En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La chute de l'Empire Romain

        Perrin
        EAN : 9782262048266
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 250
        Format : 140 x 210 mm
        La chute de l'Empire Romain
        Une histoire sans fin

        Date de parution : 14/09/2017
        Et si la chute de l'Empire romain n'avait jamais eu lieu ?
        La « chute » de l’Empire romain ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. Plus encore, elle a suscité un nombre de publications sans précédent ces dernières années. On la traite à tort comme une énigme historique qu’il s’agirait de résoudre en identifiant les causes, alors que c’est bien la... La « chute » de l’Empire romain ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. Plus encore, elle a suscité un nombre de publications sans précédent ces dernières années. On la traite à tort comme une énigme historique qu’il s’agirait de résoudre en identifiant les causes, alors que c’est bien la longévité de l’Empire romain qui relève de l’énigmatique. Si elle fascine autant, c’est parce qu’elle agit tel un miroir reflétant les peurs contemporaines du déclin et de l’effondrement, qui connaissent aujourd’hui un nouvel essor au sein de l’« Empire américain » comme de l’Union européenne.
        Si ce livre raconte et interroge naturellement le dernier siècle de l’empire d’Occident, il entend montrer que sa « chute » est largement un fantasme. Non seulement il est impossible d’en épuiser la réalité, mais encore la culture occidentale semble n’avoir aucun désir d’y renoncer. La raison en est peut-être que cet abandon mettrait en cause le pessimisme foncier qui la sous-tend. Cette « chute » est devenue une histoire sans fin, car on s’efforce en vain d’accumuler les facteurs incertains d’un événement sans contours définissables, tandis qu’elle sert en réalité de miroir et d’exutoire à nos angoisses.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262048266
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 250
        Format : 140 x 210 mm
        Perrin
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Philwitz Posté le 4 Décembre 2017
          A une époque, j’ai vécu une crise passionnelle avec l’Histoire, en découvrant ses gènes « impurs », la fin d’une lune de miel naïve qui avait duré longtemps. L’histoire moderne était née pour raconter l’histoire des nations modernes, et relève en grande partie du fantasme, au même titre que le nationalisme. Pour donner un exemple dramatique, la garce a soufflé à la Grèce moderne l’idée d’interdire à la Macédoine de s’appeler la Macédoine. L’heure est grave : que fera-t-on si un jour un pays revendique en plus la Maïonnaise ? Et puis j’ai fini par reconnaître le vrai sens de cette formule qu’elle répète tout le temps, tellement consensuelle, qu’elle en est suspecte. Elle veut dire en fait exactement le contraire de ce qu’elle dit (comme tant de gens). Quand elle prétend « Etudions l’histoire pour ne pas répéter ses erreurs. », elle pense en son for intérieur : « Montrons les faits historiques sous un prisme qui favorise mes opinions. ». Elle a une propension pour les mises en scènes passionnelles. Et ce phénomène dépasse largement les ouvrages de bullshit évidents, qu’on reconnaît aisément à la photo de leur auteur sur la couverture. La Chute ou la non Chute de l’Empire Romain... A une époque, j’ai vécu une crise passionnelle avec l’Histoire, en découvrant ses gènes « impurs », la fin d’une lune de miel naïve qui avait duré longtemps. L’histoire moderne était née pour raconter l’histoire des nations modernes, et relève en grande partie du fantasme, au même titre que le nationalisme. Pour donner un exemple dramatique, la garce a soufflé à la Grèce moderne l’idée d’interdire à la Macédoine de s’appeler la Macédoine. L’heure est grave : que fera-t-on si un jour un pays revendique en plus la Maïonnaise ? Et puis j’ai fini par reconnaître le vrai sens de cette formule qu’elle répète tout le temps, tellement consensuelle, qu’elle en est suspecte. Elle veut dire en fait exactement le contraire de ce qu’elle dit (comme tant de gens). Quand elle prétend « Etudions l’histoire pour ne pas répéter ses erreurs. », elle pense en son for intérieur : « Montrons les faits historiques sous un prisme qui favorise mes opinions. ». Elle a une propension pour les mises en scènes passionnelles. Et ce phénomène dépasse largement les ouvrages de bullshit évidents, qu’on reconnaît aisément à la photo de leur auteur sur la couverture. La Chute ou la non Chute de l’Empire Romain en est un bon exemple, sujet de revendication qui revient toujours dans ses conversations. Et même au-delà des débats idéologiques de notre époque, elle inspire bien des pensées petites. Je lis que les historiens spécialistes du Moyen-Âge favoriseraient la thèse de la chute de l’Empire Romain, rupture donnant naissance à une période hivernale appelée Haut Moyen-Âge. Les spécialistes de l’Antiquité, quant à eux, préfèreraient mettre l’accent sur une lente mutation, été indien qu’ils nomment Antiquité Tardive. Même saison, différence de couverture nuageuse. On en est là quand elle annonce la météo. Eh bien ce livre achève de me réconcilier avec elle. Elle est bourrée de défauts, c’est vrai, mais c’est ce qui la rend vivante et si séduisante, et qui éclaire ses qualités d’une lumière irrésistible. On ne peut pas lui reprocher les erreurs de ses ancêtres, ni ses errements mal inspirés. L’amour n’est pas une science, c’est une histoire qui s’écrit perpétuellement.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Vous goûteriez sans modération sa science, son art de la polémique et... la force de ses arguments.
        M.R / Lire
        C'est vif, informé et pertinent.
        L'OBS
        Pour Bernard Lançon, notre fascination pour la chute de Rome en dit plus long sur nous-mêmes que sur la ville éternelle.
        Le Figaro Littéraire
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com