En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Vivre vite

        Julliard
        EAN : 9782260023968
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 252
        Format : 130 x 205 mm
        Vivre vite

        Date de parution : 02/01/2015

        « Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain… »
        Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d’un garçon de l’Indiana, inconsolable et...

        « Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain… »
        Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d’un garçon de l’Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d’une beauté irrésistible, qui s’est donné à tous, sans jamais appartenir à personne : un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782260023968
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 252
        Format : 130 x 205 mm
        Julliard
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • MuseaUranie Posté le 19 Décembre 2017
          Le livre propose de revenir sur l'homme avant l'acteur, même si cette partie prend place dans les dernières pages, à travers les yeux de ses proches et collaborateurs. Un bon moyen de le connaître de façon plus intime. Traité via une forme journalistique comme si l'auteur avait recueilli les propos, j'ai parfois eu du mal à discerner le vrai du faux. C'est un procédé que j'aime autant que je ne l'aime pas. J'aime croire ce que je lis, surtout dans ce type de livre. Pourtant, même si j'ai énormément appris sur James Dean, Hollywood dans les 50 et tout ce petit monde gravitant dans le milieu, je suis un peu passé à côté. Les chapitres sont courts, pour donner une sensation de vitesse à l'image de la vie de l'acteur, pourtant, j'ai ressenti de la lenteur. Toute la première partie concernant sa vie avant les premiers tournages m'a littéralement ennuyée. Je ne sais pas vraiment à quoi s'est dû. En conclusion, un livre qui remplit sa mission. Celle de faire (re)découvrir James Dean autrement, et même si ce n'est pas un coup de cœur, ce fut un très bon moment. Un livre qui donne envie de voir la maigre filmographie (mais rempli... Le livre propose de revenir sur l'homme avant l'acteur, même si cette partie prend place dans les dernières pages, à travers les yeux de ses proches et collaborateurs. Un bon moyen de le connaître de façon plus intime. Traité via une forme journalistique comme si l'auteur avait recueilli les propos, j'ai parfois eu du mal à discerner le vrai du faux. C'est un procédé que j'aime autant que je ne l'aime pas. J'aime croire ce que je lis, surtout dans ce type de livre. Pourtant, même si j'ai énormément appris sur James Dean, Hollywood dans les 50 et tout ce petit monde gravitant dans le milieu, je suis un peu passé à côté. Les chapitres sont courts, pour donner une sensation de vitesse à l'image de la vie de l'acteur, pourtant, j'ai ressenti de la lenteur. Toute la première partie concernant sa vie avant les premiers tournages m'a littéralement ennuyée. Je ne sais pas vraiment à quoi s'est dû. En conclusion, un livre qui remplit sa mission. Celle de faire (re)découvrir James Dean autrement, et même si ce n'est pas un coup de cœur, ce fut un très bon moment. Un livre qui donne envie de voir la maigre filmographie (mais rempli de classiques) de l'acteur et ceux des personnalités ayant gravité autour de lui.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Roggy Posté le 14 Décembre 2017
          A partir d'un énorme travail de documentation Philippe Besson imagine différents témoignages des proches de James Dean et de Jimmy lui-même. On est aux premières loges de ce roman qui flirte élégamment avec la tragédie. L'auteur utilise dans sa narration une technique de répétition de phrases déterminantes pour comprendre comment jeune enfant, Jimmy a réussi à faire face aux traumatismes qui l'ont accablé. Il nous fait comprendre la solitude insondable des enfants qui ont perdu leur mère. L'écriture de Philippe Besson est tendre, émouvante et d'une grande humanité. Il construit des chapitres très courts, d'un intérêt irrégulier mais qui créent une évolution dans l'alternance des narrateurs qui racontent leur lien avec James Dean. Jimmy était un être singulier depuis sa plus tendre enfance et il a toujours cherché à se démarquer. Déterminé et intense, il avait une fragilité qui pourrait être perçue comme de l'arrogance. Susceptible, imprévisible et pas très causant, Jimmy se mure souvent dans son silence. Son air taciturne n'encourage pas l'approche. Sa sensibilité et sa nonchalance vont émouvoir toute une génération de fans. Surdoué de l'art dramatique, en à peine quelques films il s'élève au rang de légende. Symbole d'une jeunesse en désarroi, James Dean a été le premier acteur... A partir d'un énorme travail de documentation Philippe Besson imagine différents témoignages des proches de James Dean et de Jimmy lui-même. On est aux premières loges de ce roman qui flirte élégamment avec la tragédie. L'auteur utilise dans sa narration une technique de répétition de phrases déterminantes pour comprendre comment jeune enfant, Jimmy a réussi à faire face aux traumatismes qui l'ont accablé. Il nous fait comprendre la solitude insondable des enfants qui ont perdu leur mère. L'écriture de Philippe Besson est tendre, émouvante et d'une grande humanité. Il construit des chapitres très courts, d'un intérêt irrégulier mais qui créent une évolution dans l'alternance des narrateurs qui racontent leur lien avec James Dean. Jimmy était un être singulier depuis sa plus tendre enfance et il a toujours cherché à se démarquer. Déterminé et intense, il avait une fragilité qui pourrait être perçue comme de l'arrogance. Susceptible, imprévisible et pas très causant, Jimmy se mure souvent dans son silence. Son air taciturne n'encourage pas l'approche. Sa sensibilité et sa nonchalance vont émouvoir toute une génération de fans. Surdoué de l'art dramatique, en à peine quelques films il s'élève au rang de légende. Symbole d'une jeunesse en désarroi, James Dean a été le premier acteur considéré comme la représentation du mal-être de la jeunesse de l'époque. Il aimait les sensations fortes et la vitesse. Anti-star et anti-système, il vivait plus vite, comme s'il savait qu'il disposait de moins de temps.
          Lire la suite
          En lire moins
        • domlectures Posté le 14 Décembre 2017
          Une merveille ! La version audio est formidable !
        • okada Posté le 13 Novembre 2017
          C’est un livre séduisant que ce « Vivre vite ». L’histoire de James Dean, chacun la connaît dans ses grandes lignes : celle d’un petit gars du Montana un peu à part, ultrasensible, rongé par la disparition prématurée de sa mère, s’étourdissant dans la vitesse et dans la création, son ascension au sommet de l’Olympe hollywoodienne et sa disparition violente. Avec cette trame assez mince et rabâchée, Philippe Besson est parvenu à retenir mon attention par ses talents de romancier. L’intérêt ne vient pas des détails « tabloïdiques » qui ont récemment refaits surface au décès d’Elizabeth Taylor (Elle tourna « Géant » au côté de l’acteur et qui s’en fit une confidente), non. Comme toujours avec Philippe Besson, c’est la délicatesse psychologique, la sensibilité et la finesse de l’écriture qui m’ont fait adhérer au livre. Pour cerner son personnage, Philippe Besson a eu l’idée de le faire parler ainsi que son entourage. J’applaudi cette façon qu’a eu l’auteur de renouveler la forme : le procédé est original et fonctionne bien, même si j’ai refermé le livre avec un léger malaise. En effet, lorsque je lis une biographie, ce n’est pas sans savoir que l’auteur a parfois dû combler des lacunes ou... C’est un livre séduisant que ce « Vivre vite ». L’histoire de James Dean, chacun la connaît dans ses grandes lignes : celle d’un petit gars du Montana un peu à part, ultrasensible, rongé par la disparition prématurée de sa mère, s’étourdissant dans la vitesse et dans la création, son ascension au sommet de l’Olympe hollywoodienne et sa disparition violente. Avec cette trame assez mince et rabâchée, Philippe Besson est parvenu à retenir mon attention par ses talents de romancier. L’intérêt ne vient pas des détails « tabloïdiques » qui ont récemment refaits surface au décès d’Elizabeth Taylor (Elle tourna « Géant » au côté de l’acteur et qui s’en fit une confidente), non. Comme toujours avec Philippe Besson, c’est la délicatesse psychologique, la sensibilité et la finesse de l’écriture qui m’ont fait adhérer au livre. Pour cerner son personnage, Philippe Besson a eu l’idée de le faire parler ainsi que son entourage. J’applaudi cette façon qu’a eu l’auteur de renouveler la forme : le procédé est original et fonctionne bien, même si j’ai refermé le livre avec un léger malaise. En effet, lorsque je lis une biographie, ce n’est pas sans savoir que l’auteur a parfois dû combler des lacunes ou des mystères en extrapolant ou en posant des hypothèses. Ici, je ne sais pas départager les personnages réels des fantoches ni le vrai du faux. Car Philippe Besson est talentueux et excelle dans l’exploration de l’âme humaine. L’essentiel est bien sûr ailleurs : dans la vérité psychologique que Philippe Besson parvient à atteindre. Mais cela est dommageable car son portrait de James Dean, écorché vif en recherche d’amour, balançant entre ténèbres et lumière, me semble très juste et sincère : je trouve dommage qu’un livre qui parle enfin de l’être humain qu’était James Dean au lieu de se concentrer sur la légende puisse passer pour une simple rêverie… Mais, après tout, il y a bien écrit « roman » sur la couverture, l’auteur ne nous trompe pas ! Ne boudons pas notre plaisir .
          Lire la suite
          En lire moins
        • Entournantlespages Posté le 4 Novembre 2017
          Après avoir été époustouflée par l’écriture franche et douce de Philippe Besson à laquelle il est difficile de ne pas s’émouvoir et de s’émerveiller dans son roman En l’absence des hommes, je me suis plus d’une fois plongée dans sa bibliographie cette année, en ressortant le plus souvent conquise et apaisée. Cependant, je possédais quelques réserves avec Vivre vite qui est pourtant l’un des romans les plus reconnus de l’auteur. Dans cette oeuvre, il n’est pas question uniquement de fiction mais d’une histoire romancée autour de personnes réelles qui témoigne de la vie d’une star. Et pour tout vous dire, je ne connaissais James Dean que de nom. Je savais qu’il était mort très jeune et qu’il en était alors devenu une icône, mais je ne connaissais même pas son métier, hésitant entre acteur et chanteur. Avant même ma lecture, je me suis alors quelque peu documentée pour ne pas me sentir perdue à la lecture de cette biographie fictive. Car Philippe Besson s’attache dans ce livre à raconter la vie de cet acteur, de son enfance/adolescence jusqu’à son accident de voiture qui lui coûtera la vie, en créant des témoignages fictifs des proches de James Dean, que ce soit les... Après avoir été époustouflée par l’écriture franche et douce de Philippe Besson à laquelle il est difficile de ne pas s’émouvoir et de s’émerveiller dans son roman En l’absence des hommes, je me suis plus d’une fois plongée dans sa bibliographie cette année, en ressortant le plus souvent conquise et apaisée. Cependant, je possédais quelques réserves avec Vivre vite qui est pourtant l’un des romans les plus reconnus de l’auteur. Dans cette oeuvre, il n’est pas question uniquement de fiction mais d’une histoire romancée autour de personnes réelles qui témoigne de la vie d’une star. Et pour tout vous dire, je ne connaissais James Dean que de nom. Je savais qu’il était mort très jeune et qu’il en était alors devenu une icône, mais je ne connaissais même pas son métier, hésitant entre acteur et chanteur. Avant même ma lecture, je me suis alors quelque peu documentée pour ne pas me sentir perdue à la lecture de cette biographie fictive. Car Philippe Besson s’attache dans ce livre à raconter la vie de cet acteur, de son enfance/adolescence jusqu’à son accident de voiture qui lui coûtera la vie, en créant des témoignages fictifs des proches de James Dean, que ce soit les membres de sa famille comme sa mère morte lorsqu’il était enfant, sa tante, son oncle, où les personnes associées à son succès ou gravitant autour de lui. C’est une excellente manière de découvrir en profondeur le caractère de cet homme cachant une bonne part de mystère qu’il cultivera jusqu’à sa fin trop précipitée. Vu comme un jeune homme capricieux, lunatique, impulsif dans ses colères et dans ses paroles, on reconnaît l’archétype des personnages qu’affectionne l’écrivain dans ses différents romans. Que ce soit Vincent dans En l’absence des hommes, Thomas dans La Trahison de Thomas Spencer ou le jeune narrateur dans La Maison Atlantique, on ne peut qu’être frappé par leur candeur, leur insouciance et souvent leur orgueil et leur caractère capricieux particulièrement propre à la jeunesse, qui font qu’on leur pardonne tout, à l’instar de James Dean. Il a été alors intéressant de découvrir ce que les différents personnages proches de l’acteur pensent de lui, de son talent, de sa tendance à tester dangereusement ses limites, et de sa qualité de vie. Car même entouré de toutes ces personnes, le sentiment qu’il laisse malgré lui naître dans le regard de ses proches est la solitude. Malgré la richesse, la célébrité, la beauté, James Dean reste quelqu’un de mystérieux, de silencieux. Physiquement, il s’offre librement mais personne n’aura réellement le privilège de s’introduire dans sa tête et de connaître ses pensées profondes. Ambigu, taciturne un jour et exalté le lendemain, il est une énigme à lui tout seul et il en est que plus intéressant à découvrir à travers la plume toujours aussi percutante et poétique de Philippe Besson. Ce mauvais garçon d’Hollywood ne plaisait pas à tout le monde dans le métier par ses emportements et ses caprices mais tous étaient conscients de son talent et de l’idole qu’il était sur le point de devenir. J’ai achevé ma lecture avec beaucoup d’émotions et une envie particulière de découvrir le peu de films dans lesquels James Dean a pu jouer.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.