Lisez! icon: Search engine
Par Presses de la Cité, publié le 26/05/2020

Jean d'Aillon  : " Mon Moyen Âge est celui d'un romancier, celui que les lecteurs aiment "

Après De taille et d’estoc puis Férir ou périrle chevalier troubadour Guilhem d’Ussel est de retour dans À lances et à pavois ! Avec un talent de conteur merveilleux, Jean d’Aillon remonte le temps dans un fracas de chevauchées et d’embuscades, tissant une intrigue épique et tendue à souhait. Rencontre avec le maître du suspense médiéval. 

1193. Guilhem est sur les routes du duché de Normandie, escorté d’Enguerrand, un serf qu’il veut affranchir. Il a aussi juré protection au fils de la belle dame Evaëlle, le futur comte de Brionne, une seigneurie stratégique aux confins des terres anglaises et françaises, où serait dissimulé un trésor. Mais Guilhem tombe bientôt dans un guet-apens…  

On retrouve avec bonheur le jeune Guilhem d’Ussel. Avez-vous une inclination particulière pour ce personnage parmi ceux  que vous avez créés  ?  

Sûrement, mais je m’occupe aussi des autres : Fronsac ou Edward Holmes, par exemple. Chacun à son tour est rappelé à la vie et doit vivre les aventures que je lui impose. Ce n’est pas toujours drôle pour lui  ! 

Qu’est-ce qui fait selon vous l’intérêt de ce XIIe siècle, période où se situent les aventures de Guilhem ? 

Beaucoup de choses. C’est une époque de construction  : de la féodalité, par exemple, un système de relations sociales qui nous imprègne encore ; des classes sociales qui vont marquer notre monde : la noblesse, le clergé et les " autres" ce tiers-état productif  ; de l’Europe, car on voit peu à peu émerger les royaumes qui deviendront nos pays actuels  ; de la langue, puisqu’on s’éloigne progressivement du latin et que naissent les langues romanes, celle d’oc, ou l’occitan, parlé dans le Sud et l’Ouest, et celle d’oïl qui deviendra le français  ; d’une culture qui va nous imprégner, comme les Chevaliers de la Table Ronde, les grands contes allemands  ; d’une religion impérialiste enfin : le catholicisme, qui va s’imposer largement par la force.  

Le roman s’ouvre sur une attaque spectaculaire du château de Brionne, dans le duché de Normandie, enjeu territorial par excellence, qui en outre cache un trésor secret… 

Ce siège est l’un des soubresauts de la succession de Guillaume le Bâtard, en Normandie, avec tous les conflits qu’elle a entraînés, en France et en Angleterre. Il est aussi un marqueur de la fin d’une époque  : l’occupation d’une partie du royaume de France par les Normands (à l’origine les Vikings), et du début d’une autre  : la discorde sur la possession de la Normandie entre Anglais et Français, période de guerre qui va durer trois cents ans.    

Tissez-vous vos intrigues à partir d’un fait historique, d’un personnage inventé, d’une envie de mettre en valeur un aspect médiéval en particulier  ?  

Parfois il s’agit d’un thème comme la quête du Graal, la mort d’Arthur de Bretagne, la fin de Richard Cœur de Lion, les croisades... Mais pour ce roman je me suis inspiré d’un sujet souvent traité au cinéma ou dans les romans d’aventures  : celui d’un inconnu qui arrive au milieu d’un conflit dans lequel une femme et un enfant sont impliqués, cet inconnu est un guerrier, il tombe amoureux de la femme, résout le conflit en tuant ses ennemis, mais il devra la quitter car il n’est pas du même monde qu’elle. Pour les amateurs de westerns, c’est le thème du roman Shane (dont on a tiré le film L’Homme des vallées perdues). 

Il y a du " feuilleton " dans les aventures de Guilhem d’Ussel aux mille rebondissements, pour le plus grand bonheur des lecteurs. Vous laissez-vous parfois entraîner par vos personnages – quel tempérament, quelle vitalité ! – ou parvenez-vous à garder une emprise totale sur le déroulement de votre intrigue ?  

Tout est à peu près prévu dès le départ. Je fais un plan très détaillé et je ne m’en éloigne guère.  

Grâce à vous, on entre de plain-pied dans le Moyen Âge. Comment faites-vous pour en recréer les lieux, l’atmosphère, la langue  ̶  et ses savoureux jurons. Quelle est la part du romancier et celle de l’historien  ?  

Je ne suis pas historien  ! Mon Moyen Âge est, hélas, largement fictif. C’est le Moyen Âge d’un romancier, et c’est celui que les lecteurs aiment. Le vrai Moyen Âge était pire. 

D’une certaine façon, le Moyen Âge vous permet-il plus de liberté pour écrire vos intrigues qu’une autre période  historique ?  

Non, toutes les époques donnent de la liberté aux auteurs. Évidemment, plus on remonte dans le temps, moins il y a de sources et moins on a de risques d’être contredit  ! 

Aurons-nous le plaisir de découvrir de nouvelles aventures du jeune Guilhem d’Ussel ?  

Il y aura une suite à ce roman, mais je ne la commencerai pas avant la fin de l’année prochaine ! Ensuite suivra un autre roman et j’aurai fait le lien avec les premières aventures de Guilhem (Marseille, 1198). Pour patienter, les lecteurs le retrouveront au début de 2021 (chez Plon), mais un Guilhem plus âgé, qui part pour Cordoue et retrouve une dame qu’il a croisée dans Férir ou périr. Mais chut  ! 

 

A lances et à pavois
An 1193. Guilhem est sur les routes du duché de Normandie, escorté d’Enguerrand, un serf qu’il veut affranchir. Il a aussi juré protection au fils de la belle dame Evaëlle, le futur comte de Brionne, une seigneurie stratégique aux confins des terres anglaises et françaises, où serait dissimulé un trésor. Mais Guilhem tombe bientôt dans un guet-apens. Grâce à de pauvres hères, terrés dans les bois, il échappe à une mort atroce. Ils se découvrent un ennemi commun, le prévôt de l’abbaye du Bec. Mais les représailles de Guilhem contre celui qui dévoie ce haut lieu de savoir sont rapportées au roi de France.
Traqué, banni, comment Guilhem pourra-t-il s’acquitter de la promesse faite à ses deux protégés, alors que s’abat sur lui la menace du gibet ?

Embuscades et trahisons pour un trésor caché, la grande saga du valeureux chevalier troubadour se poursuit.
 

De taille et d'estoc

Marseille, 1187. Antoine, orphelin de treize ans recherché pour meurtre, se retrouve seul sur les routes infestées de bandits, de mercenaires mais aussi de quelques belles âmes. L’adolescent, qui dorénavant se fait appeler Guilhem, va, au hasard d’étonnantes rencontres, être initié  à l’art des troubadours tout comme à celui de la coutellerie, du lancer de couteau et du duel.
Son chemin croise, un jour, celui de Joceran d’Oc et de Jeanne de Chandieu qui, pour vivre leur passion, ont quitté l’habit et les ordres religieux. Ils n’en sont pas moins accusés d’avoir dérobé la Sainte Lance, inestimable relique rapportée de Terre sainte par les croisés.

Amour et honneur, quête de la vérité et vengeance : la grande saga du chevalier troubadour Guilhem d’Ussel peut commencer.

La quête du trésor du Temple
13 octobre 1307. Un convoi de trois chariots s'annonce au manoir de Vaux, en Normandie. Dans cinquante coffres de fer dissimulés sous des amas de paille se cachent le fabuleux trésor et les archives de l'ordre du Temple. Les faux charretiers, et vrais templiers, viennent les mettre à l'abri au fond d'une crypte secrète, avant de rejoindre leurs frères pour l'Angleterre.
Le grand maître de l'Ordre, Jacques de Molay, a désigné lui-même ces hommes de confiance. Parmi eux Robert de L'Aigle, jeune chevalier qui n'a pas encore prononcé ses vœux.
Depuis peu, les templiers sentent venir la disgrâce. On les accuse d'hérésie et d'idolâtrie, et le roi Philippe le Bel agirait de manière sournoise avec eux...
Robert de L'Aigle doit rentrer seul à Paris, pour rendre compte de sa mission.
Or la capitale pullule de traîtres à la solde de Nogaret, chancelier du roi, qui, déjà, a eu vent de la disparition du trésor.
Ainsi commence la traque de Robert de L'Aigle...
 

La maison de l'abbaye
À la fin de l’an de grâce 1424, le duc de Bourgogne donne de grandes fêtes dans son hôtel parisien à l’occasion du mariage de messire de la Trémoille. Ces réjouissances sont suivies d’autres festivités offertes par le duc de Bedford à l’hôtel de Bourbon pour fêter la victoire de Verneuil sur l’armée de Charles VII.

Mais alors que se poursuivent ces grands ébattements, un effroyable criminel rôde. Qu’est devenue Matilda Raleigh, demoiselle d’honneur d’Alice Chaucer, petite-fille du célèbre poète et comtesse de Salisbury ? Où est passée Nicole de Courcelle, ancienne femme de chambre de la duchesse de Bourgogne ? Le comte de Suffolk, qui connaissait ces deux femmes, demande à Edward Holmes d’enquêter sur une intrigante maison appartenant à l’abbaye de Saint-Magloire.

Férir ou périr
Mai 1193. En l’absence de Richard Cœur de Lion, emprisonné, et avec la complicité du prince Jean, éternel félon, Philippe Auguste, roi de France, tente de s’approprier la Normandie. Au même moment, deux de ses plus proches chevaliers sont assassinés avec des carreaux d’arbalète gravés d’une licorne.
Sur ces entrefaites, Guilhem d’Ussel arrive dans Paris qui foisonne de jolies dames… Pour les beaux yeux de l’une d'entre elles, le jeune chevalier troubadour se retrouve embrigadé dans une course-poursuite à la recherche du meurtrier, archer d’excellence qui, dans l’ombre, sévit.
A la solde de qui ?
 
Passions et trahisons, quête de justice et luttes de pouvoir : la grande saga du chevalier troubadour Guilhem d’Ussel continue…
 

Presses de la Cité

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Pères : 20 livres pour gâter ton papa !

    Ton père, il est tellement génial que t’es obligé de le gâter pour la fête des Pères. Thriller, biographie, roman historique ou grand classique… les Éditions 10/18 te soufflent 20 (bonnes) idées de livres à offrir pour fêter ton papa comme il se doit !

    Lire l'article