RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Madame la colonelle

            Robert Laffont
            EAN : 9782221239414
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 688
            Format : 1 x 182 mm
            Madame la colonelle

            Jean-Claude AMALRIC (Traducteur), Joseph DOBRINSKY (Traducteur), Jacky MARTIN (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 24/01/2019
            « De mémoire, nous pouvons tous citer une palanquée de grands romanciers ; pour ce qui est des nouvellistes, en revanche, c’est plus compliqué, ils se comptent (au mieux) sur les doigts d’une main. William Somerset Maugham est de cette famille précieuse, et il en est même un peu le patron. » Le Point

            Écrivain-voyageur s’il en fut, Somerset Maugham nous a fait la grâce de donner vie dans ses nouvelles à une galerie de personnages tous plus pittoresques les uns que les autres, que son humeur vagabonde lui a permis de rencontrer et d’observer en Europe aussi bien qu’en Amérique ou en Asie....

            Écrivain-voyageur s’il en fut, Somerset Maugham nous a fait la grâce de donner vie dans ses nouvelles à une galerie de personnages tous plus pittoresques les uns que les autres, que son humeur vagabonde lui a permis de rencontrer et d’observer en Europe aussi bien qu’en Amérique ou en Asie. C’est ainsi tout un monde, dont le souvenir aujourd’hui s’estompe mais dont plus d’un voyageur contemporain peut être nostalgique, qui s’offre à notre regard de lecteurs et de curieux dans ce recueil. Avec en prime l’humour teinté parfois d’une pointe de cruauté qui est la marque de fabrique de ce grand raconteur d’histoires. Peut-être le plus grand.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221239414
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 688
            Format : 1 x 182 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Didili Posté le 17 Mars 2013
              Le style Somerset Maugham est terrible . On a avec lui un Guy de Maupassant à la sauce anglaise, avec un soupçon d'humour "so british" en plus. Les nouvelles De Maupassant étant plus noires, quoique ici aussi, ce n'est pas toujours très marrant... Si Somerset parle d'un monde passé, on trouve néanmoins dans nombres de ses nouvelles comme une intemporalité de l'étude des moeurs masculines. La condition féminine ayant quant à elle évoluée depuis, et heureusement pour nous les femmes ! Hélas, la femme reste tout de même, du moins dans le domaine du coeur, attachée à ces messieurs, ceux ci ont des moeurs parfois si dissolus que les pleurs féminins s'en suivent forcément ... Le narrateur, qui à mon avis est très souvent l'auteur lui-même (même si la Préface nous mets en garde quant à ce procédé et nous indique que le narrateur est un personnage à part entière de la nouvelle) à un regard sur la femme très juste que j'ai apprécié. de plus l'auteur est très sarcastique à propos du sexe dit "fort". J'ai particulièrement aimé les nouvelles : "Vertu" et également "le pain de l'exil" et aussi "Le bedeau" et "Lord Mountdrago "... En fait, je me suis régalée avec toutes... Le style Somerset Maugham est terrible . On a avec lui un Guy de Maupassant à la sauce anglaise, avec un soupçon d'humour "so british" en plus. Les nouvelles De Maupassant étant plus noires, quoique ici aussi, ce n'est pas toujours très marrant... Si Somerset parle d'un monde passé, on trouve néanmoins dans nombres de ses nouvelles comme une intemporalité de l'étude des moeurs masculines. La condition féminine ayant quant à elle évoluée depuis, et heureusement pour nous les femmes ! Hélas, la femme reste tout de même, du moins dans le domaine du coeur, attachée à ces messieurs, ceux ci ont des moeurs parfois si dissolus que les pleurs féminins s'en suivent forcément ... Le narrateur, qui à mon avis est très souvent l'auteur lui-même (même si la Préface nous mets en garde quant à ce procédé et nous indique que le narrateur est un personnage à part entière de la nouvelle) à un regard sur la femme très juste que j'ai apprécié. de plus l'auteur est très sarcastique à propos du sexe dit "fort". J'ai particulièrement aimé les nouvelles : "Vertu" et également "le pain de l'exil" et aussi "Le bedeau" et "Lord Mountdrago "... En fait, je me suis régalée avec toutes ces bouchées à la Queen !(oh le jeu de mot !) et je remercie vivement BOB pour cet agréable partenariat. Les tableaux de la campagne anglaise sont agréablement brossés ainsi que l'intérieur des demeures anglaises Dans Lord Mountdrago le monde politique est décrit de façon acerbe. Pas de pitié pour l'opposant ! Lisez ce recueil de nouvelles ! Vous pouvez même le lire par petite tranche, vous en avez 24 dans ce receuil avec des parts plus ou moins grandes selon votre appétit ! Et si vous aimez, sachez que vous pouvez en trouver plus de 120 dans toute l'oeuvre de Somerset Maugham et croyez moi ce n'est pas du tout indigeste ! Bonnes lectures !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Stemilou Posté le 4 Octobre 2010
              Avant tout j’avoue que j’ai été quelque peu effrayé par le volume de ce recueil de nouvelles, un peu plus de 600 pages avec une police des plus petites, mais au final quel régal. Par régal j’entends bien sûr la qualité de l’écriture et la qualité du conteur qu’était Somerset Maugham, car rien dans toutes ces histoires n’annonce une fin splendide ; nombre d’entre elles d’ailleurs se déroulent dans les anciennes colonies britanniques ce qui apporte une petite touche exotique avec ces descriptions si pittoresques du temps jadis qui toutefois n’encombrent en rien le fil de l’histoire. Dans ces 24 nouvelles, l’auteur joue la carte de la légèreté, rien d’encombrant ne vient gâcher le spectacle mais au contraire décrit avec sarcasme la psychologie de la bourgeoisie anglaise, ses langues acérées qui décortiquent chaque faits et gestes de leurs comparses. Quelques fois amusantes notamment celle s’intitulant Jane, d’autres fois désolantes comme Le clochard, Maugham aborde tous les sujets : le mariage, la lâcheté, la tromperie, l’avidité, le sens des convenances… ce recueil est tout simplement une Perle !
            • annie Posté le 28 Septembre 2010
              21ème nouvelle : Le facteur humain deux écrivains se rencontrent... l'un écoute les histoires de l'autre par curiosité... surtout lorsque l'histoire rappelle fort "l'amant de lady Chatterley"...
            • annie Posté le 28 Septembre 2010
              22ème nouvelle : Jane Jane est veuve, elle a la cinquantaine bien tassée, et semble bien ennuyeuse a sa belle-soeur, jusqu'au jour où elle lui annonce son remariage... avec un architecte de 27 ans son cadet... Soupçonné d'être un coureur de dot, il s'avère très vite que le nouvel époux est fou de sa femme, a tel point de la changer totalement tel Pygmalion et d'en faire une femme à la mode recherchée dans tous les dîner à la mode... Mais il semble bien, que la belle-soeur avait raison, ce mariage ne pouvait durer... et le pauvre architecte se voit préférer, a son grand désespoir, par un barbon ventripotent...
            • annie Posté le 27 Septembre 2010
              19ème nouvelle : Une amitié à toute épreuve On ne connaît vraiment jamais ses amis... ils sont capable du meilleur comme du pire...et peuvent nous raconter leur turpitudes avec le sourire...
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.