Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266289276
Code sériel : 12533
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 96
Format : 108 x 177 mm

Phèdre

Date de parution : 30/10/2018
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE
 
Phèdre est un tourbillon de folie amoureuse et de sang. Des divinités invisibles égarent les héros de Racine, les jetant dans la fureur...
Héritière d'une lignée maudite, Phèdre devrait aimer le prince Thésée, son mari. Elle brûle au contraire pour son beau-fils Hippolyte d'une fièvre qui...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE
 
Phèdre est un tourbillon de folie amoureuse et de sang. Des divinités invisibles égarent les héros de Racine, les jetant dans la fureur...
Héritière d'une lignée maudite, Phèdre devrait aimer le prince Thésée, son mari. Elle brûle au contraire pour son beau-fils Hippolyte d'une fièvre qui la ronge, la conduit au délire et au crime. Plongée dans « l'inimaginable enfer » de la jalousie, elle prépare la mise à mort de ce jeune dieu qui en aime une autre...
« Quels vers ! écrivait André Gide. Y eut-il jamais, dans aucune langue humaine, rien de plus beau ? »

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266289276
Code sériel : 12533
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 96
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ostrigo Posté le 8 Août 2020
    Monsieur Racine, quelle sorcellerie utilisez-vous pour que tout ce qui soit écrit par votre plume devienne un monument de la littérature française ! Une tragédie puissante de cet immense dramaturge dont chaque vers est d’une sublimité exceptionnelle. Alors que l’on soupçonne son mari d’être mort, Phèdre décide – ou plutôt se voit contrainte – de déclarer sa passion à son beau-fils. Ecrire une tragédie sur de l’inceste : décidément Racine ne cessera jamais de m’étonner ! Encore une magnifique pièce sombre et violente, où les personnages semblent presque spectateurs de leurs vies : « Les dieux m’en sont témoins, ces dieux qui dans mon flanc Ont allumé le feu fatal à tout mon sang ; Ces dieux qui se sont fait une gloire cruelle De séduire le cœur d’une faible mortelle. » Difficile de ne pas être bouleversé en lisant cette œuvre qui s’ajoute pour moi aux pièces de Racine dont je relis les vers régulièrement afin de me rappeler leurs beautés.
  • aurore_fleury Posté le 5 Juillet 2020
    Le talent de Racine réside dans la construction de ses textes et de ses vers. Ils sont d'une puissance inouïe et ils nous plongent au coeur de la tragédie. Ils sont aiguisés comme des lames qui transpercent l'âme. Phèdre, épouse de Thésée, est coupable d'un crime honteux, l'amour qu'elle éprouve pour Hyppolite, son beau-fils, un amour incestueux. Son mal la ronge au point qu'elle souhaite mourir. Cet amour va être à l'origine d'une succession de morts. Je retiens plusieurs choses de cette pièce. Tout d'abord, Phèdre indécise, rongée par la honte, qui ne sait pas comment exprimer ce qu'elle ressent. Oenone qui profite de la situation pour manipuler Thésée et le retourner contre son fils. Hyppolite digne et courageux qui se résigne à subir la colère de son père plutôt que d'accabler sa belle-mère. Thésée le volage, l'infidèle qui se comporte en outragé. Il met son honneur au-dessus de son amour de père. Jean Racine revisite ainsi la tragédie avec brio et vient nous toucher au plus profond du coeur.
  • Isa0409 Posté le 8 Juin 2020
    #9829;️ Phèdre, par Racine. Cela va faire dix ans que j’ai lu cette œuvre inoubliable, dans le cadre du baccalauréat (mon Dieu que le temps passe...). Rarement une œuvre m’a laissé tant de souvenirs, tant d’émoi. J’adore cette pièce de théâtre, et quand je la relis, comme aujourd’hui, je sais pourquoi j’aime tant la langue française : elle est fascinante. A chaque page que je lis, j’exulte, je jubile, je suis transportée. #9829;️ #9829;️ Voici quelques-uns de mes extraits préférés : #9829;️ « Tout m’afflige et me nuit, et conspire à me nuire. » #9829;️ « Grâces au ciel, mes mains ne sont pas criminelles. Plût aux dieux que mon cœur fût innocent comme elles. » #9829;️ « J’aime... À ce nom fatal, je tremble, je frissonne. J’aime... » #9829;️ « Le nom d’amant peut-être offense son courage ; Mais il en a les yeux, s’il n’en a le langage.» #9829;️ « J’aime. Ne pense pas qu’au moment que je t’aime innocente à mes yeux, je m’approuve moi-même Ni que du fol amour qui trouble ma raison, Ma lâche complaisance ait nourri le poison » #9829;️ « Tu me haïssais plus, je ne t’aimais pas moins »
  • Laurent_A Posté le 7 Juin 2020
    Alors voilà, je suis retombé sur ce livre par hasard, 35 ans après mon bac français auquel je l'avais présenté pour l'oral après plusieurs semaines d'étude en classe... Mais la curiosité qui m'a poussé à le relire, c'est moins son souvenir en mémoire que tout à la fois la faible épaisseur du livre, mais aussi et surtout d'avoir appris qu'il était à nouveau au programme du bac 2020. Je pense en avoir apprécié différemment le contenu, à côté de la conviction janséniste de son auteur, de l'interprétation psychanalytique de l'oeuvre dont je me souvenais bien aussi, j'ai été stupéfait par le génie de son auteur, Jean Racine, devant la prouesse d'avoir réalisé une telle oeuvre en cinq actes tenant sur une journée, avec une telle intensité émotionnelle, le tout entièrement écrit en alexandrins : c'est du pur génie, que malheureusement on n'apprécie pas forcément à 17 ans, mais qui force bien du respect et de l'admiration pour ma part à un âge un peu plus avancé. L'édition "Folio poche" présente aussi une préface remarquable (écrite par Raymond Picard) ainsi qu'un dossier avec la généalogie des héros et personnages, un index, et des résumés, bref tout ce qu'il faut pour (ré)apprécier... Alors voilà, je suis retombé sur ce livre par hasard, 35 ans après mon bac français auquel je l'avais présenté pour l'oral après plusieurs semaines d'étude en classe... Mais la curiosité qui m'a poussé à le relire, c'est moins son souvenir en mémoire que tout à la fois la faible épaisseur du livre, mais aussi et surtout d'avoir appris qu'il était à nouveau au programme du bac 2020. Je pense en avoir apprécié différemment le contenu, à côté de la conviction janséniste de son auteur, de l'interprétation psychanalytique de l'oeuvre dont je me souvenais bien aussi, j'ai été stupéfait par le génie de son auteur, Jean Racine, devant la prouesse d'avoir réalisé une telle oeuvre en cinq actes tenant sur une journée, avec une telle intensité émotionnelle, le tout entièrement écrit en alexandrins : c'est du pur génie, que malheureusement on n'apprécie pas forcément à 17 ans, mais qui force bien du respect et de l'admiration pour ma part à un âge un peu plus avancé. L'édition "Folio poche" présente aussi une préface remarquable (écrite par Raymond Picard) ainsi qu'un dossier avec la généalogie des héros et personnages, un index, et des résumés, bref tout ce qu'il faut pour (ré)apprécier cette oeuvre à sa juste valeur et qu'il ne me reste plus désormais qu'à aller applaudir un jour lors d'une représentation sur les planches d'un théâtre...
    Lire la suite
    En lire moins
  • La_petite_bibliotheque Posté le 30 Mai 2020
    C’est toujours avec une certaine appréhension que je pense à l’œuvre de Racine. Mauvais souvenirs d’école ? Peut-être. Cependant, en lisant un roman, j’ai découvert quelques répliques de Phèdre et j’ai tout de suite trouvé la langue magnifique. Ayant cette pièce de théâtre dans ma bibliothèque, j’ai décidé de prendre mon courage à deux mains et de me lancer dans ce classique. Au commencent, il y a Phèdre. Elle est mariée avec Thésée, le roi d’Athènes mais elle est secrètement amoureuse de son beau-fils, Hippolyte. Cet amour la ronge de jour en jour, il est impossible pour elle d’oublier ce qu’elle ressent. Pourtant, un évènement va survenir dans sa vie : on lui annonce la mort de Thésée qu’elle n’a pas vu depuis plusieurs mois. Oenone, sa nourrice et confidente tentera de lui faire avouer ce secret qui l’affaiblit de jour en jour. Phèdre lui confiera. Et de discussion en discussion, Phèdre va se laisser convaincre par Oenone qu’elle doit avouer son amour à Hippolyte. Enfin « se laisser convaincre » est un bien grand mot car Phèdre a tendance à accuser les autres dès que les choses ne se passent pas comme elle le désire. Si elle aime Hippolyte, elle se retournera contre les dieux qui ont... C’est toujours avec une certaine appréhension que je pense à l’œuvre de Racine. Mauvais souvenirs d’école ? Peut-être. Cependant, en lisant un roman, j’ai découvert quelques répliques de Phèdre et j’ai tout de suite trouvé la langue magnifique. Ayant cette pièce de théâtre dans ma bibliothèque, j’ai décidé de prendre mon courage à deux mains et de me lancer dans ce classique. Au commencent, il y a Phèdre. Elle est mariée avec Thésée, le roi d’Athènes mais elle est secrètement amoureuse de son beau-fils, Hippolyte. Cet amour la ronge de jour en jour, il est impossible pour elle d’oublier ce qu’elle ressent. Pourtant, un évènement va survenir dans sa vie : on lui annonce la mort de Thésée qu’elle n’a pas vu depuis plusieurs mois. Oenone, sa nourrice et confidente tentera de lui faire avouer ce secret qui l’affaiblit de jour en jour. Phèdre lui confiera. Et de discussion en discussion, Phèdre va se laisser convaincre par Oenone qu’elle doit avouer son amour à Hippolyte. Enfin « se laisser convaincre » est un bien grand mot car Phèdre a tendance à accuser les autres dès que les choses ne se passent pas comme elle le désire. Si elle aime Hippolyte, elle se retournera contre les dieux qui ont osé lui faire cet affront. Quand elle avouera à son beau-fils son amour, elle en voudra à sa nourrice de l’avoir poussé à le faire. Ses actes ne semblent jamais venir d’elle-même. Cependant, c’est une histoire magnifique, pleine d’amour et de force. La langue de Racine est sublime. Le texte en alexandrins pourrait en effrayer certains, pourtant il est fluide et le lire à haute voix, c’est une vraie mélodie pour l’oreille. La tragédie peut déplaire mais il faut avouer que dans ce genre, il y a une profondeur que l’on ne retrouve pas dans n’importe quel texte. N’ayons plus peur de ce classique, apprécions le pour la beauté des mots.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.