Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782260054641
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 189 mm
Paris-Briançon
Date de parution : 06/01/2022
Éditeurs :
Julliard

Paris-Briançon

Date de parution : 06/01/2022

 
Rien ne relie les passagers montés à bord du train de nuit n5789. À la faveur d’un huis clos imposé, tandis qu’ils sillonnent des territoires endormis, ils sont une dizaine... Rien ne relie les passagers montés à bord du train de nuit n5789. À la faveur d’un huis clos imposé, tandis qu’ils sillonnent des territoires endormis, ils sont une dizaine à nouer des liens, laissant l’intimité et la confiance naître, les mots s’échanger, et les secrets aussi. Derrière les apparences... Rien ne relie les passagers montés à bord du train de nuit n5789. À la faveur d’un huis clos imposé, tandis qu’ils sillonnent des territoires endormis, ils sont une dizaine à nouer des liens, laissant l’intimité et la confiance naître, les mots s’échanger, et les secrets aussi. Derrière les apparences se révèlent des êtres vulnérables, victimes de maux ordinaires ou de la violence de l’époque, des voyageurs tentant d’échapper à leur solitude, leur routine ou leurs mensonges. Ils l’ignorent encore, mais à l’aube, certains auront trouvé la mort.
Ce roman au suspense redoutable nous rappelle que nul ne maîtrise son destin. Par la délicatesse et la justesse de ses observations, Paris-Briançon célèbre le miracle des rencontres fortuites, et la grâce des instants suspendus, où toutes les vérités peuvent enfin se dire.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260054641
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 208
Format : 140 x 189 mm

Ils en parlent

« 202 pages et tout y est. L'amour, l'amitié, la société, les rapports humains, le désir. Formidable. »
Nathalie Iris / Mots en marge

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Jmolo Posté le 11 Avril 2022
    Je venais de finir un livre d'un auteur français dont je tairai le nom, truffé de "Putain!", de dialogues coupés au milieu d'une phrase, de "pas" sans "ne", de langage banlieue... Je persistais à poursuivre un livre d'un auteur allemand dont je tairai le nom, à la traduction française approximative, aux phrases mal construites, incrusté d'expressions germaniques non traduites... J'en étais à me demander si mon français maternel classique était devenu totalement obsolète, et s'il me fallait désormais me contraindre à accepter cette évolution de l'écriture qui fait de la lecture un pensum plus qu'un plaisir... Et puis j'ai ouvert "Paris-Briançon" de Philippe Besson ! Ouf : il existe encore des auteurs qui manient agréablement notre belle langue française... L'écriture est coulante et ne nécessite pas de relecture afin de deviner la signification d'une phrase. Pourtant le style du récit s'adapte à la condition sociale des personnages, mais sans pour autant tomber dans la vulgarité, ni dans la répétition excessive. Le thème est original. le suspens croit subrepticement. Le dénouement est inattendu. La fin est émouvante. Certains déplorent le manque d'approfondissement des caractères des personnages. Je leur rétorquerai que c'est le principe même des rencontres éphémères ! Bref : un bon Besson ! Après le calamiteux... Je venais de finir un livre d'un auteur français dont je tairai le nom, truffé de "Putain!", de dialogues coupés au milieu d'une phrase, de "pas" sans "ne", de langage banlieue... Je persistais à poursuivre un livre d'un auteur allemand dont je tairai le nom, à la traduction française approximative, aux phrases mal construites, incrusté d'expressions germaniques non traduites... J'en étais à me demander si mon français maternel classique était devenu totalement obsolète, et s'il me fallait désormais me contraindre à accepter cette évolution de l'écriture qui fait de la lecture un pensum plus qu'un plaisir... Et puis j'ai ouvert "Paris-Briançon" de Philippe Besson ! Ouf : il existe encore des auteurs qui manient agréablement notre belle langue française... L'écriture est coulante et ne nécessite pas de relecture afin de deviner la signification d'une phrase. Pourtant le style du récit s'adapte à la condition sociale des personnages, mais sans pour autant tomber dans la vulgarité, ni dans la répétition excessive. Le thème est original. le suspens croit subrepticement. Le dénouement est inattendu. La fin est émouvante. Certains déplorent le manque d'approfondissement des caractères des personnages. Je leur rétorquerai que c'est le principe même des rencontres éphémères ! Bref : un bon Besson ! Après le calamiteux "dernier enfant", Philippe nous devait bien ça !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Selias Posté le 10 Avril 2022
    une déception cette lecture ! moi qui m'attendais à une nuit mystérieuse à bord d'un train de nuit où la mort allait frapper ! à un thriller où un ou plusieurs passagers allaient être assassinés dans leur wagon lit ,en plein sommeil, style le crime de l'Orient Express eh bien, j'avais tout faux ! j'ai été déçue par l ' issue de ce roman , pas d'histoire à la Agatha Christie , rien de mystérieux,pas de crime à élucider, on pourrait dire" tout ça pour ça ! " l 'auteur nous dresse une galerie de portraits peu fouillés et stéréotypés . Il nous inflige ses commentaires bavards et réflexions parfois insipides . ce roman ,à mon avis ,a été victime d 'un trop grand battage médiatique à sa sortie ou il a été encensé et surestimé .
  • jg69 Posté le 6 Avril 2022
    Un vendredi soir, au début du mois d'avril. Le train de nuit n° 5789 au départ d'Austerlitz est prévu à 20h52. Il atteindra Briançon, son terminus à 8h18. Le temps d'une nuit, à bord de ce train-couchettes, un des rares trains de nuit encore en activité, une dizaine de passagers, qui n'auraient jamais dû se rencontrer, font connaissance sans se douter que certains n'arriveront jamais à destination. Philippe Besson nous plonge dans un huis-clos imposé et met en scène des personnages tous chargés d'une histoire personnelle forte. Avec la crainte du licenciement, la fuite loin d'un ex-mari violent, l'homosexualité assumée ou non, la maladie... il évoque des sujets de société actuels. Il restitue parfaitement la magie des trains de nuit, l'ambiance "cocon" propice aux confidences, la connivence qui s'installe entre passagers que tout sépare, génération, profession, milieu culturel. Bercés par le roulis du train, quelques personnes commencent à nouer des liens. Philippe Besson introduit une tension très rapidement dans son récit en annonçant que tout ça va mal finir "Il est difficile de croire que c'est une nuit pour mourir... Parmi eux, certains seront morts au lever du jour." Il cite même très vite le nom de celui par qui le... Un vendredi soir, au début du mois d'avril. Le train de nuit n° 5789 au départ d'Austerlitz est prévu à 20h52. Il atteindra Briançon, son terminus à 8h18. Le temps d'une nuit, à bord de ce train-couchettes, un des rares trains de nuit encore en activité, une dizaine de passagers, qui n'auraient jamais dû se rencontrer, font connaissance sans se douter que certains n'arriveront jamais à destination. Philippe Besson nous plonge dans un huis-clos imposé et met en scène des personnages tous chargés d'une histoire personnelle forte. Avec la crainte du licenciement, la fuite loin d'un ex-mari violent, l'homosexualité assumée ou non, la maladie... il évoque des sujets de société actuels. Il restitue parfaitement la magie des trains de nuit, l'ambiance "cocon" propice aux confidences, la connivence qui s'installe entre passagers que tout sépare, génération, profession, milieu culturel. Bercés par le roulis du train, quelques personnes commencent à nouer des liens. Philippe Besson introduit une tension très rapidement dans son récit en annonçant que tout ça va mal finir "Il est difficile de croire que c'est une nuit pour mourir... Parmi eux, certains seront morts au lever du jour." Il cite même très vite le nom de celui par qui le malheur va arriver et lorsque le drame se produit c'est avec un réalisme certain qu'il décrit la situation. Une bonne analyse psychologique, une tension habilement maintenue, un roman plaisant qui se lit d'une traite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sachalia Posté le 6 Avril 2022
    Ce qui se passe dans un train de nuit, reste dans un train de nuit. Il s’agit du train 5789 qui relie Paris à Briançon. Des personnages se rencontrent, se laissent aller aux confidences ou tissent des liens de quelques heures avec des inconnus. L’auteur laisse planer le suspense dès le début en annonçant que certains passagers n’arriveront jamais à destination. Comment, pourquoi, qui ? Très bien écrit, ce huis clos nous fait passer un agréable moment de lecture parfois drôle, parfois tendre, parfois triste.
  • liberliber Posté le 5 Avril 2022
    Alexis, la petite quarantaine, est médecin. Il a quitté Paris pour les Hautes-Alpes afin de vider la maison familiale après la mort de sa mère... Victor, 28 ans, va partager la même cabine que le premier... Julia, 34 ans, fuit, flanquée de ses deux enfants... Jean-Louis et Catherine, mariés depuis trente-sept ans, se sont autorisé quelques jours de vacances à la montagne... Serge, bientôt la cinquantaine, est le type même du dragueur lourdaud... Bientôt 20 ans, Manon, Léïla, Hugo, Dylan et Enzo « sont devenus potes » sur les bancs de la fac. Ils s'apprêtent à passer quelques jours dans un chalet non loin de Briançon. Alors que leurs aînés refaisaient le monde, ils vivent dans l'angoisse d'un travail précaire et d'une planète mal en point... Le temps d'un périple de quelques heures dans un train de nuit, les protagonistes, que les hasards de la vie vont rapprocher, vont se dévoiler, révéler leurs souffrances et leurs secrets, écouter ceux de leurs compagnons, sortir de leurs solitudes pour vivre une épiphanie collective... Jusqu'à « l'événement » dont l'annonce est intelligemment instillée par l'auteur. Avec « Paris-Briançon », Philippe Besson a composé, dans un style descriptif, un huis clos délicat sur la fatalité et sur nos vies qui nous échappent. Pour le meilleur et pour... Alexis, la petite quarantaine, est médecin. Il a quitté Paris pour les Hautes-Alpes afin de vider la maison familiale après la mort de sa mère... Victor, 28 ans, va partager la même cabine que le premier... Julia, 34 ans, fuit, flanquée de ses deux enfants... Jean-Louis et Catherine, mariés depuis trente-sept ans, se sont autorisé quelques jours de vacances à la montagne... Serge, bientôt la cinquantaine, est le type même du dragueur lourdaud... Bientôt 20 ans, Manon, Léïla, Hugo, Dylan et Enzo « sont devenus potes » sur les bancs de la fac. Ils s'apprêtent à passer quelques jours dans un chalet non loin de Briançon. Alors que leurs aînés refaisaient le monde, ils vivent dans l'angoisse d'un travail précaire et d'une planète mal en point... Le temps d'un périple de quelques heures dans un train de nuit, les protagonistes, que les hasards de la vie vont rapprocher, vont se dévoiler, révéler leurs souffrances et leurs secrets, écouter ceux de leurs compagnons, sortir de leurs solitudes pour vivre une épiphanie collective... Jusqu'à « l'événement » dont l'annonce est intelligemment instillée par l'auteur. Avec « Paris-Briançon », Philippe Besson a composé, dans un style descriptif, un huis clos délicat sur la fatalité et sur nos vies qui nous échappent. Pour le meilleur et pour le pire... Son dernier roman est aussi un hommage au train, un éloge de la lenteur et une incitation à la magie des voyages, à la découverte de l'inconnu... Loin d'une époque obscène où règnent l'exigence de transparence, le diktat de l'immédiateté et la recherche de boucs-émissaires pour calmer la vindicte de victimes autoproclamées... “Les histoires d'amour c'est comme les voyages en train. ” slame Grand Corps Malade. Il a bien raison. EXTRAITS - C'est ce train aussi, on n'a plus nos repères, et du coup on se lâche, on ne fait plus attention. - Et vous savez ce que j'aime encore plus ? C'est les trains de nuit. Parce que, dans les trains de nuit, on dit des trucs qu'on ne dirait pas autrement.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la Newsletter Julliard
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !