Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355840135
Code sériel : 35
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 140 x 220 mm

Seul le silence

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 28/08/2008
Les morts ne sont pas les seules victimes.
Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée. La première victime d’une longue série qui laissera longtemps la police... Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée. La première victime d’une longue série qui laissera longtemps la police impuissante. Des années plus tard, lorsque l’affaire semble enfin élucidée, Joseph décide de changer de vie et de s’installer à New York pour oublier les séquelles de cette histoire qui l’a touché de trop près. Lorsqu’il comprend que le tueur est toujours à l’œuvre, il n’a d’autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d’enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable, dont l’identité ne sera révélée que dans les toutes dernières pages.

Plus encore qu’un roman de serial killer à la mécanique parfaite et au suspense constant, Seul le silence marque une date dans l’histoire du thriller. Avec ce récit crépusculaire à la noirceur absolue, sans concession aucune, R. J.Ellory évoque autant William Styron que Norman Mailer par la puissance de son écriture et la complexité des émotions qu’il met en jeu.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355840135
Code sériel : 35
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 504
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

Un véritable piège, dévorant, parfaitement construit.
Un impeccable thriller, d’une éclatante noirceur, un livre magnifique sur l’énigme du Mal et la culpabilité, la rédemption par l’écriture.
 
Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sandrinecarloni Posté le 28 Juin 2020
    J'ai lu, j'ai laissé reposer, j'ai repris et je ne suis pas mécontente de l'avoir terminé. L'écriture est belle mais ne cherchez pas vraiment un thriller dans cette histoire. C'est parfaitement écrit, c'est noir et c'est extrêmement lent et long. Il faut etre amateur du genre pour avaler les 600 pages de cette histoire de vie où la mort et les emmerdes prennent une place majeure.
  • Tomabooks Posté le 13 Mai 2020
    Deuxième roman de R.J. Ellory que je découvre et j’ai déjà l’impression de me répéter, tant l’auteur nous embarque dans une odyssée, dans une histoire familiale complexe, dramatique et aux personnages touchants, mais surtout marquants. Il y a une véritable qualité dans la plume de ce britannique et celle-ci nous renvoie directement aux grands auteurs nord-américains, comme un certain Steinbeck ou encore tel un Stephen King, tout en y apportant une touche bien à lui. Il est indéniable que R.J. Ellory fait figure d’extraterrestre dans le milieu du thriller et du polar actuel, tant celui-ci se démarque de la concurrence avec ses romans. Seul le silence ne fait pas figure d’exception avec cette facilité à mettre de la puissance dans son écriture et surtout beaucoup de force dans les sentiments qu’il dépeint dans son histoire. L’auteur ne fait pas dans le rythme, dans le sensationnel, mais il va davantage explorer les failles de ses personnages, creuser les destins tragiques des habitants d’un petit village de Géorgie et notamment celui de Joseph que l’on va suivre sur une longue période. Personnage attachant, Joseph est un jeune garçon de 11 ans quand on fait sa connaissance. Ce petit gars n’est pas comme les... Deuxième roman de R.J. Ellory que je découvre et j’ai déjà l’impression de me répéter, tant l’auteur nous embarque dans une odyssée, dans une histoire familiale complexe, dramatique et aux personnages touchants, mais surtout marquants. Il y a une véritable qualité dans la plume de ce britannique et celle-ci nous renvoie directement aux grands auteurs nord-américains, comme un certain Steinbeck ou encore tel un Stephen King, tout en y apportant une touche bien à lui. Il est indéniable que R.J. Ellory fait figure d’extraterrestre dans le milieu du thriller et du polar actuel, tant celui-ci se démarque de la concurrence avec ses romans. Seul le silence ne fait pas figure d’exception avec cette facilité à mettre de la puissance dans son écriture et surtout beaucoup de force dans les sentiments qu’il dépeint dans son histoire. L’auteur ne fait pas dans le rythme, dans le sensationnel, mais il va davantage explorer les failles de ses personnages, creuser les destins tragiques des habitants d’un petit village de Géorgie et notamment celui de Joseph que l’on va suivre sur une longue période. Personnage attachant, Joseph est un jeune garçon de 11 ans quand on fait sa connaissance. Ce petit gars n’est pas comme les autres. On sent qu’il est à part, qu’il ne ressent pas la même chose que les autres et qu’il a une certaine sensibilité pour le monde qui l’entoure. Joseph aime écrire et souhaite devenir écrivain. Joseph croit aux anges gardiens et souhaite en devenir un pour protéger les jeunes filles de la région. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un malade rôde dans les parages et qu’il a déjà assassiné et violé plusieurs petites filles, souvent proches de Joseph… R.J. Ellory creuse les sentiments de ce jeune garçon sensible, doué avec les mots et rongé par la culpabilité de ne pouvoir rien faire pour les sauver. Cette culpabilité va le suivre durant toute sa vie et son passé va le rattraper à de maintes reprises, l’obligeant à retourner dans son village d’enfance pour affronter les fantômes de cette époque qu’il souhaite oublier… Seul le silence est un roman noir qui coule petit à petit dans nos veines et qui devient notre obsession. L’auteur maîtrise son histoire d’une main de maître et nous plonge dans le quotidien tourmenté de Joseph. R.J. Ellory propose une galerie de personnages tous plus développés les uns que les autres et c’est comme ça qu’il nous attrape dans ses filets, et ce jusqu’à la dernière page, jusqu’à la révélation qui jette un froid… La force de ce roman est aussi dûe au fait que l’auteur nous plonge véritablement dans une autre époque. R.J. Ellory nous embarque dans les années 50 et nous donne l’impression d’y être, tant il arrive à nous faire vivre cette aventure. On se projette aisément dans ce village de Géorgie, on a l’impression que les habitants sont tous bien vivants, palpables, et que l’on pourrait dévier d’une rue pour visiter seul. L’auteur nous offre deux pans de la culture américaine en un seul livre, puisqu’il évoque d’un côté un village très conservateur où chaque personne différente sera montré du doigt (les Afro-américains, les Allemands, les personnes barbus au cheveux longs, les handicapés, etc.) ; où l’on sent les regards insistants, les commérages, la peur de l’étranger chez certains et où chaque regard devient comme une accusation. À contrario, R.J. Ellory poursuit son odyssée dans la ville de New-York où la morale y est bien différente, où la liberté est de mise, mais où un Homme peut se sentir très seul, enfoui dans une ville gigantesque. Pourtant, c’est dans cette ville, où personne ne se soucie de personne, que Joseph va respirer et trouver un semblant de bien-être. Il est indéniable que Seul le silence de R.J. Ellory n’est pas fait pour tout le monde, ne serait-ce que par son non-rythme qui pourrait en laisser pas mal sur le côté. Pourtant, l’auteur nous offre un roman d’une richesse humaine et dramatique d’une intensité rare. Si vous êtes passionnés par l’Histoire américaine, par les personnages marquants et touchants, alors je suis sûr que ce roman devrait vous plaire. Si ce roman m’a moins marqué que Le Chant de l’assassin, il n’en reste pas moins excellent et qu’il entre directement dans les coups de coeur de l’année.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Derfuchs Posté le 5 Mai 2020
    Joseph est un enfant meurtri. D'abord son père qui disparait alors qu'il n'a que dix ans. La mort est passée, c'est sûr, il l'a sentie venir, a vu son souffle, a entendu ses pas. Son père, son modèle, son exemple est un ange, il n'y a aucun doute. Ce père qui ne l'aura pas accompagné dans sa vie au moment où il en avait le plus besoin, ce père emporté par une mauvaise fièvre sera le détonateur de son errance, errance intérieure, psychologique, spirituelle. Elle le hantera sans rémission. Et tout s'accélère dans le comté, des petites filles tuées et violées par la folie des grands, des adultes. Qui peut faire subir de tels outrages à une petite fille, un ange ? Un dément. Un démon ! Puis l'accélération continue avec la guerre en Europe et aussi l'attaque japonaise de Pearl Harbour, les boys qui partent combattre, qui les forces de l'axe en Europe, les autres dans le Pacifique. La haine ordinaire pour ceux qui sont d'origine des pays où sévissent les forces du mal, on ne réfléchit plus, on frappe, on brûle, où sont passés les anges ? La meurtrissure continue, elle s'attaque à sa propre chair, dans ses entrailles, Joseph est maudit,... Joseph est un enfant meurtri. D'abord son père qui disparait alors qu'il n'a que dix ans. La mort est passée, c'est sûr, il l'a sentie venir, a vu son souffle, a entendu ses pas. Son père, son modèle, son exemple est un ange, il n'y a aucun doute. Ce père qui ne l'aura pas accompagné dans sa vie au moment où il en avait le plus besoin, ce père emporté par une mauvaise fièvre sera le détonateur de son errance, errance intérieure, psychologique, spirituelle. Elle le hantera sans rémission. Et tout s'accélère dans le comté, des petites filles tuées et violées par la folie des grands, des adultes. Qui peut faire subir de tels outrages à une petite fille, un ange ? Un dément. Un démon ! Puis l'accélération continue avec la guerre en Europe et aussi l'attaque japonaise de Pearl Harbour, les boys qui partent combattre, qui les forces de l'axe en Europe, les autres dans le Pacifique. La haine ordinaire pour ceux qui sont d'origine des pays où sévissent les forces du mal, on ne réfléchit plus, on frappe, on brûle, où sont passés les anges ? La meurtrissure continue, elle s'attaque à sa propre chair, dans ses entrailles, Joseph est maudit, tout ce qu'il touche s'enfuit à tire d'ailes comme les anges, seule une plume virevolte et se pose délicatement dans le tréfond de son esprit. Les sales meurtres se perpétuent, les anges gardiens sont là mais pas au bon moment, ils se parjurent, échouent dans leur mission. Mea culpa ! Le sac s'alourdit ! Pose le Joseph ! Non, que je sois hanté, je trouverai. Le panthéon augmente, la tête va exploser bientôt, d'autres s'en chargeront et dans son accablement il ne restera plus rien de vivace, l'esprit est mort et qu'importe les hommes et leur justice de basse-cour, qu'ils aillent au diable ! Il y a-t-il, seulement, encore un coin pour les anges dans cet esprit malmené ? il restera la plume de Némésis qui, seule, permettra au gamin devenu homme d'avancer. Alors sans plus rien qu'un roman écrit à l'ombre de la justice, d'autres l'aideront pour qu'enfin, sa quête aboutisse, sans oubli, sans tremblement avec la détermination de celui qui ne doit plus rien à personne et n'a plus rien à perdre. Ellory a écrit un livre remarquable dans un contexte difficile, avec rigueur et, aussi, poésie, cette poésie de tragédie antique. Pas besoin de rimes pour entendre chanter la musique de la prosodie, du rythme des mots, de l'enchantement et la richesse de la syntaxe. La redondance amène une intensité supérieure à l'intrigue et Ellory avance, avec sa plume, dans son écriture, au fil du temps et des années prises par son récit et ses protagonistes. Certains ont vu des longueurs dans le récit, c'est bien normal, nous sommes dans le sud et la torpeur, la chaleur qui mouillent la chemise au moindre geste, ne peuvent qu'amener le récit à suivre le cours de la rivière tortueuse et langoureuse comme un vieux blues. Je n'ai pas ressenti la moindre gêne dans l'histoire et, bien au contraire, Ellory se hisse à hauteur des plus grands romanciers noirs de son temps, de notre temps, allant au delà des mots de Capote et d'Ellroy. La puissance d'un récit n'est pas toujours associée à un uppercut au menton mais également dans la solitude de celui qui tourne en rond dans sa tête, cherchant un but à cette existence pourrie dont les anges l'ont affublé. Un grand bonheur...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Avoslivres Posté le 1 Mai 2020
    « Seul le silence » de R.J. Ellory m’a rendue folle. Voilà un roman puissant et magnifique pour son histoire, son suspense et la profondeur des sentiments libérés à travers le personnage de Joseph Vaughan. Des meurtres le hanteront pendant des décennies, autant qu’ils nous obsèdent durant des heures. « Seul le silence » nous conte l’histoire d’un homme que les tourments poursuivent depuis le village d’Augusta Falls jusqu’à Brooklyn, alors que des anges lui réclament leurs ailes. Toute la virtuosité de R.J. Ellory réside dans la superbe construction de ce thriller angoissant. Notre héros, Joseph Vaughan, possède un don certain pour l’écriture et l’imagination. Son esprit, sa manière de concevoir les événements, notamment dans l’enfance, nous égare au cœur d’un monde emprunt d’une poésie entrelacée avec l’horreur des meurtres sur mineurs qui le poursuivent. Le lecteur est contraint de rendre les armes pour emprunter ce chemin jalonné de plumes d’ange, au-delà du temps qui s’égrène et dévoile la vie tragique de Joseph. Un grand roman, un excellent thriller qui nous emmène au seuil de ce que la vie peut donner et ce que La Mort, « Elle », peut reprendre. Un roman addictif qui laisse pantois et un brin esseulé une fois... « Seul le silence » de R.J. Ellory m’a rendue folle. Voilà un roman puissant et magnifique pour son histoire, son suspense et la profondeur des sentiments libérés à travers le personnage de Joseph Vaughan. Des meurtres le hanteront pendant des décennies, autant qu’ils nous obsèdent durant des heures. « Seul le silence » nous conte l’histoire d’un homme que les tourments poursuivent depuis le village d’Augusta Falls jusqu’à Brooklyn, alors que des anges lui réclament leurs ailes. Toute la virtuosité de R.J. Ellory réside dans la superbe construction de ce thriller angoissant. Notre héros, Joseph Vaughan, possède un don certain pour l’écriture et l’imagination. Son esprit, sa manière de concevoir les événements, notamment dans l’enfance, nous égare au cœur d’un monde emprunt d’une poésie entrelacée avec l’horreur des meurtres sur mineurs qui le poursuivent. Le lecteur est contraint de rendre les armes pour emprunter ce chemin jalonné de plumes d’ange, au-delà du temps qui s’égrène et dévoile la vie tragique de Joseph. Un grand roman, un excellent thriller qui nous emmène au seuil de ce que la vie peut donner et ce que La Mort, « Elle », peut reprendre. Un roman addictif qui laisse pantois et un brin esseulé une fois la dernière page tournée. Je vous souhaite à tous de belles lectures !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Livrepoche Posté le 28 Avril 2020
    Je ne sais pas d’où vient cette « mode » des romans/thrillers à 600 pages mais une chose est sûre, cela me fatigue un peu. J’aimerais retrouver l’époque bénie de la concision et de l’efficacité. #Simenon #MauriceLeblanc #AgathaChristie Appel aux éditeurs et aux auteurs! Des longueurs, j’en ai trouvé dans Seul le silence de R.J. Ellory. Et c’est principalement ce qui m’a lassé. Les Assassins, puis Un coeur sombre m’avait séduit. Voila pourquoi Seul le silence, connue comme un de ses meilleurs, atterrie dans ma PAL. Déception donc. En finissant ce roman, j’ai eu l’impression que ce texte se cherchait, sans se trouver. Ne vous fiez pas à la couverture, ce n’est pas un thriller. Pas même un polar. Le fait de raconter la vie du narrateur sur une longue période, 30 ans si je me rappelle bien, avec pour la plupart des faits n’ayant pas de liens directs avec la série de meurtres, ressemble plus à du contemporain, mais même là, c’est pas convaincant. La suite sur le blog…
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Sonatine

    Sonatine a 10 ans !

    Au programme des festivités : le retour des géants au catalogue, des concours, des jeux, des surprises... L'année 2018 sera Sonatine !

    Lire l'article