs a pris sous son aille Henry Quinn, un jeune homme qui comme lui est musicien. C'est deux là se lient d'amitié, Riggs devenant la figure paternelle d'Henry qui lui n'a pas connu que des beaux pères alcooliques comme sa propre mère. Quinn est là pour peu de temps, il va bientôt sortir, aussi Riggs lui demande un service, retrouver sa fille qu'il n'a connu que bébé. Lui transmettre un message d'amour de son père qui ne l'a jamais oubliée. Dès lors, la mission qu'Evans lui a confié devient pour Henry son Graal. Il va s'évertuer à la mener à bien. Il va tout tenter pour réussir celle-ci quitte à y laisser des plumes. Une nouvelle fois la plume de monsieur Ellory m'a étourdie. J'avoue je ne suis pas une fan inconditionnelle de notre auteur même si j'admire son travail mais ici j'ai retrouvé tout ce que j'aime chez notre écrivain. Tout ici est parfaitement en place pour nous transporter là où l'auteur l'a prévu. Il nous balade de bout en bout. On suit avec avidité l'histoire d'Henry et çà travers lui celle de la famille Riggs. Mais aussi celle d'une petite ville des états-unis où les secrets sont légions et où un shérif fait la pluie et le beau temps sur son territoire. Monsieur Ellory a un don pour campé ses personnage et quand ils ont la trempe de ceux qu'il nous propose ici dans le Chant de l'assassin, il arrive à nous surprendre. Il nous propose une prose dense qui colle parfaitement à cette histoire intense. Il nous transporte dans cette Amérique des année 70 avec brio. Oui décidément, Le chant de l'assassin est un excellent Ellory alors surtout ne passez pas à coté.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Avoslivres Posté le 25 Janvier 2020
    La lecture du roman « Le chant de l’assassin » est toute particulière pour moi, puisqu’il s’agit de mon premier Ellory. Eh oui, il était temps, me direz-vous ! Je peux tout de suite vous dire que cette lecture a été … envahissante (dans le bon sens du terme, s’il y en a un) car ne m’a pas laissé en paix, même une fois refermé. Un roman qui s’étoffe au fur et à mesure de sa découverte et qui laisse ce petit sentiment d’abandon une fois terminé. Vous voyez ce que je veux dire ? Ce petit « Oh mais non ! J’veux pas qu’ça s’arrête ! ». Comme un coup de cœur à retardement finalement… Ce roman se déroule dans les années 70 dans le ouest Texas, pays du pétrole et du whisky. A sa sortie de prison, Henry Quinn se voit remettre une lettre à l’intention d’une certaine Sarah, fille de son codétenu, Evan Riggs. Pour tenir sa promesse, Henry devra donc mettre les pieds dans cette petite ville de Calvary où, semble-t-il, personne n’y souhaite sa présence. Les secrets cachés par ses habitants sortiront de l’ombre au fur et à mesure que l’auteur nous conte l’histoire de la... La lecture du roman « Le chant de l’assassin » est toute particulière pour moi, puisqu’il s’agit de mon premier Ellory. Eh oui, il était temps, me direz-vous ! Je peux tout de suite vous dire que cette lecture a été … envahissante (dans le bon sens du terme, s’il y en a un) car ne m’a pas laissé en paix, même une fois refermé. Un roman qui s’étoffe au fur et à mesure de sa découverte et qui laisse ce petit sentiment d’abandon une fois terminé. Vous voyez ce que je veux dire ? Ce petit « Oh mais non ! J’veux pas qu’ça s’arrête ! ». Comme un coup de cœur à retardement finalement… Ce roman se déroule dans les années 70 dans le ouest Texas, pays du pétrole et du whisky. A sa sortie de prison, Henry Quinn se voit remettre une lettre à l’intention d’une certaine Sarah, fille de son codétenu, Evan Riggs. Pour tenir sa promesse, Henry devra donc mettre les pieds dans cette petite ville de Calvary où, semble-t-il, personne n’y souhaite sa présence. Les secrets cachés par ses habitants sortiront de l’ombre au fur et à mesure que l’auteur nous conte l’histoire de la famille Riggs. Le suspense s’intensifie à chaque page tournée avec rythme et effroi. Ce qui m’a le plus impressionnée est la construction de cette histoire. Comment l’auteur réussi à la perfection à nous raconter le passé afin que le présent se dévoile. La complémentarité de ces deux époques qui s’entremêlent à merveille afin de nous révéler le fin mot de l’histoire, est très bien orchestré. Un roman à lire et à découvrir ! Bonne lecture à tous.
    Lire la suite
    En lire moins
  • henrimesquida Posté le 9 Janvier 2020
    Voilà un polar aux accents western très réussi, un bon vieux roman noir dans l’Amérique profonde des années 40 et 70 qui va mener le lecteur sur les traces de ces deux frères durant plus de 450 pages. Ce beau et dense récit va nous offrir un duel à distance assez prenant, avec le sombre Carson qui veut enterrer le passé à tout jamais et qui va tout faire pour décourager Henry Quinn de retrouver la fille d’Evan. Mais c’est mal connaitre ce dernier qui a promis à son ami de remettre en main propre cette mystérieuse lettre que lui a confié la cadet des frères Riggs. Doté d’une écriture très précise, très fine et très cinématographique, Roger Jon Ellory construit une histoire diabolique, où la tension montre progressivement au fil des pages, où l’amour et la haine cohabitent en permanence au sein d’une famille déchirée dont le destin tragique fera le plus grand bonheur du lecteur. Avec ses personnages à la fois attachants et complexes, ce roman à l’ambiance pesante est un page-turner de très haut vol où le suspense et les rebondissements sont parfaitement bien dosés tout au long du récit. Un livre fort et envoûtant
  • loeildem Posté le 7 Janvier 2020
    Encore une EXCELLENTE lecture signée Ellory. Décidément, cet auteur rentre dans mon palmarès d’auteurs incontournables ! Une plongée vertigineuse dans la relation toxique de deux frères : Evan et Carson Riggs. Deux hommes très différents. Deux hommes prêts à tout pour arriver à leur fin. Tous deux déchirés entre la jalousie, la passion, la raison, la vengeance. J’ai détesté Carson autant que j’ai aimé Evan. #8291; Fraternité, dualité, amour, trahison, vengeance, silences… autant d’ingrédients qui font du Chant de l’assassin un excellent roman. Je vous le recommande mille fois.
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    Le Noël des auteurs : 5 questions délicieusement festives à R. J Ellory

    Tout au long du mois de décembre, Lisez interroge les auteurs sur leur rapport à Noël. R. J. Ellory est l'un des auteurs phares des éditions Sonatine. En 2019, il a publié Le Chant de l'assassin, un roman noir virtuose, d'une puissance émotionnelle rare. R. J Ellory nous raconte un Noël marqué par des retrouvailles et particulièrement féerique...

    Lire l'article