Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265116573
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 130 x 200 mm

Sous le compost

Date de parution : 12/01/2017
« Si ma femme n’avait pas commencé à me tromper, je n’aurais probablement jamais versé dans l’extra-conjugalité. »
Gisèle est vétérinaire de campagne, Franck s’est voulu écrivain. Il est désormais père au foyer. Pas de méprise, ce statut est une source intarissable de joie. Car en plus de lui assurer un temps précieux auprès de ses filles, il le dispense de côtoyer ses semblables.
Hormis la fréquentation de quelques...
Gisèle est vétérinaire de campagne, Franck s’est voulu écrivain. Il est désormais père au foyer. Pas de méprise, ce statut est une source intarissable de joie. Car en plus de lui assurer un temps précieux auprès de ses filles, il le dispense de côtoyer ses semblables.
Hormis la fréquentation de quelques soiffards, cyclistes tout-terrain ou misanthropes à mi-temps comme lui, Franck Van Penitas peut se targuer de mener une existence conforme à son tempérament : ritualisée et quasi solitaire. Son potager en est la preuve, où aucun nuisible susceptible d’entraver ce rêve d’autarcie ne survit bien longtemps. Franck traque la météo et transperce à coups de bêche les bestioles aventureuses.
Jusqu’à ce jour où une lettre anonyme lui parvient, révélant l’infidélité de sa femme.
 
Face à un événement aussi cataclysmique que banal, n’est pas Van Penitas qui veut. Accablement ? Coup de sang ? Répartition des blâmes ? Très peu pour lui. Franck a beau être un garçon régulier, il n’en est pas moins tout à fait surprenant et modifier son bel équilibre n’entre guère dans ses vues. Son immersion en territoire adultérin, le temps d’un été, prendra l’allure d’un étrange et drolatique roman noir conjugal.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265116573
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 130 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • yv1 Posté le 11 Février 2020
    Ce roman a tout pour plaire, loin d'être un alignement de coucheries extra conjugales. Si elles son présentes, elles ne sont finalement pas le sujet principal, elles ne sont qu'un moyen pour Franck de se poser les (bonnes) questions sur sa vie, son couple, son envie d'écrire, sa famille... Je l'aime bien Franck et me suis pas mal reconnu en lui, adultère excepté. Un poil agora-claustrophobe, peu enclin à tenir des conversations ou des relations qui ne mènent à rien, pas à l'aise dans un groupe, non-amateur des pince-fesses et autres fêtes de village ou d'école, un peu chiant sans doute et sûr qu'il n'est nulle part en meilleur compagnie qu'avec lui-même sans pour autant être imbu de soi-même, ce sont juste des moments de tranquillité recherchés. Voilà, c'est tout moi ; j'y ajoute le fait que je travaille à domicile -mais je ne suis pas fan du potager ou du jardinage. Mais j'arrête là ma parenthèse pour revenir à ce roman assez inclassable. Souvent drôle, par le détachement de Franck et par l'écriture volontiers ironique, sarcastique et elle-même décalée de Nicolas Maleski qui, avec ce premier roman, frappe fort. Sa saillie sur les écrivains en vue est savoureuse. J'avoue... Ce roman a tout pour plaire, loin d'être un alignement de coucheries extra conjugales. Si elles son présentes, elles ne sont finalement pas le sujet principal, elles ne sont qu'un moyen pour Franck de se poser les (bonnes) questions sur sa vie, son couple, son envie d'écrire, sa famille... Je l'aime bien Franck et me suis pas mal reconnu en lui, adultère excepté. Un poil agora-claustrophobe, peu enclin à tenir des conversations ou des relations qui ne mènent à rien, pas à l'aise dans un groupe, non-amateur des pince-fesses et autres fêtes de village ou d'école, un peu chiant sans doute et sûr qu'il n'est nulle part en meilleur compagnie qu'avec lui-même sans pour autant être imbu de soi-même, ce sont juste des moments de tranquillité recherchés. Voilà, c'est tout moi ; j'y ajoute le fait que je travaille à domicile -mais je ne suis pas fan du potager ou du jardinage. Mais j'arrête là ma parenthèse pour revenir à ce roman assez inclassable. Souvent drôle, par le détachement de Franck et par l'écriture volontiers ironique, sarcastique et elle-même décalée de Nicolas Maleski qui, avec ce premier roman, frappe fort. Sa saillie sur les écrivains en vue est savoureuse. J'avoue ne pas lire ce genre de prose, mais il me semble bien avoir deviné un type connu dont le visage s'est aussitôt collé sur celle de Marc, l'ami écrivain de Franck : "Ça marchait pour lui aujourd'hui, il faisait paraître un roman tous les deux ou trois ans, il passait à la radio pour prononcer ses chroniques dans une émission de divertissement. Ses bouquins parlaient de drogue, de boîtes de nuit, de sexe, de marques de luxe, de petits branleurs prétentieux et friqués, fêtards et oisifs, immatures et narcissiques. D'aucuns localisaient son génie dans la condamnation de cette société qu'il décrivait. Pourtant il ne s'agissait nullement de jugement. Marc vivait dans ce milieu, il s'y plaisait, et dans ses bouquins il se contentait de mettre en scène son environnement." (p. 173). Tragi-comique par les situations qui peuvent faire sourire mais dont on sent bien, lorsque Franck lutine sa maîtresse qu'elles peuvent à tout moment sombrer dans le drame ou le sordide. Grave lorsque la disparition d'une jeune fille dix ans plus tôt, fille d'un des amis de Franck est évoquée ainsi que la vie du couple qui ne sait pas ce qu'est devenue son enfant. Nicolas Maleski peut être direct, mais joue aussi avec des petites touches plus subtiles, de celles que l'on découvre entre les lignes. J'ai beaucoup aimé vivre un instant dans ce village avec Franck, sa famille et ses voisins, j'aime bien la présentation qu'en a faite l'auteur, la manière dont il parle de tous ces gens, des gens simples, sans jamais les juger.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mermere Posté le 11 Février 2020
    Je remercie les éditions Harper Collins et Babelio pour l'envoi de ce livre dans le cadre de l'opération masse critique. J'avoue ne pas avoir vraiment lu la présentation du livre lorsque je l'avais coché pour l'opération masse critique. La couverture m'avait attiré, tout simplement. En recevant le livre dans ma boîte aux lettres j'ai été agréablement surpris de recevoir un livre de poche, tout compact. J'avais plutôt l'habitude de recevoir des livres épais au grand format. J'étais content de pouvoir enfin lire un livre que je pourrais amener partout, y compris lors de mes interminables séances de kiné ! Dès l'entame du livre j'ai été happé par l'histoire. Par ce narrateur particulier, un peu ronchon, un peu ours mais plein d'humour (un peu spécial il est vrai). J'ai trouvé de nombreux points communs avec ce narrateur qui m'a tout de suite plu, malgré ses défauts. Cet homme au foyer m'a souvent fait sourire et parfois aussi attendri. L'histoire nous plonge au coeur d'une ou plusieurs relations adultérines dans un petit village de montagne. Nous découvrons comment tout se met en place, puis nous suivons les pérégrinations de ce couple qui bat de l'aile mais qui continue de survivre malgré tout. L'histoire... Je remercie les éditions Harper Collins et Babelio pour l'envoi de ce livre dans le cadre de l'opération masse critique. J'avoue ne pas avoir vraiment lu la présentation du livre lorsque je l'avais coché pour l'opération masse critique. La couverture m'avait attiré, tout simplement. En recevant le livre dans ma boîte aux lettres j'ai été agréablement surpris de recevoir un livre de poche, tout compact. J'avais plutôt l'habitude de recevoir des livres épais au grand format. J'étais content de pouvoir enfin lire un livre que je pourrais amener partout, y compris lors de mes interminables séances de kiné ! Dès l'entame du livre j'ai été happé par l'histoire. Par ce narrateur particulier, un peu ronchon, un peu ours mais plein d'humour (un peu spécial il est vrai). J'ai trouvé de nombreux points communs avec ce narrateur qui m'a tout de suite plu, malgré ses défauts. Cet homme au foyer m'a souvent fait sourire et parfois aussi attendri. L'histoire nous plonge au coeur d'une ou plusieurs relations adultérines dans un petit village de montagne. Nous découvrons comment tout se met en place, puis nous suivons les pérégrinations de ce couple qui bat de l'aile mais qui continue de survivre malgré tout. L'histoire est pleine d'humour, de choses qui semblent parfois vécues. Les personnages sont bien détaillés psychologiquement, les relations entre eux sont croustillantes. Le ton est parfois cru, décalé, mais j'ai souvent rigolé à certains passages. L'histoire de ce couple est aussi ancrée dans un contexte local particulier, celui d'une disparition d'enfant quelques années auparavant et jamais élucidée. On trouvera donc aussi un petit côté polar à ce roman, qui se manifestera notamment à la toute fin du livre. J'ai vraiment été séduit par ce roman que j'ai lu très rapidement. L'écriture est fluide, agréable et on a toujours envie d'avancer pour connaître la suite. Je recommande donc très vivement ce livre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • gabb Posté le 9 Février 2020
    La semaine dernière, Babelio nous conviait à une rencontre avec Nicolas Maleski pour fêter la sortie de son deuxième roman. L'occasion pour moi de lui dire tout le bien que j'avais pensé de "La science de l'esquive", mais plus encore de son premier titre, "Sous le compost" ! Un roman décapant, gentiment insolent, qui a pour cadre une petite bourgade du sud de la France et qui met en scène le drolatique Franck van Penitas, un personnage loufoque, cynique, drôle et désabusé, un écrivain raté reconverti dans le jardinage : en bref un doux fêlé comme je les aime. Sur la foi d'une lettre anonyme, le voilà qui se met à suspecter son épouse d'infidélité et qui se dit que finalement, il n'a aucune de raison de ne pas lui aussi aller voir si l'herbe ne serait pas plus verte ailleurs... Après tout, pense-t-il, "si ma femme n'avait pas commencé à me tromper, je n'aurais probablement jamais versé dans l'extra-conjugalité". C'est le début d'une fuite en avant truculente, parfois crue et amorale mais toujours pleine d'un humour grinçant et ponctuée de formules bien senties. Au fil du roman, l'affaire se complexifie, les cachotteries s'accumulent, le lecteur sent bien que l'édifice de mensonges menace de... La semaine dernière, Babelio nous conviait à une rencontre avec Nicolas Maleski pour fêter la sortie de son deuxième roman. L'occasion pour moi de lui dire tout le bien que j'avais pensé de "La science de l'esquive", mais plus encore de son premier titre, "Sous le compost" ! Un roman décapant, gentiment insolent, qui a pour cadre une petite bourgade du sud de la France et qui met en scène le drolatique Franck van Penitas, un personnage loufoque, cynique, drôle et désabusé, un écrivain raté reconverti dans le jardinage : en bref un doux fêlé comme je les aime. Sur la foi d'une lettre anonyme, le voilà qui se met à suspecter son épouse d'infidélité et qui se dit que finalement, il n'a aucune de raison de ne pas lui aussi aller voir si l'herbe ne serait pas plus verte ailleurs... Après tout, pense-t-il, "si ma femme n'avait pas commencé à me tromper, je n'aurais probablement jamais versé dans l'extra-conjugalité". C'est le début d'une fuite en avant truculente, parfois crue et amorale mais toujours pleine d'un humour grinçant et ponctuée de formules bien senties. Au fil du roman, l'affaire se complexifie, les cachotteries s'accumulent, le lecteur sent bien que l'édifice de mensonges menace de s'effondrer, on attend fébrilement qu'il s'écroule. Malgré tous ses travers, Franck m'a tout de suite séduit, et son incroyable faculté à "faire l'autruche" et à se laisser aller sans se préoccuper des conséquences a quelque chose de tout a fait grisant. Au fond, n'a-t-il pas raison quand il nous dit que "tant que le pire ne s'est pas produit, le meilleur peut encore arriver" ? Tous les personnages qui gravitent autour de Franck sont eux aussi délicieusement bien croqués par la plume sans concession de Nicolas Maleski, et le petit microcosme provincial qu'il nous décrit est parfaitement criant de réalisme. Avec cette histoire d'adultère et de jardin potager, l'auteur mélange les genres, frise l'étude de mœurs sur la crise de la quarantaine, aborde sous un angle insolite les thèmes de l'écologie et de la ruralité, et joue même avec les codes du polar dans les derniers chapitres. En clair, un roman inclassable, et un anti-héros tellement pétri de défauts qu'il en devient attachant. Le mot de la fin pour M. Maleski himself, qui a parfaitement résumé mon sentiment dans sa gentille dédicace : "Vive Franck van Penitas, le misantrophe pour de faux !"
    Lire la suite
    En lire moins
  • lolomito Posté le 4 Juin 2019
    Sous le compost est le tout premier roman de Nicolas Maleski dans lequel il nous conte l'histoire de Franck et Gisèle Van Penitas. Gisèle est vétérinaire, Franck est père au foyer. Son salaire à elle constitue l'unique ressource de la famille pendant que Franck, passionné de jardinage, rêve de vivre en auto-suffisance grâce à son potager. Il s'occupe de ses 3 filles, des courses, de la maison et du ménage. Cette vie en autarcie lui convient à merveille. D'ailleurs, il s'entoure de très peu de monde si ce n'est de ses copains de vélo et de son voisin agriculteur,Francis. Un couple ordinaire en somme, menant une vie qui l'est toute autant, jusqu'à ce que Franck reçoive une lettre anonyme lui révélant les infidélités de sa femme. D'abord bouleversé, Franck choisi de ne pas faire de vague et de mener, pourquoi pas, " la grande vie " Nicolas Maleski dépeint avec réalisme la manière distante dont Franck observe la déchéance de son couple. À son tour, il s'engage à pieds joints dans l'adultère, sans scrupules mais cependant bien conscient des risques et des conséquences. J'ai aimé le style de l'auteur, à la fois suggestif et pudique. Il nous livre les... Sous le compost est le tout premier roman de Nicolas Maleski dans lequel il nous conte l'histoire de Franck et Gisèle Van Penitas. Gisèle est vétérinaire, Franck est père au foyer. Son salaire à elle constitue l'unique ressource de la famille pendant que Franck, passionné de jardinage, rêve de vivre en auto-suffisance grâce à son potager. Il s'occupe de ses 3 filles, des courses, de la maison et du ménage. Cette vie en autarcie lui convient à merveille. D'ailleurs, il s'entoure de très peu de monde si ce n'est de ses copains de vélo et de son voisin agriculteur,Francis. Un couple ordinaire en somme, menant une vie qui l'est toute autant, jusqu'à ce que Franck reçoive une lettre anonyme lui révélant les infidélités de sa femme. D'abord bouleversé, Franck choisi de ne pas faire de vague et de mener, pourquoi pas, " la grande vie " Nicolas Maleski dépeint avec réalisme la manière distante dont Franck observe la déchéance de son couple. À son tour, il s'engage à pieds joints dans l'adultère, sans scrupules mais cependant bien conscient des risques et des conséquences. J'ai aimé le style de l'auteur, à la fois suggestif et pudique. Il nous livre les interrogations de Franck et ses réactions à chaud. Et puis en toute dernière partie, cette histoire qui ne semblait être qu'une banale histoire de couple, prend une tournure très inattendue. Le lecteur s'interroge alors sur la nature du roman qu'il vient de lire. Roman ou polar ? L'un tentant de s'immiscer dans l'autre... L'auteur ne se serait-il pas un peu dispersé ? Peu importe. Ça reste agréable à lire. Un livre sur le pouvoir de la rumeur, les soupçons, les doutes et ce que nous sommes capables de faire lorsque tous ces éléments s'emparent de notre cerveau. Un bon moment de lecture pour moi et un auteur que je rajoute à ma liste d'auteurs à suivre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Litteraflure Posté le 8 Septembre 2018
    C'est l'histoire d'un couple qui vit à la montagne. Elle est vétérinaire, il est homme au foyer. L'auteur explore leur vie conjugale d'un oeil acéré et malicieux. Sons sens de l'observation est doublé d'un grand talent pour les formules et les expressions imagées. Les frasques du mari mettent un peu de piquant dans cette fresque bucolique qui, malheureusement, tourne un peu en rond. L'accélération des derniers chapitres déconcerte autant qu'elle laisse sur sa fin.
Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.