Lisez! icon: Search engine
« Arrête avec tes mensonges » - Prix Maison de la presse 2017
Date de parution : 05/01/2017
Éditeurs :
Julliard

« Arrête avec tes mensonges » - Prix Maison de la presse 2017

Date de parution : 05/01/2017

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai...

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère...

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour, quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Prix Maison de la presse 2017
Prix Psychologies du roman inspirant 2017

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260029885
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 130 x 205 mm
EAN : 9782260029885
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 130 x 205 mm

Ils en parlent

« Bravo maestro Besson, continuez à nous raconter la vérité vous avez écrit le « Brokeback Mountain » français. » 
Édouard Dutour / Elle
« Ce livre poignant, déroutant, sans doute son meilleur, pourrait être considéré comme la matrice de son œuvre. Il en contient les principaux thèmes : le manque, l’absence, les élans inaboutis, les amours malheureuses. Mais aussi le caractère imprévisible de l’existence, les événements inattendus qui en modifient le cours. Besson affirme de plus en plus sa filiation avec Duras, tant par l’épure du style que par le ressassement des thèmes et des noms. » 
Claire Julliard / L’Obs
« un requiem aussi puissant que bouleversant. […] Un roman plein de grâce, témoignage d'une époque les années l980 – où la liberté était là – pas encore le sida – et témoignage du passage à l'âge d'homme, avec ses expériences et ses tâtonnements. Formidable, encore ! » 
Valérie Gans / Madame Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • gristy 17/05/2024
    Arrête avec tes mensonges J'ai tellement aimé la plume de cet auteur en lisant ceci n'est pas un fait divers que je me suis penchée vers d'autres livres de l'auteur. Merci à Pauline de m'avoir offert celui-là. Je ne pensais pas lire une autobiographie. Un amour de jeunesse. L'auteur nous relate son amour de jeunesse. Un amour interdit, un amour non dit, un amour touchant. Un amour qui m'a ému et transporté. Lucas est hyper intuitif et mature, il est vrai. La lettre de Thomas Andrieu de la fin m'a transpercé le cœur. Quand les non dits, les non avoués, quand on ne sait pas, où que l'on assume pas ce qu'on est vraiment; c'est tant de gâchis j'ai terminé ce livre les larmes aux yeux. Sa plume est authentique, vraie, percutante, il manie les mots comme personne. Mensonge vérité ? L'auteur se met à nu dans ce livre que je pense vrai. Il joue avec la ligne de la vérité et de l'authenticité. Merci de nous avoir livrer ces moments de vie.
  • Jenn1908 13/05/2024
    🔥🔥Intense🔥🔥 C’est le premier mot qui me vient à l’esprit quand je pense à #arreteavectesmensonges . Une lecture éprouvante. J’ai été tellement touchée par l’histoire de ces jeunes hommes torturés entre ce qu’il « convient de faire » et ce qu’ils ressentent. Par ces faux semblants, ces idées reçues et cet amour interdit. Touchée par ce désir et cette ardeur. @philippebessonauteur a un don pour coucher les émotions sur le papier. J’ai ressenti au plus profond de moi ses personnages. À 50 pages j’avais déjà envie de chialer ! J’ai été prise aux tripes les 100 suivantes et puis alors cette fin 😭😭😭 Un gros coup de cœur pour ce roman qui certes n’est pas très joyeux mais tellement beau et touchant ❤️ Une virée dans les années 80 où l’on se pensait insouciant et pourtant … Je n’avais pas encore d’auteur masculin préféré, je crois bien que je l’ai trouvé en découvrant cette histoire intime de Philippe besson.
  • Cath_perrin 08/05/2024
    Arrête avec tes mensonges commence sur une histoire d’amour avec peu de relief et termine dans une apothéose d’émotion. Philippe Besson n’a pas son pareil pour nous faire vivre des évènements particuliers. Tout démarre par une banale histoire d’amour contrariée. Thomas et le narrateur ont dix-sept ans, étudient dans le même lycée, mais pas dans la même section. Impossible de se parler, le narrateur fait déjà l’objet de soupçon sur sa sexualité. Thomas est ingénieux, trouve des solutions, ils se voient, s’échangent des billets pour convenir de rendez-vous. Le narrateur vit une grande histoire d’amour. Et Thomas#8201;? Le doute est permis. Un début laborieux J’ai eu l’impression d’avoir lu plusieurs fois cette histoire. Par conséquent, je n’ai pas trouvé le début inspirant. Puis, les choses s’accélèrent Les deux garçons passent (et réussissent) leur bac. C’est alors que la compassion arrive. Un tourbillon d’émotions pour la fin Le récit était déjà d’une sincérité prenante. L’explosion de la fin m’a profondément touchée.
  • Fanny1980 22/04/2024
    J’avais aimé Paris-Briançon. J’avais apprécié une participation de Philippe Besson à la Grande Librairie. J’avais été marquée par la critique de Pancrace sur “Arrête avec tes mensonges”. J’ai été captivée par l’intervention de l’auteur au festival des écrivains du sud de cette année. C’est d’ailleurs parce qu’il a présenté ce roman autobiographique comme le plus personnel, a indiqué son attachement particulier à cette œuvre que je l’ai choisie. Grand bien m’a pris ! C’est émouvant et extrêmement bien écrit. Philippe Besson, avec le journaliste qui l’interviewait, ont fait référence à Georges Simenon et à un geste qu’il a eu sur un plateau : prendre un de ses livres par la tranche, le secouer, pour montrer, qu’en écriture, il faut avant tout retirer ce qui est inutile, faire tomber les adverbes, les adjectifs redondants, les périphrases qui enlèvent plus qu’elles n’apportent au récit. “Arrête avec tes mensonges” bénéficie de cette fluidité, dans laquelle chaque mot est pesé. Sur le fond, Philippe Besson raconte son histoire d’amour de fin de lycée. Lui, fera le choix, toute sa vie, d’assumer son homosexualité et son compagnon de l’époque, Thomas, son grand amour de jeunesse, la taira, en tentant de vivre une vie qui ne lui correspondait pas. On comprend les évolutions, les déchirures, le regard des autres, le lien avec les proches à travers trois moments de vie. C’est magnifique ! Un auteur que je continuerai à lire ! J’avais aimé Paris-Briançon. J’avais apprécié une participation de Philippe Besson à la Grande Librairie. J’avais été marquée par la critique de Pancrace sur “Arrête avec tes mensonges”. J’ai été captivée par l’intervention de l’auteur au festival des écrivains du sud de cette année. C’est d’ailleurs parce qu’il a présenté ce roman autobiographique comme le plus personnel, a indiqué son attachement particulier à cette œuvre que je l’ai choisie. Grand bien m’a pris ! C’est émouvant et extrêmement bien écrit. Philippe Besson, avec le journaliste qui l’interviewait, ont fait référence à Georges Simenon et à un geste qu’il a eu sur un plateau : prendre un de ses livres par la tranche, le secouer, pour montrer, qu’en écriture, il faut avant tout retirer ce qui est inutile, faire tomber les adverbes, les adjectifs redondants, les périphrases qui enlèvent plus qu’elles n’apportent au récit. “Arrête avec tes mensonges” bénéficie de cette fluidité, dans laquelle chaque mot est pesé. Sur le fond, Philippe Besson raconte son histoire d’amour de fin de lycée. Lui, fera le choix, toute sa vie, d’assumer son homosexualité et son compagnon de l’époque, Thomas, son grand amour de jeunesse, la taira, en tentant de vivre une vie qui ne...
    Lire la suite
    En lire moins
  • fredloron 19/04/2024
    L'auteur nous livre un roman à cœur ouvert. Quelle plume ! Lors d'une discussion dans un hall d'hôtel, le narrateur croit reconnaître un certain Thomas, son premier amour. Ce ne peut pas être lui. Il est bien trop jeune... Pourtant il l'interpelle. Nous plongeons donc en 1984, dans le village de son enfance, Mr Besson nous confie, avec une grande délicatesse, sa rencontre avec ce fameux Thomas. Il nous parle de son sentiment de "différence", de ses sentiments pour Thomas. Il évoque ses premières expériences sentimentales et charnelles. Le fait de devoir les vivre secrètement... Bordeaux, 2007, retour au hall d'hôtel. Le narrateur et l'inconnu discutent et se confient durant l'heure d'attente du train de ce dernier. Ce fameux Lucas, serait le fils de Thomas... 2016, il reçoit une lettre de Lucas, lui disant qu'il doit à tout prix, le revoir...qui veut lui remettre quelque chose en main propre... Un récit autobiographique, pas un mensonge. Il se confie avec beaucoup de sensibilité et de sincérité. Des pensées très personnelles. Une mise a nu...le départ de qui il est aujourd'hui. La morale que je retiens de cette lecture, est qu'il faut vivre SA vie telle que nous l'envisageons, avec son cœur, son âme et ses convictions ! Une somptueuse lecture !

les contenus multimédias

Abonnez-vous à la newsletter Julliard
Maison de littératures, les éditions Julliard publient des ouvrages de fiction et de non-fiction littéraire, en langues française et étrangères. Abonnez-vous pour recevoir toutes nos actualités !

Lisez maintenant, tout de suite !