Lisez! icon: Search engine
Par 10/18, publié le 26/02/2021

Haruki Murakami : un narrateur et des moutons

Retour sur les premiers pas littéraires de l’auteur japonais Haruki Murakami, avec la réédition chez 10/18 de deux romans signés dans les années 1980 : La course au mouton sauvage et Danse, danse, danse. Le laboratoire dynamique d’une écriture unique, entre réalisme et fantaisie, critique frontale et ironie douce.

1982. En publiant son quatrième livre, un jeune auteur japonais fait sensation et s’attire les faveurs de la critique : c’est ainsi qu’Haruki Murakami, alors trentenaire, entame une brillante carrière internationale. Sous un titre plus qu’étrange, La course au mouton sauvage, Haruki Murakami impose un cocktail périlleux au narrateur dont il contait déjà les aventures dans Ecoute le chant du vent et Flipper, 1973 : un mélange détonant entre expédition picaresque et réalisme magique, peuplé d’êtres délirants, qui donne à son écriture une dimension aussi personnelle que profondément frappante.

Car si ces deux textes décrivaient déjà les errances du jeune homme devenu publicitaire, dans le Tokyo de 1978, de cette Course au mouton sauvage, la quête d’apparence absurde qui lui échoit ici le projette loin dans un univers parallèle, sur l’île d’Hokkaido… Traduite dans une trentaine de langues depuis sa parution et publiée en France en 1990, cette histoire folle peuplée d’un ancien marin tenancier d’hôtel, d’une petite amie aux oreilles magnifiques, d’une armée de fanatiques de moutons et de Sardine, un chat pétomane, n’a pas tardé à trouver son public : 100 000 exemplaires vendus dans l’Hexagone, tous formats confondus.

Une trilogie… à quatre temps !

Ce texte, initialement destiné à clore la Trilogie du Rat (qui avait poussé cet auteur fou de cinéma et de jazz à prendre la plume), connaîtra d’ailleurs, six ans plus tard, une suite inespérée, vendue encore à plus de 70 000 exemplaires en France : Danse, danse, danse, roman traduit en français en 1995, où un Haruki Murakami déjà auréolé de gloire suite à sa Ballade de l’impossible (1987) (mais pas encore pour l’époustouflant 1Q84 (2009) ni pour le virtuose Meurtre du Commandeur (2017)) offrira une dernière épopée à son narrateur : cette fois en quête de sa petite amie disparue, aux côtés d’une réceptionniste complice et d’une adolescente empathique. En arrière-plan, aussi, un écrivain réputé à l’inspiration en berne, au patronyme plus qu’évocateur, conçu comme un repoussoir symbolique pour un auteur en rapide ascension vers les sommets : Hiraku Makimura, cherchez le modèle…

On le sait désormais : au travers de ces deux textes, qui bénéficient ces jours-ci d’une nouvelle édition chez 10/18, Murakami s’amuse à osciller, comme il le fera sans cesse, entre références culturelles occidentales et profondeurs philosophiques japonaises, s’évertuant, pour le plus grand plaisir de ses fidèles, à dynamiter les codes, à offrir au capitalisme un miroir déformant, sans jamais se prendre au sérieux. Une raison supplémentaire pour partir à la découverte (ou à la redécouverte) de ce narrateur sans illusion, exalté et attachant, qui accueille les pires incongruités narratives de son éternel et jouissif « Allons donc ! ».

La course au mouton sauvage
Sur la page promotionnelle d’une assurance-vie, un jeune publicitaire fraîchement divorcé insère la photo, en apparence banale, d’un troupeau de moutons. Mais l’un des animaux, qui porte sur sa laine une tache en forme d’étoile, suscite l’intérêt d’un homme en noir, proche collaborateur du « Maître », un homme politique très puissant. Et voilà le jeune homme sommé – lourdes menaces à l’appui – de retrouver ce mystérieux mouton. Ainsi débute son voyage initiatique vers l’île de Hokkaido, avec pour compagne une jeune femme aux oreilles bouleversantes de perfection, un improbable jeu de piste dans un univers qui défie toute logique.

Quatrième roman d’Haruki Murakami, La Course au mouton sauvage, au charme envoûtant et à l’écriture tout en finesse, est l’œuvre qui a signé la consécration de l’auteur au Japon et à l’international.

Traduit du japonais par Patrick De Vos.
 

Danse, danse, danse
À la suite d’une série de rêves, un journaliste free-lance désabusé part à la recherche d’une ex-petite amie, pourvue des oreilles les plus parfaites que la terre a jamais portées, mystérieusement disparue. Sa quête le mène à l’hôtel du Dauphin de Sapporo, où il va devenir le chaperon d’une adolescente paumée, et recevoir des instructions cryptiques de la part d’un homme-mouton, caché dans une chambre miteuse d’un étage fantôme, dont la principale est de : « continuer à danser ». 

Sixième roman d’Haruki Murakami, entre roman noir et quête métaphysique, Danse, danse, danse, nous emmène du nord glacé du Japon à Hawaï en passant par les recoins les plus reculés l’imaginaire envoûtant du maître de la littérature japonaise.

Traduit du japonais par Corinne Atlan
 

10/18
10/18
Lisez inspiré

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Pères : 20 livres pour gâter ton papa !

    Ton père, il est tellement génial que t’es obligé de le gâter pour la fête des Pères. Thriller, biographie, roman historique ou grand classique… les Éditions 10/18 te soufflent 20 (bonnes) idées de livres à offrir pour fêter ton papa comme il se doit !

    Lire l'article