Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264076564
Code sériel : 5598
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Factotum

Brice MATTHIEUSSENT (Traducteur)
Date de parution : 08/10/2020
Les péripéties rocambolesques d’Hank, alter ego de Bukowski.
Hank Chinaski, un marginal solitaire et alcoolique chronique, raconte sa vie d'errance, de La Nouvelle-Orléans à Los Angeles, de New York à Philadelphie, passant d’un petit boulot à l’autre, d’une femme à l’autre, d’une bouteille à l’autre. Et Bukowski, via les pérégrinations de son alter-ego, bâtit sa légende. Cette litanie... Hank Chinaski, un marginal solitaire et alcoolique chronique, raconte sa vie d'errance, de La Nouvelle-Orléans à Los Angeles, de New York à Philadelphie, passant d’un petit boulot à l’autre, d’une femme à l’autre, d’une bouteille à l’autre. Et Bukowski, via les pérégrinations de son alter-ego, bâtit sa légende. Cette litanie de boulots minables, de chambres sordides, d'étreintes glauques, de saouleries mornes, de bagarres d'ivrognes, de vexations, de rigolades, sera la matière inépuisable d'une œuvre qui, avec sa vitalité consolante, sa folle énergie, ira jusqu'à brancher Hollywood.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Brice MATTHIEUSSENT
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264076564
Code sériel : 5598
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nelly76 Posté le 3 Mai 2021
    C'est sur la musique de : Caravan Palace : ended with the night qui colle parfaitement au personnage d'Henri Chinaski,marginal ,alcoolique chronique et pour qui le sexe n'a plus de mystères,que je fais ma critique. Critique courte ,c'est du Buko et j'adore ,une telle noirceur et une telle luminosité!une philosophie de vie à la Bukowski que j'aurai aimé connaître, tout est excès et tout est contraste ,malgré tout beaucoup d'humanisme dans les oeuvres de Bukowski que l'on retrouve ici ,pour qui adhère à sa façon de vivre sa vie,à recommander sans retenue! .
  • Bruxellensia Posté le 5 Décembre 2020
    Charles BOKOWSKI est l'un des plus grands auteurs américains du 20è siècle.Il me semblait donc pertinent d'épingler un de ses ouvrages à mon tableau de lecture. Il ne fait pas dans le genre fleur bleue, il faut avoir le cœur bien accroché pour le lire. Dans Factotum, il décrit la vie de CHINASKI/ BUKOWSKI, sa vie d'errance à travers les Etats Unis d’Amérique tel un marginal assouvissant des besoins primaires: l'ivrognerie et la luxure. Il enchaîne des petits boulots non qualifiés dont il se fait virer systématiquement après quelques jours ou semaines parce qu'il est ivre ou a la gueule de bois ou n'est pas ponctuel au travail. Le récit est court mais n'a pas de raison d'être plus long. Les scènes sont répétitives. Le lecteur finit par être écœuré par les séances de soûlographie et de sexe. Il n'y a pas début ni de fin. En résumé, BUKOWSKI décrit la vie -nous sommes pendant la 2è guerre mondiale et juste après- d'une frange de la population des USA menant une vie misérable au pays de tous les possibles traduite par l'alcoolisme au pays de la prohibition et de la luxure au pays du puritanisme. Une certaine image de l'Amérique.
  • merlonrouge Posté le 12 Novembre 2020
    Du Bukowski, du Chinaski pur jus ! Le vocabulaire vert, cru, direct, réjouissant. L’errance déjantée, misérable et même minable de ville en ville, de fille en fille, de chambre de location en chambre d’hôtel miteux, de boulot merdique en job cradingue, Buk dans toute sa gloire, émergent chaque matin terrassé par l’alcool, écrasé par la plus pétrifiante gueule de bois pour aller travailler certains jours. Et oui, ça lui arrive. Il cherche souvent du travail, n’importe quoi. Il exerce mille métiers mais jamais longtemps : 6 semaines paraît un maximum ! Comment faire plus dans les postes occupés ? Ensuite, place à la vraie vie, boire, boire et boire encore, traîner au lit avec l’une ou l’autre ou seul et puis aller au courses perdre et gagner. Buk ou Chinaski est une sorte de vainqueur. Il arrive à vivre la vie telle qu’il l’entend à tort et à travers. Un modèle en somme ! Ces aventures, ce style littéraire à part me fait bien rire.
  • xanaxstr8x Posté le 10 Novembre 2020
    La relation à la sexualité de Chinaski, dans ce livre, m'a énormément fait penser à la relation à la sexualité des personnages de Boris Vian dans beaucoup de ses livres (J'irais cracher sur vos tombes, Les morts ont tous la même peau..) une relation trash et forcée qui m'a quelque peu dérangé à certains passage (avec Grace dans le yacht notamment..) Cependant pour ce qui est de la forme j'ai beaucoup eu de mal avec l'argot et les raccourcissement de phrase (Keski, jferais,...) qui me déconcentre énormément. Pourtant le fond est "plaisant", pathétique aux personnages decalqués, devergondés, souvent ivre d'ailleurs... Comme on peut s'attendre d'un livre du Bukowski ! La vision de cette Amérique est similaire à l'Amérique de Kerouac sur sa route et ses chemins sinueux en quelques de son quelque chose (le travail ; un peu d'argent, des filles, de la picole...) Bref, description simple : une quête infernale du travail dans une Amérique des années 60 pleine d'ébriété et de débauche.
  • fran6h Posté le 5 Novembre 2020
    L'errance d'un alcoolique à travers le pays et à travers les petits emplois successifs. Il y a de la truculence dans ce récit, de la grivoiserie parfois, de l'ironie aussi. Si le texte ne manque pas d'humour, il manque quand même un élément pour tenir le lecteur. Mais lequel ? On suit là les tribulations d'Henry, un gars qui essaie de survivre, qui dépense tout son pognon dans l'alcool, qui aime rire et baiser et qui n’aime pas les lendemains. Apparemment il était très facile de trouver un emploi dans les Etats-Unis de 1945, magasinier, nettoyeur, homme à tout faire, pour peu qu'on ait un peu de tchatche et de la bonne volonté ... Mais le texte ne mène nulle part, un peu comme la vie d'Henry, on passe d'une piaule à l'autre, d'un entrepôt à l'autre ... heureusement que ce n'est pas trop long.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…