En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        « Arrête avec tes mensonges » - Prix Maison de la presse 2017

        Julliard
        EAN : 9782260029885
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 198
        Format : 130 x 205 mm
        « Arrête avec tes mensonges » - Prix Maison de la presse 2017

        Date de parution : 05/01/2017

        Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
        Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère...

        Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
        Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
        Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
        Mais un amour, quand même.
        Un amour immense et tenu secret.
        Qui a fini par me rattraper.

        Prix Maison de la presse 2017.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260029885
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 198
        Format : 130 x 205 mm
        Julliard
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Virgilus Posté le 30 Janvier 2018
          Un roman fin, émouvant, poignant, qui évoque avec justesse le caractère tragique de cet amour impossible.
        • Corail54 Posté le 29 Janvier 2018
          Un livre sincère et courageux. Une passion d'adolescent qu'il faut absolument garder secrète parce qu'en 1984 l'homosexualité est anormale ! Philippe Besson se met à nu dans ce roman et nous livre ses émotions brutes. Son histoire d'amour aura des impacts puissants et forts dans sa vie et dans son oeuvre... et comme c'était mon premier roman de cet auteur j'ai hâte de découvrir les autres!
        • jeunejane Posté le 26 Janvier 2018
          Philippe Besson, romancier ,est de passage dans la région de son enfance pour répondre aux questions d'un journaliste au sujet d'un de ses romans " Se résoudre aux adieux". Je le cite car j'ai beaucoup apprécié ce roman. Il voit tout d'un coup une silhouette et croit reconnaître son ami Thomas, un de ses premiers amoureux, car l'auteur choisit dans ce livre de nous parler de son homosexualité naissante à l'adolescence. On remonte dans le passé et le jeune Philippe nous livre avec beaucoup de scènes d'intimité son aventure avec le jeune Thomas. Ils ne se verront plus. La vie les séparera et Thomas se montre un grand introverti et malheureux de l'être. Jamais il ne révèlera sa vraie personne. L'auteur nous montre à quel point la littérature a été salvatrice pour lui, lui amenant des solutions contre l'intolérance. Un très beau livre avec des scènes un peu crues pour moi mais je ne vais pas faire la prude. Il s'agit ici de l'expression que je crois sincère d'un jeune homme et s'il le ressent ainsi, il ne va quand même pas se transformer en moine. J'ai été étonnée par le réalisme avec lequel il dépeint les scènes après autant d'années. Est-ce pour le besoin du roman... Philippe Besson, romancier ,est de passage dans la région de son enfance pour répondre aux questions d'un journaliste au sujet d'un de ses romans " Se résoudre aux adieux". Je le cite car j'ai beaucoup apprécié ce roman. Il voit tout d'un coup une silhouette et croit reconnaître son ami Thomas, un de ses premiers amoureux, car l'auteur choisit dans ce livre de nous parler de son homosexualité naissante à l'adolescence. On remonte dans le passé et le jeune Philippe nous livre avec beaucoup de scènes d'intimité son aventure avec le jeune Thomas. Ils ne se verront plus. La vie les séparera et Thomas se montre un grand introverti et malheureux de l'être. Jamais il ne révèlera sa vraie personne. L'auteur nous montre à quel point la littérature a été salvatrice pour lui, lui amenant des solutions contre l'intolérance. Un très beau livre avec des scènes un peu crues pour moi mais je ne vais pas faire la prude. Il s'agit ici de l'expression que je crois sincère d'un jeune homme et s'il le ressent ainsi, il ne va quand même pas se transformer en moine. J'ai été étonnée par le réalisme avec lequel il dépeint les scènes après autant d'années. Est-ce pour le besoin du roman ou les souvenirs qui sont encore tellement présents ?
          Lire la suite
          En lire moins
        • Marymay Posté le 24 Janvier 2018
          très beau livre qui émeut. Pudique, Philippe Besson se livre et c'est touchant. On vit ce qu'il vit. On ne peut pas rester indifférent. La fin est remarquable. Merci pour la sincérité...
        • aurelie_et_ecrit Posté le 24 Janvier 2018
          Tout a déjà été dit, ou presque, sur le dernier livre de Philippe Besson… (C’est le lot de ceux qui arrivent après la bataille, qui se lancent dans l’aventure en ayant, pour un temps, évité le moule.) Je n’ai donc que peu de choses à rajouter… Et pourtant. Quelle émotion, quelle splendeur, quelle beauté dans l’intime. Quelle justesse dans le style, dans cette poésie sans pudeur, dans cette plongée dans le passé où toute une génération découvre l’amour et l’horreur en quatre lettres majuscules, quelle violence dans cette mélancolie inhérente à l’auteur. On y sent, on y ressent ce besoin inextinguible de se libérer d’une histoire qui, il s’en rend désormais compte, a hanté tous ses livres – et qui a même peut-être, hanté sa vie entière. Comme une révélation, un testament de ce qu’il est vraiment. Se raconter au grand jour comme on se confesse dans le noir, l’amour, la vie, la mort, l’abandon. La trahison, aussi, peut-être. La culpabilité qui guette. « Parce que tu partiras et que nous resterons. » Le temps qui passe et ne revient jamais, les remords et les regrets, les mensonges et la vérité. Un roman pour raconter la naissance de l’écrivain aussi, celui qui sommeillait... Tout a déjà été dit, ou presque, sur le dernier livre de Philippe Besson… (C’est le lot de ceux qui arrivent après la bataille, qui se lancent dans l’aventure en ayant, pour un temps, évité le moule.) Je n’ai donc que peu de choses à rajouter… Et pourtant. Quelle émotion, quelle splendeur, quelle beauté dans l’intime. Quelle justesse dans le style, dans cette poésie sans pudeur, dans cette plongée dans le passé où toute une génération découvre l’amour et l’horreur en quatre lettres majuscules, quelle violence dans cette mélancolie inhérente à l’auteur. On y sent, on y ressent ce besoin inextinguible de se libérer d’une histoire qui, il s’en rend désormais compte, a hanté tous ses livres – et qui a même peut-être, hanté sa vie entière. Comme une révélation, un testament de ce qu’il est vraiment. Se raconter au grand jour comme on se confesse dans le noir, l’amour, la vie, la mort, l’abandon. La trahison, aussi, peut-être. La culpabilité qui guette. « Parce que tu partiras et que nous resterons. » Le temps qui passe et ne revient jamais, les remords et les regrets, les mensonges et la vérité. Un roman pour raconter la naissance de l’écrivain aussi, celui qui sommeillait encore et à qui cet amour indéfectible va donner vie. Lui qui a passé sa existence à raconter des histoires, des mensonges, aujourd’hui, se livre, nu. En vie. Ce n’est pas peut-être pas mon préféré de Besson, mais il reste néanmoins d’une beauté sincère qui font les grands livres.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Bravo maestro Besson, continuez à nous raconter la vérité vous avez écrit le « Brokeback Mountain » français. » 
        Édouard Dutour / Elle
        « Ce livre poignant, déroutant, sans doute son meilleur, pourrait être considéré comme la matrice de son œuvre. Il en contient les principaux thèmes : le manque, l’absence, les élans inaboutis, les amours malheureuses. Mais aussi le caractère imprévisible de l’existence, les événements inattendus qui en modifient le cours. Besson affirme de plus en plus sa filiation avec Duras, tant par l’épure du style que par le ressassement des thèmes et des noms. » 
        Claire Julliard / L’Obs
        « un requiem aussi puissant que bouleversant. […] Un roman plein de grâce, témoignage d'une époque les années l980 – où la liberté était là – pas encore le sida – et témoignage du passage à l'âge d'homme, avec ses expériences et ses tâtonnements. Formidable, encore ! » 
        Valérie Gans / Madame Figaro
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.