Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377353064
Façonnage normé : BROCHE
Format : 114 x 180 mm

Le temps de l'amour

Collection : Roman & évasion
Date de parution : 03/07/2019
La réédition d'un roman culte de Colleen McCullough, l'auteure de Les oiseaux se cachent pour mourir.
Écosse, 1872. À seize ans, Elizabeth n’a jamais quitté son petit village, sa famille nombreuse et son père autoritaire. Aussi sa vie est-elle bouleversée par la demande en mariage d’Alexander Kinross, un cousin parti faire fortune en Australie.

Après une longue traversée, Elizabeth découvre un pays sauvage et un homme qui...
Écosse, 1872. À seize ans, Elizabeth n’a jamais quitté son petit village, sa famille nombreuse et son père autoritaire. Aussi sa vie est-elle bouleversée par la demande en mariage d’Alexander Kinross, un cousin parti faire fortune en Australie.

Après une longue traversée, Elizabeth découvre un pays sauvage et un homme qui l’impressionne – mais dont elle pressent qu’elle ne l’aimera jamais. Par chance, il y a la sulfureuse Ruby qui, malgré son amour pour Alexander, prend Elizabeth sous son aile... jusqu’au jour où celle-ci croise le chemin de Lee, le jeune fils de son amie...

Avec le brio qu’on lui connaît, Colleen McCullough tisse un récit courant sur près d’un demi-siècle. Une saga nourrie de personnages attachants et de rebondissements, dans la veine de son livre le plus célèbre, Les oiseaux se cachent pour mourir.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377353064
Façonnage normé : BROCHE
Format : 114 x 180 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • qmike549 Posté le 12 Mai 2021
    Nous connaissons l'expression « Avare comme un écossais….D'ailleurs certains pensent encore que l'oncle Picsou est d'origine écossaise ?...C'est dire l'étendue de la rumeur….Mais quand la Pingrerie va jusqu'au vendre l'un de ses enfants pour assouvir sa soif de l'argent…..cela pose question…..L'auteure australienne Collen McCullough nous propose de partager les péripéties de Elisabeth, une jeune fille vendue par son père….. « le temps de l'amour » est un titre original : The touch….Rien à voir avec le titre guimauve français donné par des éditeurs déments pour plaire à la masse… « le temps de l'amour » est une période….De 1872 jusqu'à 1900…… « le temps de l'amour » est un endroit… le récit se déroule en grande partie en Australie, juste au-delà de la Great Dividing Range, à l'ouest de Sydney……. « le temps de l'amour » est James Drummond…..Ton cousin Alexander cherche une épouse….demande-t-il…la main de Jeannie ?...une femme en vaut une autre….Ce sera donc toi !....Moi ?...Mais père…..Là où il demeure…n'importe quelle jeune femme respectable fera l'affaire....Tu seras sa femme…point !...Il les aime jeunes !.... « le temps de l'amour » est Elizabeth…la fille de James Drummond…Elizabeth en eut le souffle coupé…. un millier de livres offerts…..pour se marier et pour son voyage en... Nous connaissons l'expression « Avare comme un écossais….D'ailleurs certains pensent encore que l'oncle Picsou est d'origine écossaise ?...C'est dire l'étendue de la rumeur….Mais quand la Pingrerie va jusqu'au vendre l'un de ses enfants pour assouvir sa soif de l'argent…..cela pose question…..L'auteure australienne Collen McCullough nous propose de partager les péripéties de Elisabeth, une jeune fille vendue par son père….. « le temps de l'amour » est un titre original : The touch….Rien à voir avec le titre guimauve français donné par des éditeurs déments pour plaire à la masse… « le temps de l'amour » est une période….De 1872 jusqu'à 1900…… « le temps de l'amour » est un endroit… le récit se déroule en grande partie en Australie, juste au-delà de la Great Dividing Range, à l'ouest de Sydney……. « le temps de l'amour » est James Drummond…..Ton cousin Alexander cherche une épouse….demande-t-il…la main de Jeannie ?...une femme en vaut une autre….Ce sera donc toi !....Moi ?...Mais père…..Là où il demeure…n'importe quelle jeune femme respectable fera l'affaire....Tu seras sa femme…point !...Il les aime jeunes !.... « le temps de l'amour » est Elizabeth…la fille de James Drummond…Elizabeth en eut le souffle coupé…. un millier de livres offerts…..pour se marier et pour son voyage en Nouvelle-Galles du Sud… vendue pour un millier de livres…… Ce n'était pas tant la nuit de noces qu'elle appréhendait….mais l'idée d'une vie d'exil….au côté….d'un homme qu'elle ne pourrait jamais…oh non jamais…aimer… !.... « le temps de l'amour » est Alexander Kinross…. Alexander Kinross est la réplique exacte d'une représentation du diable que le Révérend Murray avait accroché dans la salle du catéchisme…..pour faire peur…aux enfants !...Ton père m'a donné ta main…peu importe !....une femme est une femme !....quelle importance !.... Alexander s'était enfui de la maison paternelle à l'âge de quinze en emportant qu'une miche de pain….Esprit vif…Alexander a su de suite entrer comme apprenti dans une fabrique de chaudières et machines à vapeur…. …Alexandre est toujours aussi avide de savoir…Il veut apprendre…maitriser…exister….. Après trois ans d'apprentissage…certificat en poche …..Alexander tente l'aventure afin s'assouvir ses ambitions….Alexander rêve grand…..Il veut être à l'image de Alexandre Legrand…. Il part sur les traces du grand Alexandre Legrand……Il voulait d'abord marcher sur les traces d'Alexandre le Grand….. Refaire le tortueux périple du roi de Macédoine…lors de ses conquêtes…. Certains hommes disent avoir le nez creux….quand…Il s'agit de découvrir de l'or….Alexander s'avéra être l'un de ceux-là….mon destin est de m'élever…très haut….J'ai en revanche à prendre sur un vieux prédicateur presbytérien…..mesquin…vindicatif…..il a cherché à me détruire…. Je vais prouver à cet homme… et au monde entier…que l'on peut s'élever au-dessus de sa condition … !!..... « le temps de l'amour » est morale religieuse….Dieu ne donner que du plaisir aux hommes….faut-il vous rappeler que les femmes sont à l'origine du péché….et de la…tentation ?....C'est à cause d'elles que….les hommes succombent au péché de la chair !.... Souvenez-vous d'Adam et Eve…C'est Eve qui s'est acoquiné avec le serpent…avec le Diable déguisé…Eve femme dévergondée…Eve femme fautive… Nous savons tous que le seul plaisir de la femme est d'avoir des enfants…..d'ailleurs ce révérend d'un autre temps aime le rappeler : Seules les dévergondées aiment commettre l'Acte !..... « le temps de l'amour » est rumeurs….Quelle mouche a piqué Alexander D épouser cette petite ?....Elle parle un patois épouvantable….Et mon Dieu…cette robe affreuse !....mais c'est quoi….cette godiche !... « le temps de l'amour » est Ruby Costevan : la maîtresse de Alexander… une femme de mauvaise vie…En repensant à elle….Alexander en était sûr…Ruby, elle….elle était passionnée…elle ne faisait jamais semblant….elle ne feignait pas l'orgasme…contrairement à épouse Elisabeth… « le temps de l'amour » est rencontre….Elisabeth était surprise…Elle s'était attendue à un faux pas de la part de ….Ruby….mais…ma sulfureuse hôtelière savait faire preuve de tact….quand les circonstances….l'imposaient !.... « le temps de l'amour » est les ruées vers l'or….de…1848 et 1849 …San Francisco avait vu sa population quadrupler….présentait déjà…tous les stigmates d'une métropole surpeuplée…Cabanes…baraquements étaient monnaie courante... « le temps de l'amour » est aussi a révolution industrielle…La proximité de mines de fer et de charbon avait contribué au développement spectaculaire de l'industrie sidérurgique et minière…. « le temps de l'amour » est le boom des chemins de fer….Fin Octobre…la ligne de chemin de fer était prête à entrer en service….les dignitaires étaient tous présents…dont certains…il faut le dire….avec la queue basse…en effet, dans leurs secteurs…la ligne n'était toujours pas terminée….de quoi rendre féroce les contribuables !...... « le temps de l'amour » est surtout religion…La plupart des habitants de Kinross…étaient soit anglicans…soit catholiques…soit presbytériens…..Quant à Alexander….Il se demander encore comment annoncer qu'il entendait….faire un don….d'une parcelle de terrain….aux congrégationistes et aux anabaptistes…..Après tout….chacun a le droit de croire comme il l'entend….. « le temps de l'amour » est la grève générale….En Août 1890 …..quand la grève générale avait éclaté…l'Union des travailleurs avait commencé d'entrevoir, un Un possible avenir politique…Dès lors que les espoirs étaient permis….Mais nous savons tous comment se terminent ce genre de révolte !....... .. « le temps de l'amour » est des grossesses et accouchements difficiles……Je suis en mesure de confirmer que votre condition donne lieu à une crise d'éclampsie…qui est osons-le dire….généralement fatale… !....Vous ne tarderez pas à en voir les conséquences…migraines…vomissements….convulsions…et même coma… !... « le temps de l'amour » est naissances…deux filles…Eléonore alias Nell…et Anna…. « le temps de l'amour » est révélation….Anna avait dix quand….Nell vint trouver son père…..Papa, dit-elle….qu'est-ce qui ne va pas chez Anna ?....Pourquoi dis-tu cela ?....A son âge…moi…je pouvais parler !...De plus…elle n'est même pas capable de se tenir assise….Elle bave tout le temps !...je suis sûre qu'elle n'est pas….normale…. Nous avons donc une petite fille extrêmement intelligente…. et…..une autre arriérée mentale….Serait-ce un phénomène de compensation ?..... L'auteure Collen McCullough est classé par les éditeurs dans la catégorie des auteurs romances aspergés d'eau de rose surtout après son immense sucés des « Oiseaux se cachent pour mourir...….C'est un brin réducteur…c'est surtout grotesque…Pourquoi ? L'auteure Collen McCullough a d'abord enseigné la médecine (D'où les nombres de précisions médicales inouïes dans ce récit)….. avant de se consacrer à plein temps à l'écriture……. Pui, Collen McCullough s'est spécialisée dans les sagas dites « historiques »…chacun de ses récits sont extrêmement travaillés documentés…historiquement justes… C'est l'occasion pour le commun des lecteurs d'apprendre, de s'approprier L Histoire…. Celle de l'Angleterre…de l'Ecosse… de l'Australie….la Cornouailles. le Dorset…puis Paris…Rome… Sienne… Venise …Florence…. Les châteaux espagnols…Capri…Sorrente…Malte…L'Egypte….. OUI…Je sais…Il est encore permis de rêver…Allons rêvons avant que cela aussi nous soit défendu ! Et puis c'est un bonheur d'apprendre….de réapprendre !..... Un regret toutefois…la perte de crédibilité de certains personnages…ainsi nous avons ici un enfant de deux ans capable de parler comme un adulte… non seulement cet enfant parle en phrases complètes, mais il se permet aussi des observations perspicaces sur les humeurs, la santé et les motivations des adultes qui l'entourent… Il est vrai que de nos jours….les enfants sont dopés aux vitamines…mais là…cet enfant-là est hyper surdoué…. Autorisons nous une interrogation ....Tout au long du récit…je me suis demandé à qui cet Alexander me faisait penser ?….A Quelqu'un de connu… ?....mais qui ?…. Comparons les profils….. Un personnage cosmopolite doté d'un lourd passé…une personne dotée de cheveux noirs, ces grands yeux brillant d'une flamme étrange, cette pâleur mortelle…... Un changement de nom… une fuite en avant….des voyages initiatiques. Une vengeance, revanche…ici contre son père….. Une quête de la fortune…puis une création d'un empire colossale...des mines de charbon, de fer, des mines d'or…. Le personnage de Collen McCullough Alexander a de nombreuses similitudes avec le héros d'Alexandre Dumas…..le Comte de Monte Cristo…. En revanche….J'ai apprécié la découverte des mines d'or….la politique de l'époque……les relations industrielles…… les problèmes que posent l'immigration (déjà à l'époque !), les cultures, les us et coutumes des différents pays visités, l'approche de la médecine de l'époque et les débuts de l'ingénierie….. Même si ce récit de Colleen McCullough est un roman dit roman populaire…..roman de formation….roman historique contemporain ….sous sommes loin des récits populaires, historiques, de formation de Alexandre Dumas….. Comme dans le conte de Monte Cristo….. « le temps de l'amour » est l'enfer, le purgatoire et le paradis mais ….n'est pas Alexandre Dumas qui veut !!! Challenge COEUR D'ARTICHAUT 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • tete35 Posté le 15 Mars 2021
    Élisabeth jeune fille de 16 ans va epouser Alexander, pacte passé avec son père. Elle quitte sa campagne ecossaisse pour aller en Australie vivre avec son homme dont elle comprendra très vite qu'elle ne l'aimera pas. Sympa. Belle histoire. Mais trop de longueurs. Le descriptif des mines et du matériel est trop détaillé et vraiment trop long et ennuyeux.
  • Fuyating Posté le 7 Novembre 2020
    Ce roman est dense et surtout contient bien plus qu'une "simple" histoire d'amour comme pourrait le faire soupçonner le titre. L'auteure nous fait suivre sur plusieurs décennies le destin d'une famille, celle d'Alexander, self made man au moins milliardaire, de sa jeune épouse Elizabeth et de l'incomparable Ruby, ainsi que leurs enfants et tous les personnages qui gravitent autour d'eux. C'est une véritable saga de longue haleine qui met en lumière divers combat : contre les principes trop gindés inculqués aux jeunes filles pieuses, et contre le racisme et la discrimination envers les femmes entre autres choses. Nous découvrons également grâce aux protagonistes à la curiosité insatiable les nouvelles technologies mises au point à l'époque, nous permettant ainsi de voir les innovations de la fin du XIXème siècle, que ce soit en Australie ou dans le monde plus généralement. Outre les progrès techniques, Colleen McCullough nous brosse aussi un vaste portrait de l'histoire de l'Australie et des moeurs de l'époque. Elle aborde les conflits politiques, le Commonwealth qui est en pourparlers, certaines lois adoptées, le syndicalisme etc. Les personnages sont tous entiers, avec des sentiments forts et intenses. Ils ne sont jamais dans la demi-mesure et se jetent corps et âme dans ce qu'ils... Ce roman est dense et surtout contient bien plus qu'une "simple" histoire d'amour comme pourrait le faire soupçonner le titre. L'auteure nous fait suivre sur plusieurs décennies le destin d'une famille, celle d'Alexander, self made man au moins milliardaire, de sa jeune épouse Elizabeth et de l'incomparable Ruby, ainsi que leurs enfants et tous les personnages qui gravitent autour d'eux. C'est une véritable saga de longue haleine qui met en lumière divers combat : contre les principes trop gindés inculqués aux jeunes filles pieuses, et contre le racisme et la discrimination envers les femmes entre autres choses. Nous découvrons également grâce aux protagonistes à la curiosité insatiable les nouvelles technologies mises au point à l'époque, nous permettant ainsi de voir les innovations de la fin du XIXème siècle, que ce soit en Australie ou dans le monde plus généralement. Outre les progrès techniques, Colleen McCullough nous brosse aussi un vaste portrait de l'histoire de l'Australie et des moeurs de l'époque. Elle aborde les conflits politiques, le Commonwealth qui est en pourparlers, certaines lois adoptées, le syndicalisme etc. Les personnages sont tous entiers, avec des sentiments forts et intenses. Ils ne sont jamais dans la demi-mesure et se jetent corps et âme dans ce qu'ils entreprennent. Bien que certains soient surdoués et extrêmement intelligents, ils ont tout de même des failles et des faiblesses que l'auteure a savamment su souligner J'ai aimé accompagner ces personnages durant un bout de chemin, voit les danses amoureuses, les doutes et les peurs. Voir les coups du sort auxquels ils se retrouvent confronter mais les voir aussi se relever et garder la tête haute. **Box littéraire**
    Lire la suite
    En lire moins
  • JohannaD Posté le 21 Avril 2020
    Le titre sonne un peu niais, ok. Mais c’est bien le seul défaut que je trouve à ce livre! Je ne relis jamais mes livres, et pourtant j’ai fait deux exceptions avec Colleen McCullough pour ce livre et « les oiseaux se cachent pour mourir ». Les personnages sont tellement vrais, profonds, vivants, on plonge dans leur vie et on reste captivé par leurs évolutions du début à la fin. Et puis l’arrière plan qui se déroule en Australie au 19e est lui aussi très bien décrit, enfaite ce livre est tellement complet! Je place ce livre dans mon top 5 de mes livres préférés.
  • joelle58 Posté le 7 Novembre 2019
    Très belle lecture, prenante, addictive. Ce roman qui se situe dans les 30 dernières années du XIXème siècle se lit d’une traite. Il aborde énormément de sujets comme la religion, le handicap, le droit à l’émancipation et à l’instruction supérieure des femmes, le racisme, le développement prodigieux de l’industrie et des technologies, la prise de conscience du besoin d’énergies nouvelles, la mise en place du syndicalisme. Par contre, j’ai trouvé un peu trop long certains passages avec descriptions et termes techniques ainsi que d’autres sur la politique intérieure de plusieurs pays. Et puis, pourquoi ce titre un peu trop « fleur bleue » qui a failli me faire passer à côté de très agréables moments de lecture ? A mon avis, rien à voir avec la réalité. En définitive je ne peux que vous conseiller la lecture de cette saga familiale pleine de vie, de sentiments, de voyages, de découvertes.
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés