Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266290913
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 512
Format : 140 x 225 mm

Nous sommes l'étincelle

Date de parution : 04/04/2019
Quand les tensions entre générations deviennent trop fortes, des groupes d’adolescents choisissent de rompre définitivement. Mais créer une société alternative est-il possible ?
C’était il y a longtemps. Avant qu’on interdise la Forêt, avant les braconniers, les cannibales, les commandos…
En 2025. Antigone et Xavier, puis Paul, Jay, La Houle avaient vingt ans. Ils sont partis dans la Forêt. Ils ont cru à ce rêve, à cette révolution. Comme des milliers d’autres. Et maintenant, trente-six ans plus tard, parmi les arbres, il en reste seulement quelques-uns. Des survivants.Presque des enfants.
EAN : 9782266290913
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 512
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lesmongeursdelivres Posté le 13 Novembre 2020
    Ce roman raconte l'histoire d'une jeune fille, de son frère et de sa sœur,qui vivent dans une forêt, et se font capturer. On revit les événements du passé : comment est ce que la forêt a-t-elle été prise, obtenue par un groupe de jeunes gens ? Comment cette jeune fille va-t-elle se sortir de son piège ? Si seulement elle y arrive ... J'ai beaucoup apprécie ce livre car cela raconte une histoire intergénérationnelle ; on s'attache beaucoup aux personnages jusqu'à la fin. Il y a aussi plein de petits détails, mystères qui ne nous serons jamais dévoilés. Le message d'écologie très fort, cette image des forces de l'ordre et du pouvoir français nous font réfléchir sur notre façon de vivre et de penser.
  • ununiversdanslapoche Posté le 27 Octobre 2020
    Un roman d’anticipation engagé pour grands ados que j'ai apprécié. Une partie de la jeunesse en Europe a décidé de se retirer du monde en 2025 et a tenté de fonder des communautés à la campagne. L’histoire débute 36 ans plus tard avec l’enlèvement de trois enfants au coeur de la forêt par des braconniers. Pour comprendre ce que ces enfants font là, à l’écart de la société, l’auteur revient sur l’histoire des premiers idéalistes qui ont décidé qu’ils ne voulaient plus faire partie du monde de leurs parents, qui ont crû à leur rêve et ont tenté de le mettre en pratique. Le livre est bien écrit et efficace. J’ai tremblé pour la vie de nos trois héros et je me suis intéressée à l’émergence du mouvement « politique » de leurs aïeux. Les allers et retours entre les périodes et les différents personnages ne m’ont pas paru confus. L’auteur ne donne pas de leçon de moral et laisse au lecteur la possibilité de se faire sa propre idée. Ici, personne n’est parfait et les solutions ne sont pas données toutes faites, ce qui compte c’est d’essayer. J’ai donc bien aimé ce roman qui prête de l’intelligence au lecteur (et ce n’est pas si... Un roman d’anticipation engagé pour grands ados que j'ai apprécié. Une partie de la jeunesse en Europe a décidé de se retirer du monde en 2025 et a tenté de fonder des communautés à la campagne. L’histoire débute 36 ans plus tard avec l’enlèvement de trois enfants au coeur de la forêt par des braconniers. Pour comprendre ce que ces enfants font là, à l’écart de la société, l’auteur revient sur l’histoire des premiers idéalistes qui ont décidé qu’ils ne voulaient plus faire partie du monde de leurs parents, qui ont crû à leur rêve et ont tenté de le mettre en pratique. Le livre est bien écrit et efficace. J’ai tremblé pour la vie de nos trois héros et je me suis intéressée à l’émergence du mouvement « politique » de leurs aïeux. Les allers et retours entre les périodes et les différents personnages ne m’ont pas paru confus. L’auteur ne donne pas de leçon de moral et laisse au lecteur la possibilité de se faire sa propre idée. Ici, personne n’est parfait et les solutions ne sont pas données toutes faites, ce qui compte c’est d’essayer. J’ai donc bien aimé ce roman qui prête de l’intelligence au lecteur (et ce n’est pas si fréquent).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ileauxtresors Posté le 24 Octobre 2020
    Ma curiosité a été piquée dès la lecture des premières pages : nous sommes en 2061 en Dordogne, trois enfants pêchent au harpon dans une rivière. La vie sauvage, ses renards et ses bécasses des bois semblent avoir repris leurs droits. Loin de là se jouent des guerres et des désastres écologiques, s'entassent les humains dans les jungles stériles que sont devenues les villes, sous l'oeil de milliers de caméras. Vincent Villeminot préfère développer son intrigue dans les marges de ce monde, là où un jour, des jeunes désespérés ont décidé de faire sécession et de fonder une société d'un type nouveau. Quelle est la menace qui plane sur les trois enfants ? Quel est leur lien avec le mystérieux ermite qui semble les observer de loin ? Et surtout, comment en est-on arrivé là ? Ces différents fils narratifs sont admirablement imbriqués pour nous tenir en haleine. Mon fils a lu les 500 pages de ce roman d'un trait, j'ai été à peine plus longue. Les allers-retours entre différentes époques reconstituent pas à pas un puzzle fascinant. Le futur imaginé par Vincent Villeminot est d'autant plus crédible qu'il s'ancre résolument dans le monde actuel, ses clivages sociaux, ses réformes absurdes,... Ma curiosité a été piquée dès la lecture des premières pages : nous sommes en 2061 en Dordogne, trois enfants pêchent au harpon dans une rivière. La vie sauvage, ses renards et ses bécasses des bois semblent avoir repris leurs droits. Loin de là se jouent des guerres et des désastres écologiques, s'entassent les humains dans les jungles stériles que sont devenues les villes, sous l'oeil de milliers de caméras. Vincent Villeminot préfère développer son intrigue dans les marges de ce monde, là où un jour, des jeunes désespérés ont décidé de faire sécession et de fonder une société d'un type nouveau. Quelle est la menace qui plane sur les trois enfants ? Quel est leur lien avec le mystérieux ermite qui semble les observer de loin ? Et surtout, comment en est-on arrivé là ? Ces différents fils narratifs sont admirablement imbriqués pour nous tenir en haleine. Mon fils a lu les 500 pages de ce roman d'un trait, j'ai été à peine plus longue. Les allers-retours entre différentes époques reconstituent pas à pas un puzzle fascinant. Le futur imaginé par Vincent Villeminot est d'autant plus crédible qu'il s'ancre résolument dans le monde actuel, ses clivages sociaux, ses réformes absurdes, son mépris des jeunes générations, sa crise du sens collectif. L'étincelle qui embrase tout, c'est la publication, en 2024, du livre Do Not Count On Us dont les extraits brûlants ponctuent le récit. Un porte-voix de la rage et du désarroi face à l'inertie d'un monde verrouillé, du rejet des valeurs de pouvoir et de consumérisme, de la contestation de la légitimité du droit. Mais surtout un texte qui éveille des rêves d'une société alternative et identifie la sécession comme forme d'action : « Nous pouvons encore nous asseoir à l'écart, pour travailler à des sociétés plus modestes, liées par l'amitié, gouvernées par le souci de ne renoncer chacun à aucune souveraineté, et qui ne ressembleront pas à celle-là. » « L'espoir et la trouille, soeurs jumelles » Le récit et les questionnements des personnages portent une réflexion passionnante sur le contrat social, les fondements possibles de la vie commune, les utopies. J'ai rarement lu un livre qui parle aussi bien de la façon dont peurs et rêves s'entremêlent non seulement quand sévit une répression implacable, mais aussi lorsqu'il s'agit de mettre en application de grands principes, de recréer quelque chose – des fondements matériels, des institutions et des formes de régulation – quand on a fait table rase. Et pourtant, l'exaltation du retour à la nature et à l'essentiel, la redécouverte de l'entraide et du partage, le bonheur pour les plus marginaux de pouvoir envisager de trouver une place dans une communauté en devenir insufflent d'émouvants moments de grâce. La construction du récit permet à Vincent Villeminot de restituer la vie des rêves sur le temps long et sur plusieurs générations – j'ai été touchée par le regard bienveillant, mais lucide posé par la Houle sur ses propres rêves de jeunesse et sur ceux des nouvelles générations. « La forêt est ce monde où la mort fait partie de la vie. » Cette imbrication entre rêves et peurs s'incarne de façon saisissante dans la forêt nourricière, protectrice, d'une beauté émouvante, mais sauvage, en proie à la violence d'un état de nature où pillards, braconniers et cannibales sévissent et où la famille apparaît comme un repère ultime. J'ai probablement un prisme particulier en tant que chercheuse en science politique, mais en lisant ce livre, j'ai pensé sans cesse aux théories de l'état de nature et du contrat, dont ce roman restitue avec beaucoup de finesse les implications. Cette lecture nous a donné l'occasion de parler de Rousseau et de Hobbes avec mon fils qui a été très intéressé par ces débats. Les mots du dernier chapitre, qui alertent sur l'urgence de redonner une perspective à tous, m'ont, curieusement, évoqué la théorie de la justice de John Rawls : « le risque que nous voulons courir, c'est que pour le plus malheureux d'entre nous, celui qui aura à en payer le prix le plus haut, le départ vaille mieux que ce statu quo. » Je reste époustouflée par la façon dont ce roman parvient à incarner ces questionnements certes abstraits, mais puissamment révélateurs des problématiques de notre temps. Tout en restant une lecture-plaisir haletante. Nous ne tarderons pas à découvrir les autres livres de Vincent Villeminot !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ClgValmy Posté le 28 Septembre 2020
    J'ai beaucoup aimé ce livre malgré ma difficulté à le lire. Il nous transporte dans un univers très semblable à ce que le notre pourrait ressembler dans quelques années. J'ai trouvé excellente l'idée du livre rouge, symbole de la désobéissance et de la révolte. Je me suis beaucoup attachée aux personnages ayant tous un caractère différent. J'aurais quand même aimée qu'on s'attarde plus sur les enfants et leur lien avec la forêt. Je trouvais aussi les changement d'années assez compliqués à suivre mais malgré toutes ces complications et enchevrêtrements j'ai réussi à m'accrocher et croyez moi, une fois plongé dans cet univers mi fictif mi réel vous ne pourrez plus lacher ce gros pavé.
  • Citrouille_mecanique Posté le 21 Septembre 2020
    J'aurais un peu de mal à dire ce que j'ai vraiment pensé de ce roman, si j'ai aimé ou pas. Parce que peut-être que je ne l'ai juste pas lu au bon moment, ou que je suis passée à côté de quelque chose. On a là un récit post-apocalyptique, mais pas trop copié-collé des autres (nombreux) bouquins du même genre. Il arrive à se différencier, tout en explorant des thèmes importants et notamment, l'écologie. Je reconnais, à la fois dans l'ambiance générale, et dans le scénario, qu'il y a quelque chose. L'histoire est intéressante - elle aurait pu clairement m'intéresser. C'est plutôt bien fichu, c'est suffisamment complexe pour qu'on ne s'ennuie pas... Mais c'est peut-être ça le problème. Trop complexe ? Trop de multiplications des points de vue, un récit trop éclaté. Une temporalité difficile. Au fond, on se dit que ça part un peu dans tous les sens, et c'est difficile de ne pas s'y perdre. Et c'est ça le problème, je pense : l'auteur m'a perdue, je n'ai pas réussi à rester suffisamment concentrée, et donc difficile de vraiment accrocher. Pourtant, y'avait de la matière. Y'avait des choses intéressantes. Du potentiel, tout simplement. Mais la narration n'était pas faite pour moi.... J'aurais un peu de mal à dire ce que j'ai vraiment pensé de ce roman, si j'ai aimé ou pas. Parce que peut-être que je ne l'ai juste pas lu au bon moment, ou que je suis passée à côté de quelque chose. On a là un récit post-apocalyptique, mais pas trop copié-collé des autres (nombreux) bouquins du même genre. Il arrive à se différencier, tout en explorant des thèmes importants et notamment, l'écologie. Je reconnais, à la fois dans l'ambiance générale, et dans le scénario, qu'il y a quelque chose. L'histoire est intéressante - elle aurait pu clairement m'intéresser. C'est plutôt bien fichu, c'est suffisamment complexe pour qu'on ne s'ennuie pas... Mais c'est peut-être ça le problème. Trop complexe ? Trop de multiplications des points de vue, un récit trop éclaté. Une temporalité difficile. Au fond, on se dit que ça part un peu dans tous les sens, et c'est difficile de ne pas s'y perdre. Et c'est ça le problème, je pense : l'auteur m'a perdue, je n'ai pas réussi à rester suffisamment concentrée, et donc difficile de vraiment accrocher. Pourtant, y'avait de la matière. Y'avait des choses intéressantes. Du potentiel, tout simplement. Mais la narration n'était pas faite pour moi. Dommage.
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.

Lisez maintenant, tout de suite !