RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            A malin, malin et demi

            10/18
            EAN : 9782264072665
            Code sériel : 5353
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 720
            Format : 108 x 177 mm
            A malin, malin et demi

            Jean ESCH (Traducteur)
            Date de parution : 06/09/2018
            North Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, continue de dépérir. Cette ville, Douglas Raymer ne l’a jamais quittée. Dégarni, enclin à l’embonpoint, il est veuf d'une femme qui s’apprêtait à le quitter. Pour qui? Voilà une question qui torture ce policier à l’uniforme mal... North Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, continue de dépérir. Cette ville, Douglas Raymer ne l’a jamais quittée. Dégarni, enclin à l’embonpoint, il est veuf d'une femme qui s’apprêtait à le quitter. Pour qui? Voilà une question qui torture ce policier à l’uniforme mal taillé. Avec  Sully, vieux loup de mer septuagénaire qui noie son diagnostic fatal dans l’alcool et la cigarette, ils sont les deux piliers branlants de cette ville bâtie de travers. Mais en quarante-huit heures, plus rien ne sera comme avant : un mur de l’usine s’effondre, les serpents envahissent les rues, les morts s’accumulent et entre catastrophes et révélations, tous les habitants de North Bath sont pris dans une sacrée tempête.

            Richard Russo retrouve ici les personnages d’Un homme presque parfait, et nous livre une symphonie humaine féroce et déjantée.

            Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264072665
            Code sériel : 5353
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 720
            Format : 108 x 177 mm
            10/18

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • liberliber Posté le 17 Août 2019
              Le début du roman de Richard Russo donne le ton des quelque 700 pages qui vont suivre. Nous sommes dans le cimetière de Hilldale à North Bath implanté à quelques mètres d'une zone polluée fréquemment arrosée par des pluies torrentielles. « Après une bonne tempête, rien ne vous certifiait que la tombe sur laquelle vous veniez vous recueillir renfermait le même cercueil que la semaine précédente » écrit l'auteur. Douglas Raymer, le chef de la police, assiste à l'inhumation du juge. Il chute malencontreusement dans le fosse et perd une télécommande de garage qu'il a retrouvée à côté de sa femme décédée dans un stupide accident. « Cette femme s'est amusée à descendre l'escalier comme un Slinky » décrit un témoin. On imagine la scène ! Douglas, persuadé que le propriétaire de la télécommande n'est autre que l'amant de son épouse, passe une bonne partie de son temps à tester le petit objet sur toutes les maisons du voisinage afin de découvrir l'identité du traître. Aux côtés de ce personnage pathétique et malchanceux qui va frôler la folie évolue une belle brochette de bras cassés, de bas du plafond, de Pieds-Nickelés mais aussi de vrais méchants. Richard Russo prend un malin plaisir à accentuer leurs défauts même s'il... Le début du roman de Richard Russo donne le ton des quelque 700 pages qui vont suivre. Nous sommes dans le cimetière de Hilldale à North Bath implanté à quelques mètres d'une zone polluée fréquemment arrosée par des pluies torrentielles. « Après une bonne tempête, rien ne vous certifiait que la tombe sur laquelle vous veniez vous recueillir renfermait le même cercueil que la semaine précédente » écrit l'auteur. Douglas Raymer, le chef de la police, assiste à l'inhumation du juge. Il chute malencontreusement dans le fosse et perd une télécommande de garage qu'il a retrouvée à côté de sa femme décédée dans un stupide accident. « Cette femme s'est amusée à descendre l'escalier comme un Slinky » décrit un témoin. On imagine la scène ! Douglas, persuadé que le propriétaire de la télécommande n'est autre que l'amant de son épouse, passe une bonne partie de son temps à tester le petit objet sur toutes les maisons du voisinage afin de découvrir l'identité du traître. Aux côtés de ce personnage pathétique et malchanceux qui va frôler la folie évolue une belle brochette de bras cassés, de bas du plafond, de Pieds-Nickelés mais aussi de vrais méchants. Richard Russo prend un malin plaisir à accentuer leurs défauts même s'il éprouve une affection communicative pour eux. Sauf pour l'affreux Roy qui frappe les femmes plus vite que son ombre. Parmi les protagonistes les plus « savoureux », il y a Sully, septuagénaire condamné par la médecine mais qui continue à picoler et à fumer. Jamais avare d'une bonne blague, il a donné à son chien le prénom de son meilleur ami, un gars bègue et plus que simplet. Une plaisanterie qui donne lieu à une succession de quiproquos réjouissants. Gus Moynihan, le maire de North Bath flanqué d'une épouse complètement toquée, qui tente de donner à une ville à l'économie atone et à la population inculte un dynamisme qu'elle n'a jamais connu. Peine perdue : les malheurs vont s'abattre sur la bourgade. Les égouts fuient dégageant une odeur pestilentielle, la terre tremble, l'orage gronde, un cobra se balade en liberté... Alors que Shuyler, la localité voisine, respire la réussite et le raffinement. Il y a aussi Carl Roebuck, un businessman raté et véreux, qui a « des problèmes de bite molle ». Parmi les femmes, il y a Ruth, la patronne du café, ancienne maîtresse de Sully et dame qui ne s'en laisse pas conter. Et aussi Charine, l'adjointe de Douglas. Elle est noire et un brin parano, persuadée que son chef se moque d'elle à cause de sa couleur de peau. Son frère Jerome, maniaque jusqu'à l'obsession, vaut aussi le détour. Avec leurs fêlures, leurs secrets, leurs inimitiés mais aussi leurs amitiés indicibles, leur solitude, leur besoin d'amour, ils sont à la fois drôles et touchants. Ils veulent partir mais, finalement, ils restent parce que c'est dans cette communauté qu'ils ont leurs racines, leurs habitudes. Et c'est le talent de Russo, formidable conteur à la langue fleurie et croqueur de personnages, de savoir nous faire rire du malheur des autres, surtout des hommes dominés par des femmes fortes et parfois hystériques ou tout simplement folles. Un portrait réjouissant et absurde de la comédie humaine !
              Lire la suite
              En lire moins
            • jmb33320 Posté le 31 Mai 2019
              North Bath est une ville (imaginaire) de l’état de New-York qui a toujours souffert de sa proximité avec sa voisine Schuyler Springs, plus prestigieuse, et dont les eaux de source ont eu le bon goût de ne pas se tarir rapidement. North Bath a périclité, ses maigres projets de revitalisation échouent régulièrement. Il faut dire qu’elle pue, littéralement, à cause de l’assèchement de ses eaux. Dougie Raymer en est le shérif. Depuis la mort accidentelle de sa femme un an plus tôt il n’est plus que l’ombre de lui-même. Nous faisons sa connaissance alors que, sous une chaleur accablante, il assiste aux funérailles du Juge Flatt, un homme cassant qui l’accablait de ses sarcasmes. C’est sûr, Dougie n’est pas une lumière et il va vivre quarante-huit heures d’enfer. Une question pourtant le taraude : avec qui sa femme allait-elle partir le jour fatal où elle est tombée dans l’escalier, ses valises posées sur le perron ? Dans ce roman joyeusement désespéré, qui met en scène principalement toute une galerie d’hommes et de femmes vieillissants, peu portés à l’optimisme mais tenaces malgré tout, les situations grotesques s’enchaînent implacablement, avec beaucoup de drôlerie. Chaque personnage est là avec sa vérité, ses erreurs et ses... North Bath est une ville (imaginaire) de l’état de New-York qui a toujours souffert de sa proximité avec sa voisine Schuyler Springs, plus prestigieuse, et dont les eaux de source ont eu le bon goût de ne pas se tarir rapidement. North Bath a périclité, ses maigres projets de revitalisation échouent régulièrement. Il faut dire qu’elle pue, littéralement, à cause de l’assèchement de ses eaux. Dougie Raymer en est le shérif. Depuis la mort accidentelle de sa femme un an plus tôt il n’est plus que l’ombre de lui-même. Nous faisons sa connaissance alors que, sous une chaleur accablante, il assiste aux funérailles du Juge Flatt, un homme cassant qui l’accablait de ses sarcasmes. C’est sûr, Dougie n’est pas une lumière et il va vivre quarante-huit heures d’enfer. Une question pourtant le taraude : avec qui sa femme allait-elle partir le jour fatal où elle est tombée dans l’escalier, ses valises posées sur le perron ? Dans ce roman joyeusement désespéré, qui met en scène principalement toute une galerie d’hommes et de femmes vieillissants, peu portés à l’optimisme mais tenaces malgré tout, les situations grotesques s’enchaînent implacablement, avec beaucoup de drôlerie. Chaque personnage est là avec sa vérité, ses erreurs et ses obstinations. Tout le monde a ses raisons et même le personnage le plus dangereux, Roy Purdy, a suffisamment d’épaisseur humaine pour être troublant. Ce n’est pas le premier roman de Richard Russo que je lis et je place celui-ci dans ses meilleurs, avec Le déclin de l’empire Whitting.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Laeticia1200 Posté le 2 Avril 2019
              Quel livre jouissif! Russo nous livre une belle brochette de personnages. Malgré le ton et les situations souvent hilarantes, il brosse un portrait touchant et détaillé de tous ses personnages, y compris les nombreux crétins qui rendent le livre si addictifs. La petite ville de Bath, et sa communauté tissée serré, Russo m'a (presque) donné l'envie d'y vivre, malgré les multiples calamités qui l'assaillent. J'ai hâte de lire un autre Russo.
            • Franckync Posté le 1 Février 2019
              Titre : À malin, malin et demi . Auteur : Richard Russo Année : 2018 Editeur : Quai voltaire Résumé : Bath est une cité industrielle du New Jersey, touchée par la crise. Policier de cette bourgade, Raymer, se remet mal du décès de sa femme Becka qui s’apprêtait à le quitter. Dépressif, victime d’une haine de soi qui paralyse chacune de ses décisions, Douglas hante les rues de sa ville comme un fantôme. De l’autre côté de la cité, le vieux Sully passe ses journées et sa retraite, vissé sur un tabouret de bar. Les deux hommes sont ennemis depuis des décennies, quelle histoire rocambolesque a pu les réunir pour qu’il se retrouve cette nuit, à déterrer le cercueil d’un éminent juge récemment inhumé ? Mon humble avis : Qu’est-ce qui différencie un bon auteur d’un excellent auteur ? Un roman lambda d’un excellent roman ? La réponse est multiple : d’aucun diront l’histoire, d’autre le style, la vision, l’imagination, la singularité peut-être. Pour ma part, et je le pense de plus en plus depuis que j’ai quelques velléités d’écriture, il s’agit de la précision, la densité, le talent de créer un monde viable, complexe, des personnages incarnés, des personnages dotés de toutes les... Titre : À malin, malin et demi . Auteur : Richard Russo Année : 2018 Editeur : Quai voltaire Résumé : Bath est une cité industrielle du New Jersey, touchée par la crise. Policier de cette bourgade, Raymer, se remet mal du décès de sa femme Becka qui s’apprêtait à le quitter. Dépressif, victime d’une haine de soi qui paralyse chacune de ses décisions, Douglas hante les rues de sa ville comme un fantôme. De l’autre côté de la cité, le vieux Sully passe ses journées et sa retraite, vissé sur un tabouret de bar. Les deux hommes sont ennemis depuis des décennies, quelle histoire rocambolesque a pu les réunir pour qu’il se retrouve cette nuit, à déterrer le cercueil d’un éminent juge récemment inhumé ? Mon humble avis : Qu’est-ce qui différencie un bon auteur d’un excellent auteur ? Un roman lambda d’un excellent roman ? La réponse est multiple : d’aucun diront l’histoire, d’autre le style, la vision, l’imagination, la singularité peut-être. Pour ma part, et je le pense de plus en plus depuis que j’ai quelques velléités d’écriture, il s’agit de la précision, la densité, le talent de créer un monde viable, complexe, des personnages incarnés, des personnages dotés de toutes les contradictions d’un être humain véritable, des personnages habités, que l’on peut détester à la fin d’un chapitre et adorer quelques pages plus loin. A n’en pas douter, Richard Russo est un excellent auteur, je dirais même un immense écrivain. Je restais sur un souvenir ému de la lecture du déclin de l’empire Whiting il y a quelques années, et la lecture de ce texte me confirme à quel point Russo est un maître. Précises, cocasses, touchantes, cruelles, les petites histoires de cette communauté sont d’une justesse impressionnante, d’une acuité folle. Oui Russo est un maître, il décrit les petites gens comme personne, avec humanité et sans cynisme. C’est tendre, hilarant parfois, d’une tristesse infinie, empathique. C’est beau, tout simplement. À malin, malin et demi reprend les personnages d’un homme presque parfait ( que je n’ai pas encore lu ) vingt-cinq ans plus tard, mais rassurez-vous, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier bouquin pour apprécier celui-ci. À malin, malin et demi est un pavé de plus de six cent pages, un roman fleuve passionnant jamais pompeux, jamais ennuyeux. Un texte subtil, pétri d’humanité, une ode à la vie et à l’être humain mais aussi une féroce satire sociale. J’en fais trop ? Lisez-le et nous en reparlerons après ! J’achète ? : Oui et de toute urgence. Rarement, en refermant un bouquin, je n’ai eu l’envie de prendre l’auteur dans mes bras. Ca à été le cas ici et pour cela, et mille autres raisons ( dont cette façon unique de magnifier les losers) , il faut découvrir Richard Russo, cet écrivain magnifique.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Asmostark Posté le 31 Décembre 2018
              😅 A malin, malin et demi - Richard Russo 😅 Traduction : Jean Esch @editions1018 Lecture du mois du #picaboriverbookclub En quarante-huit heures, toute la ville de Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey endormie depuis la crise, se trouve sens dessus-dessous. Pourtant rien ne prédisposait Douglas Raymer, élu chef de la police presque malgré lui, à s'évanouir au fond d'une tombe. Comme Sully le buveur, sarcastique septuagénaire ou Alice, la femme du maire mythomane, les habitants semblent se déchaîner cet été. Je ne connaissais pas Richard Russo mais après avoir lu ce livre il est clair que je lui rendrai d'autres visites à l'avenir 😄 Ce livre est drôle, touchant, émouvant et profondément humain. Une brochette de personnages savoureux : Raymer le chef de la police pétri de doutes, souffrant d'un grand manque de confiance en lui, Alice la femme du maire et son téléphone qui lui permet de converser avec les morts, Sully ironique, sarcastique et attachant, Carl entrepreneur véreux et obsédé et les deux Rub fidèles parmi les fidèles, cherchant l'un et l'autre l'affection de Sully... et bien d'autres encore. 48h à Bath à passer d'une situation cocasse à l'autre entre-mêlé de flash-back, à vivre des situations absurdes et insensées,... 😅 A malin, malin et demi - Richard Russo 😅 Traduction : Jean Esch @editions1018 Lecture du mois du #picaboriverbookclub En quarante-huit heures, toute la ville de Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey endormie depuis la crise, se trouve sens dessus-dessous. Pourtant rien ne prédisposait Douglas Raymer, élu chef de la police presque malgré lui, à s'évanouir au fond d'une tombe. Comme Sully le buveur, sarcastique septuagénaire ou Alice, la femme du maire mythomane, les habitants semblent se déchaîner cet été. Je ne connaissais pas Richard Russo mais après avoir lu ce livre il est clair que je lui rendrai d'autres visites à l'avenir 😄 Ce livre est drôle, touchant, émouvant et profondément humain. Une brochette de personnages savoureux : Raymer le chef de la police pétri de doutes, souffrant d'un grand manque de confiance en lui, Alice la femme du maire et son téléphone qui lui permet de converser avec les morts, Sully ironique, sarcastique et attachant, Carl entrepreneur véreux et obsédé et les deux Rub fidèles parmi les fidèles, cherchant l'un et l'autre l'affection de Sully... et bien d'autres encore. 48h à Bath à passer d'une situation cocasse à l'autre entre-mêlé de flash-back, à vivre des situations absurdes et insensées, à partager la vie de ses habitants. Une petite pépite qui se dévore 😁
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…