Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
Le Papillon de verre
Catherine Renaud (traduit par)
Date de parution : 09/03/2023
Éditeurs :
Pocket
Nouveauté

Le Papillon de verre

Catherine Renaud (traduit par)
Date de parution : 09/03/2023
Une enquête qui dévoile la part sombre de certaines institutions de soins et qui mettra le duo d’enquêteurs à rude épreuve.
Les hôpitaux sont censés être des lieux sûrs. Sauf quand une infirmière décide d’entrer dans la chambre d’un patient âgé avec une seringue contenant une surdose d’un médicament pour le... Les hôpitaux sont censés être des lieux sûrs. Sauf quand une infirmière décide d’entrer dans la chambre d’un patient âgé avec une seringue contenant une surdose d’un médicament pour le cœur.
La même semaine, un livreur de journaux fait une macabre découverte : le corps nu d’une femme aux bras striés de...
Les hôpitaux sont censés être des lieux sûrs. Sauf quand une infirmière décide d’entrer dans la chambre d’un patient âgé avec une seringue contenant une surdose d’un médicament pour le cœur.
La même semaine, un livreur de journaux fait une macabre découverte : le corps nu d’une femme aux bras striés de petites incisions. La cause de la mort ? Le drainage de tout le sang de la victime.
L’inspecteur Jeppe K⌀rner, qui se remet d’un divorce douloureux, est chargé de l’enquête, tandis que son équipière Anette Werner, en congé maternité et censée s’occuper de son nouveau-né, décide pourtant de mener des recherches de son côté.
Une enquête qui dévoile la part sombre de certaines institutions de soins et qui mettra le duo d’enquêteurs à rude épreuve.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266332118
Code sériel : 18922
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266332118
Code sériel : 18922
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent


« Le meilleur auteur de thrillers en Europe. », magazine littéraire Zenda
« Un des meilleurs thrillers de l’année. » The Times.
« Les amateurs de polars nordiques vont souhaiter longue vie à cette série » Publishers Weekly
-

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SaveurLitteraire 12/02/2023
    Un premier tome traduit, un troisième tome traduit dans la même maison d’édition et par la même traductrice, mais pas de second tome traduit ? C’est embêtant, certes ! Plus enquiquinant encore ? Quand L’enfant étoile était passé à un poil ou deux du coup de cœur, Le Papillon de verre devra se contenter d’une place entre le mitigé et le satisfait dans l’ensemble. Ce troisième opus des enquêtes de Jeppe Kørner et Anette Werner prend ses quartiers dans l’état catastrophique des hôpitaux et de la psychiatrie au Danemark, même si franchement, de ce côté, la France n’a rien à envier aux lointains voisins danois… Trois victimes assassinées avec la même arme au symbole puissant, une semaine à peine qui s’écoule entre le premier meurtre et la résolution, des personnages pêle-mêle et une Copenhague toujours aussi charmante, vivante. Le résumé et le premier chapitre t’offrent une telle promesse de rythme soutenu et de tension, et comme le dit si bien la couverture, c’est « l’un des meilleurs thrillers de l’année ». Alors, pourquoi globalement mitigé ? Tout vient de la mention thriller, car ici, il n’y a pas de sensations fortes, de tension présente à chaque page malgré le gros potentiel,... Un premier tome traduit, un troisième tome traduit dans la même maison d’édition et par la même traductrice, mais pas de second tome traduit ? C’est embêtant, certes ! Plus enquiquinant encore ? Quand L’enfant étoile était passé à un poil ou deux du coup de cœur, Le Papillon de verre devra se contenter d’une place entre le mitigé et le satisfait dans l’ensemble. Ce troisième opus des enquêtes de Jeppe Kørner et Anette Werner prend ses quartiers dans l’état catastrophique des hôpitaux et de la psychiatrie au Danemark, même si franchement, de ce côté, la France n’a rien à envier aux lointains voisins danois… Trois victimes assassinées avec la même arme au symbole puissant, une semaine à peine qui s’écoule entre le premier meurtre et la résolution, des personnages pêle-mêle et une Copenhague toujours aussi charmante, vivante. Le résumé et le premier chapitre t’offrent une telle promesse de rythme soutenu et de tension, et comme le dit si bien la couverture, c’est « l’un des meilleurs thrillers de l’année ». Alors, pourquoi globalement mitigé ? Tout vient de la mention thriller, car ici, il n’y a pas de sensations fortes, de tension présente à chaque page malgré le gros potentiel, et le rythme se montre en fin de compte inégal selon les chapitres et les points de vue. Problème de personnages ? Entre les enquêteurs, les employés et anciens patients d’une maison de santé privée, les proches des uns et des autres et les témoins ou suspects, ça en fait du monde, oui ! Arrivée à la fin du roman, je n’ai même pas su me rappeler de tous les noms tant il y en a. Problème d’enquête passée au second plan ? Absolument ! Comme dans presque tous les romans policiers estampillés « thriller », celui-ci n’échappe pas à la règle implicite : chaque personnage est passé à la moulinette pour avoir le détail de sa vie privée, ses fêlures et ses incertitudes, ses vulnérabilités et ses tentations. Tu me diras, c’est aussi l’un des atouts de Katrine Engberg, elle t’immerge dans la vie de personnes ordinaires, comme toi et moi. Ni des saints, ni des démons, même si parfois dépeints de façon assez caricaturale, loin de la nuance. Le mât blesse quand, hélas, toutes ces vies pourtant touchantes deviennent des fardeaux face à une enquête qui n’avance pas. En lisant Le Papillon de verre, j’ai surtout eu l’impression d’être face à une ébauche de scénario. Si tu adaptais la même histoire en série, ça passerait crème, c’est le bon format pour ça. Malheureusement, ici c’est un roman et je n’ai pas pu apprécier le résultat à sa juste valeur. Ce troisième opus reste plutôt mi-figue mi-raisin, y a un goût amer quand je songe à ce potentiel mis de côté pour laisser Jeppe s’apitoyer sur sa vie personnelle et les seins de toutes les femmes qu’il croise. En fin de lecture, la maltraitance envers les hôpitaux, la psychiatrie, les patients et les employés est bien développée même si parfois un peu incertaine. Et puis quelques personnages ont su rester en moi, me laisser en réflexion : Anette et la maternité qui, NON, n’est pas une histoire innée, Marie et sa résilience tandis qu’elle se fait sa place comme elle peut dans une société normée et loin d’être parfaite. Tout est bien qui finit bien, comme on dit. Plus qu’à espérer qu’à l’avenir, Jeppe saura prendre sa vie en main pour laisser de la place à son métier, à ses facultés, et à ses proches. Plus qu’à attendre les futures traductions, même celle du second tome ! Je serai au rendez-vous ! Note : 3/5. https://www.youtube.com/watch?v=RouI7TJiqeY
    Lire la suite
    En lire moins
  • Goupilpm 08/01/2023
    Après un court prologue où une infirmière, qui a des relations compliquées avec ses collègues, injecte trois ampoules de médicaments, une dose létale, à un vieil homme on en vient au sujet principal du roman les autres meurtres. Un lycéen qui distribue des journaux pour financer un voyage d'étude, découvre dans une fontaine du centre de Copenhague le cadavre d'une femme. L'autopsie va révéler que la victime a été saignée à blanc. Elle est rapidement identifiée et une caméra révèle que le corps a été déposé par un individu en vélo cargo. En l'absence de sa coéquipière en congé maternité, c'est l'inspecteur Jeppe Korner qui dirige l'enquête assisté par le reste des enquêteurs de la section criminelle. D'autres victimes sont tuées de la même manière et on toutes un lien avec une maison d'accueil pour adolescents atteints de troubles et qui a fermé il y a deux ans. Comme pour le premier roman de l'autrice, l'enquête est bien maîtrisée. De son côté Annette Werner qui n'arrive pas à accepter sa maternité tardive et qui s'ennuie à la maison se lance elle aussi dans l'enquête mais sans en informer ses collègues. Ce qui a pour effet de contrarier la logique de l'enquête et de rendre ce... Après un court prologue où une infirmière, qui a des relations compliquées avec ses collègues, injecte trois ampoules de médicaments, une dose létale, à un vieil homme on en vient au sujet principal du roman les autres meurtres. Un lycéen qui distribue des journaux pour financer un voyage d'étude, découvre dans une fontaine du centre de Copenhague le cadavre d'une femme. L'autopsie va révéler que la victime a été saignée à blanc. Elle est rapidement identifiée et une caméra révèle que le corps a été déposé par un individu en vélo cargo. En l'absence de sa coéquipière en congé maternité, c'est l'inspecteur Jeppe Korner qui dirige l'enquête assisté par le reste des enquêteurs de la section criminelle. D'autres victimes sont tuées de la même manière et on toutes un lien avec une maison d'accueil pour adolescents atteints de troubles et qui a fermé il y a deux ans. Comme pour le premier roman de l'autrice, l'enquête est bien maîtrisée. De son côté Annette Werner qui n'arrive pas à accepter sa maternité tardive et qui s'ennuie à la maison se lance elle aussi dans l'enquête mais sans en informer ses collègues. Ce qui a pour effet de contrarier la logique de l'enquête et de rendre ce deuxième tome moins prenant que le premier. D'autant plus que le personnage central qui n'est pas encore sorti de son divorce entame une liaison avec l'une de ses collègues ce qui crée également des passages sans intérêt pour l'enquête. Malgré les passages sur la vie personnelle compliquée de certains des personnages la dynamique de lecture reste assez bonne. Un deuxième roman un peu en deçà du premier tome en terme de qualité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • alexlapuce 15/07/2022
    Je ne connaissais pas cet auteur n'étant pas coutumière des thrillers. Alors j'ai eu un peu de mal avec les noms car même si c'est de la lecture et bien dans le cerveau ça se prononce (je me comprends ). Alors le danois c'est un peu compliqué. Quand à l'histoire, elle vous tient en haleine et que dire de la fin (révélation époustouflante ). Bref un gros coup de coeur pour Katrine Engberg
  • leslecturesdemoe 20/04/2022
    🦋🦋 #9642;️ Est-ce que j’ai encore lu une suite, sans savoir que c’en était une ? Tout à fait ! Fort heureusement, ça ne gêne en rien la lecture si on a pas lu « L’enfant étoile ». Les enquêtes sont indépendantes, je n’ai donc pas été perdue dans ma lecture que j’ai, au passage, beaucoup aimée ! #9642;️ A l’hôpital, une infirmière oublie toute morale et joue avec la vie de ses patients. Au même moment, à Copenhague, des corps sont retrouvés nus et vidés de leur sang. Alors qu’ils travaillent normalement en duo, Jeppe et Anette enquêteront cette fois-ci chacun de leur côté… jusqu’à se recroiser et continuer la traque ensemble. #9642;️ Tout d’abord, big up aux enquêteurs ! Voilà un duo d’enquêteurs que j’aime beaucoup, et que je retrouverai avec joie quand je lirai le tome 1, je les ai trouvés hyper attachants, on a envie de poursuivre l’enquête avec eux, et d’en savoir un peu plus sur leur passé. S’ils ne travaillent plus ensemble, c’est uniquement car Anette est en congé mat’, c’est donc temporaire et heureusement, car c’est un duo de choc ! L’enquête est bien ficelée, on est sur la construction d’un polar classique, mais qui fait frissonner autant qu’un thriller.... 🦋🦋 #9642;️ Est-ce que j’ai encore lu une suite, sans savoir que c’en était une ? Tout à fait ! Fort heureusement, ça ne gêne en rien la lecture si on a pas lu « L’enfant étoile ». Les enquêtes sont indépendantes, je n’ai donc pas été perdue dans ma lecture que j’ai, au passage, beaucoup aimée ! #9642;️ A l’hôpital, une infirmière oublie toute morale et joue avec la vie de ses patients. Au même moment, à Copenhague, des corps sont retrouvés nus et vidés de leur sang. Alors qu’ils travaillent normalement en duo, Jeppe et Anette enquêteront cette fois-ci chacun de leur côté… jusqu’à se recroiser et continuer la traque ensemble. #9642;️ Tout d’abord, big up aux enquêteurs ! Voilà un duo d’enquêteurs que j’aime beaucoup, et que je retrouverai avec joie quand je lirai le tome 1, je les ai trouvés hyper attachants, on a envie de poursuivre l’enquête avec eux, et d’en savoir un peu plus sur leur passé. S’ils ne travaillent plus ensemble, c’est uniquement car Anette est en congé mat’, c’est donc temporaire et heureusement, car c’est un duo de choc ! L’enquête est bien ficelée, on est sur la construction d’un polar classique, mais qui fait frissonner autant qu’un thriller. C’est noir, palpitant, terrifiant ! C’est même glaçant, les sujets abordés sont très durs, et trouvent bien leur place dans un roman noir. On retrouve aussi l’ambiance scandinave que j’aime retrouver de temps en temps, le cadre est posé et très bien mis en valeur, j’ai passé un excellent moment de lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Grib7469 13/04/2022
    Où l’on retrouve les deux enquêteurs de l’enfant étoile : l’inspecteur Jeppe et son équipière Anette qui vient d’accoucher. Malgré le fait qu‘elle soit en congé maternité, elle va prendre une place importante dans la nouvelle enquête que Jeppe est emmené à résoudre. Un corps est retrouvé au petit matin dans une fontaine à Copenhague. Il a été vidé de son sang grâce à un objet antique : un scarificateur. Lorsqu’on découvre un deuxième corps tué de la même manière, Jeppe comprend que les deux affaires sont liées. Qui veut se venger et surtout pourquoi ? Très vite la piste le mène vers une ancienne maison privée qui logeait des adolescents souffrant de troubles psychiques. Un roman policier qui tourne autour de la détresse psychiatrique et des solutions -ou malheureusement l’absence de solutions -que l’état danois apporte. C’est un bon roman policier, assez classique dans le genre. Agréable à lire mais il lui manque un petit quelque chose pour en faire un page-turner. Deux enquêteurs sympathiques et une belle description de la ville de Copenhague font que le lecteur continue la lecture avec plaisir.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.