Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782359251470
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 140 x 205 mm

Le rêve du chien sauvage

Amour et extinction

Fleur COURTOIS-L'HEUREUX (Traducteur)
Date de parution : 06/02/2020
Comment résister à la peur et à l’impuissance que provoquent aujourd’hui les extinctions de masse dans la grande « famille des vivants » ? Deborah Bird Rose nous propose ici de penser, sentir et imaginer à partir d’un terrain concret et situé : les manières de vivre et de mourir... Comment résister à la peur et à l’impuissance que provoquent aujourd’hui les extinctions de masse dans la grande « famille des vivants » ? Deborah Bird Rose nous propose ici de penser, sentir et imaginer à partir d’un terrain concret et situé : les manières de vivre et de mourir avec les chiens sauvages d’Australie, les dingos, cibles d’une féroce tentative d’éradication.
En apprenant des pratiques aborigènes, de leurs manières de se connecter aux autres vivants, elle active une puissance que la Raison occidentale a dévolue aux seuls humains : l’amour. Que devient cette capacité de répondre à l’autre, cette responsabilité, quand elle s’adresse à tous les terrestres ? En s’attachant à des bribes d’histoires logées dans nos grands récits moraux et philosophiques, elle fait sentir que le non-humain continue d’insister silencieusement et que cet appel, perçu par Lévinas dans les yeux d’un chien rencontré dans un camp de prisonniers en Allemagne nazie, n’en a pas fini de nous saisir et de nous transformer.
Il s’agit de faire sentir et aimer la fragilité des mondes qui se font et se défont, au sein desquels des vivants hurlent contre l’inexorable faillite, tressent des chants inoubliables. Les faits parlent d’eux-mêmes, disent parfois les scientifiques de laboratoire. Ici, ils nous parlent.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782359251470
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 140 x 205 mm

Ils en parlent

Si les animaux s’éteignent, c’est que nous les oublions. Nous en avons détaché toutes les fibres de notre amour. C’est la thèse de Deborah Rose. L’oubli est la raison profonde de la sixième extinction, apocalypse silencieuse sans oraisons ni tombeaux.
Diacritik

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cath_perrin Posté le 5 Février 2020
    Décédée en 2018, l’Australienne Deborah Bird Rose a étudié les populations aborigènes avec lesquelles elle a vécu (communautés de Yarralin et de Lingara). Elle compare les histoires qu’ils ont partagées avec elles avec nos points de vue occidentaux. À la source de notre culture et de nos relations avec les animaux, les grands philosophes qui ont amené une différenciation entre les animaux et les hommes, une supériorité qui autorise l’homme à éradiquer les animaux qu’il considère comme nuisibles. À la source de la culture aborigène, des légendes grâce auxquelles les premiers habitants de l’Australie ont toujours su que l’homme ne pourrait pas survivre s’il faisait disparaître toutes les autres espèces. À une époque où l’humanité doit repenser son rôle, cet essai, parfois difficile, est indispensable pour réfléchir à d’autres voies possibles.
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !