RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Orphelins 88

            Robert Laffont
            EAN : 9782221221266
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Orphelins 88

            Collection : Collection R
            Date de parution : 20/09/2018
            Munich, juillet 1945.
            Un garçon erre parmi les décombres…

            Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D'où vient-il ? Il n’en sait rien. Il a oublié jusqu’à son nom. Les Alliés le baptisent « Josh » et l’envoient dans un orphelinat où Ida, directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont...

            Qui est-il ? Quel âge a-t-il ? D'où vient-il ? Il n’en sait rien. Il a oublié jusqu’à son nom. Les Alliés le baptisent « Josh » et l’envoient dans un orphelinat où Ida, directrice dévouée, et Wally, jeune soldat noir américain en butte au racisme de ses supérieurs, vont l’aider à lever le voile de son amnésie.
            Dans une Europe libérée mais toujours à feu et à sang, Josh et les nombreux autres orphelins de la guerre devront panser leurs blessures tout en empruntant le douloureux chemin des migrants.
            Si ces adolescents sont des survivants, ils sont avant tout vivants, animés d’un espoir farouche et d’une intense rage de vivre.
            Un roman saisissant qui éclaire un pan méconnu de l’après- Seconde Guerre mondiale et les drames liés au programme eugéniste des nazis, le Lebensborn.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221221266
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • meknes56 Posté le 10 Septembre 2019
              Il y a des livres qui laisse, indélébilement, des traces dans notre mémoire. Même si ce livre est soi-disant pour les adolescent, je trouve qu'il est aussi pour tous les adultes..Comme le dit Nastie92, j'avais des images "heureuses" de la fin de la guerre...Et j'ignorais qu'en Pologne et dans d'autres pays la lutte continuait..J'ai même était voir si le pogrom de Kielce était véridique..Et, internet me l'a confirmé...Le livre de Sarah Cohen-Scali m'a appris de nombreuses choses et m'a ouvert les yeux sur les évènement dans l'Est de l'Europe. Le récit bien écrit, bien romancé montre d'une façon inexorable que tout ne fut pas rose après le traite de paix de 1945...Quelle amer déception de voir que le peuple juif fut encore pris pour cible...Ce livre sera mon coup de coeur de cette semaine.
            • regina55 Posté le 24 Août 2019
              L'intrigue d'orphelins 88 se situe après la guerre et met en éclairage la situation tragique des enfants de Lebensborn, principalement issus des pays de l'est, qui ont été kidnappés, volés, arrachés à leurs familles pour être germanisés et adoptés. Beaucoup d’événements relatés dans ce roman sont inspirés de faits réels, malgré qu'il s'agit d'une fiction historique. La plupart des enfants du roman ont existé. Certains vivent encore..... Dès les premières pages, on s'attache aux enfants, c'est une lecture addictive, on ne peut pas lâcher le bouquin avant la fin... Les événements de Lebensborn ont été peu relatés, même dans les livres d'histoire.
            • Les_deux_artistes_ Posté le 21 Août 2019
              Les romans de Sarah Cohen-Scali sont en générale des pépites et une fois encore son roman est pour moi un coup de cœur. J'ai découvert l'auteur avec Max. On était alors plongé au cœur du programme "Lebensborn" initié par Himmler qui consistait à produire des purs aryens. Tandis qu'ici Orphelins 88 se déroule après la guerre. En Allemagne les américains recueillent les enfants qui errent dans les villes. Pour la plupart se sont des rescapés des camps de concentration ou ce qui reste du programme eugéniste des nazis. Parmi eux, Josh, totalement amnésique. Ils sont tous amenés dans des centres d'hébergement. Josh ne sait même pas son prénom, on l'a surnommé ainsi mais ce n'est pas son nom ... Malheureusement il n'est pas le seul enfant à chercher ses origines, ceux qui se souviennent tente de partir à la recherche de leurs proches, mais dans le désordre d'après guerre il est compliqué de trouver qui que ce soit. Une chose est sur, ces jeunes on envie de vivre car le présent est tout ce qu'ils ont. Leur passé est marqué par la guerre tandis que leur future est incertain tel un jeu de construction (c'est une belle métaphore de l'auteur). « Sauf que construire l’avenir avec... Les romans de Sarah Cohen-Scali sont en générale des pépites et une fois encore son roman est pour moi un coup de cœur. J'ai découvert l'auteur avec Max. On était alors plongé au cœur du programme "Lebensborn" initié par Himmler qui consistait à produire des purs aryens. Tandis qu'ici Orphelins 88 se déroule après la guerre. En Allemagne les américains recueillent les enfants qui errent dans les villes. Pour la plupart se sont des rescapés des camps de concentration ou ce qui reste du programme eugéniste des nazis. Parmi eux, Josh, totalement amnésique. Ils sont tous amenés dans des centres d'hébergement. Josh ne sait même pas son prénom, on l'a surnommé ainsi mais ce n'est pas son nom ... Malheureusement il n'est pas le seul enfant à chercher ses origines, ceux qui se souviennent tente de partir à la recherche de leurs proches, mais dans le désordre d'après guerre il est compliqué de trouver qui que ce soit. Une chose est sur, ces jeunes on envie de vivre car le présent est tout ce qu'ils ont. Leur passé est marqué par la guerre tandis que leur future est incertain tel un jeu de construction (c'est une belle métaphore de l'auteur). « Sauf que construire l’avenir avec des « si », c’est aussi enthousiasmant que déprimant. Ça revient à faire un jeu de construction. On place délicatement, avec minutie, les pièces de bois les unes sur les autres, on arrive à bâtir un assemblage qui tient le coup, on l’admire, et soudain quelqu’un passe et y flanque un coup de pied. Ou retire une des pièces maîtresses (un des « si ») et le résultat est le même : tout s’écroule. » Certains enfants veulent émigrer mais aucuns pays n'acceptent d'ouvrir leurs portes à ces orphelins de guerre qui ne sont à leur yeux que des voyous. Josh, quant à lui, voyagera d'une autre manière. « Ce qui est bien avec les livres, c’est qu’ils vous permettent de voyager sans visa, sans autorisation, sans restriction d’âge, sans prendre un avion ou un train. Ils vous permettent même de quitter votre peau. On se glisse dans celle du personnage et hop ! On change d’identité sans avoir à fabriquer de faux papiers. » Cependant au fur et à mesure de l'histoire les souvenirs de Josh refont surface et il décide de partir en quête de sa famille. On découvre ainsi une autre facette de l'après guerre, tout aussi triste et violente que la guerre elle même. C'est une histoire fictive mais qui se base sur des faits réels, tout comme pour son précédent ouvrage : Max. J'ai apprécié le fait que l'auteur nous révèle ses sources et son inspiration. Elle s'inspire de l'histoire de deux garçons ayant existé pour donner naissance à Josh.
              Lire la suite
              En lire moins
            • vero12 Posté le 8 Août 2019
              J'avais beaucoup aimé "Max", j'avais découvert un peu mieux ces fameux lebensborns dont personne ne parle vraiment. Dans celui ci on découvre "l'après" de ces enfants. Mais aussi l'après guerre qui ne ressemble pas trop à ce qu'on nous apprend dans les livres d'histoires. J'ai aimé le passage ou wally fait le parallèle entre les américains qui appâtent les femmes avec leur "cadeaux" et les russes qui eux n'ont pas de cadeaux et violent les femmes. On n'y pense pas c'est vrai à ce genre de chose, les 2 ne sont-ils pas coupables? Cette auteure est classée livres "jeunes adultes", je suis pas trop d'accord en ce qui concerne ces 2 livres là, je pense que c'est même dommage de la cantonner à ce groupe, ça doit freiner certains pour la lire et c'est bien dommage.
            • prune42 Posté le 23 Juillet 2019
              En 1945, après la guerre, un jeune garçon est recueilli dans un orphelinat à Indersdorf, en Allemagne, avec d'autres enfants privés de leurs parents, juifs ou anciens pensionnaires de Lebensborn. Le garçon dit s'appeler Sigfried Bruhns et les seuls souvenirs qui lui reviennent dont des chants allemands. Rebaptisé Josh, avec l'aide d'Ida, la responsable de la structure et de Wally, un GI noir, il va rechercher son identité. Peu à peu, certains souvenirs lui reviennent. Il lie amitié avec Halina, une jeune fille polonaise qui veut retrouver sa famille, et Beate qui n'a plus de parents. Josh et Halina partent accompagnés de Wally à la recherche de leurs origines. Ils se rendent compte que l'antisémitisme est toujours d'actualité. Mais arriveront-ils à retrouver leurs parents dans un pays qui a vécu tant de massacres ? En empruntant ce roman à la médiathèque de ma commune, je croyais qu'il s'agissait de la suite de Max mais en fait, si les thèmes abordés sont proches, les personnages ne sont pas les mêmes et ce n'est donc pas la suite. J'avais vraiment beaucoup aimé ce premier roman de S. Cohen-Scali, j'avais donc mis la barre haut avec ce deuxième livre mais celui-ci, bien que... En 1945, après la guerre, un jeune garçon est recueilli dans un orphelinat à Indersdorf, en Allemagne, avec d'autres enfants privés de leurs parents, juifs ou anciens pensionnaires de Lebensborn. Le garçon dit s'appeler Sigfried Bruhns et les seuls souvenirs qui lui reviennent dont des chants allemands. Rebaptisé Josh, avec l'aide d'Ida, la responsable de la structure et de Wally, un GI noir, il va rechercher son identité. Peu à peu, certains souvenirs lui reviennent. Il lie amitié avec Halina, une jeune fille polonaise qui veut retrouver sa famille, et Beate qui n'a plus de parents. Josh et Halina partent accompagnés de Wally à la recherche de leurs origines. Ils se rendent compte que l'antisémitisme est toujours d'actualité. Mais arriveront-ils à retrouver leurs parents dans un pays qui a vécu tant de massacres ? En empruntant ce roman à la médiathèque de ma commune, je croyais qu'il s'agissait de la suite de Max mais en fait, si les thèmes abordés sont proches, les personnages ne sont pas les mêmes et ce n'est donc pas la suite. J'avais vraiment beaucoup aimé ce premier roman de S. Cohen-Scali, j'avais donc mis la barre haut avec ce deuxième livre mais celui-ci, bien que différent, m'a aussi beaucoup plu. Les personnages sont attachants, il y a vraiment beaucoup d'action, pas de temps mort, et l'auteur distille les ingrédients sur l'identité su personnage principal au fur et à mesure. De plus, ce roman m'a appris des choses comme les pogroms qui continuaient de se perpétrer dans les pays de l'Est, même après la fin de la guerre. C'est vraiment terrifiant. J'ai trouvé le dénouement du roman habile et intéressant avec une fin ouverte qui laisse le lecteur imaginer la suite. Le thème abordé ici, l'immédiate suite de la Seconde Guerre Mondiale, est original ainsi que le thème des Lebensborn, relativement peu fréquent dans la littérature. Ce roman m'a donc beaucoup plu à tous niveaux.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
            Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)