Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Le Jardin des anatomistes
Collection : La Bête noire
Date de parution : 01/02/2024
Éditeurs :
Robert Laffont
Nouveauté

Le Jardin des anatomistes

Collection : La Bête noire
Date de parution : 01/02/2024
« IL SECTIONNA LA POCHE AU SCALPEL, SANS PRÉCIPITATION... »
Paris, mars 1673. Scalpel en main, le chirurgien Pierre Dionis opère des cadavres devant une assemblée d’étudiants. Bientôt, une série de meurtres accable la ville. Étrange coïncidence : les blessures... Paris, mars 1673. Scalpel en main, le chirurgien Pierre Dionis opère des cadavres devant une assemblée d’étudiants. Bientôt, une série de meurtres accable la ville. Étrange coïncidence : les blessures infligées aux victimes s’inspirent des séances de chirurgie de Dionis. Sous un ciel gris et une pluie battante, des doigts... Paris, mars 1673. Scalpel en main, le chirurgien Pierre Dionis opère des cadavres devant une assemblée d’étudiants. Bientôt, une série de meurtres accable la ville. Étrange coïncidence : les blessures infligées aux victimes s’inspirent des séances de chirurgie de Dionis. Sous un ciel gris et une pluie battante, des doigts accusateurs se tendent vers l’amphithéâtre. Le spectacle fascine autant qu’il épouvante. La tension monte et la foule se presse.
Qui pourra arrêter ce meurtrier qui met en pratique à la nuit tombée les leçons publiques données au Jardin du Roi ? Peut-être Sébastien de Noilat, herboriste de province, anxieux de nature, promu enquêteur bien malgré lui dans cette ville terrifiante…

« NOÉMIE ADENIS, LA RÉVÉLATION DU POLAR HISTORIQUE. » La Voix du Nord
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221269763
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 130 x 200 mm
EAN : 9782221269763
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 130 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Jackylebook 24/02/2024
    Nous sommes en cette fin de XVIIème siècle, précisément en 1673, à Paris. Sébastien de Noilat, jeune herboriste, a quitté sa Sologne natale pour monter à la capitale. Il souhaiterait rencontrer Denis Dodart, médecin et botaniste qui dirige l’Académie Royale des Sciences, en pleine préparation de son ouvrage « Mémoires pour servir à l’histoire des plantes ». Car Sébastien est en possession d’un manuscrit écrit de la main d’Aymar de Noilat, un sulfureux lointain parent, auteur d’expériences sur l’ergot de seigle et la gangrène qui lui apporterait, l’espère-t-il, la reconnaissance de l’illustre homme. Notre héros se sent désorienté, perdu dans cette grande ville, les odeurs, les bruits le déstabilise quelque peu. Heureusement, il fait la connaissance de Charles Petit, souriant étudiant botaniste et de son ami, un austère apprenti chirurgien, Alexandre Gardane uni à Charles comme un frère et d’un autre apprenti, un peu fat, Gaspard de Jussieu. En quête d’une chambre nos quatre compères se retrouvent à passer la soirée dans une auberge et boire plus que de raison. Incapables de rentrer à leurs domiciles, ses amis de rencontre demandent à Sébastien s’ils peuvent partager sa chambre. Malheur ! au matin, on découvre le cadavre de Gaspard. Qui a pu commettre un tel forfait ? Les habits de Charles sont maculés de sang, mais après tout, il dormait juste à côté du défunt ? Pourquoi le manuscrit d’Aymar a-t-il disparu ? Le commissaire Parisot, gros homme à la peu flatteuse réputation, se charge de l’enquête et ne tarde pas à inculper Charles. Le problème, c’est que les meurtres s’enchainent et Charles, de ce fait, se trouve disculpé. Un lien unit tous ces homicides, ils suivent le modus operandi du précédent cours dispensé par Pierre Dionis, protégé du Roi Louis XIV et de son Premier médecin Antoine Daquin, chargé d’opérer des cadavres devant un parterre d’étudiants de quatre à cinq cents personnes ; sauf qu’à chaque imitation, le soi-disant chirurgien, malhabile, laisse un cadavre derrière lui. Déduction logique, le coupable se trouve dans l’assistance ou tout du moins un complice. Notre inspecteur Parisot demande à Sébastien d’assister aux cours qui se déroulent au Jardin du Roi (actuel jardin des plantes et abrite le Muséum national d’histoire naturelle) et de noter les comportements étranges. Mis dans le bain de cette affaire, Sébastien ne tarde pas à recevoir un courrier anonyme dénonçant Thomas Chalvon, étudiant médecin, comme coupable. Ce qui réactive la guerre des Anciens et des Modernes, La Faculté de Médecine ne voit pas d’un bon œil les techniques expérimentales des chirurgiens et est en désaccord avec la nouvelle théorie de la circulation du sang dans le corps. Ne serait-ce pas un coup de la Faculté pour discréditer le clan du Roi qui encourage Dionis dans ses démonstrations ? Notre Sébastien, héros ô combien attachant, de par ses doutes, ses peurs, sa naïveté, mêlé de force à cette affaire réussira-t-il à aider le commissaire Parisot dans son enquête ? Née en 1991, Noémis Adenis déjà honorée pour son premier roman « Le Loup des ardents » par le Grand Prix des Enquêteurs 2021, nous ravit de nouveau avec ce nouvel opus « Le Jardin des anatomistes ». Les brillantes descriptions olfactives et auditives décrites par l’autrice nous font entrer véritablement dans ce Paris puant et bruyant qui effraye tant Sébastien. Elle s’aide d’un support historique très bien documenté pour nous livrer un roman policier haletant. Merci aux Editions Robert Laffont de cette belle découverte. P.S.: Si vous le souhaitez, vous pouvez aller sur le site numérique de la Bibliothèque nationale de France : Gallica pour compulser l’ouvrage de Pierre Dionis « Cours d’opérations de chirurgie, démontrées au Jardin Royal » et frissonner en regardant les planches illustrées des instruments utilisés. Nous sommes en cette fin de XVIIème siècle, précisément en 1673, à Paris. Sébastien de Noilat, jeune herboriste, a quitté sa Sologne natale pour monter à la capitale. Il souhaiterait rencontrer Denis Dodart, médecin et botaniste qui dirige l’Académie Royale des Sciences, en pleine préparation de son ouvrage « Mémoires pour servir à l’histoire des plantes ». Car Sébastien est en possession d’un manuscrit écrit de la main d’Aymar de Noilat, un sulfureux lointain parent, auteur d’expériences sur l’ergot de seigle et la gangrène qui lui apporterait, l’espère-t-il, la reconnaissance de l’illustre homme. Notre héros se sent désorienté, perdu dans cette grande ville, les odeurs, les bruits le déstabilise quelque peu. Heureusement, il fait la connaissance de Charles Petit, souriant étudiant botaniste et de son ami, un austère apprenti chirurgien, Alexandre Gardane uni à Charles comme un frère et d’un autre apprenti, un peu fat, Gaspard de Jussieu. En quête d’une chambre nos quatre compères se retrouvent à passer la soirée dans une auberge et boire plus que de raison. Incapables de rentrer à leurs domiciles, ses amis de rencontre demandent à Sébastien s’ils peuvent partager sa chambre. Malheur ! au matin, on découvre le cadavre de Gaspard. Qui a pu commettre...
    Lire la suite
    En lire moins
  • mahire 22/02/2024
    J’avais adoré à ne plus pouvoir le lâcher, le loup des ardents et m’étais promis de suivre Noémie Adénis. C’est donc tout naturellement et confiante que j’ai abordé le jardin des anatomistes. La couverture est vraiment belle, intrigante et mystérieuse. C’est sans surprise que j’ai adoré ce second livre qui confirme qu’elle a un très bel avenir en tant qu’auteure. J’ai adoré le contexte du 17ème siècle, cette immersion qu’elle nous propose et qu’elle dépeint superbement nous permet d’appréhender et d’imaginer cette période de l’histoire un peu mieux. Elle nous transmet beaucoup de renseignements sur les actes de chirurgie de l’époque et sur la manière dont ils étaient pratiqués. Et cette enquête qu’elle nous propose ! Mazette, c’est génial ! Ca change et les personnages sont vraiment excellents. Nous suivons Sébastien de Noilat un herboriste (et nous avons là un petit clin d’œil bien sympathique puisque que ce personnage est l'un des descendants indirects d’Aymar de Noilat, personnage principal du Loup des ardents). J’ai aimé suivre ses péripéties et son évolution : c’est un personnage au départ timoré, qui découvre Paris, la grande ville avec le monde, le bruit, les odeurs, l’hygiène, lui qui arrive de sa Sologne plutôt tranquille. Il se sent en décalage complet avec la vie citadine. Et puis il est obligé de s’adapter et d’affronter ses peurs et ses appréhensions puisqu’il est mêlé bien malgré lui et dès sa première nuit à un crime commis sur l’un des nouveaux amis qui l’accueillent dans la capitale. Autre personnage, le commissaire Parisot, qui est tout simplement extra aussi. Un coup de cœur une fois de plus, carton plein pour ma part! J’avais adoré à ne plus pouvoir le lâcher, le loup des ardents et m’étais promis de suivre Noémie Adénis. C’est donc tout naturellement et confiante que j’ai abordé le jardin des anatomistes. La couverture est vraiment belle, intrigante et mystérieuse. C’est sans surprise que j’ai adoré ce second livre qui confirme qu’elle a un très bel avenir en tant qu’auteure. J’ai adoré le contexte du 17ème siècle, cette immersion qu’elle nous propose et qu’elle dépeint superbement nous permet d’appréhender et d’imaginer cette période de l’histoire un peu mieux. Elle nous transmet beaucoup de renseignements sur les actes de chirurgie de l’époque et sur la manière dont ils étaient pratiqués. Et cette enquête qu’elle nous propose ! Mazette, c’est génial ! Ca change et les personnages sont vraiment excellents. Nous suivons Sébastien de Noilat un herboriste (et nous avons là un petit clin d’œil bien sympathique puisque que ce personnage est l'un des descendants indirects d’Aymar de Noilat, personnage principal du Loup des ardents). J’ai aimé suivre ses péripéties et son évolution : c’est un personnage au départ timoré, qui découvre Paris, la grande ville avec le monde, le bruit, les odeurs, l’hygiène, lui qui arrive de sa Sologne plutôt tranquille. Il se...
    Lire la suite
    En lire moins
  • LePamplemousse 21/02/2024
    Sébastien de Noilat, un herboriste de Sologne se rend à Paris afin de tenter d'y rencontrer un célèbre botaniste qu'il admire. Cette arrivée dans la capitale est un choc pour lui, car en cette fin de 17 ème siècle, les rues sont sales, les logements sont insalubres, il manque de se faire renverser par les nombreuses charrettes qui encombrent les rues puantes, on se fait facilement voler et agresser dans les tavernes...bref, c'est loin d'être aussi merveilleux qu'il l'avait imaginé. Et dès la première nuit, alors qu'il partage une chambre avec trois autres jeunes hommes dans une auberge, l'un d'eux est assassiné et Sébastien est soupçonné de ce crime. Le commissaire Parisot sera chargé de l'enquête, mais on dit de lui qu'il n'est pas très consciencieux et qu'il est plus avide de gagner de l'argent de façon malhonnête que d'enquêter sérieusement sur des meurtres. Cette affaire nous fera découvrir l'univers des médecins, anatomistes, chirurgiens, mais aussi celui des herboristes et des botanistes. A cette époque, la médecine était considérée comme une discipline noble, alors que la chirurgie était considérée comme proche de la boucherie, il faut dire que les chirurgiens n'étaient pas encore bien formés à l'anatomie et à la dissection. Sans compter qu'on ne pratiquait pas encore d'anesthésie et que l'hygiène était très rudimentaire voire inexistante, les patients avaient donc très peu de chance de s'en tirer vivants après une opération. J'ai adoré me plonger dans ce roman policier historique qui se passe à l’époque de Louis XIV, les descriptions y sont passionnantes et l'intrigue est vraiment palpitante.Sébastien de Noilat, un herboriste de Sologne se rend à Paris afin de tenter d'y rencontrer un célèbre botaniste qu'il admire. Cette arrivée dans la capitale est un choc pour lui, car en cette fin de 17 ème siècle, les rues sont sales, les logements sont insalubres, il manque de se faire renverser par les nombreuses charrettes qui encombrent les rues puantes, on se fait facilement voler et agresser dans les tavernes...bref, c'est loin d'être aussi merveilleux qu'il l'avait imaginé. Et dès la première nuit, alors qu'il partage une chambre avec trois autres jeunes hommes dans une auberge, l'un d'eux est assassiné et Sébastien est soupçonné de ce crime. Le commissaire Parisot sera chargé de l'enquête, mais on dit de lui qu'il n'est pas très consciencieux et qu'il est plus avide de gagner de l'argent de façon malhonnête que d'enquêter sérieusement sur des meurtres. Cette affaire nous fera découvrir l'univers des médecins, anatomistes, chirurgiens, mais aussi celui des herboristes et des botanistes. A cette époque, la médecine était considérée comme une discipline noble, alors que la chirurgie était considérée comme proche de la boucherie, il faut dire que les chirurgiens n'étaient pas encore bien formés à l'anatomie et à la dissection. Sans compter qu'on ne pratiquait...
    Lire la suite
    En lire moins
  • VirginieCM 18/02/2024
    Fraîchement arrivé à Paris, Sébastien de Noilat, un herboriste solognot, rencontre Charles Petit, sur la recommandation de l’une de ses connaissances. Celui-ci lui sert de cicérone, avant de lui permettre de rencontrer Denis Dordat, botaniste célèbre. Passant la soirée dans une taverne, entouré des amis de Charles, Sébastien, ivre, s’endort, comme les trois autres. Mais le matin, l’un d’eux est retrouvé assassiné, et c’est Charles qui est d’abord accusé… Pour innocenter son nouvel ami, puis presque contraint d’aider les forces de police, Sébastien va donc enquêter, cependant que d’autres meurtres sont commis, suivant les cours d’anatomie et de chirurgie donné publiquement par le chirurgien royal, Pierre Dionis… Enfin le second roman de Noémie Adenis, sur lequel je me suis précipitée dès sa sortie ! En effet, le premier, « Le loup des ardents », avait été un de mes coups de cœur 2021. Donc… C’est un polar historique au contexte précis, documenté, sur l’état de la médecine et de la chirurgie sous Louis XIV. Et l’auteure nous transporte dans le Paris de 1673 de manière très réaliste : on s’y croirait ! L’intérêt réside également dans le personnage de Sébastien, un anti-héros, ordinaire, provincial, peu sûr de lui, auquel on s’attache très vite, qui enquête malgré lui, mais avec brio. L’intrigue est glaçante, rythmée, et nous oblige à nous faire quelques nœuds au cerveau, pour tenter de découvrir le coupable. Petit bémol peut-être sur les indices qui nous mènent un peu rapidement sur l’identité de celui-ci… Mais, là encore, j’ai beaucoup aimé, et attends déjà le troisième roman de Noémie Adenis. Fraîchement arrivé à Paris, Sébastien de Noilat, un herboriste solognot, rencontre Charles Petit, sur la recommandation de l’une de ses connaissances. Celui-ci lui sert de cicérone, avant de lui permettre de rencontrer Denis Dordat, botaniste célèbre. Passant la soirée dans une taverne, entouré des amis de Charles, Sébastien, ivre, s’endort, comme les trois autres. Mais le matin, l’un d’eux est retrouvé assassiné, et c’est Charles qui est d’abord accusé… Pour innocenter son nouvel ami, puis presque contraint d’aider les forces de police, Sébastien va donc enquêter, cependant que d’autres meurtres sont commis, suivant les cours d’anatomie et de chirurgie donné publiquement par le chirurgien royal, Pierre Dionis… Enfin le second roman de Noémie Adenis, sur lequel je me suis précipitée dès sa sortie ! En effet, le premier, « Le loup des ardents », avait été un de mes coups de cœur 2021. Donc… C’est un polar historique au contexte précis, documenté, sur l’état de la médecine et de la chirurgie sous Louis XIV. Et l’auteure nous transporte dans le Paris de 1673 de manière très réaliste : on s’y croirait ! L’intérêt réside également dans le personnage de Sébastien, un anti-héros, ordinaire, provincial, peu sûr de lui, auquel on s’attache très vite,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laviedesev 13/02/2024
    n polar historique délicieux au XVII siècle mêlant chirurgie, mystère et amitié Paris, mars 1673. Scalpel en main, le chirurgien Pierre Dionis opère des cadavres devant une assemblée d’étudiants. Bientôt une série de meurtres accable la ville. Étrange coïncidence : les blessures infligées aux victimes s’inspirent des séances de chirurgie de Dionis Qui pourra arrêter ce meurtrier qui met en pratique à la nuit tombée les leçons publiques données au Jardin du Roi ? Peut-être Sébastien de Noilat, herboriste de province, promu enquêteur bien malgré lui dans cette ville terrifiante L’auteure a un don pour nous transporter directement au XVII siècle comme si nous y étions et de parcourir Paris avec Sébastien à la recherche du tueur. Les descriptions, le ton, le rythme tout est précis et maitrisé. C’est fluide et comme l’intrigue est très prenante, je n’ai pas vu les pages défiler Excellente idée de construire une énigme autour de personnages historiques réels comme Pierre Dionis ou Antoine Daquin !! Cela rend l’histoire plus authentique et enrichissante J’ai beaucoup aimé « cette rivalité » entre les chirurgiens et les médecins. Les progressistes contre les traditionnels, chacun défendant son savoir. Et une pièce en plus qui semait le doute dans mon esprit sur l’identité du serial killer. Bien joué Miss Noémie #x1f44fNous balader de droite à gauche, un jeux que l’auteure adore et où elle excelle !! Une belle palette de personnages bien dessinés et un héros au début timide, un peu perdu mais qui a mesure que l’enquête avance prend confiance en lui et en ses capacités d’observations et de déductions Partez au jardin du Roi sur les traces de Dionis et Sébastien pour une aventure captivante n polar historique délicieux au XVII siècle mêlant chirurgie, mystère et amitié Paris, mars 1673. Scalpel en main, le chirurgien Pierre Dionis opère des cadavres devant une assemblée d’étudiants. Bientôt une série de meurtres accable la ville. Étrange coïncidence : les blessures infligées aux victimes s’inspirent des séances de chirurgie de Dionis Qui pourra arrêter ce meurtrier qui met en pratique à la nuit tombée les leçons publiques données au Jardin du Roi ? Peut-être Sébastien de Noilat, herboriste de province, promu enquêteur bien malgré lui dans cette ville terrifiante L’auteure a un don pour nous transporter directement au XVII siècle comme si nous y étions et de parcourir Paris avec Sébastien à la recherche du tueur. Les descriptions, le ton, le rythme tout est précis et maitrisé. C’est fluide et comme l’intrigue est très prenante, je n’ai pas vu les pages défiler Excellente idée de construire une énigme autour de personnages historiques réels comme Pierre Dionis ou Antoine Daquin !! Cela rend l’histoire plus authentique et enrichissante J’ai beaucoup aimé « cette rivalité » entre les chirurgiens et les médecins. Les progressistes contre les traditionnels, chacun défendant son savoir. Et une pièce en plus qui semait le doute dans mon esprit sur l’identité...
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ? Abonnez-vous à sa newsletter pour ne rater aucune nouveauté !
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.