En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Papillon de nuit

        Sonatine
        EAN : 9782355842955
        Code sériel : 151
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 130 x 180 mm
        Papillon de nuit

        Fabrice POINTEAU (Traducteur)
        Date de parution : 04/06/2015
        Tout l'univers de RJ Ellory dans son premier roman inédit, au coeur de l'Amerique des Sixties !
        Après l’assassinat de Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes. L’Amérique a compris que si une puissance invisible pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs.
        C’est dans cette Amérique en crise que...
        Après l’assassinat de Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes. L’Amérique a compris que si une puissance invisible pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs.
        C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami.
        Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air.
        Récit d’un meurtre, d’une passion, d’une folie, ce roman nous offre une histoire aussi agitée que les années soixante..
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355842955
        Code sériel : 151
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 130 x 180 mm
        Sonatine
        14.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Ichirin-No-Hana Posté le 24 Mai 2018
          En Caroline du Sud, Daniel Ford est accusé d’avoir assassiné son meilleur ami, Nathan Vernet. Condamné à mort, Daniel Ford attend depuis des années dans le couloir de la mort. Quelques jours avant sa mort, un prêtre se présente pour ses dernières confessions… Un résumé simple, mais percutant. Papillon de nuit nous propose une immersion totale dans la vie de Daniel Ford et on découvre toute la vie de ce jeune homme blanc qui liera une magnifique histoire d’amitié avec Nathan Vernet, homme noir. Histoire d’amitié qui dure depuis l’enfance mais qui aura la fin tragique que l’on connait. R.J. Ellory me prouve encore son talent pour construire des personnages complexes. Rarement, on rencontre des personnages autant fascinants. Papillon de nuit fut encore un véritable coup de cœur pour moi. Lecture totalement marquante, R.J. Ellory nous conte une histoire sombre mais tellement palpable. L’auteur britannique nous dépeint encore une fois une Amérique profonde, meurtrie et souvent violente. Nous sommes en 1982 et les Etats-Unis sont encore choqués par la mort de son président. Papillon de nuit nous raconte l’histoire (en partant de son enfance) de Daniel Ford, on y découvrira donc un pays touché par la Guerre du Vietnam, un Ku... En Caroline du Sud, Daniel Ford est accusé d’avoir assassiné son meilleur ami, Nathan Vernet. Condamné à mort, Daniel Ford attend depuis des années dans le couloir de la mort. Quelques jours avant sa mort, un prêtre se présente pour ses dernières confessions… Un résumé simple, mais percutant. Papillon de nuit nous propose une immersion totale dans la vie de Daniel Ford et on découvre toute la vie de ce jeune homme blanc qui liera une magnifique histoire d’amitié avec Nathan Vernet, homme noir. Histoire d’amitié qui dure depuis l’enfance mais qui aura la fin tragique que l’on connait. R.J. Ellory me prouve encore son talent pour construire des personnages complexes. Rarement, on rencontre des personnages autant fascinants. Papillon de nuit fut encore un véritable coup de cœur pour moi. Lecture totalement marquante, R.J. Ellory nous conte une histoire sombre mais tellement palpable. L’auteur britannique nous dépeint encore une fois une Amérique profonde, meurtrie et souvent violente. Nous sommes en 1982 et les Etats-Unis sont encore choqués par la mort de son président. Papillon de nuit nous raconte l’histoire (en partant de son enfance) de Daniel Ford, on y découvrira donc un pays touché par la Guerre du Vietnam, un Ku Klux Klan beaucoup trop présent et une répression très fortes contre les personnes noires. Nathan Vernet est un personnage qui croque la vie à pleine dent et cela ne plaira pas au plus grand nombre. Au vu du commencement de l’histoire, on ne peut qu’être immergé dans l’intrigue. Comment Daniel Ford a-t-il pu en arriver là ? Est-il véritablement le fautif ? L’auteur prend le temps de tous nous expliquer. Des éléments nous paraissent futiles, mais tout prend, bien sûr, son sens à la fin. Le tout est fascinant et il est impossible de lâcher ce roman. On en arrêterait presque de manger et de dormir tant cette histoire nous obsède. Seul R.J. Ellory est capable de cela avec moi. Papillon de nuit est un roman marquant, criant de vérité. C’est un roman qui touche, qui fait mal et qui dénonce de façon extrêmement brutale mais indispensable.
          Lire la suite
          En lire moins
        • totopinette Posté le 19 Mai 2018
          Ce roman policier semble avoir reçu des critiques très élogieuses. Sa lecture m'a été relativement plaisante, cela-dit, je ne peux m'empêcher de voir un léger plagia de « La ligne verte » de Stephen King, mêlée à des idées complotistes. La première partie du roman, qui met en place ce sentiment de conflit politique sur fond de complots et de machinations, m'a paru très longue. J'ai eu du mal à être bercée par cette mélodie. Disons que, lorsque je sors un roman policier de ma bibliothèque, je ne m'attend pas à être noyée dans un univers si politisé. Si cette partie avait été allégée, j'aurais davantage apprécié ma lecture. D'autant plus que l'auteur a une très belle plume. Dès que je lisais le nom « Schembri », je me disais : « Oh non ! Ça recommence … Et l'histoire de Daniel, alors ? » - Parce qu'en réalité, cette première partie traite très peu de Daniel. Et j'ai vraiment trouvé ça dommage, car j'espérais vraiment un roman sous forme de témoignage, et non pas sous forme de ce qui m'a paru être une sorte de documentaire fictif. On ne peut, bien sûr, pas en vouloir à Ellory qui utilise constamment les théories franc-maçonniques, illuminatistes et complotistes... Ce roman policier semble avoir reçu des critiques très élogieuses. Sa lecture m'a été relativement plaisante, cela-dit, je ne peux m'empêcher de voir un léger plagia de « La ligne verte » de Stephen King, mêlée à des idées complotistes. La première partie du roman, qui met en place ce sentiment de conflit politique sur fond de complots et de machinations, m'a paru très longue. J'ai eu du mal à être bercée par cette mélodie. Disons que, lorsque je sors un roman policier de ma bibliothèque, je ne m'attend pas à être noyée dans un univers si politisé. Si cette partie avait été allégée, j'aurais davantage apprécié ma lecture. D'autant plus que l'auteur a une très belle plume. Dès que je lisais le nom « Schembri », je me disais : « Oh non ! Ça recommence … Et l'histoire de Daniel, alors ? » - Parce qu'en réalité, cette première partie traite très peu de Daniel. Et j'ai vraiment trouvé ça dommage, car j'espérais vraiment un roman sous forme de témoignage, et non pas sous forme de ce qui m'a paru être une sorte de documentaire fictif. On ne peut, bien sûr, pas en vouloir à Ellory qui utilise constamment les théories franc-maçonniques, illuminatistes et complotistes en tout genre dans ses écrits. C'est sa marque de fabrication. Sa signature. On adhère ou on adhère pas. Pour ma part, je suis mitigée puisque je trouve que, dans cette oeuvre en tout cas, ça alourdit l'intrigue. Ensuite, il était peut-être utile de les utiliser afin de différencier son roman de celui de Stefen King. D'ailleurs, venons-en aux ressemblances avec l'oeuvre de Stephen King. En 1996, King sortait « La ligne verte ». Une oeuvre largement reconnue et même adaptée au cinéma. En 2003, Ellory décide de surfer sur la même vague que King. D'accord ! Mais pourquoi user des mêmes outils ? Un personnage afro-américain, qui dénonce l'Amérique raciste emplie de préjugés. Un gardien de prison absolument abjecte qui s'en prend aux détenus et qui le paie très chèrement à la fin des deux oeuvres. Un gardien très agréable, soucieux de l'état de santé de l'accusé au point de lui proposé des beignets (dans « La ligne verte », ce sont des petits pains de maïs). Bref, on ne peut que rapprocher les deux oeuvres. Ce n'est pas déplaisant, mais c'est un peu frustrant cela-dit. On aurait aimé lire autre chose. Être emporté dans l'imagination de quelqu'un d'autre et ne pas voguer sur un mélange des deux. Ellory dénonce ici la loi qui légalise la peine létale en Amérique. Pour cela, il use d'un personnage condamné à mort, évidemment, mais surtout innocent. J'aurais aimé qu'il y ait une contre-argumentation provenant des proches des victimes. J'avoue avoir un peu de mal avec les auteurs qui décident de défendre un sujet sans opposer une argumentation contraire. Je ne comprend pas qu'on puisse adhérer à un point de vue ou à un autre sans que chacun ait eu la chance de défendre ses idées. C'est une sorte de facilité … le sujet mériterait d'être soutenu de façon, je dirais, plus sérieuse afin d'être entendu et surtout bien compris. En ce qui concerne les personnages, l'auteur a taillé Nathan tel un super-héros. Il est courageux, travailleur, presque sage. Il devient un homme qui sait ce qu'il veut et qui sait surtout ce qu'il ne veut pas. Daniel, lui, est présenté comme un faiblard. Il a peur de tout, n'est pas particulièrement fort et ne prend jamais de décision. Lui, son truc, c'est de suivre Nathan. le caractère de Nathan a tendance à nous énerver, parfois on se dit qu'il a bien cherché ses problèmes … Pourtant, sa candeur nous attache à lui. Un utopiste qui croyait en la bonté et en la douceur du monde. C'est un innocent au grand-coeur. Son amitié pour Nathan est sans limite. Même lorsqu'il lui vole sa petite-amie. Son ami est ce qu'il a de plus cher. Mais, on a le sentiment que l'amour qu'il donne à Nathan ne lui revient pas avec la même fougue. Nathan aurait pu partir sans lui, Nathan lui a volé sa petite amie … le super-héros n'était plus un super-héros, mais était devenu un gros égoïste au final. Et c'est un bon point pour l'auteur d'avoir créer un personnage comme celui-ci. Il a ancré le lecteur dans la réalité en l'extirpant de la fiction. Par contre, il y a peu de suspens sur le fait que Daniel s'est fait piéger par le père de Linny Goldbourne. C'était cousu de fil blanc. Autant que son étonnant procès à la fin du récit. Pas de doute non plus sur le fait que le père John le fasse libérer de prison … En résumé, je n'ai pas ressenti beaucoup de suspens à la lecture de ce roman, et je trouve ça dommage car le sujet s'y prêtait parfaitement. Malgré tout, ça reste un roman relativement intéressant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • R2N2 Posté le 24 Mars 2018
          Papillon de nuit, c’est le premier roman publié de Ellory en 2003. Mais pour qu’il sorte en français, il a fallu attendre douze ans et que sept autres de ses œuvres soient traduites (toutes ses traductions en français ont été éditées aux éditions sonatines, que j’apprécie de plus en plus). Ce fut pourtant un immense succès qui a permis à l’auteur de vraiment finir de s’imposer en France. C’est pourtant celui que j’ai le moins aimé. Le roman s’attaque à plein de grandes questions (la peine de mort, l’enfermement carcéral, la ségrégation raciale, la guerre du Vietnam, la lâcheté, le libre arbitre) mais chaque fois superficiellement. Chacune de ces questions a été mieux abordée dans d’autres polars, le liant entre ces thématiques ne prend pas vraiment, un certain moralisme plane sur le livre et cette fois je n’ai pas trouvé que le style suffise à tout rattraper. J’avais initialement écris « à tout sauver » mais ce serait un peu exagéré parce que je n’ai pas trouvé le résultat mauvais non plus, juste décevant et d’assez peu d’intérêt.
        • blandine5674 Posté le 20 Mars 2018
          C’est d’une cellule de prison aux USA qu'un condamné à mort raconte son parcours à un prêtre. A l’âge de six ans, il a fait la connaissance de celui qui deviendra son meilleur ami. Le gros problème, pas pour eux mais pour les autres, est que son ami est noir et lui blanc. Dès les premières pages, le lecteur apprend que son pote a été assassiné et décapité et que c’est lui qui a été accusé. Visiblement, c’est le premier roman écrit par Ellroy et déjà sa griffe était présente avec cette façon de nous offrir une histoire bien maîtrisée sous fond d’Amérique raciste. Bluffant, comme d’habitude !
        • josan Posté le 1 Mars 2018
          3 étoiles pour mon premier roman de cet auteur. J’ai fortement apprécié son style. L’écriture est soignée et bien documentée sur l’histoire des États Unis. Outre l’écriture j’ai bien aimé aller à la rencontre de Daniel et de son histoire. Il doit être exécuté dans peu de temps pour le meurtre de son meilleur ami et revient sur les circonstance de son incarcération. Je me suis un peu doutée du dénouement mais je trouve malheureusement qu’il n’a pas été assez développé , ce roman aurait mérité une centaine de pages en plus. Je reste donc sur les 3 étoiles pour cette raison. Ce n’est pas ce que j’attendais d’un thriller malheureusement là dessus je suis déçue , c’est vraiment le style littéraire qui m’a fait poursuivre cette histoire.
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com