Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221260630
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Là où le crépuscule s'unit à l'aube
Date de parution : 27/01/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Là où le crépuscule s'unit à l'aube

Date de parution : 27/01/2022
Une fresque russe familiale dans les pas de Lou Andreas-Salomé, Rilke, Nabokov, Fabergé et bien d’autres encore.
Ils rentrèrent en traîneau à Saint-Pétersbourg, dans le paysage bleuté de l’hiver. Les sapins, les bouleaux et les trembles se détachaient sur fond blanc telles des gravures à la pointe... Ils rentrèrent en traîneau à Saint-Pétersbourg, dans le paysage bleuté de l’hiver. Les sapins, les bouleaux et les trembles se détachaient sur fond blanc telles des gravures à la pointe sèche. Le froid et le silence figeaient le monde dans une immuabilité rassurante. Le crissement des patins, le halètement des... Ils rentrèrent en traîneau à Saint-Pétersbourg, dans le paysage bleuté de l’hiver. Les sapins, les bouleaux et les trembles se détachaient sur fond blanc telles des gravures à la pointe sèche. Le froid et le silence figeaient le monde dans une immuabilité rassurante. Le crissement des patins, le halètement des chevaux, le claquement du fouet, chaque son prenait une intensité particulière dans la pureté de l’atmosphère. La neige effacerait vite les deux sillons laissés derrière eux, la vie comme un passage.

Dans cette fresque russe, Marina Dédéyan explore la mémoire familiale pour retracer l’histoire de ses arrière-grands-parents au tournant du XXe siècle, entre grandeur d’avant-guerre et tourmente révolutionnaire. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221260630
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Telemaque237 Posté le 9 Mai 2022
    Je viens de dévorer le dernier roman de Marina Dédéyan, "Là où le crépuscule s'unit à l'aube". L'histoire passionnante de ses arrière-grands-parents à Saint-Pétersbourg, où l'on croise Rilke et Nijinski, les familles Nabokov ou Fabergé et plein d'autres grands noms de l'époque. Un grand souffle porte ce roman ! Si vous vous intéressez à la Russie, si vous faites partie des fans du "Docteur Jivago" ou si vous avez tout simplement envie de découvrir un récit servi par une très belle plume, commander sans hésiter ! Vous ne serez pas déçus !
  • hcdahlem Posté le 16 Mars 2022
    Une famille dans la tourmente de 1917 En poursuivant l'exploration de son arbre généalogique Marina Dédéyan nous offre une formidable saga romanesque, mais éclaire aussi la révolution russe, avec son lot de drames. Le tout servi par une plume alerte et richement documentée. Cette saga familiale commence à la fin du XIXe siècle avec Julia, l'arrière-grand-mère de la narratrice. Ce n'est pourtant pas elle qui est à l'initiative du livre, mais sa mère qui, à la faveur d'un été, a saisi sur un ordinateur le récit laissé par Baba. Grâce à la construction du livre, qui alterne la vie de Julia et la quête de l'auteure, explore les documents d'archives, les photos rassemblées et la généalogie aux branches multiples, on découvre toute la richesse de ce roman, encore rehaussée par le souci de rechercher entre la vérité de certains événements clé et la légende, prompte à travestir ou enjoliver le récit. Mais revenons à Julia. Au début du livre, elle s'enfuit de l'usine où elle est employée pour éviter la main trop leste de son patron et regagne la maison familiale en banlieue de Riga. Arrivée chez ses parents elle se rend compte qu'elle ne peut demeurer là. Gabriel Berzins, son père,... Une famille dans la tourmente de 1917 En poursuivant l'exploration de son arbre généalogique Marina Dédéyan nous offre une formidable saga romanesque, mais éclaire aussi la révolution russe, avec son lot de drames. Le tout servi par une plume alerte et richement documentée. Cette saga familiale commence à la fin du XIXe siècle avec Julia, l'arrière-grand-mère de la narratrice. Ce n'est pourtant pas elle qui est à l'initiative du livre, mais sa mère qui, à la faveur d'un été, a saisi sur un ordinateur le récit laissé par Baba. Grâce à la construction du livre, qui alterne la vie de Julia et la quête de l'auteure, explore les documents d'archives, les photos rassemblées et la généalogie aux branches multiples, on découvre toute la richesse de ce roman, encore rehaussée par le souci de rechercher entre la vérité de certains événements clé et la légende, prompte à travestir ou enjoliver le récit. Mais revenons à Julia. Au début du livre, elle s'enfuit de l'usine où elle est employée pour éviter la main trop leste de son patron et regagne la maison familiale en banlieue de Riga. Arrivée chez ses parents elle se rend compte qu'elle ne peut demeurer là. Gabriel Berzins, son père, a en effet connu un grave revers de fortune, et est quasiment ruiné. Alors, pour échapper au mariage, même si elle est sans dot, elle choisit de rejoindre sa sœur Evguenia à Saint-Pétersbourg. «Gabriel devait faire confiance à Julia, à l’éducation qu’il lui avait donnée, à son caractère déterminé, aux qualités de son âme. Faire confiance à Julia, en priant Dieu avec ce qu'il lui restait de foi qu’il lui ouvrit un chemin de destinée plus favorable.» À la même période, à Zurich, William Brandt mène grand train. Le jeune homme passe son temps dans les bras de ses différentes maîtresses lorsqu'il n'est pas à la chasse. Mais pour lui aussi l'heure du choix a sonné. Rester à Zurich, aller à Londres ou s'établir à Saint-Pétersbourg? C'est la capitale russe qu'il va choisir pour y installer et y faire fructifier la banque familiale, l'un des fleurons d'un empire commercial prospère dans toute l'Europe. Ce n'est toutefois pas sans un petit pincement au cœur qu'il quitte la Suisse et sa famille, à commencer par sa cousine Lou Salomé, dont il admire l'indépendance d'esprit et l'émancipation. Comme elle, qui passe de la fréquentation de Friedrich Nietzsche aux bras de Rainer Maria Rilke, il se dit que le mieux est de ne pas se marier. Sauf qu'à Moscou, il n'entend pas s'ennuyer et va s'inviter dans une soirée donnée par une mondaine qui fait office d'entremetteuse de luxe. Julia, prise dans un tourbillon où le luxe et les fanfreluches sont monnaie courante comprend alors que sa sœur n'est pas la modiste qu'elle prétendait être, même si elle ne comprend pas vraiment comment elle nage dans un tel confort. Son destin va basculer le soir où William croise son regard. Le jeune homme est littéralement fasciné et n'aura de cesse d'essayer de la revoir. Evguéni, qui a compris son manège, met alors Julia en garde contre ces hommes qui passent d'une femme à l'autre, les laissant ensuite seules et déshonorées. Mais l'œil pétillant de sa sœur à l'évocation du banquier ne lui laisse guère de doute sur la suite. Au terme d'une cour assidue, William parviendra à mettre Julia dans son lit et même à entrevoir un mariage, même s'il contrevient à tous les usages. Marina Dédéyan va alors déployer son talent de romancière pour accompagner le destin de Julia et de William dans un empire qui vacille de jour en jour. Les premières années du XXe siècle sont effervescentes, le monde entier semblant retenir son souffle alors que les artistes annoncent déjà les bouleversements à venir. Le tsar s'accroche à son pouvoir, ne sentant pas l'aspiration de plus en plus forte de son peuple à davantage de liberté, de démocratie. Pire, mal conseillé et influencé par des personnages sulfureux, il va accentuer la répression. En lançant le pays dans la Grande guerre, il fait le pari de ressouder la Russie derrière son souverain. De son quartier général, il ne verra pas la révolution qui embrase la capitale. Il ne verra pas non plus, depuis la maison voisine de la famille Brandt un certain Lénine haranguer la foule. L'Histoire est en marche avec son lot d'horreurs et de hasards, avec cette puissance qui écrase la raison et tue des centaines de milliers de personnes. Alors la seule issue consiste à fuir. Encore faut-il pouvoir bénéficier de circonstances favorables. En explorant la branche de la famille Brandt de son arbre généalogique, Marina Dédéyan remplit d'émotions et de chair l'une des pages les plus mouvementées de l'Histoire. Elle nous rappelle le chaos et la confusion qui régnaient sur l'Europe toute entière au sortir de la Première Guerre mondiale et souligne aussi combien le formidable brassage de population qui en a résulté a redistribué les cartes de nombreuses familles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • clement7 Posté le 20 Février 2022
    J'ai eu un grand plaisir à "dévorer" Là où le crépuscule.... C'est vrai que l'histoire russe, en particulier cette période, recèle beaucoup d'épisodes à la fois douloureux et romanesques. Marina Dedeyan réussit à tenir le lecteur en haleine. J'ai beaucoup aimé les passages intercalés en italiques, qui sont, en quelques sorte, son journal d'écriture ; ils se superposent au récit et génèrent un frisson d'authenticité. Le personnages sont précis, décrits avec détail, souvent avec empathie, parfois avec un sens critique, et l'on suit, comme avec une caméra, le regard des principaux personnages, Julia et William. Sûrement, du reste, que ce roman pourrait fournir un scénario pour un film à grand spectacle !... Certes le vocabulaire est recherché, la lecture prend du temps et certains mots seraient à chercher dans le dictionnaire - sans parler des mots russes qu'un petit lexique pourrait éclairer - mais je l'ai goûté au fil des jours, tel un mets précieux dont on entend faire durer le plaisir. Ce roman, c'est sûr, plaira à ceux qui affectionnent le romanesque, qui s'intéressent à cette époque mouvementée de l'histoire - et qui, en même temps, aiment s'atteler à lire un livre. Bonne lecture à vous ! Une suggestion cependant, pour l'édition en... J'ai eu un grand plaisir à "dévorer" Là où le crépuscule.... C'est vrai que l'histoire russe, en particulier cette période, recèle beaucoup d'épisodes à la fois douloureux et romanesques. Marina Dedeyan réussit à tenir le lecteur en haleine. J'ai beaucoup aimé les passages intercalés en italiques, qui sont, en quelques sorte, son journal d'écriture ; ils se superposent au récit et génèrent un frisson d'authenticité. Le personnages sont précis, décrits avec détail, souvent avec empathie, parfois avec un sens critique, et l'on suit, comme avec une caméra, le regard des principaux personnages, Julia et William. Sûrement, du reste, que ce roman pourrait fournir un scénario pour un film à grand spectacle !... Certes le vocabulaire est recherché, la lecture prend du temps et certains mots seraient à chercher dans le dictionnaire - sans parler des mots russes qu'un petit lexique pourrait éclairer - mais je l'ai goûté au fil des jours, tel un mets précieux dont on entend faire durer le plaisir. Ce roman, c'est sûr, plaira à ceux qui affectionnent le romanesque, qui s'intéressent à cette époque mouvementée de l'histoire - et qui, en même temps, aiment s'atteler à lire un livre. Bonne lecture à vous ! Une suggestion cependant, pour l'édition en livre de poche : ajouter un plan de Saint-Petersbourg, une carte de l'Europe de l'époque (avec en évidence les villes citées)... et un lexique pour les mots russes. Merci !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cyrlight Posté le 20 Février 2022
    Là où le crépuscule s’unit à l’aube est une sorte de roman biographique dans lequel l’auteur, en souvenir de sa grand-mère, sa « baba », retrace la vie de ses aïeux russes de la fin du XIXème siècle à la révolution qui a à jamais changé la face de ce vaste pays. Merci beaucoup à Babelio et aux éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre. Je m’intéresse actuellement de très près à la Russie du siècle passé, et j’ai adoré parcourir la ville de Pierre au fil des pages de cet ouvrage. Le dépaysement est total, j’ai vraiment eu l’impression de me retrouver sur les rives de la Neva. J’ai aussi apprécié la plume de l’auteur, très élégante, sans être lourde ou pompeuse. Je n’en dirais cependant pas autant du récit en lui-même, qui tient un peu trop du panégyrique à mon goût. Je comprends que Marina Dédéyan soit fière de tous ces grands noms que ses ancêtres ont côtoyés, et auxquels elle est pour certains apparentée, et je ne pense pas qu’elle ait cherché à s’en vanter, mais une très grande partie du roman, sans parler de ses interventions personnelles, se focalise là-dessus. Et les fréquentes descriptions de réceptions, de mondanités,... Là où le crépuscule s’unit à l’aube est une sorte de roman biographique dans lequel l’auteur, en souvenir de sa grand-mère, sa « baba », retrace la vie de ses aïeux russes de la fin du XIXème siècle à la révolution qui a à jamais changé la face de ce vaste pays. Merci beaucoup à Babelio et aux éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce livre. Je m’intéresse actuellement de très près à la Russie du siècle passé, et j’ai adoré parcourir la ville de Pierre au fil des pages de cet ouvrage. Le dépaysement est total, j’ai vraiment eu l’impression de me retrouver sur les rives de la Neva. J’ai aussi apprécié la plume de l’auteur, très élégante, sans être lourde ou pompeuse. Je n’en dirais cependant pas autant du récit en lui-même, qui tient un peu trop du panégyrique à mon goût. Je comprends que Marina Dédéyan soit fière de tous ces grands noms que ses ancêtres ont côtoyés, et auxquels elle est pour certains apparentée, et je ne pense pas qu’elle ait cherché à s’en vanter, mais une très grande partie du roman, sans parler de ses interventions personnelles, se focalise là-dessus. Et les fréquentes descriptions de réceptions, de mondanités, de ballets, d’objets d’arts, de demeures plus somptueuses les unes que les autres… accentuent ce sentiment. J’ai trouvé qu’il se dégageait des deux premiers tiers de ce livre une certaine vanité, à laquelle j’avais, pour être franche, hâte de voir la révolution mettre un terme. Je crois néanmoins que mon principal problème, ç’a été Julia. Je n’ai pas pu la supporter. Plus exactement, je l’ai prise en grippe à l’instant où elle en a fait de même avec sa fille aînée, à qui elle a gardé rancune d’une « erreur » dont elle n’était certainement pas la cause, mais uniquement la conséquence. Et le fait que, par la suite, on voie davantage Julia s’occuper de ses poules que de ses autres enfants, qui ne sont quasiment évoqués qu’à leur naissance, ou pour indiquer qu’ils se trouvent avec une nurse, ne m’a pas donné une meilleure opinion d’elle. Pour toutes ces raisons, j’ai largement préféré la tournure prise par le récit à partir de la chute du tsar et de l’ascension des bolcheviks. Moins de faste, plus d’interactions entre Julia et ses enfants… Je regrette que l’auteur ait choisi de s’attarder aussi longuement et en détail sur des éléments qui permettent certes de souligner la grandeur passée de la Russie à l’échelle de l’Histoire, mais qui sont superficiels au regard de l’histoire avec un h minuscule, et qui m’ont donné cette impression que Julia s’intéressait plus aux danseurs et autres artistes en vogue qu’à sa propre famille. Peut-être y a-t-il simplement beaucoup trop de « personnages », si j’ose les appeler ainsi, puisqu’il s’agit d’individus ayant réellement existé. Je parle des enfants de Julia car c’est ce qui m’a le plus marquée, mais il n’y a pas qu’eux qui souffrent de cette mise en retrait. Ses parents, sa sœur, les membres plus ou moins éloignés de la famille de William… se volatilisent parfois pendant des dizaines et des dizaines de pages, pour réapparaître sous la forme d’une mention rapide, puis retomber dans l’oubli pendant d’autres dizaines de pages. Au final, je ne sais pas trop quoi penser de ce livre. Il est vraiment bien écrit, et témoigne d’un travail de reconstitution admirable, mais pèche selon moi en s’appesantissant sur la vie luxueuse, raffinée et heureuse menée dans un premier temps par les Brandt, au point d’en devenir redondant, et surtout au détriment d’autres éléments relégués à l’arrière-plan. Et comme j’ai autant apprécié de découvrir cette Russie d’antan que j’ai détesté Julia, je dirais que je suis plutôt partagée, mais c’est vraiment un avis très subjectif, qui n’enlève rien aux qualités intrinsèques de ce roman. Je vous invite à le lire et à vous faire votre propre idée, surtout si vous êtes tentés par un voyage dans le Saint-Pétersbourg de Nicolas II.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kyokoandbooks Posté le 13 Février 2022
    Dans le cadre de la masse critique Littérature du mois de janvier, j'ai eu la chance de découvrir le dernier roman de Marina Dédéyan. Je l'avoue, je ne connaissais pas l'autrice avant de découvrir ce roman où, se plongeant dans les souvenirs de sa baba, sa grand-mère, elle va nous raconter sa famille. C'est le résumé qui m'a donné envie de le découvrir. Dans cette fresque historique, Marina Dédéyan nous raconte l'histoire de ses arrière-grands-parents, Julia et William. En 1895, Julia est la seconde fille d'une famille noble de Lettonie ayant perdu son statut comme sa fortune. « Quand la fortune manque, la meilleure des dots reste le travail », aussi Julia travaille-t-elle dans une fabrique. De son ascension dans la haute société de St Pétersbourg, à sa fuite de Russie suite à la Révolution russe, nous découvrons une vie hors du commun et, en filigrane, l'Histoire de la Russie et la vie de ses privilégiés sur plus de 25 ans. Pour ce roman, l'autrice a travaillé tant le fond que la forme. Le style est au cordeau, chaque mot a son importance. Les chapitres très courts sont groupés en grandes parties rythmant l'ascension puis la chute de la famille Brandt. En début ou... Dans le cadre de la masse critique Littérature du mois de janvier, j'ai eu la chance de découvrir le dernier roman de Marina Dédéyan. Je l'avoue, je ne connaissais pas l'autrice avant de découvrir ce roman où, se plongeant dans les souvenirs de sa baba, sa grand-mère, elle va nous raconter sa famille. C'est le résumé qui m'a donné envie de le découvrir. Dans cette fresque historique, Marina Dédéyan nous raconte l'histoire de ses arrière-grands-parents, Julia et William. En 1895, Julia est la seconde fille d'une famille noble de Lettonie ayant perdu son statut comme sa fortune. « Quand la fortune manque, la meilleure des dots reste le travail », aussi Julia travaille-t-elle dans une fabrique. De son ascension dans la haute société de St Pétersbourg, à sa fuite de Russie suite à la Révolution russe, nous découvrons une vie hors du commun et, en filigrane, l'Histoire de la Russie et la vie de ses privilégiés sur plus de 25 ans. Pour ce roman, l'autrice a travaillé tant le fond que la forme. Le style est au cordeau, chaque mot a son importance. Les chapitres très courts sont groupés en grandes parties rythmant l'ascension puis la chute de la famille Brandt. En début ou en fin de parties, des chapitres en italique écrit à la première personne nous ramènent à notre époque, aux recherches et aux découvertes marquantes de l'autrice, dans le cadre de la rédaction de son livre. Pendant plus de 550 pages, nous naviguons aux côtés de Julia et William, deux personnages paraissant incomplets l'un sans l'autre, et terriblement attachants. Le récit couvrant 25 années de leur vie, ils croisent une multitude de personnages, membres de la famille, membres de la bonne société… entre les noms russes et les surnoms employés, il ne faut pas manquer de concentration, mais un arbre généalogique, à la fin du roman, nous aide beaucoup à comprendre les liens de cette grande famille. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé découvrir tous les liens de cette famille avec des personnages ayant marqué l'histoire (de l'art principalement, mais pas que). Ces mentions me rappelaient régulièrement que, oui, je ne lisais pas une énième saga sur fond historique, mais une histoire réelle au sein de la grande Histoire. Et quelle histoire ! Seul petit bémol, j'aurais beaucoup aimé, à la fin du livre, pouvoir découvrir quelques photos des membres de cette famille si exceptionnelle. Mais je vois dans la critique précédent la mienne qu'il est possible d'en découvrir sur le site de l'autrice, ce que je vais de ce pas aller faire ! En attendant, je remercie vraiment babélio et les éditions Robert Laffont pour cette magnifique découverte, que je conseille à tous les lecteurs amateurs de récits historiques !
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.