Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266318150
Code sériel : 18317
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 108 x 177 mm
À Paraître

La Trahison de Thomas Spencer

Date de parution : 28/10/2021
Paul Bruder et Thomas Spencer sont nés le même jour, un hasard qui les rend vite inséparables. Sur les rives du Mississippi, ces deux Américains vivent une jeunesse insouciante, à l’abri de l’agitation du monde. Jusqu’à ce que l’effervescence des années 1960 les rattrape en la personne de Claire MacMullen,... Paul Bruder et Thomas Spencer sont nés le même jour, un hasard qui les rend vite inséparables. Sur les rives du Mississippi, ces deux Américains vivent une jeunesse insouciante, à l’abri de l’agitation du monde. Jusqu’à ce que l’effervescence des années 1960 les rattrape en la personne de Claire MacMullen, une jeune femme libre et belle. Donc dangereuse. Dans une période troublée, la part obscure des individus se révèle. Et peut même les conduire à commettre l’irréparable.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266318150
Code sériel : 18317
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 108 x 177 mm
Pocket
7.30 €
Date de parution: 28/10/2021

Ils en parlent

« Un Jules et Jim plus sombre, plus actuel, où le héros qui trahit finit par affronter sa culpabilité et s’accepter avec sa noirceur et son innocence. »
Claire Chazal / Le Figaro magazine
« Philippe Besson poursuit son exploration des cœurs et des corps et dévoile ses talents de portraitiste. »
L'Obs
« Il est difficile de dire si La trahison de Thomas Spencer est le meilleur roman de Philippe Besson –ils sont tous excellents. Ce que l’on peut affirmer, c’est qu’en le lisant, on traverse un moment pur…»
Senior Actu

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Shaynning Posté le 26 Mai 2020
    J'ai lu ce roman, qui mêle un peu de la fraternité de "Jules et Jim" avec la narration chronologique ponctuée d'Histoire de "Forrest Gump", avec en tête un final prévisible. Par contre , je suis d'avis qu'on ne lit pas ce genre d'histoire pour connaitre la fin uniquement, mais pour apprécier le chemin parcouru. C'est le personnage principal, Thomas Spencer, qui nous raconte sa vie, de l'enfance à sa fin trentaine. Dans ce roman sans chapitres, nous suivons les dates qui jalonne l'Histoire et qui servent de marqueur de temps dans la vie de Thomas. Sa propre naissance , par exemple, est celle du largage de la bombe sur Hiroshima, au Japon. Qui plus est, c,est aussi l'anniversaire de naissance de son meilleur ami, pour ne pas dire son "frère de date de naissance". Thomas et Paul sont inséparables et vivent une enfance heureuse dans leur petite ville sudiste du Mississippi. Ils s'aiment d'un amour presque fusionnel, à la limite homosexuel ( Je dois dire que je commençais sérieusement à me demander s'ils finiraient ensemble), mais on comprendra que les choses seront appelées à changer quand une certaine Claire fera son apparition dans leur vie. Et entre-temps, le pays semble... J'ai lu ce roman, qui mêle un peu de la fraternité de "Jules et Jim" avec la narration chronologique ponctuée d'Histoire de "Forrest Gump", avec en tête un final prévisible. Par contre , je suis d'avis qu'on ne lit pas ce genre d'histoire pour connaitre la fin uniquement, mais pour apprécier le chemin parcouru. C'est le personnage principal, Thomas Spencer, qui nous raconte sa vie, de l'enfance à sa fin trentaine. Dans ce roman sans chapitres, nous suivons les dates qui jalonne l'Histoire et qui servent de marqueur de temps dans la vie de Thomas. Sa propre naissance , par exemple, est celle du largage de la bombe sur Hiroshima, au Japon. Qui plus est, c,est aussi l'anniversaire de naissance de son meilleur ami, pour ne pas dire son "frère de date de naissance". Thomas et Paul sont inséparables et vivent une enfance heureuse dans leur petite ville sudiste du Mississippi. Ils s'aiment d'un amour presque fusionnel, à la limite homosexuel ( Je dois dire que je commençais sérieusement à me demander s'ils finiraient ensemble), mais on comprendra que les choses seront appelées à changer quand une certaine Claire fera son apparition dans leur vie. Et entre-temps, le pays semble sombrer dans un conflit dont il n'aurait pas du prendre part. C'est mon premier Philippe Besson et j'aime bien son style sobre. Ça se lit aisément, sans prise de tête, mais tout de même truffé d'information historiques pertinentes et de sentiments complexes. Oui, la fin est prévisible, même l'auteur nous tend des perches, mais j'ai eu du plaisir à découvrir la vie du personnage, imparfait, tout en nuances et doté d'un bonne faculté d'introspection. Si je devais le catégoriser, je dirais que c'est une fiction entre Tranche-de-vie et Drame, avec un fond historique. D'ailleurs, j'ai aimé cet aspect du livre, les éléments d'Histoire et les confrontations entre les valeurs sociales. On comprend mieux certaines mentalités de ce coin de pays, qui est conservateur, encore raciste et qui croit beaucoup à la suprématie américaine. L'auteur aborde le tout sans lourdeur et sans favoriser un parti prit ( hormis celui de Thomas), alors pas la peine d'être effrayé par cette présence historico-politique, elle ne vous mordra pas. Une bonne lecture, en somme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • emilie5335 Posté le 3 Janvier 2020
    Thomas et Paul sont nés le même jour. Une indéfectible amitié les lie. Ils ont vécu leur jeunesse dans le sud des Etats-Unis dans les années 50. A travers leur destin, l’auteur nous fait revivre les grands moments de cette époque des plus positifs (les premiers pas de l’homme sur la lune) aux plus négatifs (l’assassinat de Kennedy, la guerre du Vietnam). J’ai cru au départ que l’auteur allait nous parler d’une amitié qui se transforme en amour (Philippe Besson a écrit plusieurs romans autour de l’homosexualité) mais ça n’est pas le cas. La frontière est mince mais jamais franchie. Le thème central de ce livre est la trahison. L’auteur nous fait vivre l’amitié entre Thomas et Paul de l’intérieur pour nous faire ressentir de manière encore plus forte l’immensité de la trahison quand elle arrive. On sait dès le début que quelque chose va séparer les deux amis mais Philippe Besson avec son style simple et direct réussit à faire monter la tension au fil des pages… On ne lâche plus le livre car on s’attend à chaque instant à la catastrophe qui s’annonce…
  • Bebelle1725 Posté le 7 Mars 2019
    lecture fluide, une histoire sous le mode de la discussion à un tiers, une bonne rétrospective de cette période 1960-1970 aux Etats Unis. A lire.
  • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
    Philippe Besson est un auteur que j'adore, même si certains de ses romans, dont celui-ci, m'ont moins marqué que d'autres.
  • Luxi Posté le 21 Mai 2018
    Philippe Besson a encore réussi à me faire pleurer. Alors que je savais très bien ce qui allait s’y passer. Je ne vais pas m’étendre sur l’histoire puisque l’on suit Paul et Thomas depuis leur toute première rencontre, gamins, jusqu’à ce qu’ils deviennent des hommes. C’est Thomas qui raconte, c’est sa voix qui nous peint le Paul de son enfance, avec ses yeux, son cœur, ses tripes, année après année. Et nous replongeons avec une infinie tendresse et une profonde nostalgie dans ces moments frais et simples de l’enfance, de la préadolescence, entre joies cristallines et inquiétudes émues, sur fond de bouleversements intimes et d’attachement pétillant, presque religieux. Alors il est effectivement question d’une trahison mais nous ne la découvrons que tard dans le récit et, très prévisible, elle n’est pas pour moi ce qui fait la véritable beauté du roman. Ce qui m’a séduite, ce qui m’a touchée, c’est ce regard de l’adulte sur le gosse qu’il a été, sur l’adolescent puis le jeune homme qu’il est devenu. Et cette amitié surtout qui emmaillote tout le récit, cette amitié qui tient presque de l’amour fraternel, excessif, magnifique, acharné et pur comme une gemme. Philippe Besson raconte l’ami évident, le premier, le... Philippe Besson a encore réussi à me faire pleurer. Alors que je savais très bien ce qui allait s’y passer. Je ne vais pas m’étendre sur l’histoire puisque l’on suit Paul et Thomas depuis leur toute première rencontre, gamins, jusqu’à ce qu’ils deviennent des hommes. C’est Thomas qui raconte, c’est sa voix qui nous peint le Paul de son enfance, avec ses yeux, son cœur, ses tripes, année après année. Et nous replongeons avec une infinie tendresse et une profonde nostalgie dans ces moments frais et simples de l’enfance, de la préadolescence, entre joies cristallines et inquiétudes émues, sur fond de bouleversements intimes et d’attachement pétillant, presque religieux. Alors il est effectivement question d’une trahison mais nous ne la découvrons que tard dans le récit et, très prévisible, elle n’est pas pour moi ce qui fait la véritable beauté du roman. Ce qui m’a séduite, ce qui m’a touchée, c’est ce regard de l’adulte sur le gosse qu’il a été, sur l’adolescent puis le jeune homme qu’il est devenu. Et cette amitié surtout qui emmaillote tout le récit, cette amitié qui tient presque de l’amour fraternel, excessif, magnifique, acharné et pur comme une gemme. Philippe Besson raconte l’ami évident, le premier, le plus précieux. Il raconte ces liens ardents et dévoués qui nouent deux êtres que rien ne peut abîmer tant ils se complètent et se consolident l’un l’autre. Il raconte surtout le temps qui galope et tente de mettre à mal ces liens, les teste, les érafle, les entame et – parfois – les soutient. Ce roman retrace avec une acuité et une délicatesse stupéfiantes ce qui se fane en même temps que les années qui cavalent, ce qu’on agrippe encore, gonflé de terreur et de refus, et puis ce qui finit par s’enfuir enfin puisque la vie c’est ça : un monstre immoral qui fait grandir les corps et éloigne les cœurs et les âmes. « La trahison de Thomas Spencer » est l’histoire d’une amitié trop belle, aussi intense que généreuse, et que la vie a mutilée. C’est un roman sur la nostalgie de l’enfance, ce temps où tout était facile, sucré et savoureux. Mais c’est également un roman sur les remords, la culpabilité et la façon dont on s’arrange avec elle pour pouvoir continuer à vivre ; c’est un roman sur la solitude, l’abandon et l’écriture – des thématiques chères à l’auteur. Et je dois avouer que depuis ma lecture d’« Arrête avec tes mensonges », j’ai été encore plus bouleversée de découvrir, ça et là, des traces discrètes de ces brisures que l’auteur a toujours portées en lui, dans l’ombre et le secret. Encore une fois, son écriture intime, précise, à la fois pudique et sincère, m’a envoûtée. Il écrit tout en élégance et en lucidité, il écrit presque à la manière d’un musicien, sur un largo mélancolique, parfois désespéré. Et je suis heureuse de ne pas être restée sur mes premières impressions et d’avoir retenté l’expérience avec l’auteur, car j’aurais vraiment manqué quelque chose dans ma vie de lectrice. Un écrivain qui écrit comme un poète. Un poète qui se sert de son cœur craquelé pour créer de la grâce. Philippe Besson est un écrivain de l’intime qui n’aura jamais besoin d’un scénario alambiqué pour briller.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.