En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Valse des mouettes

        Presses de la cité
        EAN : 9782258148093
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 140 x 225 mm
        Nouveauté
        La Valse des mouettes

        Collection : Terres de France
        Date de parution : 03/05/2018
        On l’appelle le paradis des enfers. Pour Gabrielle, marquée à jamais par la mort de sa mère lors d’un naufrage, le phare de Cordouan, où elle a rencontré Alexis et où elle travaille, est comme un refuge. Mais, en 1939, la guerre va anéantir toutes les illusions de la jeune femme.
        Une croyance populaire affirme que les mouettes sont l’âme des marins disparus en mer…
        La jeune Gabrielle vit avec son père Denis, qui tient le café le Mascaret, à Meschers, village de pêcheurs de l’estuaire de la Gironde. Elle devient auxiliaire au phare de Cordouan, le « Versailles des mers »,...
        Une croyance populaire affirme que les mouettes sont l’âme des marins disparus en mer…
        La jeune Gabrielle vit avec son père Denis, qui tient le café le Mascaret, à Meschers, village de pêcheurs de l’estuaire de la Gironde. Elle devient auxiliaire au phare de Cordouan, le « Versailles des mers », situé à sept kilomètres en mer sur le plateau de Cordouan. Même si le lieu ravive le souvenir de Léa, sa mère morte lors d’un naufrage dix ans plus tôt, elle s’y sent bien. Parfois, au-dessus de sa chambre, vient se percher une mouette à la gorge noire. Pour la jeune fille, c’est comme si cet oiseau des mers lui transmettait des messages de la disparue. Parmi les gardiens, il y a Alexis, de dix ans son aîné, dont elle tombe amoureuse. Quand la guerre est déclarée, Meschers se vide de sa jeunesse et Alexis disparaît sans plus donner de nouvelles... Sur la côte, les Allemands ordonnent la construction du mur de l’Atlantique, et l’extinction des feux de Cordouan.
        Alors que les mesures contre les Juifs s’intensifient, Gabrielle s’étonne que son père Denis l’incite à rester au phare. Que craint-il donc pour elle ?
        Drames, secrets, révélations sur sa mère et amours contrariées vont précipiter le destin de Gabrielle dans la tourmente et loin des siens...
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258148093
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • djihane Posté le 4 Juin 2018
          Après avoir lu et beaucoup aimé Les nuits blanches de Lena et Wanda de Madeleine Berthaud-Mansiet, j’étais curieuse de découvrir La valse des mouettes. On y découvre Gabrielle, une jeune femme qui a été marquée par la mort de sa mère et qui travaille dans un phare, ce qui est loin d’être commun. C’est dans ce phare qu’elle va rencontrer Alexis dont elle va tomber follement amoureuse. La seconde guerre mondiale va les séparer, il s’en passera des choses durant ces années de tourmente. Quand on a déjà apprécié deux romans d’une auteure, on a envie que cela continue. Malheureusement, je n’ai pas été séduite par La valse des mouettes. Dès les premiers chapitres du récit, j’ai eu du mal à m’y immerger. Le rythme de l’histoire était lent et le style parfois très descriptif. Quand la guerre éclate, certains éléments rendent le tout un peu plus intéressant mais cela, n’a hélas pas suffit à me captiver. J’avais passé la majeur partie de ma lecture à attendre des rebondissements, toutefois quand ils surviennent enfin, je m’étais détachée de ma lecture. J’ai bien aimé le personnage de Gabrielle et j’ai été touchée par sa détresse et certains événements qu’elle va vivre. Cela... Après avoir lu et beaucoup aimé Les nuits blanches de Lena et Wanda de Madeleine Berthaud-Mansiet, j’étais curieuse de découvrir La valse des mouettes. On y découvre Gabrielle, une jeune femme qui a été marquée par la mort de sa mère et qui travaille dans un phare, ce qui est loin d’être commun. C’est dans ce phare qu’elle va rencontrer Alexis dont elle va tomber follement amoureuse. La seconde guerre mondiale va les séparer, il s’en passera des choses durant ces années de tourmente. Quand on a déjà apprécié deux romans d’une auteure, on a envie que cela continue. Malheureusement, je n’ai pas été séduite par La valse des mouettes. Dès les premiers chapitres du récit, j’ai eu du mal à m’y immerger. Le rythme de l’histoire était lent et le style parfois très descriptif. Quand la guerre éclate, certains éléments rendent le tout un peu plus intéressant mais cela, n’a hélas pas suffit à me captiver. J’avais passé la majeur partie de ma lecture à attendre des rebondissements, toutefois quand ils surviennent enfin, je m’étais détachée de ma lecture. J’ai bien aimé le personnage de Gabrielle et j’ai été touchée par sa détresse et certains événements qu’elle va vivre. Cela dit, elle était bien trop naïve et parfois fade au début de l’histoire. Tout au long du roman, on va suivre les transformations par lesquelles elle va passer, son travail au phare, la guerre et la vie vont la transformer. Elle sera confrontée à la misogynie de certains de ses collègues, à l’incertitude de l’amour et à la cruauté de la guerre. Tout cela va lui permettre de grandir et de découvrir des secrets qui vont la changer à jamais. La valse des mouette a le mérite de nous faire découvrir ou redécouvrir une belle région de France, au cœur de l’Histoire avec un grand H. Le récit et la plume de Madeleine Berthaud-Mansiet ne manquent pas de charme mais le roman n’a malheureusement pas réussi à me séduire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • sylvaine Posté le 27 Mai 2018
          La valse des mouettes de Madeleine Mansiet-Bethaud est un roman qui m'a embarquée pour mon plus grand plaisir dans l'estuaire de la Gironde. J'ai suivi Gabrielle entre Meschers , le village de pêcheurs où son père Denis tient un café Le Mascaret, et le phare de Cordouan où Gabrielle fait son apprentissage de gardienne de phares. Un beau voyage dans une région de toute beauté. L'écriture en est plaisante et les pages se tournent vite. Voici pour le côté découverte de cette lecture , l'histoire quant à elle m'a parue banale et sans aucune originalité. La Seconde guerre mondiale,période très douloureuse de notre histoire , sert de toile de fond au récit . Si l'émotion à la lecture de ces pages pleines d 'images inoubliées et inoubliables a été papable , je ne me suis pas sentie portée par ce récit plus que conventionnel ! Un très grand merci aux Editions Les Presses de la Cité via NetGalley pour ce beau voyage en Gironde.
        • leBoudoirdulivre Posté le 19 Mai 2018
          Merci à NetGalley et à Laetitia Matusik, attachée de Presse aux éditions Presses de la Cité pour m’avoir permis de découvrir un autre titre de leur collection « Terres de France ». Printemps 1939, Meschers-sur-Gironde. Depuis que sa femme Léa les a abandonné, Denis Ledur essaie de maintenir son bar « Le Mascaret » à flots. Sa seule raison de vivre est sa fille Gabrielle, seule femme auxiliaire au phare de Cordouan. Gabrielle, qui malgré le très fort attachement de sa grand-mère Mélanie cherche à en savoir plus sur sa mère disparue dans un naufrage la ramenant en Amérique vers une nouvelle vie loin de sa fille. C’est auprès de sa grand-mère qu’elle glanera des informations et qu’elle essaiera de comprendre. Au phare de Cordouan, elle retrouve entre autres Alexis, un jeune homme dont elle tombera amoureuse et réciproquement. Mais la guerre qui semblait lointaine aux yeux des gardiens du phare arrive et avec elle les conséquences d’un secret qui s’il avait été révélé à Gabrielle aurait pu changer peut-être son destin. Une lecture rapide malgré un début lent jusqu’à ce que la guerre éclate mettant en place les événements qui rendront intéressante l’histoire de Gabrielle et d’Alexis. La partie se déroulant avant le début de la... Merci à NetGalley et à Laetitia Matusik, attachée de Presse aux éditions Presses de la Cité pour m’avoir permis de découvrir un autre titre de leur collection « Terres de France ». Printemps 1939, Meschers-sur-Gironde. Depuis que sa femme Léa les a abandonné, Denis Ledur essaie de maintenir son bar « Le Mascaret » à flots. Sa seule raison de vivre est sa fille Gabrielle, seule femme auxiliaire au phare de Cordouan. Gabrielle, qui malgré le très fort attachement de sa grand-mère Mélanie cherche à en savoir plus sur sa mère disparue dans un naufrage la ramenant en Amérique vers une nouvelle vie loin de sa fille. C’est auprès de sa grand-mère qu’elle glanera des informations et qu’elle essaiera de comprendre. Au phare de Cordouan, elle retrouve entre autres Alexis, un jeune homme dont elle tombera amoureuse et réciproquement. Mais la guerre qui semblait lointaine aux yeux des gardiens du phare arrive et avec elle les conséquences d’un secret qui s’il avait été révélé à Gabrielle aurait pu changer peut-être son destin. Une lecture rapide malgré un début lent jusqu’à ce que la guerre éclate mettant en place les événements qui rendront intéressante l’histoire de Gabrielle et d’Alexis. La partie se déroulant avant le début de la guerre m’a parue longue de par ses descriptions contrairement à la seconde partie qui m’a bien plus intéressée. Lu en deux jours, j’ai apprécié ma lecture qui m’a permis de découvrir une région et dont l’héroïne m’a beaucoup touchée par son courage, sa détermination et sa force. Madeleine Mansiet-Berthaud a su retransmettre les liens mais aussi les secrets qui unissent une famille dans un roman tout en émotions !
          Lire la suite
          En lire moins
        • saphoo Posté le 12 Mai 2018
          Autant dire de suite, ce genre de livre est très tentant de part la couverture, l’histoire est elle aussi intéressante et touchante, rien à dire de ce côté-là mais il ne faut pas s’attendre à beaucoup plus. Ce qui m’a gêné, c’est le style de la narration. J’avais comme l’impression que le narrateur nous rapportait des faits tirés tout droit d’une encyclopédie, alors oui, l’histoire est bien documentée, en faits et autres anecdotes sur la région, sur le phare, mais ils ne se fondent pas naturellement dans le récit. J’ai déploré ce point, au lieu de mener le lecteur par le fil de l’histoire simplement, ce sont par des questions posées que nous est déroulée les doutes par exemple des personnages. Comme si on mâchait le travail du lecteur par peur qui s’égare vers d’autres chemins que celui tracé par l’auteur ou si nous n’étions pas capables de ressentir l’état d’âme du personnage ! Je n’ai pas par habitude de livrer un résumé dans un avis de lecture, nous ne sommes plus à l’école, je suis une lectrice uniquement qui aime partager mes avis. Alors voici le voilà : j’ai aimé les personnages, bien définis, fidèles dans leurs traits d’un... Autant dire de suite, ce genre de livre est très tentant de part la couverture, l’histoire est elle aussi intéressante et touchante, rien à dire de ce côté-là mais il ne faut pas s’attendre à beaucoup plus. Ce qui m’a gêné, c’est le style de la narration. J’avais comme l’impression que le narrateur nous rapportait des faits tirés tout droit d’une encyclopédie, alors oui, l’histoire est bien documentée, en faits et autres anecdotes sur la région, sur le phare, mais ils ne se fondent pas naturellement dans le récit. J’ai déploré ce point, au lieu de mener le lecteur par le fil de l’histoire simplement, ce sont par des questions posées que nous est déroulée les doutes par exemple des personnages. Comme si on mâchait le travail du lecteur par peur qui s’égare vers d’autres chemins que celui tracé par l’auteur ou si nous n’étions pas capables de ressentir l’état d’âme du personnage ! Je n’ai pas par habitude de livrer un résumé dans un avis de lecture, nous ne sommes plus à l’école, je suis une lectrice uniquement qui aime partager mes avis. Alors voici le voilà : j’ai aimé les personnages, bien définis, fidèles dans leurs traits d’un bout à l’autre du récit. J’ai aimé également l’histoire, surtout au début quand Gabrielle est gardienne de phare, j’ai moins apprécié la partie durant la guerre même si ce n’est pas l’essentiel du livre, et bien sûr un happy end sans surprise. Malgré, la qualité de ce livre, je pense qu’il m’en faut plus pour me surprendre et me faire chavirer, cependant j’ai apprécié découvrir cette région que je ne connais pas, ce fut une bien belle lecture vivifiante. Beaucoup d’amour dans ce livre que ça soit entre la grand-mère et sa petite-fille, la fille et son père, Gabrielle et Eva, ou Alexis ou encore la passion d’un métier. Pour résumé, une lecture agréable, bien documentée, mais sans grande surprise.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

         Des moments beaux et touchants, un amour et une complicité, l’histoire d’une complicité intergénérationnelle.  Un très beau moment de lecture..
        Culture vs News
        Toute l'actualité de la collection Terres de France
        Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com