Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847950
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 220 mm

Le Jour où Kennedy n'est pas mort

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 04/06/2020
La vérité est plus forte que tout.
 
C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…
Quand soudain rien : le président ne mourra pas ce jour-là. En revanche, peu après, le photojournaliste Mitch...
C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…
Quand soudain rien : le président ne mourra pas ce jour-là. En revanche, peu après, le photojournaliste Mitch Newman apprend le suicide de son ex-fiancée, Jean Boyd, dans des circonstances inexpliquées. Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s’est passé. Découvrant que Jean enquêtait sur la famille Kennedy, il s'aventure peu à peu dans un monde aussi dangereux que complexe : le cœur sombre de la politique américaine.
 
Sexe et manipulations, mensonges et assassinats… Dans cette histoire alternative, à mi-chemin entre 22/11/63 de Stephen King et les thrillers paranoïaques des années 1970, JFK semble avoir échappé à son destin. Mais pour combien de temps ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847950
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 432
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Une des plus grandes plumes du roman noir actuel. »
Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • manue083 Posté le 1 Novembre 2020
    Beau travail de recherche de l'auteur. Sympa à lire. Je n'ai pas pu m'empêcher de le comparer à 22/11/63 même si ce n'est pas la même chose
  • PJN Posté le 1 Novembre 2020
    "Si Kennedy n'était pas mort en novembre 1963, garderait-on de lui le même souvenir ou aurait-il rejoint le rang des disgrâciés ?" C'est l'enjeu de ce thriller qui détruit le mythe Kennedy dans un univers parallèle où Kennedy n'a pas été assassiné à Dallas...La fin est troublante et suggère un complot. C'est aussi une histoire d'amour qui finit mal. Et une plongée dans la politique américaine...
  • magalibertrand Posté le 21 Octobre 2020
    Il paraît qu’avec des si on mettrait Paris en bouteille…Ellory, quant à lui, dans son dernier roman, a fait le pari de mettre Kennedy sous cloche. Si c’est bien un décès qui va durablement bouleverser la vie de Mitch Newman, photographe dilettante mais assidu consommateur de bourbon, en ce mois de novembre 1963 de triste mémoire, ça n’est pas celui auquel s’attend le lecteur imprégné d’Histoire à qui on ne la fait pas. Non, dans ce « 22 novembre 1963 »-là, il n’y a que le soleil au-dessus de la décapotable et du petit tailleur rose les plus célèbres du monde, et ils finiront tous deux la journée comme ils l’avaient commencé, dans l’indifférence générale, simples éléments du décor de la visite officielle du président Kennedy à Dallas où il espère glaner quelques voix pour une réélection plus qu’aléatoire. Car, si ce « 22 novembre 1963 »-là est bien « Le jour où Kennedy n’est pas mort », on ne peut pas dire qu’il soit au mieux de sa forme ni de sa réputation. Le vernis craque de toutes parts, le glamour perd de son lustre, et, si les rats ne quittent pas encore le navire, c’est parce qu’ils espèrent... Il paraît qu’avec des si on mettrait Paris en bouteille…Ellory, quant à lui, dans son dernier roman, a fait le pari de mettre Kennedy sous cloche. Si c’est bien un décès qui va durablement bouleverser la vie de Mitch Newman, photographe dilettante mais assidu consommateur de bourbon, en ce mois de novembre 1963 de triste mémoire, ça n’est pas celui auquel s’attend le lecteur imprégné d’Histoire à qui on ne la fait pas. Non, dans ce « 22 novembre 1963 »-là, il n’y a que le soleil au-dessus de la décapotable et du petit tailleur rose les plus célèbres du monde, et ils finiront tous deux la journée comme ils l’avaient commencé, dans l’indifférence générale, simples éléments du décor de la visite officielle du président Kennedy à Dallas où il espère glaner quelques voix pour une réélection plus qu’aléatoire. Car, si ce « 22 novembre 1963 »-là est bien « Le jour où Kennedy n’est pas mort », on ne peut pas dire qu’il soit au mieux de sa forme ni de sa réputation. Le vernis craque de toutes parts, le glamour perd de son lustre, et, si les rats ne quittent pas encore le navire, c’est parce qu’ils espèrent pouvoir faire croire pour quelques semaines que quelqu’un tient la barre. Il y a pourtant bien quelque chose de pourri au royaume de la plus grande démocratie du monde, mais malheur à qui voudra le crier haut et fort. Jean Boyd n’aurait-elle pas été de ceux-là ? Cette brillante journaliste si volontaire et si déterminée…et si mystérieusement suicidée contre toute attente ? Mitch trouvera dans la mort de cette ex-fiancée jamais oubliée la force et le courage que sa vie n’avait pas su lui insuffler, l’envie, cette fois, d’aller jusqu’au bout de l’histoire. Quant à la force d’Ellory, elle consiste à avoir osé s’attaquer à l’un des mythes du XXème siècle, à avoir fait juste un petit pas de côté pour offrir à nos yeux aveuglés par la lumière trop brillante de l’Histoire lorsqu’elle fige brutalement une vie dans la légende, un autre point de vue, une autre version possible d’une destinée inévitable. Il le fait avec la rigueur et le grand talent qu’on lui connaît, et, sous sa plume affutée qui sait si bien doser réflexion et émotions, la grande Histoire se réinvente avec la même fluidité que la petite histoire dont elle partage la source. Toutes deux, subtilement imbriquées, bien sûr, se révèlent passionnantes et ravivent, chacune à leur manière, cette envie venue de l’enfance ou des regrets, de jouer à « Et si on disait que… ? »
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sarahmarinaamr Posté le 20 Octobre 2020
    A travers ce livre Kennedy ne meurt pas le 22 Novembre 1963 mais 9 mois plus tard. On découvre aussi l'enquête d’un journaliste Mitch Newman qui tente de faire percer la vérité sur la mort de son ex fiancée Jean qui enquêtait sur la famille Kennedy. Elle se serait donnée la mort pour lui c’est impensable. Une enquête dans le sombre monde de la politique où l’on retrouve sexe ,manipulation, mensonges, assassinats. En deux mots Brillant et sombre.
  • alcancia Posté le 14 Octobre 2020
    J’ai connu mieux de cet auteur. Assez déçue.
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !