En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Fantômes de Manhattan

            Sonatine
            EAN : 9782355842962
            Code sériel : 152
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 220 mm
            Les Fantômes de Manhattan

            Claude DEMANUELLI (Traducteur), Jean DEMANUELLI (Traducteur)
            Date de parution : 07/06/2018
            Et si un livre détenait les clés de votre existence ?
            Annie O’Neill, 31 ans, est une jeune fille discrète. Elle tient une petite librairie en plein cœur de Manhattan, fréquentée par quelques clients aussi solitaires et marginaux qu’elle. Son existence est bouleversée par la visite d’un nommé Forrester, qui se présente comme un très bon ami de ses parents, qu’elle... Annie O’Neill, 31 ans, est une jeune fille discrète. Elle tient une petite librairie en plein cœur de Manhattan, fréquentée par quelques clients aussi solitaires et marginaux qu’elle. Son existence est bouleversée par la visite d’un nommé Forrester, qui se présente comme un très bon ami de ses parents, qu’elle n’a pratiquement pas connus. L’homme est venu lui remettre un manuscrit. Celui-ci raconte l’histoire d’un certain Haim Kruszwica, adopté par un soldat américain lors de la libération de Dachau, devenu ensuite une des grandes figures du banditisme new-yorkais. Quel rapport avec l’histoire intime d’Annie ? Et pourquoi le dénommé Forrester est-il si réticent à lui avouer la vérité ? Lorsqu’elle lui sera enfin dévoilée, celle-ci sera plus inattendue et incroyable que tout ce qu’elle a pu imaginer.
             
            Conteur hors pair, R. J. Ellory retrace ici le récit d’un demi-siècle plein de bruit et de fureur. Cette nouvelle variation sur son thème favori, la répercussion de l’Histoire sur les trajectoires personnelles, est cette fois bien différente de ses ouvrages précédents, ne serait-ce que grâce à son héroïne, qui donne au récit une nostalgie et une douceur inaccoutumées. Des événements passés qui viennent à la rencontre du présent, une vie volée, une vengeance, Les Fantômes de Manhattan n’est pas sans rappeler par ses thèmes et son ampleur Il était une fois en Amérique de Sergio Leone.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782355842962
            Code sériel : 152
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 220 mm
            Sonatine
            22.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • jfdupontviel Posté le 17 Octobre 2018
              Je clame haut et fort depuis longtemps, j'ai un faible pour les bouquins de RJ Ellory. Je les ai tous lu. Dans ma PAL, son dernier : « Les fantômes de Manhattan ». Mes attentes étaient assez basses pour ce roman : « Les fantômes de Manhattan » été écrit originalement en 2004. C'était seulement le deuxième oeuvre de Ellory à être publié dans sa langue original suite à « Papillon de nuit ». Je trouvais étrange que tant années soient écoulés avant que sa traduction française voit le jour. Aussi, sur le site de Goodreads, le pendant anglophone de Babelio, les notes des lecteurs annonçaient que ce bouquin n'était pas un de ses meilleurs . Contre toute attente, j'ai (encore une fois) vraiment tombé sous le charme des personnages de Roger. Les bouquins de Ellory se retrouvent souvent dans les sections polars des libraires alors qu'ils le sont pas tous vraiment. On parle plus d'histoire d'intrigue dans son cas. Ici, L'intrigue arrive très tard dans le bouquin. Auparavant, nous avons plutôt le droit à une simple histoire d'une jeune libraire, Annie O'neill, qui a 31 ans, possède une vie plutôt monotone et qui comme tout bons trentenaire solitaire, remet... Je clame haut et fort depuis longtemps, j'ai un faible pour les bouquins de RJ Ellory. Je les ai tous lu. Dans ma PAL, son dernier : « Les fantômes de Manhattan ». Mes attentes étaient assez basses pour ce roman : « Les fantômes de Manhattan » été écrit originalement en 2004. C'était seulement le deuxième oeuvre de Ellory à être publié dans sa langue original suite à « Papillon de nuit ». Je trouvais étrange que tant années soient écoulés avant que sa traduction française voit le jour. Aussi, sur le site de Goodreads, le pendant anglophone de Babelio, les notes des lecteurs annonçaient que ce bouquin n'était pas un de ses meilleurs . Contre toute attente, j'ai (encore une fois) vraiment tombé sous le charme des personnages de Roger. Les bouquins de Ellory se retrouvent souvent dans les sections polars des libraires alors qu'ils le sont pas tous vraiment. On parle plus d'histoire d'intrigue dans son cas. Ici, L'intrigue arrive très tard dans le bouquin. Auparavant, nous avons plutôt le droit à une simple histoire d'une jeune libraire, Annie O'neill, qui a 31 ans, possède une vie plutôt monotone et qui comme tout bons trentenaire solitaire, remet en question ses choix de vie. Orpheline, elle a peu connu ses parents. C'est son voisin, Sullivan, qui acte entant de confident à celle-ci. Un jour, un homme assez âgé, se prénommant Forester rentre dans sa bibliothèque. Il raconte à Annie qu'il fût un bon ami de ses parents et à travers un étrange manuscrit, il veut refaire vivre un club de lecture qu'il a partagé autrefois avec son papa. Ce manuscrit nous est livré tout au long de l'histoire et parfois, j'avais plus de plaisir à le lire que les histoires de vie mondaine d'Annie et de ses amours. Plus je m'approchais de la fin, plus je me demandais comment les deux histoire allait se regrouper, parce que ceci était inévitable. J'aurais aimé que la conclusion soit différente par contre : Durant les dernières pages, Ellory nous amène haut en émotion. Et puis, là on redescend aussi vite que nous y sommes monté. J'aurais aimé le « happy ending ». À lire ? : Oui, absolument. Encore plus si vous aimé les Ellory ou si vous avez grandi sans l'un ou vos parents.
              Lire la suite
              En lire moins
            • mariecloclo Posté le 11 Septembre 2018
              Je ne sais pas trop comment critiquer ce roman. Disons que s'il ne s'agissait pas d'un roman de R. J. Ellory, j'aurais beaucoup aimé mais, j'attendais beaucoup mieux de sa part. Je conseille plutôt "Seul le silence", "Vendetta" ou "Papillon de nuit" qui sont des romans très noirs et puissants. Disons que celui-ci est un roman mineur. Annie O Neill est une libraire d'une trentaine d'années qui vit à New York et est assez solitaire. Elle n'a plus de famille ayant perdu sa mère récemment et pas connu son père. Sa vie est assez calme, pas de grandes joies ni de grandes peines, elle aime les livres et sa librairie mais ne prend pas de risques. Sa vie assez tranquille et sereine va basculer le jour où un vieil homme va pousser la porte de sa boutique et se présenter comme un vieil ami de son père. Il lui apporte des lettres écrites par son père pour sa mère et un manuscrit qui raconte une histoire terrible qui s'avérera réelle. Outre ce M. Forrester, Annie fera la connaissance d'un homme plus jeune qui s'appelle David Queen et est assez mystérieux. J'ai aimé le roman dans le roman qui est... Je ne sais pas trop comment critiquer ce roman. Disons que s'il ne s'agissait pas d'un roman de R. J. Ellory, j'aurais beaucoup aimé mais, j'attendais beaucoup mieux de sa part. Je conseille plutôt "Seul le silence", "Vendetta" ou "Papillon de nuit" qui sont des romans très noirs et puissants. Disons que celui-ci est un roman mineur. Annie O Neill est une libraire d'une trentaine d'années qui vit à New York et est assez solitaire. Elle n'a plus de famille ayant perdu sa mère récemment et pas connu son père. Sa vie est assez calme, pas de grandes joies ni de grandes peines, elle aime les livres et sa librairie mais ne prend pas de risques. Sa vie assez tranquille et sereine va basculer le jour où un vieil homme va pousser la porte de sa boutique et se présenter comme un vieil ami de son père. Il lui apporte des lettres écrites par son père pour sa mère et un manuscrit qui raconte une histoire terrible qui s'avérera réelle. Outre ce M. Forrester, Annie fera la connaissance d'un homme plus jeune qui s'appelle David Queen et est assez mystérieux. J'ai aimé le roman dans le roman qui est très noir et assez emblématique de l'écriture de R.J Ellory. J'ai aimé certains côtés du caractère d'Annie, ses réflexions sur la vie. J'ai aimé les livres bien sur, ceux qui sont cités. J'ai aimé le personnage de Sullivan, le voisin d'Annie et leur relation. Mais au total ce n'est pas un vrai coup de coeur, un bon roman mais sans plus. Enfin, c'est juste mon avis !!!
              Lire la suite
              En lire moins
            • angelita.manchado Posté le 4 Août 2018
              Résumé Les fantômes de Manhattan de R J Ellory Annie O’Neill a 30 ans. Elle vit à New York et tient une librairie. Elle vit seule mais elle souhaite connaître le grand amour. Un vieil homme entre dans sa librairie. Il lui annonce qu’il a connu son père et qu’il souhaite lui remettre un manuscrit et des lettres. Avis Les fantômes de Manhattan de R J Ellory Comme à son habitude, R J Ellory nous offre une belle palette de personnages. Annie, Sullivan, Forrester et ces deux hommes qui entrent, grâce à une ébauche de livre, dans la vie d’Annie. On sent bien qu’il y a quelque chose qui va changer la vie de cette femme. Mais comment ? Je n’ai réussi, que vers la fin du roman, en lisant le dernière chapitre de ce livre pas encore fini, à savoir qui est qui. Annie n’a plus aucun souvenir de son père. Pour elle, c’est un devoir de mémoire. Elle veut savoir qui c’est. Il lui a juste laissé une montre et une libraibrie. Mais de lui, elle ne sait rien, elle n’a pas de souvenirs. Sa mère n’a jamais rien dit. Qu’avait-elle à cacher ? Qu’avait-il à cacher ? Est-ce par rapport à... Résumé Les fantômes de Manhattan de R J Ellory Annie O’Neill a 30 ans. Elle vit à New York et tient une librairie. Elle vit seule mais elle souhaite connaître le grand amour. Un vieil homme entre dans sa librairie. Il lui annonce qu’il a connu son père et qu’il souhaite lui remettre un manuscrit et des lettres. Avis Les fantômes de Manhattan de R J Ellory Comme à son habitude, R J Ellory nous offre une belle palette de personnages. Annie, Sullivan, Forrester et ces deux hommes qui entrent, grâce à une ébauche de livre, dans la vie d’Annie. On sent bien qu’il y a quelque chose qui va changer la vie de cette femme. Mais comment ? Je n’ai réussi, que vers la fin du roman, en lisant le dernière chapitre de ce livre pas encore fini, à savoir qui est qui. Annie n’a plus aucun souvenir de son père. Pour elle, c’est un devoir de mémoire. Elle veut savoir qui c’est. Il lui a juste laissé une montre et une libraibrie. Mais de lui, elle ne sait rien, elle n’a pas de souvenirs. Sa mère n’a jamais rien dit. Qu’avait-elle à cacher ? Qu’avait-il à cacher ? Est-ce par rapport à cela qu’Annie s’est repliée sur elle-même, qu’elle a décidé de vivre seule, même si elle a eu quelques amants, que Sullivan est son meilleur ami ? Avec l’arrivée, dans sa vie, de ces deux hommes, Annie va s’ouvrir au monde. Elle va vouloir vivre sa vie. Elle en sortira grandie, en cela aidée par Sullivan, mais cela ne se fera pas sans douleur. RJ Ellory sait développer les sentiments humains, les expliquer, notamment l’amour entre un homme et une femme, entre un parent et un enfant. Sentiments mais aussi pensées qui entraînent la haine et la vengeance. Quand quelqu’un pense qu’une autre personne lui doit quelque chose, on entre dans ce cycle infernal. Roman psychologique puisque les méandres de la pensée humaine sont décortiqués. Mais ce n’est pas que cela. RJ Ellory est très à l’aise avec les Etats-Unis. Même s’il détaille l’horreur des camps de concentration qui change tout être humain qui y a vécu, il y a également l’horreur des guerres menées par les Etats-Unis qui changent également ceux qui y ont participé. Politique, évolution de la société américaine des années 40 jusqu’à nos jours, personnes qui ont compté, il y a de l’Histoire dans les histoires. La solitude, le mal du siècle ! Même dans une grande ville comme New York. On se coupe de tout et de tous. Que ce soit par les réseaux sociaux ou dans une librairie qui n’amène pas beaucoup de monde. Cela peut être le roman de la solitude, de ce que l’on en fait. On y reste ou on décide de ne plus réfléchir et d’avancer. Mais est-ce que la solitude est mauvaise ? Je pense que chaque être humain en a besoin pour se ressourcer, surtout lorsqu’il côtoie du monde la journée. Ça c’est mon côté loup solitaire qui ressort. Doit-on également oublier le passé qui nous a forgé ? Il peut changer un être humain, comme l’anéantir. Une relation nous forge. Elle nous dévoile à nous-même et elle nous dévoile les autres, ceux avec qui on a envie de faire un bout de chemin. RJ Ellory est un maestro des mots, des histoires. Cela faisait un moment que j’attendais ce roman et je n’ai pas été déçue. Toutefois, Les fantômes de Manhattan n’est pas mon favori de l’auteur. Peut-être car c’est le deuxième roman écrit de l’auteur, même s’il est sorti beaucoup plus tard en France. Bien souvent, je trouve que les seconds romans sont comme une transition entre un très bon premier et les troisième et suivants qui se révèlent excellents. J’avais lu le premier qui donnait déjà le style d’Ellory et ce style s’est affirmé au fil des ans.
              Lire la suite
              En lire moins
            • berbonet Posté le 31 Juillet 2018
              Il s'agit d' un ancien "Ellory" qui a le titre et la couleur d'un polar mais qui réellement n'en est pas un. Pas grave ! Ce roman est très attachant, il sonne vrai. Un belle leçon d'amitié, de détermination et d'espoir. Un peu d'air frais que je recommande.
            • TheBookCarnival Posté le 28 Juillet 2018
              Les fantômes de Manhattan de R.J. Ellory est un roman fabuleux, fort émotionnellement et énigmatique à souhait. Un coup de cœur absolu. Annie O’Neill est libraire à Manhattan. Assez solitaire, elle n’a d’interactions sociales qu’avec les habitués de sa librairie et son voisin, Jack Sullivan, un ancien reporter quelque peu porté sur la bouteille. Un beau jour, un homme du nom de Forrester entre dans sa boutique. Cet étrange monsieur d’un certain âge prétend qu’il a bien connu son père et qu’ils avaient créé ensemble une sorte de club de lecture restreint. Ce père dont Forrester lui parle, Annie n’en a que peu de souvenirs, il a disparu quand elle avait sept ans. Il ne lui reste de lui qu’un livre qu’il lui avait offert. Forrester lui propose de lui parler de son père et de recréer le club de lecture avec comme première lecture le mystérieux manuscrit d’un ancien membre du club qu’il lui apportera chapitre par chapitre chaque lundi. Pour Annie, cette rencontre fait ressurgir le souvenir d’un père dont elle ne sait pas grand-chose et naître des questions qu’elle ne s’était jamais posées auparavant mais la fait surtout plonger dans une histoire incroyable traversant le XXème siècle avec... Les fantômes de Manhattan de R.J. Ellory est un roman fabuleux, fort émotionnellement et énigmatique à souhait. Un coup de cœur absolu. Annie O’Neill est libraire à Manhattan. Assez solitaire, elle n’a d’interactions sociales qu’avec les habitués de sa librairie et son voisin, Jack Sullivan, un ancien reporter quelque peu porté sur la bouteille. Un beau jour, un homme du nom de Forrester entre dans sa boutique. Cet étrange monsieur d’un certain âge prétend qu’il a bien connu son père et qu’ils avaient créé ensemble une sorte de club de lecture restreint. Ce père dont Forrester lui parle, Annie n’en a que peu de souvenirs, il a disparu quand elle avait sept ans. Il ne lui reste de lui qu’un livre qu’il lui avait offert. Forrester lui propose de lui parler de son père et de recréer le club de lecture avec comme première lecture le mystérieux manuscrit d’un ancien membre du club qu’il lui apportera chapitre par chapitre chaque lundi. Pour Annie, cette rencontre fait ressurgir le souvenir d’un père dont elle ne sait pas grand-chose et naître des questions qu’elle ne s’était jamais posées auparavant mais la fait surtout plonger dans une histoire incroyable traversant le XXème siècle avec violence. Les fantômes de Manhattan fait partie de ces romans époustouflants qui ne laissent d’autre choix au lecteur que de suivre le rythme du récit sans trop se poser de questions car de toute façon l’auteur ne lui en laisse pas vraiment le temps. A tout moment l’histoire prend un virage différent et déstabilise son héroïne Annie autant que le lecteur. Annie concentre alors toutes les interrogations qui pourraient s’insinuer dans la tête du lecteur, car elle incarne notre perplexité face au manuscrit que Forrester lui confie et aussi face à tous les événements qui viennent chambouler sa vie. On est immergé dans le récit, on se laisse surprendre par les tours et les détours qu’il prend et c’est absolument délectable comme sensation de lecture.On se perd dans les pages en faisant totalement confiance à l’auteur car on sait qu’il va nous mener quelque part et que ce quelque part sera bluffant, on le ressent d’ailleurs dès les premières pages. Ce roman nous emporte dans un tourbillon d’émotions autour de thématiques fortes telles que l’amour, l’amitié, la trahison, la vengeance, la cruauté. R.J. Ellory nous offre tout à la fois un nuancier des sentiments humains et un voyage intemporel dans New-York. C’est une fresque qui s’étend de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours d’une écriture pleine d’intensité où l’auteur fait s’entrechoquer l’Histoire (avec un grand H) et l’histoire de la discrète et solitaire Annie. La construction du récit est tout simplement brillante, c’est tout ce que j’aime. Le récit alterne entre l’histoire d’Annie et l’histoire que contient le manuscrit. Tout au long de la lecture, on cherche le lien, on pense le deviner parfois, on s’y refuse et puis l’auteur nous égare, nous mène vers d’autres pistes pour finalement nous laisser pantois face à l’ampleur de cette histoire. R.J. Ellory fait en sorte que des éléments subtilement amenés dans le récit produisent un écho retentissant quand toutes les pièces du puzzle se mettent en place. C’est absolument grandiose ! Les fantômes de Manhattan est un roman coup de cœur parce qu’il m’a complètement soufflée. Ce roman mêle émotions fortes et mystère avec brio. C’est une de mes plus belles lectures de cette année.
              Lire la suite
              En lire moins

            Ils en parlent

            "Une des plus grandes plumes du roman noir actuel."
            Le Figaro Magazine
            "Ellory est un virtuose !"
            Le Point
            Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
            Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com