En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Un personnage de roman

        Julliard
        EAN : 9782260030072
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 216
        Format : 1 x 205 mm
        Un personnage de roman

        Date de parution : 07/09/2017

        « Je connaissais Emmanuel Macron avant qu’il ne se décide à se lancer dans l’aventure d’une campagne présidentielle. Et quand il m’a exprimé son ambition d’accéder à l’Élysée, j’ai fait comme tout le monde : je n’y ai pas cru.
        J’ai pensé : ce n’est tout simplement pas possible.
        Pourtant, au fil...

        « Je connaissais Emmanuel Macron avant qu’il ne se décide à se lancer dans l’aventure d’une campagne présidentielle. Et quand il m’a exprimé son ambition d’accéder à l’Élysée, j’ai fait comme tout le monde : je n’y ai pas cru.
        J’ai pensé : ce n’est tout simplement pas possible.
        Pourtant, au fil des mois, au plus près de lui, de son épouse Brigitte et de son cercle rapproché, sur les routes de France comme dans l’intimité des tête-à-tête, j’ai vu cet impossible devenir un improbable, l’improbable devenir plausible, le plausible se transformer en une réalité.
        C’est cette épopée et cette consécration que je raconte. Parce qu’elles sont éminemment romanesques et parce que rien ne m’intéresse davantage que les personnages qui s’inventent un destin. »

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260030072
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 216
        Format : 1 x 205 mm
        Julliard
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • jg69 Posté le 16 Février 2018
          "Écrire l’histoire de l’homme qui devient président" Philippe Besson nous fait vivre l'ascension d'Emmanuel Macron, du 30 aout 2016, jour où le jeune ministre remet sa lettre de démission au Président de la République jusqu'au jour où, élu président, il s'avance sur l'esplanade du Louvre. Il nous raconte neuf mois que nous avons tous suivi dans les médias. Philippe Besson connait Macron depuis deux ans, les deux hommes éprouvent une affection réciproque, il a donc le projet d'écrire l'aventure d'un homme qu'il côtoie de près, même s'il ne croit pas en son élection au départ. Macron accepte l'idée et accepte de n'exercer aucun contrôle, de ne faire aucune relecture de ce que Besson écrira. J'ai bien entendu craint en commençant ce livre que Philippe Besson perde toute objectivité et nous livre un portrait complaisant, élogieux à l'excès tellement sa proximité avec le couple Macron semble grande. Je me suis rapidement rendue compte que mes craintes n'étaient pas fondées car l'auteur se moque régulièrement avec malice de son ami et fait preuve d’une certaine impertinence, il critique ouvertement certaines attitudes du candidat en meeting et juge certains discours ennuyeux, trop longs, un peu creux, il parle même d'enchainement de platitudes... Philippe Besson a... "Écrire l’histoire de l’homme qui devient président" Philippe Besson nous fait vivre l'ascension d'Emmanuel Macron, du 30 aout 2016, jour où le jeune ministre remet sa lettre de démission au Président de la République jusqu'au jour où, élu président, il s'avance sur l'esplanade du Louvre. Il nous raconte neuf mois que nous avons tous suivi dans les médias. Philippe Besson connait Macron depuis deux ans, les deux hommes éprouvent une affection réciproque, il a donc le projet d'écrire l'aventure d'un homme qu'il côtoie de près, même s'il ne croit pas en son élection au départ. Macron accepte l'idée et accepte de n'exercer aucun contrôle, de ne faire aucune relecture de ce que Besson écrira. J'ai bien entendu craint en commençant ce livre que Philippe Besson perde toute objectivité et nous livre un portrait complaisant, élogieux à l'excès tellement sa proximité avec le couple Macron semble grande. Je me suis rapidement rendue compte que mes craintes n'étaient pas fondées car l'auteur se moque régulièrement avec malice de son ami et fait preuve d’une certaine impertinence, il critique ouvertement certaines attitudes du candidat en meeting et juge certains discours ennuyeux, trop longs, un peu creux, il parle même d'enchainement de platitudes... Philippe Besson a adopté la bonne distance pour relater ces neuf mois de folie, il indique même avec honnêteté quand il se sent devenir moins objectif. Si ce récit ne nous apprend rien de spectaculaire, n'apporte aucune révélation il a le mérite pour moi de rappeler la chronologie d’une campagne présidentielle à nulle autre pareille, les petites phrases des uns et des autres et de montrer la détermination sans faille du candidat. Un livre intéressant quelque soient nos convictions politiques.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Herve-Lionel Posté le 13 Février 2018
          La Feuille Volante n° 1217 Un personnage de roman – Philippe Besson – Julliard. C'est un destin politique ou un destin tout court qui passe par une transgression des règles qu'on considérait comme immuables, ou par une opportunité qu'on saisit d'autant plus volontiers qu'on pense que c'est le moment, que les choses ont changé dans l'opinion, qu'elle est prête pour une véritable réforme et qu'on peut l'incarner. C'est sans doute ce qui détermine Emmanuel Macron à démissionner de son poste de ministre et de se lancer dans cette bataille. Ici, il ne s'agit pas d'un roman comme l'auteur en a l'habitude et ce même si le personnage dont il est question peut aisément avoir une dimension stendhalienne, flaubertienne, balzacienne ou fitzgeraldienne, comme on voudra, à condition toutefois que son histoire se confonde avec celle de la nation. C'est un récit, écrit à la première personne où Besson nous confie son intuition d'avoir eu affaire au futur Président de la République dès sa déclaration de candidature et ce malgré tous les obstacles classiques dressés devant lui pour arriver au pouvoir. Une gageure quand on sait que pour gagner une élection présidentielle en France, il faut avoir derrière soi un grand parti et... La Feuille Volante n° 1217 Un personnage de roman – Philippe Besson – Julliard. C'est un destin politique ou un destin tout court qui passe par une transgression des règles qu'on considérait comme immuables, ou par une opportunité qu'on saisit d'autant plus volontiers qu'on pense que c'est le moment, que les choses ont changé dans l'opinion, qu'elle est prête pour une véritable réforme et qu'on peut l'incarner. C'est sans doute ce qui détermine Emmanuel Macron à démissionner de son poste de ministre et de se lancer dans cette bataille. Ici, il ne s'agit pas d'un roman comme l'auteur en a l'habitude et ce même si le personnage dont il est question peut aisément avoir une dimension stendhalienne, flaubertienne, balzacienne ou fitzgeraldienne, comme on voudra, à condition toutefois que son histoire se confonde avec celle de la nation. C'est un récit, écrit à la première personne où Besson nous confie son intuition d'avoir eu affaire au futur Président de la République dès sa déclaration de candidature et ce malgré tous les obstacles classiques dressés devant lui pour arriver au pouvoir. Une gageure quand on sait que pour gagner une élection présidentielle en France, il faut avoir derrière soi un grand parti et de l'argent. Or, à cette période, il n'a ni l'un ni l'autre et l'image de Brutus assassinant César lui colle déjà à la peau. Pourtant, notre auteur n'avait pas vraiment cru, au début, au succès de cette ambition qui déjà pointait. Pour autant, il va observer cet homme qui peu à peu va s'imposer grâce à l'énergie que lui donne le couple fusionnel et atypique qu'il forme avec son épouse. De septembre 2017 à mai 2018, il va donc suivre sa campagne, hésitante au début, puis de plus en plus convaincante et rendre compte par le menu à travers les rumeurs, les discours, les sondages de l'ascension de cet homme jeune, cultivé, inconnu et qu'on disait sans expérience politique, ni programme au début et dont on dénonçait l'absence de mandat électif, mais qui avait choisi de mettre en avant les atouts de la France quand les autres discours faisaient dans l’alarmisme et, surtout sur qui bien peu pariaient. Pourtant, la France est considérée depuis longtemps comme ingouvernable, les Français rebelles à toute réforme, prompts à la critique, engoncés dans leurs contradictions, suspicieux vis à vis des élites politiques, mais fascinés par l'homme providentiel. Pourtant cette campagne, il le sait, sera un long chemin de croix parce qu'il incarne « les riches » détachés des difficultés du peuple et toujours susceptibles de démagogie. Il sera finalement élu, mais avec un fort taux d'abstention ce qui trahit quand même quelques défiances à son égard. Philippe Besson quitte ici son costume de romancier pour endosser celui d'observateur voire de commentateur politique. Pourquoi pas après tout et s'intéresser à la vie et à l'avenir de son pays est une chose louable, d'ailleurs nombre d'artistes ont l'habitude de soutenir des hommes politiques. On le sent fasciné par le personnage après il est vrai avoir été quelque peu dubitatif, par sa volonté et l'ambition de faire changer les choses et l'énergie qu'il déploie pour cela, tout en voulant se garder de toute manipulation. J'apprécie depuis longtemps l'univers créatif de Philippe Besson, cette chronique en atteste. J'avoue avoir été un peu surpris par le parti-pris de ce livre mais le personnage a tellement bouleversé le paysage et les habitudes politiques, est tellement hors normes et porteur d'espoirs après deux précédents quinquennats si désastreux que les Français ont dénié le droit à leur responsable de se représenter, qu'il fallait faire quelque chose. Que Besson s’intéresse à ce phénomène ne me gêne pas puisqu'il le fait selon ses dires seulement aminé par l'amitié qu'il porte au couple présidentiel. Pour ma part, je m'en tiens à ce compte-rendu original d'un écrivain que j'apprécie depuis longtemps. Pourtant, « et en même temps », je ne peux pas ne pas penser qu'une telle démarche, même si elle souhaite être neutre, n'a pas des relents de subjectivités. Ce récit à au moins le mérite de nous remettre en mémoire toutes les phases de cette campagne atypique et de détailler cette ascension spectaculaire d'un homme jeune, inconnu au départ, qui finalement s'impose au milieu de la déconfiture des partis politiques traditionnels dont il profite des voix, quelque chose comme une transition, une révolution tranquille dans un paysage trop longtemps sclérosé par une alternance droite-gauche inefficace et démagogique. Alors, personnage de roman Macron ? Peut-être après tout (dans ce domaine il me semble qu'il ne faut pas non plus oublier son épouse). Il a ce côté fascinant qu'on retrouve rarement chez les hommes politiques, mais en revanche, je n'ai pas retrouvé chez Besson la plume que d'ordinaire j'apprécie. C'est certes bien écrit, peut-être un peu trop dans le style journalistique à cause du sujet traité, et qu'il ait sacrifié à l'amitié qui les lie, que cela se soit transformé au fil des pages en panégyrique, pourquoi pas ? À condition toutefois qu'il n'y ait pas d'arrières-pensées de sa part. Pourtant je le préfère en romancier qu'en chroniqueur factuel. © Hervé GAUTIER – Février 2018. [http://hervegautier.e-monsite.com
          Lire la suite
          En lire moins
        • catia Posté le 10 Février 2018
          J'ai bien aimé ce livre : la qualité littéraire du texte, la subjectivité par ci et objectivité par là de l'auteur , rien de plus humain . Livre attachant .
        • missparker18 Posté le 4 Février 2018
          Tout d'abord c'est un livre qui nous fait vivre la campagne électorale au sein même d'un parti et au plus près d'un homme politique, celui qui en plus va gagner cette élection. En cela, j'ai trouvé le roman intéressant et m'a ouvert les yeux sur certains points comme je m'intéresse à la politique. Le côté un peu plus intime de l'écrivain et de l'homme politique m'a parfois mise mal à l'aise, l'impression de ne pas être à ma place, mais au fil du roman, cette impression a disparu. J'ai trouvé qu'il était aussi un peu original qu'il ne s'agisse pas d'un journaliste, mais d'un grand écrivain de faire ce roman et je pense que c'est une réussite.
        • kouette_kouette Posté le 9 Janvier 2018
          Vous vous souvenez de l'ère automne-hiver 2016-2017 ? Moi oui. J'ai scrupuleusement suivi la campagne présidentielle. Non pas que je me sente l'âme d'une militante politique, je suis simplement une spectatrice avide de divertissement, mais le spectacle était… hypnotisant. Du coup, quand j'ai connu l'existence de ce livre, j'ai été intéressée. Faut dire que Emmanuel M. m'a fortement intriguée pendant cette campagne. Et quand Philippe Besson dit en quatrième de couverture « rien ne m'intéresse davantage que les personnages qui s'inventent un destin », je suis d'accord avec lui. le titre du livre m'a d'ailleurs de suite parlé. Il faut dire aussi que Philippe Besson est un auteur que j'ai envie de découvrir. J'aime la qualité de sa plume. Et j'ai apprécié le fait qu'il nous raconte cette campagne en ne se cachant pas derrière un devoir d'objectivité. Il écrit carrément : « Je revendique la subjectivité, j'entends porter un regard sensible sur ce qui advient. » Parfait, c'est exactement ce que j'attends d'un écrivain. Alors, même si ce livre retrace trop succinctement la campagne d'Emmanuel M. de sa démission du gouvernement Hollande en août 2016 à son élection présidentielle en mai 2017, même si rien n'est très approfondi et même si on n'apprend... Vous vous souvenez de l'ère automne-hiver 2016-2017 ? Moi oui. J'ai scrupuleusement suivi la campagne présidentielle. Non pas que je me sente l'âme d'une militante politique, je suis simplement une spectatrice avide de divertissement, mais le spectacle était… hypnotisant. Du coup, quand j'ai connu l'existence de ce livre, j'ai été intéressée. Faut dire que Emmanuel M. m'a fortement intriguée pendant cette campagne. Et quand Philippe Besson dit en quatrième de couverture « rien ne m'intéresse davantage que les personnages qui s'inventent un destin », je suis d'accord avec lui. le titre du livre m'a d'ailleurs de suite parlé. Il faut dire aussi que Philippe Besson est un auteur que j'ai envie de découvrir. J'aime la qualité de sa plume. Et j'ai apprécié le fait qu'il nous raconte cette campagne en ne se cachant pas derrière un devoir d'objectivité. Il écrit carrément : « Je revendique la subjectivité, j'entends porter un regard sensible sur ce qui advient. » Parfait, c'est exactement ce que j'attends d'un écrivain. Alors, même si ce livre retrace trop succinctement la campagne d'Emmanuel M. de sa démission du gouvernement Hollande en août 2016 à son élection présidentielle en mai 2017, même si rien n'est très approfondi et même si on n'apprend rien de transcendant, pour moi, revivre cette campagne avec M. Besson a eu un petit goût de nostalgie. Je suis à deux doigts de penser que c'est un livre qui se bonifiera avec le temps.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.