Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266295536
Code sériel : 6007
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Cyrano de Bergerac

Date de parution : 11/02/2019

LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

La gloire d'Edmond Rostand est inimaginable aujourd'hui. Ses contemporains le tiennent pour le plus grand écrivain de tous les temps. On devrait encore savoir par cœur ces vers piaffant, cliquetants, étourdissants, à l'image de Cyrano, héros romantique et baroque, d'Artagnan amoureux.
Savant fou tombé de la Lune...

LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

La gloire d'Edmond Rostand est inimaginable aujourd'hui. Ses contemporains le tiennent pour le plus grand écrivain de tous les temps. On devrait encore savoir par cœur ces vers piaffant, cliquetants, étourdissants, à l'image de Cyrano, héros romantique et baroque, d'Artagnan amoureux.
Savant fou tombé de la Lune ou ferrailleur éblouissant, si tous se reconnaissent en lui, s'il nous arrache des larmes, c'est parce qu'il est d'une profonde vérité humaine. C'est lui que Roxane aimait, son intelligence, son esprit. Cyrano est une part de nous-même, le vengeur des humiliés et des offensés, des timides et des ratés de l'amour. À la fin de l'envoi, c'est toujours lui qui gagne.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266295536
Code sériel : 6007
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Foxfire Posté le 2 Juillet 2020
    Je ne sais pas pourquoi mais pendant le confinement j’ai eu envie de relire quelques livres lus dans mon adolescence. Après ma relecture de « Orgueil et préjugés », une autre relecture avec « Cyrano de Bergerac ». Il n’y a pas grand-chose à dire d’une telle relecture. Je ne vais pas revenir sur la beauté enchanteresse de la langue. Sublime, magnifique ! Mais cette relecture m’a permis de constater que le texte n’est pas le seul tour de force de la pièce. Lors de cette relecture, j’ai été frappée par le prodige réalisé par Rostand concernant le personnage de Christian. Sous la plume d’un auteur moins talentueux, Christian n’aurait été qu’un bellâtre insipide qu’il aurait été facile de détester. Rostand en fait un personnage très émouvant et attachant. Son amour envers Roxane, si sincère et total, est très touchant et ce même s’il ne sait pas l’exprimer d’aussi belle façon que Cyrano. A aucun moment on ne ressent de la détestation envers Christian. Bien sûr on regrette que Roxane et Cyrano ne puissent être réunis mais jamais on ne souhaite le malheur de Christian. « Cyrano » c’est un texte que je n’ai pas fini de lire et relire.... Je ne sais pas pourquoi mais pendant le confinement j’ai eu envie de relire quelques livres lus dans mon adolescence. Après ma relecture de « Orgueil et préjugés », une autre relecture avec « Cyrano de Bergerac ». Il n’y a pas grand-chose à dire d’une telle relecture. Je ne vais pas revenir sur la beauté enchanteresse de la langue. Sublime, magnifique ! Mais cette relecture m’a permis de constater que le texte n’est pas le seul tour de force de la pièce. Lors de cette relecture, j’ai été frappée par le prodige réalisé par Rostand concernant le personnage de Christian. Sous la plume d’un auteur moins talentueux, Christian n’aurait été qu’un bellâtre insipide qu’il aurait été facile de détester. Rostand en fait un personnage très émouvant et attachant. Son amour envers Roxane, si sincère et total, est très touchant et ce même s’il ne sait pas l’exprimer d’aussi belle façon que Cyrano. A aucun moment on ne ressent de la détestation envers Christian. Bien sûr on regrette que Roxane et Cyrano ne puissent être réunis mais jamais on ne souhaite le malheur de Christian. « Cyrano » c’est un texte que je n’ai pas fini de lire et relire. Je pense qu’à chaque lecture, je pourrais y trouver autre chose, une autre merveille, un autre miracle d’écriture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lunaticmag Posté le 17 Juin 2020
    C'est LA pièce que je transporte en premier quand je déménage. A la fois épique et romantique, j'adore, non pas la tirade du nez qui est, sans nul doute, aussi célèbre que son orateur, mais la déclaration d'amour au balcon et celle finale, déchirante. Cyrano
  • Eirine2505 Posté le 11 Juin 2020
    Aujourd’hui, je parle d’un livre qu’on m’a recommandé ééééénormément de fois et sur lequel j’avais mis beaucoup d’espoir. Est-ce pour ça que je n’ai pas ressenti l’étincelle complète à sa lecture ? Je ne sais pas. Attention ! Je te vois t’énerver derrière ton écran : j’ai ressenti une foule de choses à l’égard de ce livre. Mais pour moi, il est un peu comme le feu d’artifice à la fin d’une médiévale. On trouve ça magique, bien entendu, mais on nous l’a tellement vendu pendant la journée que ce qu’on voit n’est pas à 100% à la hauteur de ce qu’on imaginait. Ce qui est bien normal, en soi. Mais ça reste quand même un énorme moment de magie. Pour mon travail de fin d’étude, j’ai bossé sur les adaptations de classiques pour la jeunesse. Et je me suis rendue compte que parmi toutes ces histoires d’aventures (Les Trois mousquetaires, les écrits de Jules Verne, Le Livre de la jungle…), l’histoire de Cyrano de Bergerac était le seul classique dans le classement des plus adaptés à s’afficher comme étant une romance. Je me demandais un peu pourquoi. Puis en y réfléchissant bien (et à la lecture du livre, je comprends),... Aujourd’hui, je parle d’un livre qu’on m’a recommandé ééééénormément de fois et sur lequel j’avais mis beaucoup d’espoir. Est-ce pour ça que je n’ai pas ressenti l’étincelle complète à sa lecture ? Je ne sais pas. Attention ! Je te vois t’énerver derrière ton écran : j’ai ressenti une foule de choses à l’égard de ce livre. Mais pour moi, il est un peu comme le feu d’artifice à la fin d’une médiévale. On trouve ça magique, bien entendu, mais on nous l’a tellement vendu pendant la journée que ce qu’on voit n’est pas à 100% à la hauteur de ce qu’on imaginait. Ce qui est bien normal, en soi. Mais ça reste quand même un énorme moment de magie. Pour mon travail de fin d’étude, j’ai bossé sur les adaptations de classiques pour la jeunesse. Et je me suis rendue compte que parmi toutes ces histoires d’aventures (Les Trois mousquetaires, les écrits de Jules Verne, Le Livre de la jungle…), l’histoire de Cyrano de Bergerac était le seul classique dans le classement des plus adaptés à s’afficher comme étant une romance. Je me demandais un peu pourquoi. Puis en y réfléchissant bien (et à la lecture du livre, je comprends), l’histoire d’amour est quand même énormément rythmée par des épisodes qui s’apparenterait au récit d’Alexandre Dumas. D’ailleurs, on voit une apparition de D’Artagnan, ce que j’ai trouvé assez chouette. À croire que les amours d’un mousquetaire, il n’y a que ça de vrai pour rassembler tout le monde, donc ! Les premiers instants de l’histoire se déroule à l’Hôtel de Bourgogne dans lequel on y a aménagé une salle pour jouer du théâtre. Ainsi, on a énormément de noms de personnages théâtraux, notamment ceux de la commedia dell’arte ,qui y sont cités. De plus, tout au long du récit, plusieurs noms assez célèbres maintenant complètent le tableau. On nous y parle alors de Molière, de Socrate ou encore même de Copernic. Alors, je ne sais pas toi, cher lecteur, mais quand on me met sous le pif un détail que je ne connais pas encore, Mme la Curiosité montre le bout de son nez pour m’emmener vers les odeurs alléchantes du savoir (est-ce que je viens de faire une phrase avec le champ lexical du museau pour parler de Cyrano de Bergerac exprès ? Absolument pas !). Au-delà de ça, Edmond Rostand (à travers Cyrano, mais Rostand quand même à la base) nous envoie des messages extrêmement forts avec des phrases qui nous frappent le cœur exactement comme s’il était un vulgaire punching ball ! Un des messages qui m’a marquée (parmi les autres…) reste celui de se battre pour son propre chef, de n’être à la merci de personne sous prétexte qu’on aurait plus à y gagner. Une autre chose que j’ai appréciée également dans l’écriture, ce sont les jeux de mots. Alors bien sûr, il y en a certains qui appartiennent à un autre langage que celui qu’on utilise aujourd’hui, mais les notes, en tout cas de l’édition Petits Classiques de chez Larousse, aident bien sur la signification de certains termes pour qu’on en goûte toutes les saveurs. Et c’est extraordinaire ! Au-delà de tous ces points positifs, je dois dire que celui que je dois mettre sur le podium resterait, évidemment, le personnage de Cyrano lui-même. Au début, je le trouvais un peu hautain. Il se pavanait et criait à tout va qu’il était le meilleur jongleur de mots de la Terre et que son nez, qu’il fallait absolument regarder, était une horreur, qu’il le savait, bref : ça m’a un peu gavée… mais vraiment pas longtemps. Très vite, on se rend compte que cette presqu’auto-dérision est surtout là pour ne pas être atteint lui-même de ces remarques. Puis dès lors qu’il ouvre son cœur au lecteur/spectateur, on ne peut pas s’empêcher d’être attendri(e). Rien que la scène dans laquelle il explique ses sentiments pour Roxane la première fois à Le Bret m’a retourné le cœur. Il m’a un peu fait penser à Robin des Bois expliquant qu’il aime Belle Marianne mais qu’il ne sera jamais assez bien pour elle ! D’ailleurs concernant ces sentiments, j’ai trouvé qu’il avait un petit côté « je reste fort et je fais le pitre pour ne pas qu’on me voit faible ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cyranour Posté le 24 Mai 2020
    Je me demande à quoi servira cette critique, perdue au milieu de tant d'autres, attestant de la magnificence de cet ouvrage, de cette pièce. Probablement à rien. Simplement à la dédier au personnage, à Hercule de Savinien de Cyrano de Bergerac. "Bref, dédaignant d'être le lierre parasite, Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être...mais tout seul !" Depuis plusieurs années que je lis et apprends cette pièce, je sens monter en moi l'humanité de Monsieur de Bergerac. Ses mots me font l'effet de chaleurs intelligentes, et ses phrases sont de véritables flammes en mon cœur. Son esprit le rend bien plus beau que tous les hommes dans mon imagination ; alors que dans la sienne, c'est l'inverse. "Regarde moi, cher ami, et dis moi quelle espérance Pourrait bien me laisser cette protubérance ?" Tout paraît si réel. "Car c'est dans le conte Que lorsqu'on dit : Je t'aime ! au prince plein de honte, Il sent sa laideur fondre à ces mots de soleil... Mais tu remarquerais que je reste pareil." A vous, futur lecteur, prenez garde de ne pas périr dans un certain abandon au sein de ces lignes et de leurs vérités. Préservez-vous de la folie du personnage, et de son... Je me demande à quoi servira cette critique, perdue au milieu de tant d'autres, attestant de la magnificence de cet ouvrage, de cette pièce. Probablement à rien. Simplement à la dédier au personnage, à Hercule de Savinien de Cyrano de Bergerac. "Bref, dédaignant d'être le lierre parasite, Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul, Ne pas monter bien haut, peut-être...mais tout seul !" Depuis plusieurs années que je lis et apprends cette pièce, je sens monter en moi l'humanité de Monsieur de Bergerac. Ses mots me font l'effet de chaleurs intelligentes, et ses phrases sont de véritables flammes en mon cœur. Son esprit le rend bien plus beau que tous les hommes dans mon imagination ; alors que dans la sienne, c'est l'inverse. "Regarde moi, cher ami, et dis moi quelle espérance Pourrait bien me laisser cette protubérance ?" Tout paraît si réel. "Car c'est dans le conte Que lorsqu'on dit : Je t'aime ! au prince plein de honte, Il sent sa laideur fondre à ces mots de soleil... Mais tu remarquerais que je reste pareil." A vous, futur lecteur, prenez garde de ne pas périr dans un certain abandon au sein de ces lignes et de leurs vérités. Préservez-vous de la folie du personnage, et de son besoin de secours. Gardez la tête froide : ce n'est qu'une fiction. Fiction, fiction, fiction, fiction, réalité. "Quelque chose que, sans un pli, sans une tâche, J'emporte malgré vous, et c'est... (c'est ?) Mon panache"
    Lire la suite
    En lire moins
  • JulieNeige Posté le 21 Mai 2020
    Un classique qui ne se démode pas, et qui reste toujours d'actualité : amour, fidélité et apparence !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.