Lisez! icon: Search engine
Julliard
EAN : 9782260053170
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 130 x 205 mm

Dîner à Montréal

Date de parution : 29/05/2019

Ils se sont aimés, à l’âge des possibles, puis quittés, sans réelle explication. Dix-huit ans plus tard, ils se croisent, presque par hasard, à Montréal. Qui sont-ils devenus ? Qu’ont-ils fait de leur jeunesse et de leurs promesses ? Sont-ils heureux, aujourd’hui, avec la personne qui partage désormais leur vie...

Ils se sont aimés, à l’âge des possibles, puis quittés, sans réelle explication. Dix-huit ans plus tard, ils se croisent, presque par hasard, à Montréal. Qui sont-ils devenus ? Qu’ont-ils fait de leur jeunesse et de leurs promesses ? Sont-ils heureux, aujourd’hui, avec la personne qui partage désormais leur vie ?
Le temps d’un dîner de retrouvailles – à quatre – chaque mot, chaque regard, chaque geste est scruté, pesé, interprété. Tout remonte à la surface : les non-dits, les regrets, la course du temps, mais aussi l’espérance et les fantômes du désir.
À leurs risques et périls.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260053170
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 198
Format : 130 x 205 mm
Julliard

Ils en parlent

« Ces retrouvailles d’un soir avec Paul closent un triptyque dans lequel le romancier ne nous raconte plus d’histoires, mais livre la sienne. »
Guillaume Perilhou / Tetu

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • latitestella Posté le 7 Septembre 2020
    Dernier volet de l'autobiographie de l'auteur, Philippe Besson nous raconte son dîner à Montréal avec Paul Darrigrand. Son grand amour de jeunesse est en effet réapparu dans la journée lors d'une séance de dédicaces dans une librairie à Montréal. Philippe lui propose alors naturellement de dîner ensemble, Paul répond qu'il en parlera à Isabelle, Philippe précisant qu'il sera accompagné d'Antoine. Ils se retrouvent ainsi 20 ans après autour d'un dîner où plusieurs questions leur brûleront les lèvres. Les sentiments passés, les intentions de l'époque ou encore la rupture abrupte sont dans leurs mémoires et tous deux espèrent un moment à deux pour pouvoir enfin en parler en tant qu'adulte. Philippe nous livre l'apothéose de ses trois romans autobiographiques, délivrant au long du récit les clés de lectures de ses autres romans...
  • BellesEndormies Posté le 6 Septembre 2020
    Je me suis aperçue lors de ma lecture que ce livre est le troisième tome d'une série autobiographique, du coup je lirai par la suite les deux précédents. « Dîner à Montréal » est un récit très personnel. Toute l'histoire se passe en une seule soirée, on a l'impression d'être avec eux, à ce dîner, de rentrer dans leur intimité. C'est très joliment écrit, une plume sensible et magnifique comme je les aime.
  • missk_paris Posté le 21 Août 2020
    C’est l’histoire d’un dîner, le temps d’un repas, où le narrateur revient sur ses retrouvailles avec Paul, une histoire d’amour vécue au siècle dernier. Car cette histoire se déroule en trois temps : l’histoire d’amour vécue en 1989, le dîner qui a lieu en 2007 et enfin le livre, sorti en 2019, qui revient sur ces deux moments. C’est un roman très autobiographique que nous livre ici Philippe Besson. L’analyse qu’il fait de ce dîner est argumentée, les répliques sont encore précises dans son esprit ainsi que le rôle de chacun. Car, et c’est ce qui met du piment à ce dîner, il ne s’agit pas d’un tête à tête ; ils sont venus avec leur conjoint respectif. Cela va les contraindre à biaiser leurs dialogues, à esquiver, pour finir par profiter des pauses cigarettes de leur moitié pour y aller plus frontalement. Les précédents ouvrages de l’auteur-narrateur sont étudiés, disséqués par Paul qui cherche des analogies avec leur histoire. L’écrivain ne peut plus se cacher derrière des personnages fictifs, même s’il s’en défend, parfois maladroitement, notamment au sujet d’ « Un garçon d’Italie » qui évoque un triangle amoureux, dont le personnage principal, Luca Salieri, est retrouvé mort dès le départ (son axe... C’est l’histoire d’un dîner, le temps d’un repas, où le narrateur revient sur ses retrouvailles avec Paul, une histoire d’amour vécue au siècle dernier. Car cette histoire se déroule en trois temps : l’histoire d’amour vécue en 1989, le dîner qui a lieu en 2007 et enfin le livre, sorti en 2019, qui revient sur ces deux moments. C’est un roman très autobiographique que nous livre ici Philippe Besson. L’analyse qu’il fait de ce dîner est argumentée, les répliques sont encore précises dans son esprit ainsi que le rôle de chacun. Car, et c’est ce qui met du piment à ce dîner, il ne s’agit pas d’un tête à tête ; ils sont venus avec leur conjoint respectif. Cela va les contraindre à biaiser leurs dialogues, à esquiver, pour finir par profiter des pauses cigarettes de leur moitié pour y aller plus frontalement. Les précédents ouvrages de l’auteur-narrateur sont étudiés, disséqués par Paul qui cherche des analogies avec leur histoire. L’écrivain ne peut plus se cacher derrière des personnages fictifs, même s’il s’en défend, parfois maladroitement, notamment au sujet d’ « Un garçon d’Italie » qui évoque un triangle amoureux, dont le personnage principal, Luca Salieri, est retrouvé mort dès le départ (son axe de défense). J’ai retrouvé l’écriture tout en finesse et délicatesse de Philippe Besson, qui comme peu d’autres, évoque avec une grande pudeur les (ses) sentiments dans un mélange de mélancolie et de nostalgie. On le retrouve avec cette même sincérité sur des sujets plus difficiles comme la perte de leurs proches par le SIDA. La mise en scène très théâtrale de ce dîner m’a littéralement conquise !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Isavsd Posté le 11 Août 2020
    Après des années, un homme retrouve au cours d’une séance de dédicaces celui qui fut son amant et son amour de jeunesse. C’est une valse à trois temps. Le temps d’un passé qui ressurgit dans des mots, des regards, des gestes parfois. Le temps d’un présent dans un lieu dépourvu de repères, celui d’un restaurant, à Montréal. Le temps d’un demain, dont la ligne pourrait peut-être s’inverser ou au contraire poursuivre sa route, immuable, parce que c’est ainsi et qu’on ne peut changer ce qui a été. J’avais eu l’occasion de lire (par hasard, comme souvent) l’avant-dernier livre de cet opus « Arrête avec tes mensonges » et j’avais déjà beaucoup apprécié le style de l’écriture. J’avais également été touchée par cette histoire, très intimiste, ne me regardant en rien finalement. Mais la façon de raconter était telle qu’à aucun moment, je n’avais eu le sentiment d’être de trop. Dans ce livre, j’ai retrouvé la fragilité mise à nue, la dissection des sentiments. Là encore, je n’ai été que simple spectatrice dans ce huis-clos dont l’auteur a souhaité laisser une fenêtre entrouverte. J’ai observé, écouté, sans impudeur, me sentant au plus près de l’auteur dans son regard sur chacun des personnages assis... Après des années, un homme retrouve au cours d’une séance de dédicaces celui qui fut son amant et son amour de jeunesse. C’est une valse à trois temps. Le temps d’un passé qui ressurgit dans des mots, des regards, des gestes parfois. Le temps d’un présent dans un lieu dépourvu de repères, celui d’un restaurant, à Montréal. Le temps d’un demain, dont la ligne pourrait peut-être s’inverser ou au contraire poursuivre sa route, immuable, parce que c’est ainsi et qu’on ne peut changer ce qui a été. J’avais eu l’occasion de lire (par hasard, comme souvent) l’avant-dernier livre de cet opus « Arrête avec tes mensonges » et j’avais déjà beaucoup apprécié le style de l’écriture. J’avais également été touchée par cette histoire, très intimiste, ne me regardant en rien finalement. Mais la façon de raconter était telle qu’à aucun moment, je n’avais eu le sentiment d’être de trop. Dans ce livre, j’ai retrouvé la fragilité mise à nue, la dissection des sentiments. Là encore, je n’ai été que simple spectatrice dans ce huis-clos dont l’auteur a souhaité laisser une fenêtre entrouverte. J’ai observé, écouté, sans impudeur, me sentant au plus près de l’auteur dans son regard sur chacun des personnages assis autour de la table : Antoine, son jeune amant, Paul, son ancien amant et amour qui un jour a choisi entre lui et sa femme et Isabelle, la femme de Paul. C’est une histoire à trois temps et quatre personnages mais, surtout et avant tout, un face à face entre l’auteur et son ancien amant, un plongeon dans les souvenirs, la passion, le désir avec, en toile de fond, la quête d’une certaine vérité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Butterflies Posté le 2 Juin 2020
    Ce roman, paru chez Julliard en avril 2019, prend la poussière sur une étagère depuis début mars. Et voilà que les bibliothèques vont réouvrir, alors je me dis, il faut que je réessaie de le lire. La première tentative n'avait rien donné. Et puis là, je l'ai lu d'une traite. Ce n'est pas captivant mais c'est entraînant. Besson parle des émotions, des relations amoureuses, du temps qui passe mais des sentiments et des questions, qui restent. Le personnage central, un écrivain, est à Montréal pour une séance de dédicaces, lorsqu'il se retrouve nez à nez avec un amant de jeunesse. Dix-huit ans ont passés mais il n'a pas oublié. Ils vont se retrouver autour d'un dîner mais ils ne seront pas seuls, accompagnés chacun de la personne qui partage leur vie aujourd'hui, pour ce temps particulier des retrouvailles où Philippe espère des réponses. « Demander pardon pour la tristesse. Ces mots, ces seuls mots pourraient m’arracher des larmes. Combien de chagrins avons-nous infligés, dont nous savions la violence et .." suite sur mon blog https://blogapostrophe.wordpress.com/2020/06/02/diner-a-montreal-de-philippe-besson/
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE JULLIARD
Les éditions Julliard sont spécialisées dans la littérature française contemporaine. Julliard ne cesse de découvrir de nouveaux talents et d'enrichir son catalogue avec des textes d'auteurs à la personnalité toujours singulière, et au style inimitable. Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.