Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264076281
Code sériel : 5622
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Le postier

Philippe GARNIER (Traducteur)
Date de parution : 08/10/2020
Drôle, excessif, fantasque, féroce : le premier roman de Charles Bukowski.
« Ça a commencé par erreur, c’étaient les fêtes de Noël et j’avais appris par le pochard en haut de la côte qu’ils embaucheraient carrément n’importe qui, alors j’y suis allé et sans avoir le temps de réaliser je me suis retrouvé avec une sacoche en cuir sur le dos... « Ça a commencé par erreur, c’étaient les fêtes de Noël et j’avais appris par le pochard en haut de la côte qu’ils embaucheraient carrément n’importe qui, alors j’y suis allé et sans avoir le temps de réaliser je me suis retrouvé avec une sacoche en cuir sur le dos à cavaler. »
Depuis qu’il est postier, Henry Chinaski parvient tous les matins à traîner sa gueule de bois hors du lit pour aller distribuer d’énormes sacs de courrier à des citoyens peu reconnaissants, avant de revenir se mettre sous les ordres de vicieux chefs de services toujours prêts à le faire trimer, et à l’éloigner de sa sainte trinité : l’alcool, les femmes et les courses de chevaux.

Premier roman de Charles Bukowski, qui lui apporta la gloire à sa publication, en 1971, Le Postier, inspiré de sa propre expérience, est la meilleure porte d’entrée dans le monde de cet auteur légendaire, grand poète et « vieux dégueulasse ».

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Garnier.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264076281
Code sériel : 5622
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • merlonrouge Posté le 4 Novembre 2020
    premier livre de Bukowski. Il y relate sa vie professionnelle à la poste américaine, une horreur. Horaires terribles, horaires de nuit pire encore, rythme de travail insensé, heures sup. imposées à la dernière minute, congés réduits à peu de choses et régulièrement supprimés, cheffaillons de merde, sadiques, harcelants l'un ou l'autre à leur guise, rapports disciplinaires injustes et réguliers, épuisement physique massif. Et Mr. Bukowski, postier, attend ce régime pendant 11 ans avant de devenir ensuite un poète et un romancier célèbre !! l'écriture et le style rèche de Bukowski mais pas encore vraiment. Consolation dans l'alcool, les courses de chevaux et les bras de quelques femmes.
  • FeliciFeli Posté le 15 Octobre 2020
    Le postier est relentless, nihiliste, poussé par rien d’autre que le vent qui souffle, des jambes qui se découvrent dans tel ou tel bar, une pluie insupportable pendant la distribution du courrier, aussi insupportable que cette insatiable soif, des courses de chevaux qui ponctuent cette vie misérable. Il y l’alcool, il y a les femmes, il y a le taf, pas d’excessives métaphores; c’est cru, brute et entre les lignes, c’est si tendre.
  • Evilmarmotte Posté le 18 Juin 2020
    Mon Bukowski préféré ! Dans cette courte autobiographie, l'auteur revient sur sa carrière de postier, qu'il décrit d'entrée de jeu avec un savoureux "Ils embauchent n'importe qui... j'y suis allé". Bukowski est fidèle à son style habituel, vulgaire et ludique, digne d'une série B américaine.
  • colimasson Posté le 11 Mai 2020
    Premier roman de Buko. Déjà inégalable, à mettre au rang de tous les autres. Chaque phrase contient un condensé d’expérience à propos de l’absurdité de ce monde tenant en quelques mots apparemment inoffensifs. C’est le propre du génie bukowskien.
  • CarlmariaB Posté le 26 Janvier 2020
    Celui qu'il faut absolument lire, parce que l'apnée dans le monde de l'entreprise tayloriste explique l'alcool, le jeu et les femmes.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…