Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221121504
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Royaume du fleuve

La Rivière Espérance - Tome 2

Date de parution : 19/01/2012

C'est encore le temps du bonheur, pour Marie et Benjamin. Mais déjà l'Histoire, la « grande », les rejoignait. La révolution de 1848 écrasée à Paris, une répression sourde pesait sur le pays. En décembre 1851, le coup d'Etat du prince Napoléon déclenche dans tout le Sud-Ouest républicain une véritable...

C'est encore le temps du bonheur, pour Marie et Benjamin. Mais déjà l'Histoire, la « grande », les rejoignait. La révolution de 1848 écrasée à Paris, une répression sourde pesait sur le pays. En décembre 1851, le coup d'Etat du prince Napoléon déclenche dans tout le Sud-Ouest républicain une véritable insurrection. Benjamin, qui y a pris part, est arrêté, jugé, déporté en Algérie avec des milliers d'autres.

Alors, Marie, relevant le défi, prend le commandement du convoi de gabares que Benjamin, après son père, menait de Souillac à Libourne et à Bordeaux. Dans toute l'histoire de la navigation sur la Dordogne, c'était la première fois qu'une femme tentait l'aventure. Portée par son amour et sa révolte, elle est bientôt célèbre sur le fleuve. Pour tous les bateliers, elle est la « belle du Périgord » et nul n'ignore son courage : femme de proscit, elle-même suspecte, jamais elle ne désespère.

Une nouvelle fois – c'était déjà le cas dans Les Cailloux bleus et Les menthes sauvages – une femme anime un roman de Christian Signol. Personnage passionné, Marie fait du Royaume du fleuve un roman passionné, rapide, violent et généreux comme les eaux qui le portent.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221121504
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sld09 Posté le 20 Décembre 2020
    J'ai également beaucoup aimé le deuxième tome de la Rivière Espérance où Christian Signol poursuit sa belle saga familiale. Il nous raconte de manière très vivante le quotidien des bateliers du XIXème sur la Dordogne qui se voient concurrencer par le rail...
  • qmike549 Posté le 13 Décembre 2020
    Cette critique est dédiée à une lectrice Babelio , une amie littéraire. Une personne aimant les échanges constructifs sur les sujets sociétaux, sur nos anciens métiers, sur nos spécialités condamnées, sur nos savoir-faire perdus, oubliés volontairement ou non par ceux qui dirigent ce pays depuis des années. Cette critique sur le métiers des gabariers est pour Jackeline , une amoureuse des métiers d'autrefois. Une lectrice assidue qui ne connait pas d'amis plus fidèles que les livres, toujours présents ils enchantent chaque instant de sa vie. Elle se reconnaitra…. Mieux vaut avoir le sens de l'équilibre pour parcourir les bas-bords de la gabare – petit bateau traditionnel destiné au transport des marchandises. Ces bateaux à fond plat naviguaient autrefois sur la Dordogne emmenant leur cargaison vers Bordeaux. Les gabariers transportaient toutes sortes de produits de la châtaigne, des fromages de la région ou/et charbon et/ou bois en tout genre….… Nombreux se souviennent de la série télévisée « La rivière de l'espérance « diffusée sur nos écran en 1995 avec les acteurs Avec Manuel Blanc, Carole Richert, Claire Nebout. La Rivière Espérance est/était une série télévisée française, de 9 épisodes réalisée par Josée Dayan d'après le roman de Christian Signol et diffusée en 1995 sur France 2. Le récit... Cette critique est dédiée à une lectrice Babelio , une amie littéraire. Une personne aimant les échanges constructifs sur les sujets sociétaux, sur nos anciens métiers, sur nos spécialités condamnées, sur nos savoir-faire perdus, oubliés volontairement ou non par ceux qui dirigent ce pays depuis des années. Cette critique sur le métiers des gabariers est pour Jackeline , une amoureuse des métiers d'autrefois. Une lectrice assidue qui ne connait pas d'amis plus fidèles que les livres, toujours présents ils enchantent chaque instant de sa vie. Elle se reconnaitra…. Mieux vaut avoir le sens de l'équilibre pour parcourir les bas-bords de la gabare – petit bateau traditionnel destiné au transport des marchandises. Ces bateaux à fond plat naviguaient autrefois sur la Dordogne emmenant leur cargaison vers Bordeaux. Les gabariers transportaient toutes sortes de produits de la châtaigne, des fromages de la région ou/et charbon et/ou bois en tout genre….… Nombreux se souviennent de la série télévisée « La rivière de l'espérance « diffusée sur nos écran en 1995 avec les acteurs Avec Manuel Blanc, Carole Richert, Claire Nebout. La Rivière Espérance est/était une série télévisée française, de 9 épisodes réalisée par Josée Dayan d'après le roman de Christian Signol et diffusée en 1995 sur France 2. Le récit prenait place dans le Périgord en 1832, Benjamin et Marie sont deux amis d'enfance. le père de Benjamin est un marin marchand sur la Dordogne….. I) – Quels sont les thèmes abordés ? La vie – la mort – le courage - l'honneur, la solidarité, la dignité, la rivalité, la république, la monarchie, le labeur, la maladie, le deuil….. II)) - Quel est le synoptique ? Benjamin emmène Marie sur la Dordogne et lui dit que c'est son royaume. Victorien meurt. Après la dissolution de l'Assemblée, Benjamin va à Marmande pour réclamer la république mais il est arrêté et déporté en Algérie….. III)- Mon ressenti Le roman « le royaume du fleuve « est le tome 2 de cette magnifique saga de Christian Signol « La rivière de l'espérance » Christian Signol nous décrit ici le monde des mariniers celui des hommes de courage et de défi. Nous avons une tendresse particulière pour le courageux Benjamin, le fils de Victorien qui traverse tout au long du récit des épreuves douloureuses dues à ses convictions politiques. Christian Signol met également dans ce roman, à l'honneur la femme, le féminisme à travers le personnage Marie dans une époque où les femmes. Sont placées sous l'autorité de leur père ou de leur mari par le Code civil de Napoléon, à une époque où le rôle de la femme est d'uniquement de s'occuper des enfants, du ménage et d'être soumise au mari. Christian Signol nous décrit en effet, son personnage Marie comme une femme de conviction, d'honneur, une femme courage, une féministe avant l'heure. Enfin Christian Signol rend hommage à tous ces invisibles qui par détermination, par leur courage, par leur conviction se sont battus, ont été meurtris pour l'instauration de la République. En bémol, sur les échanges de courriers entre Marie et Benjamin, à l'époque de Louis Napoléon Bonaparte peu/pas d'ouvrier ne savaient lire/écrire. En conclusion Christian Signol nous offre avec cette saga « Les rivières de l'espérance et le Royaume de fleuve » un bijou littéraire via son écriture, via ses recherches historiques, via ses personnages authentiques, via ses récits captivants. Il va falloir un jour que les éditeurs, les librairies cessent de catégoriser les livres dans des cases. Les romans de Christian Signol sont régulièrement classés dans un compartiment « Régional » « Terroir ». La dimension des écrits de cet auteur en est réduite et nécessairement cet auteur mérite/doit entrer non pas dans la littérature régionale mais dans la littérature en sens noble du terme. Christian Signol est un immense écrivain en déplaise à certains..... IV) – Passages appréciés dans le livre : Page 19 ….La république avait été proclamée en février, et l'on avait pleuré planté l'orme de la liberté sur les places où l'on avait chanté et dansé pendant huit jours. Puis pour la première fois, on avait voté au suffrage universel le dimanche de Pâques. Page 55 La république a massacre ses propres enfants. Ce sont les notables qui gouvernent de nouveau. Encore une révolution qui n'aura servi à rien. Page 66 Quant à Cavaignac, le boucher de juin, les voix de la bourgeoisie ne lui suffiraient pas pour être élu. pas plus d'ailleurs que les voix des ouvriers à Raspail. Page 184 L'amertume d'avoir triomphé de tant de dangers sans que l'on reconnût ses mérites la meurtrit au plus profond d'elle ; Mais cela ne dura pas. Elle savait que son bras n'avait pas tremblé et qu'un jour viendrait où les hommes finiraient par lui témoigner leur respect.
    Lire la suite
    En lire moins
  • meknes56 Posté le 13 Novembre 2019
    Un second tome excellent où les personnages principaux cotoient la Grande Histoire. Grâce à l'intensité de son écriture , l'auteur nous entraîne dans une fresque romanesque agréable, intense. Sublime !
  • Jangelis Posté le 27 Octobre 2019
    Ce tome commence cinq ans après la fin du précédent, soit en 1848. Il se termine vers 1854. Il est encore plus centré autour de la personnalité de Marie, si forte malgré ses doutes, si déterminée. Si dans le tome 1, l'Histoire (avec un grand H) et la politique, apparaissaient, mais très rarement, ici, ça prend une grande importance : désir de voir revenir la République, l'adoption du suffrage universel, les discussions politiques, le coup d'État... Benjamin, sous l'influence de son ami Pierre, s'engage dans la lutte contre Louis-Napoléon. D'abord, ça semble peu dangereux, même si les conséquences affectent injustement Marie : interdiction par exemple d’ouvrir l'école qu’elle voulait, puis même de travailler dans l'actuelle. Et ensuite, leur vie va être profondément chamboulée, et leur survie même menacée. Puis, Marie elle aussi se trouve impliquée directement. J’ai préféré ce tome, il m'a paru plus varié quoique toujours aussi agréable dans les descriptions de la Dordogne. Aussi bien quand Marie est à Souillac que quand elle vogue sur la rivière. Je suis un peu surprise que les enfants aient si peu d’importance pour elle. Il en est question de loin en loin pour les garder, mais ils ne sont jamais au centre des préoccupations. J'ai beaucoup aimé voir Marie accéder... Ce tome commence cinq ans après la fin du précédent, soit en 1848. Il se termine vers 1854. Il est encore plus centré autour de la personnalité de Marie, si forte malgré ses doutes, si déterminée. Si dans le tome 1, l'Histoire (avec un grand H) et la politique, apparaissaient, mais très rarement, ici, ça prend une grande importance : désir de voir revenir la République, l'adoption du suffrage universel, les discussions politiques, le coup d'État... Benjamin, sous l'influence de son ami Pierre, s'engage dans la lutte contre Louis-Napoléon. D'abord, ça semble peu dangereux, même si les conséquences affectent injustement Marie : interdiction par exemple d’ouvrir l'école qu’elle voulait, puis même de travailler dans l'actuelle. Et ensuite, leur vie va être profondément chamboulée, et leur survie même menacée. Puis, Marie elle aussi se trouve impliquée directement. J’ai préféré ce tome, il m'a paru plus varié quoique toujours aussi agréable dans les descriptions de la Dordogne. Aussi bien quand Marie est à Souillac que quand elle vogue sur la rivière. Je suis un peu surprise que les enfants aient si peu d’importance pour elle. Il en est question de loin en loin pour les garder, mais ils ne sont jamais au centre des préoccupations. J'ai beaucoup aimé voir Marie accéder enfin à son rêve : conduire sur la Dordogne. On sent comme elle est dans son élément une fois aux commandes de la gabare. A la fois fière d’avoir pu se faire une place dans un monde exclusivement masculin, mais surtout si heureuse de sentir la rivière sous son bateau, de voguer dans les paysages qui la font rêver. Je dois avouer que son premier accostage m'a rappelé le passage de mon permis bateau, et m'a fait revivre des émotions oubliées ! La fin est très émouvante. Et toujours cet enchantement des paysages du Périgord.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ladesiderienne Posté le 11 Juillet 2019
    Je poursuis la relecture de cette saga. Au retour de son engagement forcé dans la Marine Nationale, Benjamin a enfin épousé Marie et ils ont deux enfants. Il a pris la succession de son père à la tête des gabares mais son engagement politique pour la République va le condamner à la déportation en Algérie. Marie, en femme qui ne se laisse pas abattre va poursuivre le travail de son mari en apprenant avec son père à descendre la Dordogne pour commercer. Christian Signol accorde toujours à la rivière son rôle principal, aussi ensorceleuse, sensuelle et dangereuse qu'une femme peut l'être. Mais un autre personnage lui fait de l'ombre, celui de Marie, qui avec le nouveau départ de Benjamin, réalise, forcée par les circonstances, son rêve de toujours : réussir dans un milieu d'hommes. Son courage et sa ténacité pour échapper au destin des femmes de sa condition sont louables. La première génération des Donadieu était sage et laborieuse. Avec Marie, Benjamin, Emeline, c'est une génération plus passionnée et déterminée qui entre en scène. L'écriture de l'auteur est toujours là pour mettre en avant la beauté et l'authenticité de cette région, que ce soit à travers ses couleurs,... Je poursuis la relecture de cette saga. Au retour de son engagement forcé dans la Marine Nationale, Benjamin a enfin épousé Marie et ils ont deux enfants. Il a pris la succession de son père à la tête des gabares mais son engagement politique pour la République va le condamner à la déportation en Algérie. Marie, en femme qui ne se laisse pas abattre va poursuivre le travail de son mari en apprenant avec son père à descendre la Dordogne pour commercer. Christian Signol accorde toujours à la rivière son rôle principal, aussi ensorceleuse, sensuelle et dangereuse qu'une femme peut l'être. Mais un autre personnage lui fait de l'ombre, celui de Marie, qui avec le nouveau départ de Benjamin, réalise, forcée par les circonstances, son rêve de toujours : réussir dans un milieu d'hommes. Son courage et sa ténacité pour échapper au destin des femmes de sa condition sont louables. La première génération des Donadieu était sage et laborieuse. Avec Marie, Benjamin, Emeline, c'est une génération plus passionnée et déterminée qui entre en scène. L'écriture de l'auteur est toujours là pour mettre en avant la beauté et l'authenticité de cette région, que ce soit à travers ses couleurs, ses odeurs ou l'âme fière de ceux qui l'habitent. Christian Signol sait faire entrer le lecteur en communion avec toute cette nature. J'accorde un 14/20 à ce tome que j'ai préféré au premier.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.