Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221140574
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Belle Époque

Madeleine NASALIK (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 21/11/2013

Paris, 1889. Maude Pichon s'enfuit à 16 ans de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage forcé et découvre Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'Exposition universelle. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi vite que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi...

Paris, 1889. Maude Pichon s'enfuit à 16 ans de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage forcé et découvre Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'Exposition universelle. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi vite que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle :

On demande
Des jeunes femmes pour faire un ouvrage facile.
Bienséance respectée.
Présentez-vous en personne à l'agence Durandeau, 27, avenue de l'Opéra, Paris.


L'agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le faire-valoir. Étranglée par la misère, Maude postule...

Un roman fascinant librement inspiré d'une nouvelle méconnue d'Émile Zola, Les repoussoirs, proposée en fin d'ouvrage.

Coup de coeur du blog Mirrorcle World : «Un livre riche et superbe, une plume fantastique qui décrit avec justesse les personnages et le vieux Paris.»

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221140574
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • marinamew Posté le 22 Mai 2021
    Ce roman est sans présentions inspiré d'une nouvelle d'Emile Zola, dont on se laisse très facilement porté par la légèreté du roman, bien qu' il n'y ai pas de grande intrigue, c'est plutôt un roman de vie quotidienne, cependant il nous fait voyager dans le temps en 1889 à Paris, à la veille de l'exposition universelle. Ici, c'est l'histoire de Maude Pichon qui va fuir la Bretagne d'un mariage forcé et dans ses rêves les plus fous, elle va se réfugier à Paris, bien que l'idée qu'elle se faisait de la ville va vite s'envoler en même temps que ses économies. À bout de la pauvreté, elle va accepter un travail dans une agence de location de femmes laide qui vont servir de faire-valoir à des clientes issues de la haute bourgeoisie. Dans une société capable de faire de la misère des unes, une marchandise comme une autre... Elle va devenir un repoussoir et apprendre l'étiquette des bonnes manières. Elle va vivre une part d'humiliation en valorisant ses défauts, tout en devants se comparer, mais regarder le monde à travers son amour-propre, en toute intimité en relation avec les autres. Ce livre est le fruit d'une beauté authentique qui est celle de l'âme, afin... Ce roman est sans présentions inspiré d'une nouvelle d'Emile Zola, dont on se laisse très facilement porté par la légèreté du roman, bien qu' il n'y ai pas de grande intrigue, c'est plutôt un roman de vie quotidienne, cependant il nous fait voyager dans le temps en 1889 à Paris, à la veille de l'exposition universelle. Ici, c'est l'histoire de Maude Pichon qui va fuir la Bretagne d'un mariage forcé et dans ses rêves les plus fous, elle va se réfugier à Paris, bien que l'idée qu'elle se faisait de la ville va vite s'envoler en même temps que ses économies. À bout de la pauvreté, elle va accepter un travail dans une agence de location de femmes laide qui vont servir de faire-valoir à des clientes issues de la haute bourgeoisie. Dans une société capable de faire de la misère des unes, une marchandise comme une autre... Elle va devenir un repoussoir et apprendre l'étiquette des bonnes manières. Elle va vivre une part d'humiliation en valorisant ses défauts, tout en devants se comparer, mais regarder le monde à travers son amour-propre, en toute intimité en relation avec les autres. Ce livre est le fruit d'une beauté authentique qui est celle de l'âme, afin de mener notre vie intérieur avec ce que nous sommes vraiment, humain avant toutes choses, et avec bien plus de qualités que de défauts. Il y a un clin d'œil à notre société moderne, fasciné par la perfection et l'apparence, notre culture glorifie la beauté. À notre époque, on peut louer une belle femme (escortes girl) à mettre a son bras pour se pavaner avec. De même qu'en 1890, on pouvait bien louer une femme moins jolie pour se mettre en valeur...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pluiedor Posté le 13 Mars 2021
    Maude s'enfuit de chez elle pour échapper à un père dur et autoritaire et à un mariage arrangé. Sa destination:Paris, où l'attendent ses rêves. Sitôt arrivée, elle se heurte à la dureté de la vie dans la Ville lumière. Son salaire, loin d'être mirobolant, lui permet de vivre mais sans largesses. Mais un beau jour elle se présente dans une agence en réponse à une petite annonce. L'idée, pour le moins singulière, est de louer des jeunes femmes au physique ingrat ou quelconque pour souligner la beauté de leurs clientes. Maude est engagée par une comtesse pour sa fille, qui fait ses débuts dans le monde. Maude découvre un monde de luxe et de paraître dont elle ignorait tout et perd peu à peu de vue sa situation. L'idée de ce roman est venue à l'auteur après la lecture d'une nouvelle de Zola intitulée Les Repoussoirs. Ce texte figure à la fin du roman. Cette lecture est facile et pose des questions morales. Toutefois les descriptions sont un peu simplistes et manicheennes; je ne suis pas convaincue par le fait que de pauvres filles connaissent les usages de la société élitiste du 19e siècle, soient capables de soutenir des conversations... de même... Maude s'enfuit de chez elle pour échapper à un père dur et autoritaire et à un mariage arrangé. Sa destination:Paris, où l'attendent ses rêves. Sitôt arrivée, elle se heurte à la dureté de la vie dans la Ville lumière. Son salaire, loin d'être mirobolant, lui permet de vivre mais sans largesses. Mais un beau jour elle se présente dans une agence en réponse à une petite annonce. L'idée, pour le moins singulière, est de louer des jeunes femmes au physique ingrat ou quelconque pour souligner la beauté de leurs clientes. Maude est engagée par une comtesse pour sa fille, qui fait ses débuts dans le monde. Maude découvre un monde de luxe et de paraître dont elle ignorait tout et perd peu à peu de vue sa situation. L'idée de ce roman est venue à l'auteur après la lecture d'une nouvelle de Zola intitulée Les Repoussoirs. Ce texte figure à la fin du roman. Cette lecture est facile et pose des questions morales. Toutefois les descriptions sont un peu simplistes et manicheennes; je ne suis pas convaincue par le fait que de pauvres filles connaissent les usages de la société élitiste du 19e siècle, soient capables de soutenir des conversations... de même la volonté d'émancipation d'Isabelle me semble peu crédible. La fin, avec la fin de tous les carcans pour toutes les filles, leur réussite dans les voies qui les attiraient, est aussi improbable. Ce roman féministe dénonce bon nombre de clichés; enfin, il véhicule l'idée que tout est possible si on se donne les moyens de réussir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LepetitmondedElo Posté le 14 Janvier 2021
    J’ai été déçue par ce livre. J’en attendais tellement plus. La quatrième de couverture était tellement prometteur. Maude arrive à Paris et tombe sur une annonce qui clairement va changer sa vie. Sans spoiler, on peut dire que c’est quand même amoral ce qu’elle fait. Tout est à vendre à Paris - L’autrice s’est inspirée du Roman de Zola pour son livre (il dénonçait les mœurs parisiennes). Ici? Cela m’a semblé inapproprié. La lecture de ce livre fut laborieuse. J’ai tout de même réussi aller jusqu’à la fin.
  • maolantaroma Posté le 25 Décembre 2020
    J'ai trouvé ce livre charmant et je l'ai lu avec plaisir; celui que je ressens toujours lorsqu'on me promène dans le Paris du 19e siècle. Sans être transportée non plus par ce roman qui reste simple, j'ai passé un moment agréable en compagnie de Maude et Isabelle et n'ai ressenti d'ennui à aucun moment. Quant aux coquilles typographiques dont parlent certains, j'ai vu bien pire...ici elles ne m'ont pas gênée, je n'ai pas trouvé qu'il y en avait tant que ça et surtout l'une d'elle (je ne sais plus laquelle) m'a beaucoup fait rire (et j'aime bien rire!!)
  • leslecturesdeDoris Posté le 23 Septembre 2020
    Une couverture aussi jolie et un roman qui parle de culte de la beauté ? Forcément, Belle Époque ne pouvait qu’atterrir dans mes mains ! Le récit se déroule à Paris, vers 1889. On y suit Maude Pichon, une jeune fille à peine débarquée de sa Bretagne natale, pour échapper à un mariage arrangé. Il est dur de survivre dans la capitale lorsqu’on n’a ni expérience ni argent. C’est pourquoi Maude accepte à contre-cœur l’offre d’une agence d’un nouveau genre : elle devient « repoussoir », c’est-à-dire que des clientes fortunées peuvent la louer comme faire-valoir. Faire commerce de son physique banal déplaît à Maude, mais quand elle est embauchée par une comtesse pour mettre en valeur sa fille lors de sa première saison dans la bonne société, la jeune Bretonne découvre un nouveau monde, fait de luxe et de faux-semblants… J’ai beaucoup aimé le thème, développé à partie d’une nouvelle d’Émile Zola, présente à la fin du livre. Faire commerce de la laideur, voilà qui peut paraître original, mais cela n’est qu’une prolongation du culte de la beauté, malheureusement toujours contemporain. L’autrice a choisi de nous faire vivre le quotidien d’une de ces « repoussoirs », dont les défauts sont mis... Une couverture aussi jolie et un roman qui parle de culte de la beauté ? Forcément, Belle Époque ne pouvait qu’atterrir dans mes mains ! Le récit se déroule à Paris, vers 1889. On y suit Maude Pichon, une jeune fille à peine débarquée de sa Bretagne natale, pour échapper à un mariage arrangé. Il est dur de survivre dans la capitale lorsqu’on n’a ni expérience ni argent. C’est pourquoi Maude accepte à contre-cœur l’offre d’une agence d’un nouveau genre : elle devient « repoussoir », c’est-à-dire que des clientes fortunées peuvent la louer comme faire-valoir. Faire commerce de son physique banal déplaît à Maude, mais quand elle est embauchée par une comtesse pour mettre en valeur sa fille lors de sa première saison dans la bonne société, la jeune Bretonne découvre un nouveau monde, fait de luxe et de faux-semblants… J’ai beaucoup aimé le thème, développé à partie d’une nouvelle d’Émile Zola, présente à la fin du livre. Faire commerce de la laideur, voilà qui peut paraître original, mais cela n’est qu’une prolongation du culte de la beauté, malheureusement toujours contemporain. L’autrice a choisi de nous faire vivre le quotidien d’une de ces « repoussoirs », dont les défauts sont mis en avant et les émotions niées. Seulement, j’ai eu du mal à m’attacher à Maude. Tantôt naïve, tantôt hautaine, ses réactions sont prévisibles et bien que le roman soit écrit de son point de vue, je n’ai pas retenu grand-chose de sa personnalité. Les personnages secondaires (Isabelle et Marie-Josée en tête) sont bien plus charismatiques, et lui volent la vedette. L’intrigue est également assez mince. Le contexte historique semble également survolé. Cela reste finalement plutôt superficiel. On ne connaîtra de Paris que les zones touristiques et de l’époque historique la construction de la Tour Eiffel… Continuer une nouvelle, d’un auteur aussi illustre que Zola, était un pari risqué qu’Elizabeth Ross a tout de même su relever, car Belle Époque se lit bien et ne manque pas d’intérêt concernant ses thèmes principaux (la beauté et le féminisme). J’aurais davantage apprécié si l’héroïne avait été plus aimable et si le récit avait comporté moins de clichés.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)