Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748527254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 150 x 220 mm

Si tu vois le wendigo

Collection : Hors collection
Date de parution : 11/02/2021
Peut-on sauver les gens contre leur gré ? Un roman fantastique envoûtant.
Fin des années 50, États-Unis. David vit avec ses parents dans une résidence de standing où chaque famille semble mener une vie parfaite. Un soir d’été, en rentrant chez lui, il s’immobilise, frappé de stupeur : sa voisine Ruth marche nue sur la route, hagarde, la bouche en sang. Une apparition... Fin des années 50, États-Unis. David vit avec ses parents dans une résidence de standing où chaque famille semble mener une vie parfaite. Un soir d’été, en rentrant chez lui, il s’immobilise, frappé de stupeur : sa voisine Ruth marche nue sur la route, hagarde, la bouche en sang. Une apparition presque irréelle. Ruth est-elle somnambule comme le prétend son mari ? Et d’où viennent les visions prémonitoires de la petite Nelly ? L’épaisse forêt qui jouxte la résidence pourrait détenir quelques réponses.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748527254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 150 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • iris29 Posté le 22 Mai 2021
    Il y a des livres qui rencontrent leurs lecteurs et d'autres pas, j'ai su dés le début que ce roman n'était pas ma tasse de thé et pourtant il aurait pu l'être s'il avait tiré vers un style plutôt qu'un autre... Beaucoup de thèmes et de genres pour ce petit roman... On est aux USA dans les années 50, et c'est le David adulte qui raconte le David adolescent, ce qui lui est arrivé cet été-là et qui l'a changé à jamais. On est dans un quartier résidentiel et David est enfant unique. Son père est cadre dans la pub, sa mère est à la maison. Elle aimerait bien retravailler mais le père s'y oppose , le monde des camarades-travailleurs est trop dur pour sa faible femme. On est dans une Amérique qui n'est plus , impression de revoir la série TV , Mad Men... Les adultes ont des problèmes, des problèmes de couples dont certains sont bien gratinés, mais cela ne regarde pas les enfants. " En ce temps-là, les papas étaient des hommes solides, que rien n'ébranlait." On bascule dans ce qui pourrait être du policier. David voit sa voisine errer nue dans la rue, du sang sur la bouche. le... Il y a des livres qui rencontrent leurs lecteurs et d'autres pas, j'ai su dés le début que ce roman n'était pas ma tasse de thé et pourtant il aurait pu l'être s'il avait tiré vers un style plutôt qu'un autre... Beaucoup de thèmes et de genres pour ce petit roman... On est aux USA dans les années 50, et c'est le David adulte qui raconte le David adolescent, ce qui lui est arrivé cet été-là et qui l'a changé à jamais. On est dans un quartier résidentiel et David est enfant unique. Son père est cadre dans la pub, sa mère est à la maison. Elle aimerait bien retravailler mais le père s'y oppose , le monde des camarades-travailleurs est trop dur pour sa faible femme. On est dans une Amérique qui n'est plus , impression de revoir la série TV , Mad Men... Les adultes ont des problèmes, des problèmes de couples dont certains sont bien gratinés, mais cela ne regarde pas les enfants. " En ce temps-là, les papas étaient des hommes solides, que rien n'ébranlait." On bascule dans ce qui pourrait être du policier. David voit sa voisine errer nue dans la rue, du sang sur la bouche. le mari dit qu'elle est somnambule, mais David ne fait pas confiance au mari, il faut dire que Ruth est bien jolie.. " De toute façon, comme je l'ai déjà évoqué, la parole d'un adulte faisait toujours autorité . Toujours" La nostalgie s'arrête -là , et l'on bascule dans le genre fantastique, avec une petite fille qui dessine un monstre. Et si c'était juste un souvenir de cauchemar ancien qu' aurait fait l'auteur et qu'il avait glissé dans un livre ? " Quand vous êtes un écrivain né, tout ce qui vous arrive ( je dis bien TOUT ) est potentiellement recyclable en histoires. " Et si la solution à tout ne se trouvait pas dans la forêt , là où se trouve le Wendigo ? ? J'aurais aimé que ce roman n'aborde pas le genre fantastique, qu'il bascule dans le roman d'initiation. J'aurais pu aimer qu'il bascule dans le policier, mais le troisième axe m'a laissée de glace. ce n'est qu'une question de sensibilité, il saura séduire d'autres lecteurs amateurs de frissons, de créatures effrayantes. (Mais comme on est dans le roman pour adolescents, tout cela reste assez soft...). Un roman pour adolescents très original.
    Lire la suite
    En lire moins
  • despagespoursenvoler_ Posté le 16 Mai 2021
    Si tu vois le Wendigo a été un beau coup de cœur pour moi ! Dès les premières pages, j’ai su que ce livre avait tout pour me plaire : une belle écriture, très fluide, prenante et immersive, un cadre à l’américaine comme je les adore et une bonne dose de mystère ! J’ai vraiment adoré l’histoire et les personnages du roman. Si tu vois le Wendigo mêle astucieusement messages poignants, sensations fortes et passion, le tout saupoudré d’une pincée de fantastique ! Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser le sin de découvrir les thématiques de l’œuvre en la lisant à votre tour. L’auteur maîtrise parfaitement son œuvre et nous tient en haleine du début à la fin. Pour moi, pas de passages mous et ennuyeux, j’ai été happée par l’histoire tout du long. En bref, c’est un sans faute et je ne peux que vous le recommander chaudement. Je pense que ce livre pourrait pleinement convaincre les adeptes de Stephen King (dont je fais moi-même partie). En fait, j’ai trouvé dès le début de ma lecture que ce livre avait quelque chose de ces écrits (qui est un auteur que j’adore par ailleurs) : un... Si tu vois le Wendigo a été un beau coup de cœur pour moi ! Dès les premières pages, j’ai su que ce livre avait tout pour me plaire : une belle écriture, très fluide, prenante et immersive, un cadre à l’américaine comme je les adore et une bonne dose de mystère ! J’ai vraiment adoré l’histoire et les personnages du roman. Si tu vois le Wendigo mêle astucieusement messages poignants, sensations fortes et passion, le tout saupoudré d’une pincée de fantastique ! Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser le sin de découvrir les thématiques de l’œuvre en la lisant à votre tour. L’auteur maîtrise parfaitement son œuvre et nous tient en haleine du début à la fin. Pour moi, pas de passages mous et ennuyeux, j’ai été happée par l’histoire tout du long. En bref, c’est un sans faute et je ne peux que vous le recommander chaudement. Je pense que ce livre pourrait pleinement convaincre les adeptes de Stephen King (dont je fais moi-même partie). En fait, j’ai trouvé dès le début de ma lecture que ce livre avait quelque chose de ces écrits (qui est un auteur que j’adore par ailleurs) : un cadre et une atmosphère générale assez similaires et il y a peut-être également un petit quelque chose dans l’écriture. Toutefois, Si tu vois le Wendigo s’adresse à un public plutôt adolescent et il est donc beaucoup moins glauque et perturbant que les œuvres de Stephen King peuvent l’être ! Je pense que cette proximité avec les œuvres de l’auteur américain n’était pas un hasard car Christophe Lambert cite le maître de l’horreur à plusieurs reprises dans Si tu vois le Wendigo. En tout cas, pour ma part, j’ai adoré le petit côté à la Stephen King de ce livre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lunalithe Posté le 24 Avril 2021
    Une lecture en demi-teintes... Si j'ai globalement apprécié le roman, je n'ai toutefois pas été bouleversé. On devine assez rapidement où l'auteur veut nous emmener. Les personnages sont relativement attachants - mais ils manquent un peu de profondeur. On peut saluer les sujets "délicats" abordés par l'auteur ; je pense à la violence dans le couple, un peu le prétexte de l'intrigue. Mais aussi la recherche de genre (ou de sa sexualité), complètement brimé à l'époque où se situe le roman, qui s'exprime dans une scène inattendue, à la fois drôle et tragique, mais bien trop timide et si peu exploitée que c'en est presque anecdotique - certes, ce n'était pas le but de l'ouvrage. Tout comme l'intrigue très très très secondaire de la radio pirate, qui pourtant vient clore ce récit... Mais alors le but du récit, quel est-il ? Nous sommes finalement dans une histoire très simple. Peut-être que l'auteur, dans ses petites incartades, nous donne la clef de son récit : trouver un prétexte, et en faire une histoire. Ici, c'est celui d'une femme violentée, et d'un voeu qui tourne mal. Pour autant, il y a un travail non négligeable du contexte, puisque l'on se situe dans les années 50, aux... Une lecture en demi-teintes... Si j'ai globalement apprécié le roman, je n'ai toutefois pas été bouleversé. On devine assez rapidement où l'auteur veut nous emmener. Les personnages sont relativement attachants - mais ils manquent un peu de profondeur. On peut saluer les sujets "délicats" abordés par l'auteur ; je pense à la violence dans le couple, un peu le prétexte de l'intrigue. Mais aussi la recherche de genre (ou de sa sexualité), complètement brimé à l'époque où se situe le roman, qui s'exprime dans une scène inattendue, à la fois drôle et tragique, mais bien trop timide et si peu exploitée que c'en est presque anecdotique - certes, ce n'était pas le but de l'ouvrage. Tout comme l'intrigue très très très secondaire de la radio pirate, qui pourtant vient clore ce récit... Mais alors le but du récit, quel est-il ? Nous sommes finalement dans une histoire très simple. Peut-être que l'auteur, dans ses petites incartades, nous donne la clef de son récit : trouver un prétexte, et en faire une histoire. Ici, c'est celui d'une femme violentée, et d'un voeu qui tourne mal. Pour autant, il y a un travail non négligeable du contexte, puisque l'on se situe dans les années 50, aux États-Unis. Ce n'est pas si commun pour un ouvrage jeunesse, et on en retirera une impression rappelant Stranger Things (qui a peut-être donné l'impulsion de départ, bien que les époques ne sont pas tout à fait les mêmes les mêmes), certains ouvrages de Stephen King, ou encore les Goonies. Bref, un roman qui sent la bonne nostalgie, tout en critiquant toutefois les banlieues américaines, où les familles apparemment bien sous tout rapport dévoilent une autre couleur sous leur vernis de bienséance ! Mais tout cela reste tout de même très en surface, et j'avoue n'avoir pas été plus emporté que cela par le récit. Par ailleurs, je me demande si cette ambiance et ces références parleront réellement aux enfants, qui sont tout de même le public cible ! La fin façon film d'action est un peu déstabilisante, surtout après le rythme beaucoup plus contemplatif des débuts, et la surenchère de violence m'a laissé sceptique. Ça tombe un peu de nulle part, il n'y a pas vraiment d'explication, [masquer] Qui est le tueur, pourquoi est-il plus résistant qu'un boss de fin ? [/masquer] et là encore, j'ai eu l'impression de survoler les choses. Quant au Wendigo qui donne son nom au titre, il est loin d'être le centre du récit, et on le voit finalement très peu. Bref, une lecture qui n'a pas été désagréable, mais qui ne m'a pas vraiment touché, et qui ne me marquera pas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cloceline Posté le 5 Avril 2021
    Ce qui m’a d’abord tapé dans l’œil, c’est la couverture !! Dans des tons orangés, on aperçoit une petite silhouette dans une maison, c’est celle de David , le narrateur âgé de 12 ans. Un soir d’été , il surprend sa voisine Ruth nue, dehors la bouche en sang. Dans ce quartier résidentiel des années 50, ça le fait pas.. mais au abord de la forêt se cache le wendigo. Si vous regardez bien la couverture vous pourrez l’apercevoir, cette tête d’élan bizarre. David, amoureux de cette voisine à la quarantaine radieuse est amoureux. Comment aider Ruth. Peut-être que le wendigo saura... Mais est-ce sans risque? Mon avis: J’ai adoré ! Un vrai coup de ❤️ L’auteur est prof de scénario et ça ne m’étonne pas! Il y a quelque chose de très cinématographique dans cette histoire. Des références à des films cultes, des images de dîners des années 50. Les thèmes abordés sont forts: violence familiale, délinquance, homosexualité, usure du couple. Dans ce contexte de l’Amérique de l’après guerre, David raconte son histoire en alternant passé et présent et devrait rapidement vous embarquer.. au cœur de la forêt , à la recherche du wendigo
  • vilvirt Posté le 3 Avril 2021
    Quand je l'ai acheté après avoir lu le résumé, je m'attendais à trouver la nature et la forêt au centre du récit. C'est le cas. Mais ce livre est bien plus que ça encore. "Si tu vois le wendigo" est un vaste mélange de plusieurs genres, tant et si bien que la lectrice que je suis s'est parfois sentie un peu perdue. L'histoire est narrée par David, à présent adulte mais qui, en 1959, n'était qu'un ado qui s'apprêtait à vivre de supers vacances d'été avec son ami. Le livre oscille entre plusieurs choses : c'est d'abord une peinture de la société américaine de la fin des années 50 avec quelques jolies réflexions sur les dérives et les frustrations de la classe moyenne, celle qui vivait dans ces quartiers résidentiels prisés d'après-guerre. On y parle aussi du passage de l'enfance à l'âge adulte, de la perte de l'innocence. Et enfin, le surnaturel est également présent, parfois d'une manière qui frise l'absurde ou la caricature. Ce n'est pas une critique. Au contraire, j'ai trouvé ça original. David, écrivain en herbe, est tiraillé entre ses jeux d'enfant et sa nouvelle et irréelle fascination pour sa voisine. Une découverte stupéfiante au cœur de la forêt va... Quand je l'ai acheté après avoir lu le résumé, je m'attendais à trouver la nature et la forêt au centre du récit. C'est le cas. Mais ce livre est bien plus que ça encore. "Si tu vois le wendigo" est un vaste mélange de plusieurs genres, tant et si bien que la lectrice que je suis s'est parfois sentie un peu perdue. L'histoire est narrée par David, à présent adulte mais qui, en 1959, n'était qu'un ado qui s'apprêtait à vivre de supers vacances d'été avec son ami. Le livre oscille entre plusieurs choses : c'est d'abord une peinture de la société américaine de la fin des années 50 avec quelques jolies réflexions sur les dérives et les frustrations de la classe moyenne, celle qui vivait dans ces quartiers résidentiels prisés d'après-guerre. On y parle aussi du passage de l'enfance à l'âge adulte, de la perte de l'innocence. Et enfin, le surnaturel est également présent, parfois d'une manière qui frise l'absurde ou la caricature. Ce n'est pas une critique. Au contraire, j'ai trouvé ça original. David, écrivain en herbe, est tiraillé entre ses jeux d'enfant et sa nouvelle et irréelle fascination pour sa voisine. Une découverte stupéfiante au cœur de la forêt va changer son destin et le confronter aux valeurs du bien et du mal. J'avoue avoir été bien accrochée au début de ma lecture, puis la succession d'événements étranges, l'écriture irrégulière, le caractère des protagonistes et surtout, l'étrange relation entre Ruth et David, ont peu à peu fait retomber mon engouement. C'est un récit assez lent et intrigant, en grande partie parce qu'on ignore où l'auteur veut nous emmener. J'ai regretté l'absence de style qui donne à croire qu'on s'adresse à un lectorat plutôt jeune alors que les sujets évoqués sont quand même assez graves. Mais j'ai aimé le contexte familial complexe et le voile que le narrateur lève régulièrement sur le destin des protagonistes. J'ai trouvé cette manière de faire originale et moins abrupte qu'un épilogue classique. Par contre, certaines zones d'ombre restent inexpliquées. Et beaucoup d'éléments fantastiques ne sont pas assez exploités. C'est dommage. Pour résumer, c'est une histoire contée de manière assez simple mais qui renferme des éléments mystérieux intéressants. Sans être passionnant, ça se lit vite et bien et ne serait-ce que pour l'ambiance pesante bien retranscrite, les passages dans la forêt ou la chronique douce-amère d'une époque révolue, ça mérite d'être découvert. La petite note de fin est très sympa...
    Lire la suite
    En lire moins
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !