Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262049126
Code sériel : 573
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

A la recherche de Winston Churchill

,

Collection : Tempus
Date de parution : 08/01/2015
Un débat passionnant présenté et mené par Pierre Assouline, avec les meilleurs historiens spécialistes du XXe siècle, sur le plus grand homme politique anglais.
Pierre Assouline a proposé en 2010 sur France-Culture une Grande Traversée consacrée à Winston Churchill. Au cours de cinq épisodes il a associé à des archives sonores et des documentaires émaillés d’extraits de films, une série de cinq faces à faces entre deux historiens, français ou britanniques : Robert Tombs et... Pierre Assouline a proposé en 2010 sur France-Culture une Grande Traversée consacrée à Winston Churchill. Au cours de cinq épisodes il a associé à des archives sonores et des documentaires émaillés d’extraits de films, une série de cinq faces à faces entre deux historiens, français ou britanniques : Robert Tombs et John Keiger, Marc Ferro et Jean-Louis Crémieux-Brilhac, François Delpla et Guillaume Piketty, Julian Jackson et Philippe Chassaigne, François Kersaudy et Anthony Rowley.
Leurs analyses croisées nous convient à l'exploration des diverses facettes qui composent le génie du grand homme : le milieu dans lequel Churchill est né, sa carrière militaire, ses débuts en politique, son rapport à la guerre et la manière dont il l'a conduite, sa relation à la France et à de Gaulle... et brossent par petites touches un portrait passionnant, souvent novateur, de ce lion légendaire. Qu’il soit aventurier, soldat, chef de guerre, mari, homme politique, écrivain ou peintre, une certitude s’impose : Churchill a été un artiste en toute chose.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262049126
Code sériel : 573
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rosjul Posté le 21 Juillet 2020
    Ce petit receuil est présenté par Assouline sous forme de débats et d'entrevues avec des historiens spécialistes du personnage plus grand que nature qu'est Churchill. Ce n'est pas une biographie, mais on y apprend de nombreuses facettes de l'homme d'histoire, du guerrier, du lion. Il était d'avantage homme d'action et de terrain que stratège ou politicien. Pas vraiment un intellectuel mais plutôt un intuitif. Homme d'un humour exceptionnel et prix nobel de littérature ! On ne peut parler de Churchill sans invoquer De Gaulle. On y apprend qu'il était un grand francophile. Pour l'Angleterre on peut se demander si en ce temps, c'est l'homme qui a fait l'histoire ou l'histoire qui a fait l'homme? Pour des circonstances exeptionnelles, il fallait bien un homme d'exception. Bon vivant, peu formel, caractériel et inséparable de son cigare, tout l'opposé à cet homme plus grand que nature, rigoureux, politicien dans l'âme qu'est Charles de Gaulle, la manche seule séparé le destin de ces deux nations, de ces deux hommes. Court et bien fait, pour quelques heures de plaisir, je le recommande aux amateurs d'histoire. J'ai maintenant l'appétit pour me lancer dans la bibliographie de Churchill !
  • kielosa Posté le 8 Octobre 2018
    Il y a une quinzaine d'années, lors d'une visite à Chartwell House, le manoir résidentiel de Churchill dans le Kent à 52 km au sud-est de Londres, dans une serre du jardin, j'ai pu voir le petit coin où le grand homme aimait se retirer pour peindre. Il y a toujours son chevalet et son tabouret comme si sir Winston venait de s'absenter et allait revenir d'un moment à l'autre. Sur une mini-table près du tabouret il y avait un énorme cendrier à côté d'un petit verre de whisky... vide. Donc, je sus qu'il n'y aurait pas de miracle de résurrection ce jour-là ! Par mon introduction je ne veux pas donner une fausse impression de l'homme, pour lequel j'ai énormément de respect et que je considère comme un des géants de la politique du siècle dernier. Comparé à sa successeuse actuelle, la pauvre Theresa May avec ses problèmes de Brexit et ses potes comme Boris Johnson qui préfère jouer à la vedette, il y a, bien entendu, un gouffre immense ! Sir Winston pouvait avoir ses petits péchés mignons et avoir commis quelques erreurs de jugement, n'empêche que c'était un homme qui disposait d'un instinct politique rare, était un bon... Il y a une quinzaine d'années, lors d'une visite à Chartwell House, le manoir résidentiel de Churchill dans le Kent à 52 km au sud-est de Londres, dans une serre du jardin, j'ai pu voir le petit coin où le grand homme aimait se retirer pour peindre. Il y a toujours son chevalet et son tabouret comme si sir Winston venait de s'absenter et allait revenir d'un moment à l'autre. Sur une mini-table près du tabouret il y avait un énorme cendrier à côté d'un petit verre de whisky... vide. Donc, je sus qu'il n'y aurait pas de miracle de résurrection ce jour-là ! Par mon introduction je ne veux pas donner une fausse impression de l'homme, pour lequel j'ai énormément de respect et que je considère comme un des géants de la politique du siècle dernier. Comparé à sa successeuse actuelle, la pauvre Theresa May avec ses problèmes de Brexit et ses potes comme Boris Johnson qui préfère jouer à la vedette, il y a, bien entendu, un gouffre immense ! Sir Winston pouvait avoir ses petits péchés mignons et avoir commis quelques erreurs de jugement, n'empêche que c'était un homme qui disposait d'un instinct politique rare, était un bon écrivain, un orateur exceptionnel, qui en plus avait un sens d'humour prononcé. J'étais contant de lire à la page 7 de cet ouvrage, paru en 2011 sous la direction de Pierre Assouline : "... héros d'exception mais à dimension humaine". Et encore plus par les derniers mots de son excellente préface : "Chapeau l'artiste ! " (page 31). La conception de ce petit livre (197 pages) est curieuse et, à mon avis, ingénieux. Plutôt de faire l'historique de l'homme depuis sa naissance en 1874 à Woodstock à son décès en 1965 à Londres, Pierre Assouline a eu la merveilleuse idée de s'entretenir avec 10 historiens réputés et spécialistes de la période couverte par la vie de Churchill. Avec 4 professeurs anglais et 6 français, dont Philippe Chassaigne (auteur de "Histoire de Angleterre des origines à nos jours") et Jean-Louis Crémieux-Brilhac (auteur de "La France libre : De l'appel du 18 juin à la Libération"), il aborde différents aspects de l'existence de son héros en 5 chapitres, allant de "Naissance d'un chef" au "Le bilan" en passant par "Le seigneur de guerre", "Le stratège" et "Churchill et la France". J'ai l'intention dans ce billet d'en faire autant. Point de résumé chronologique, mais me limiter à quelques points que soit j'ignorais, soit m'ont un peu surpris. Pour les amateurs de livres et de statistiques, le Prix Nobel Littérature de 1953 a écrit 15 millions de mots. J'ignore, toutefois, combien il en a écrit debout derrière son pupitre, une habitude qu'il avait en commun avec le Nobel français Albert Camus. Malgré toute mon admiration pour ce "Lion" (un de ses surnoms), il me faut reconnaître qu'il a commis des erreurs de taille. En 1925, comme chancelier de l'Échiquier (ministre des finances) sa décision de revenir à l'étalon-or pour les échanges commerciaux, décision qu'il a amèrement regrettée par après. Ses erreurs stratégiques, au cours de la Première Guerre mondiale dans les Dardanelles à Gallipoli et lors de la Seconde : à Singapour, Tobrouk, le Dodécanèse et Dunkerque. Personnellement, je regrette surtout qu'il ait été tellement conciliant avec Staline. Je sais bien que l'Armée rouge avait consenti d'énormes efforts pour vaincre la peste brune et que Roosevelt était gravement malade, mais l'accord de Yalta de février 1945 entre ces trois et le partage de l'Europe a été la source de beaucoup de souffrances pendant de longues années en Europe centrale et orientale. Cela n'empêche pas qu'il est passé dans l'histoire comme "Le Résistant" aux ambitions folles et démesurées d'Adolf Hitler. Comme le général de Gaulle, dans une certaine mesure et avec qui il ne s'entendait guère. Ces 2 hommes étaient bien trop différent de caractère et tempérament pour aller boire ensemble une fine dans un pub, mais pour contrecarrer le Führer c'était une autre paire de manches. On peut dire que sir Winston a été un francophile convaincu. Tout jeune il a parcouru le territoire français de long en large et on a calculé qu'il y a passé presque 4 années de sa vie. Aujourd'hui, force est de constater que d'un côté il ne se passe pas un jour sans que soit citée une de ses maximes, tandis que d'un autre côté, selon une enquête, un quart des Britanniques "sont persuadés que Winston Churchill est un personnage de fiction", une espèce d'Harry Potter ! Pierre Assouline ajoute "ce qui est assez bien vu, au fond, et l'aurait probablement enchanté". Le pauvre homme se retournerait dans sa tombe si je ne terminais pas par une de ses boutades - un domaine dans lequel avec Oscar Wilde il brillait - qui ne doit cependant pas donner l'impression qu'il n'aurait été qu'un riche bourgeois sans sentiment social, mais l'opposition politique s'appelait Parti Socialiste, donc .... "Christophe Colomb était le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, ignorait où il se trouvait et faisait tout ça aux frais des autres" (page 16).
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Perrin

    Le "Vieux Lion" : 5 livres pour tout savoir sur Winston Churchill

    Le 13 mai 1940, Winston Churchill, fraîchement nommé Premier ministre, prononce son premier discours à la Chambre des communes. Sa politique ? "Faire la guerre, sur mer, sur terre, dans les airs". Son but ? "La victoire, la victoire à tout prix". Que propose-t-il pour y parvenir ? Rien, si ce n'est "Du sang, des efforts, des larmes et de la sueur". À l'occasion du 80e anniversaire de ce discours mythique, nous vous invitons à découvrir une sélection de 5 ouvrages consacrés à celui que l'on appelait le "Vieux Lion". 

    Lire l'article