RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Glacé

            Pocket
            EAN : 9782266219976
            Code sériel : 14900
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 736
            Format : 108 x 177 mm
            Glacé

            Date de parution : 10/05/2012

            Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
            Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
            Le...

            Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
            Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
            Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

            « Retenez bien ce nom : Bernard Minier. » Le Figaro littéraire

            « De répit, point, ni pour les personnages ni pour nous. Une réussite ! » Le Point

            Prix du meilleur roman francophone au Festival polar de Cognac

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266219976
            Code sériel : 14900
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 736
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.60 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Retenez bien ce nom : Bernard Minier » Le Figaro Littéraire

            « De répit, point, ni pour les personnages ni pour nous. Une réussite ! » Le Point

            « Ce premier livre a la force de ceux du maître en frayeur. » ELLE

            « Vous le prenez, vous ne le lâchez pas. Oppressant et formidable. » Télématin

            « C’est écrit à la serpe. Il n’y a rien à jeter. » Femme Actuelle

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • ASaulot Posté le 23 Août 2019
              La première moitié du roman ne m'a franchement pas enthousiasmée, la mise en place des personnages s'étire en longueur, l'intrigue ne décolle pas, j'étais à ce point déconfite que j'ai à un moment envisagé d'arrêter ma lecture. J'ai bien fait de ne pas céder à cette impulsion. En effet, la deuxième moitié est bien plus palpitante, l'intrigue s'y déploie pleinement et on suit avec angoisse les tribulations et les questionnements des personnages, lesquels sont bien travaillés et plutôt réalistes, malgré le côté un peu convenu des réflexions de Servaz. Une lecture appréciable, malgré quelques longueurs.
            • Regala Posté le 12 Août 2019
              Nous suivons le commandant Servaz, commandant à la P.J de Toulouse, mélomane divorcé, avec un sacré caractère. J’ai adhéré assez vite au personnage, que j’ai trouvé assez attachant. Il a ce côté humain et ne juge non pas sur les apparences mais sur les actes, ce qui fait de lui quelqu’un de perspicace. Et pour enquêter sur le meurtre d’un cheval pendu en haut d’une falaise dans une vallée des Pyrénées, il faut avoir du flair. En parallèle, nous rencontrons Diane, récemment embauchée en tant que psychologue dans le centre psychiatrique le plus sécurisé d’Europe, qui renferme les criminels les plus dangereux. Une enquête pleine d’action et de rebondissements pendant laquelle je me suis sans cesse posé des questions sur l’identité du meurtrier, et sans cesse je me suis faite bernée, trimbalée d’un coupable à un autre, sans ménagement. Impossible de ne pas se mettre à la place de Servaz, on ressent son malaise et ses tourments. Minier a réussi, en ce qui me concerne, par une écriture fluide et tout de même des arguments approfondis, à poser de vraies questions sur la nature Humaine. Sans cesse, les personnages vont se confronter à une dualité qui oppose le Bien et le... Nous suivons le commandant Servaz, commandant à la P.J de Toulouse, mélomane divorcé, avec un sacré caractère. J’ai adhéré assez vite au personnage, que j’ai trouvé assez attachant. Il a ce côté humain et ne juge non pas sur les apparences mais sur les actes, ce qui fait de lui quelqu’un de perspicace. Et pour enquêter sur le meurtre d’un cheval pendu en haut d’une falaise dans une vallée des Pyrénées, il faut avoir du flair. En parallèle, nous rencontrons Diane, récemment embauchée en tant que psychologue dans le centre psychiatrique le plus sécurisé d’Europe, qui renferme les criminels les plus dangereux. Une enquête pleine d’action et de rebondissements pendant laquelle je me suis sans cesse posé des questions sur l’identité du meurtrier, et sans cesse je me suis faite bernée, trimbalée d’un coupable à un autre, sans ménagement. Impossible de ne pas se mettre à la place de Servaz, on ressent son malaise et ses tourments. Minier a réussi, en ce qui me concerne, par une écriture fluide et tout de même des arguments approfondis, à poser de vraies questions sur la nature Humaine. Sans cesse, les personnages vont se confronter à une dualité qui oppose le Bien et le Mal et vont en questionner les frontières.
              Lire la suite
              En lire moins
            • SebPierre Posté le 11 Août 2019
              La propriété d'un richissime entrepreneur, un cheval pur sang décapité et pendu est découvert au sommet du téléphérique menant à l'institut psychiatrique qui enferme les pires psychopathes de France... Le commandant Servaz se retrouve littéralement dans une impasse quand on découvre sur la scène du crime l'ADN de l'un des pires pensionnaires de l'établissement... Quel thriller épatant qui met tout en place pour la saga Servaz !
            • Beatrice258 Posté le 7 Août 2019
              Ce thriller se lit avec beaucoup d'avidité mais il n'est pas transcendant. - On se demande si le héros n'est pas un surhomme, une aspirine, de l'eau fraîche et ça repart, alors qu'il est à moitié mourant à plusieurs reprises ! - La psychologue n'est pas utilisée correctement dans le récit, elle aurait pu avoir un rôle beaucoup plus important, plus recherché. - Les 20 dernières pages et jusqu'à l'issue finale ne sont, pour ma part, pas assez travaillées, même un peu bâclées : des personnages récurrents disparaissent des écrits "qu'en est il ?" Le psychiatre/directeur, l'infirmière chef où sont ils ? bizarre, bizarre de ne plus avoir pris la peine d'en reparler dans le final. Je vais néanmoins lire son 2ème livre "le cercle" ; peut être aurais-je une explication ou un développement qui rattache à Glacé. Malgré ces invraisemblances, j'ai été accroc à ce roman, je veux juste m'assurer ou non de son écriture en lisant un second volume. Après je serais définitivement fixée.
            • Carmendb Posté le 4 Août 2019
              Un spectacle d'horreur, "une œuvre de folie et de mort", accueille les ouvriers de la centrale hydroélectrique d'Arruns, dans les Pyrénées, à la sortie de la cabine du téléphérique : le cadavre sans tête d'un cheval dans une mise en scène macabre, tel un aigle immense aux ailes déployées. Martin Servaz est chargé de l'enquête. Délaisser l'affaire qui l'occupe, le meurtre d'un SDF massacré par trois jeunes garçons, pour s'occuper d'un cheval décapité ne lui convient guère, mais sa hiérarchie ne lui donne pas le choix. L'animal appartenait à Eric Lombard, riche et puissant industriel de la région. Ce corps sans tête va l'entrainer sur des routes jonchées de meurtres et de mystères, en passant par l'Institut psychiatrique qui regroupe dans ses cellules les plus dangereux criminels d'Europe, dont le tristement célèbre Julian Hirtmann, terrifiant tueur en série suisse. Comment Julian a-t-il pu laisser son ADN sur la scène du crime alors qu'il est enfermé dans ce centre dont les mesures de sécurité draconiennes empêchent toute possibilité d'évasion ? Une phrase de Sherlock Holmes me revient alors en mémoire : " Quand on a éliminé l'impossible, la réponse aussi improbable qu'elle soit, est ce qui reste." Suivre Martin Servaz (dont c'est ici la... Un spectacle d'horreur, "une œuvre de folie et de mort", accueille les ouvriers de la centrale hydroélectrique d'Arruns, dans les Pyrénées, à la sortie de la cabine du téléphérique : le cadavre sans tête d'un cheval dans une mise en scène macabre, tel un aigle immense aux ailes déployées. Martin Servaz est chargé de l'enquête. Délaisser l'affaire qui l'occupe, le meurtre d'un SDF massacré par trois jeunes garçons, pour s'occuper d'un cheval décapité ne lui convient guère, mais sa hiérarchie ne lui donne pas le choix. L'animal appartenait à Eric Lombard, riche et puissant industriel de la région. Ce corps sans tête va l'entrainer sur des routes jonchées de meurtres et de mystères, en passant par l'Institut psychiatrique qui regroupe dans ses cellules les plus dangereux criminels d'Europe, dont le tristement célèbre Julian Hirtmann, terrifiant tueur en série suisse. Comment Julian a-t-il pu laisser son ADN sur la scène du crime alors qu'il est enfermé dans ce centre dont les mesures de sécurité draconiennes empêchent toute possibilité d'évasion ? Une phrase de Sherlock Holmes me revient alors en mémoire : " Quand on a éliminé l'impossible, la réponse aussi improbable qu'elle soit, est ce qui reste." Suivre Martin Servaz (dont c'est ici la première apparition) dans ses pérégrinations et ses tourments, ses efforts, ses intuitions, sa puissance de déduction, son travail de flic intègre et compétent, reste un excellent moyen d'oublier le quotidien et la canicule, ignorer pour quelques heures les vrais drames de la vraie vie. Bernard Minier nous oriente souvent sur des fausses pistes, mais l'intérêt et le suspense ne font qu'augmenter au fil des pages. A lire sans hésitation!
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.