RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            A malin, malin et demi

            10/18
            EAN : 9782264072665
            Code sériel : 5353
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 720
            Format : 108 x 177 mm
            A malin, malin et demi

            Jean ESCH (Traducteur)
            Date de parution : 06/09/2018
            North Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, continue de dépérir. Cette ville, Douglas Raymer ne l’a jamais quittée. Dégarni, enclin à l’embonpoint, il est veuf d'une femme qui s’apprêtait à le quitter. Pour qui? Voilà une question qui torture ce policier à l’uniforme mal... North Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey mal remise de la crise, continue de dépérir. Cette ville, Douglas Raymer ne l’a jamais quittée. Dégarni, enclin à l’embonpoint, il est veuf d'une femme qui s’apprêtait à le quitter. Pour qui? Voilà une question qui torture ce policier à l’uniforme mal taillé. Avec  Sully, vieux loup de mer septuagénaire qui noie son diagnostic fatal dans l’alcool et la cigarette, ils sont les deux piliers branlants de cette ville bâtie de travers. Mais en quarante-huit heures, plus rien ne sera comme avant : un mur de l’usine s’effondre, les serpents envahissent les rues, les morts s’accumulent et entre catastrophes et révélations, tous les habitants de North Bath sont pris dans une sacrée tempête.

            Richard Russo retrouve ici les personnages d’Un homme presque parfait, et nous livre une symphonie humaine féroce et déjantée.

            Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264072665
            Code sériel : 5353
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 720
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            10.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Asmostark Posté le 31 Décembre 2018
              😅 A malin, malin et demi - Richard Russo 😅 Traduction : Jean Esch @editions1018 Lecture du mois du #picaboriverbookclub En quarante-huit heures, toute la ville de Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey endormie depuis la crise, se trouve sens dessus-dessous. Pourtant rien ne prédisposait Douglas Raymer, élu chef de la police presque malgré lui, à s'évanouir au fond d'une tombe. Comme Sully le buveur, sarcastique septuagénaire ou Alice, la femme du maire mythomane, les habitants semblent se déchaîner cet été. Je ne connaissais pas Richard Russo mais après avoir lu ce livre il est clair que je lui rendrai d'autres visites à l'avenir 😄 Ce livre est drôle, touchant, émouvant et profondément humain. Une brochette de personnages savoureux : Raymer le chef de la police pétri de doutes, souffrant d'un grand manque de confiance en lui, Alice la femme du maire et son téléphone qui lui permet de converser avec les morts, Sully ironique, sarcastique et attachant, Carl entrepreneur véreux et obsédé et les deux Rub fidèles parmi les fidèles, cherchant l'un et l'autre l'affection de Sully... et bien d'autres encore. 48h à Bath à passer d'une situation cocasse à l'autre entre-mêlé de flash-back, à vivre des situations absurdes et insensées,... 😅 A malin, malin et demi - Richard Russo 😅 Traduction : Jean Esch @editions1018 Lecture du mois du #picaboriverbookclub En quarante-huit heures, toute la ville de Bath, ancienne cité industrielle du New Jersey endormie depuis la crise, se trouve sens dessus-dessous. Pourtant rien ne prédisposait Douglas Raymer, élu chef de la police presque malgré lui, à s'évanouir au fond d'une tombe. Comme Sully le buveur, sarcastique septuagénaire ou Alice, la femme du maire mythomane, les habitants semblent se déchaîner cet été. Je ne connaissais pas Richard Russo mais après avoir lu ce livre il est clair que je lui rendrai d'autres visites à l'avenir 😄 Ce livre est drôle, touchant, émouvant et profondément humain. Une brochette de personnages savoureux : Raymer le chef de la police pétri de doutes, souffrant d'un grand manque de confiance en lui, Alice la femme du maire et son téléphone qui lui permet de converser avec les morts, Sully ironique, sarcastique et attachant, Carl entrepreneur véreux et obsédé et les deux Rub fidèles parmi les fidèles, cherchant l'un et l'autre l'affection de Sully... et bien d'autres encore. 48h à Bath à passer d'une situation cocasse à l'autre entre-mêlé de flash-back, à vivre des situations absurdes et insensées, à partager la vie de ses habitants. Une petite pépite qui se dévore 😁
              Lire la suite
              En lire moins
            • gromit33 Posté le 27 Décembre 2018
              Grâce au groupe « Picabo river book club » et le poche du mois, j’ai découvert un auteur et je vais continuer à lire ses romans. J’ai beaucoup apprécié passer 48 heures avec les protagonistes de ce roman : Nous sommes à Bath, dans l’Etat de NYC mais une ville industrielle frappée par la crise et où les habitants vivovent. Douglas Raymer est le shérif mais il se pose beaucoup de questions après la mort de sa femme trop belle et trop bien pour lui, Becka. Elle allait le quitter quand elle est tombée mortellement dans l’escalier. Il a trouvé une télé-commande de garage et depuis déambule dans les rues de la ville pour trouver la porte du garage de l’amant de sa femme. Il est aux obsèques du juge Flatt. Richard Russo va alors nous décrire la vie de cette ville à travers plusieurs personnages, des pieds nickelés. Je n’ai pas lâché ce texte et ai apprécié un humour décalé, des personnages touchants malgré leur côté sombre. Des personnages qui essaient de faire quelque chose de leur vie, Ruth, patronne de restaurant, son mari un ferrailleur qui a envahi la maison avec des aspirateurs déglingués, un abri de jardin... Grâce au groupe « Picabo river book club » et le poche du mois, j’ai découvert un auteur et je vais continuer à lire ses romans. J’ai beaucoup apprécié passer 48 heures avec les protagonistes de ce roman : Nous sommes à Bath, dans l’Etat de NYC mais une ville industrielle frappée par la crise et où les habitants vivovent. Douglas Raymer est le shérif mais il se pose beaucoup de questions après la mort de sa femme trop belle et trop bien pour lui, Becka. Elle allait le quitter quand elle est tombée mortellement dans l’escalier. Il a trouvé une télé-commande de garage et depuis déambule dans les rues de la ville pour trouver la porte du garage de l’amant de sa femme. Il est aux obsèques du juge Flatt. Richard Russo va alors nous décrire la vie de cette ville à travers plusieurs personnages, des pieds nickelés. Je n’ai pas lâché ce texte et ai apprécié un humour décalé, des personnages touchants malgré leur côté sombre. Des personnages qui essaient de faire quelque chose de leur vie, Ruth, patronne de restaurant, son mari un ferrailleur qui a envahi la maison avec des aspirateurs déglingués, un abri de jardin qui devient plus grand que la maison, Sully, son ancien amant, qui a deux amis, Rub, un homme simple qui travaille au cimetière et son chien Rub, de beaux quiproquos lorsqu’ils sont tous les trois ensembles. Janey, la fille de Ruth et son amant violent, leur fille. Beaucoup de personnages mais paradoxalement on ne se perd pas, on est comme dans une série américaine un peu décalée, disjonctée. Des scènes restent en mémoire. Une lecture que l’on ne lâche pas facilement, un monde noir, sombre mais aussi beaucoup d’humour décalé. J’ai même regretté la fin du roman et de ne pas continuer un bout de chemin avec ces personnages. Mais je vais continuer ma découverte de cet auteur et avec en particulier « un homme presque parfait » Merci encore à Léa pour cette découverte.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Tristale Posté le 18 Décembre 2018
              La petite ville de Bath est le parent pauvre de sa proche voisine florissante, Schuyler, et cela les habitants le constatent tous les jours. Usines fermées, hôtel abandonné, commerces en berne. Il n'y a guère que les bars qui ont encore la cote et seulement parce que là au moins certains peuvent y noyer leur ennui, leur tristesse, leurs doutes et pratiquer une philosophie de comptoir, même pas salutaire, à peine distrayante. Sully passe son temps libre chez Hattie, le bar de son ex maîtresse Ruth. Et son acolyte Rub n'est jamais loin de lui. Roy, à peine sorti de prison, revient chercher des embrouilles en rodant tout prés de Janey, la fille de Ruth. Raymer, chef de la police, traîne sa dépression depuis la mort de sa femme Becka, tout en cherchant de façon obsessionnelle avec qui elle voulait partir et donc le quitter. Gus, le maire de la ville se débat entre Alice, sa femme folle et les multiples tentatives avortées pour sortir sa ville du marasme économique. Carl, entrepreneur radin toujours au bord de la faillite multiplie les plans de rénovation catastrophiques. Jérôme maniaco/obsessionnel cache un secret que seule Charice sa sœur et adjointe de Raimer, partage. Karl, le brave mari de... La petite ville de Bath est le parent pauvre de sa proche voisine florissante, Schuyler, et cela les habitants le constatent tous les jours. Usines fermées, hôtel abandonné, commerces en berne. Il n'y a guère que les bars qui ont encore la cote et seulement parce que là au moins certains peuvent y noyer leur ennui, leur tristesse, leurs doutes et pratiquer une philosophie de comptoir, même pas salutaire, à peine distrayante. Sully passe son temps libre chez Hattie, le bar de son ex maîtresse Ruth. Et son acolyte Rub n'est jamais loin de lui. Roy, à peine sorti de prison, revient chercher des embrouilles en rodant tout prés de Janey, la fille de Ruth. Raymer, chef de la police, traîne sa dépression depuis la mort de sa femme Becka, tout en cherchant de façon obsessionnelle avec qui elle voulait partir et donc le quitter. Gus, le maire de la ville se débat entre Alice, sa femme folle et les multiples tentatives avortées pour sortir sa ville du marasme économique. Carl, entrepreneur radin toujours au bord de la faillite multiplie les plans de rénovation catastrophiques. Jérôme maniaco/obsessionnel cache un secret que seule Charice sa sœur et adjointe de Raimer, partage. Karl, le brave mari de Ruth sait très bien que sa femme l'a trompé et avec qui mais il préfère fermer les yeux. Tout ce petit monde se connait bien sur depuis toujours. La plupart ont été à l'école ensemble. Certains se détestent ouvertement, d'autres de façon plus sournoises mais d'une façon ou d'une autre ils sont tous liés. Chacun connait les travers des uns et des autres. La moindre info circule plus vite qu'un coup de vent. Et quand les choses vont commencer à déraper des alliances pas si surprenantes vont se former. Parce que malgré les différents qui les opposent quand ça va mal, ces hommes et ces femmes souvent meurtris, désespérés, sont solidaires, tel de vieux briscars qui retrouvent le sens du mot amitié, enfouie sous une couche de ressentiments mais encore là. C'est le premier livre de Richard Russo que je lis et j'ai apprécié chaque mot. Il sait donner vie à ses personnages à l'humour parfois grinçant, mais aux failles attendrissantes et pour certains aux pulsions détestables. Il sait rentre l'atmosphère lugubre d'une ville qui s'éteint lentement mais que pourtant ses habitants ne désertent pas. Tels d'anciens vestiges d'une grandeur passée, ils ne veulent pas abandonner, baisser les bras. Parfois déjanté mais souvent émouvant, ce récit est d'une beauté sombre, où la lumière réussie à trouver son chemin, difficilement, mais indubitablement. Je continuerai à découvrir les romans de Richard Russo.
              Lire la suite
              En lire moins
            • CineKino Posté le 21 Novembre 2018
              Après avoir lu récemment quelques livres riches en actions et rebondissements mais bien pauvres en qualité d'écriture et en psychologie des personnages (Retour sur Titan ou Traque en océan Indien notamment), voici tout l'inverse avec cette chronique d'une petite ville qui va, le temps d'un week-end, bouleverser la vie de quelques personnages hauts en couleurs. Je dis ''tout l'inverse'' car l'histoire est assez secondaire ici. Ce n'est pas l'action qui domine, il ne se passe finalement pas grand-chose (ou plutôt il se passe plein de choses sans grande importance : un mur qui tombe, un serpent enfui, une voiture rayée, une télécommande perdue, des disputes au bar…). En revanche, les personnages et leurs états d'esprit sont au cœur du récit et font l'histoire. En particulier le policier Douglas Raymer qui, s'il mène vaguement une enquête, sillonne surtout la ville à la recherche de son propre salut. Ce genre de livre n'est a priori pas ma tasse de thé, moi qui suis adepte des livres (et films) dont l'histoire présente un début, un développement et une fin. Là, on croise plein de personnages se rencontrant dans la ville sans autre finalité que d'exister. Et pour exister ils existent : chaque chapitre nous place... Après avoir lu récemment quelques livres riches en actions et rebondissements mais bien pauvres en qualité d'écriture et en psychologie des personnages (Retour sur Titan ou Traque en océan Indien notamment), voici tout l'inverse avec cette chronique d'une petite ville qui va, le temps d'un week-end, bouleverser la vie de quelques personnages hauts en couleurs. Je dis ''tout l'inverse'' car l'histoire est assez secondaire ici. Ce n'est pas l'action qui domine, il ne se passe finalement pas grand-chose (ou plutôt il se passe plein de choses sans grande importance : un mur qui tombe, un serpent enfui, une voiture rayée, une télécommande perdue, des disputes au bar…). En revanche, les personnages et leurs états d'esprit sont au cœur du récit et font l'histoire. En particulier le policier Douglas Raymer qui, s'il mène vaguement une enquête, sillonne surtout la ville à la recherche de son propre salut. Ce genre de livre n'est a priori pas ma tasse de thé, moi qui suis adepte des livres (et films) dont l'histoire présente un début, un développement et une fin. Là, on croise plein de personnages se rencontrant dans la ville sans autre finalité que d'exister. Et pour exister ils existent : chaque chapitre nous place dans les pensées d'un de ces habitants (avec certains qui reviennent plus souvent, notamment le policier et le septuagénaire Sully). Pensées qui s'étirent parfois un peu exagérément sur de nombreuses pages, mais qui nous les font découvrir dans toute leur complexité et leur humanité (ou pas pour certains…). Et donc, étonnamment, cela m'a plus, et pas qu'un peu. L'humour omniprésent y est certainement pour beaucoup. Un humour parfois noir, en tout cas souvent teinté de mélancolie, mais terriblement efficace pour s'attacher à la ville et ses habitants. Je suis d'accord avec l'extrait de critique, placé en deuxième de couverture, qui dit qu'on est proche de l'atmosphère des films des frères Coen. Surtout, l'écriture et la construction du livre le rendent palpitant. J'ai particulièrement apprécié cette façon d'évoquer un évènement, personnage ou lieu dont on comprend seulement dans le chapitre suivant ce qu'il en est vraiment. Ainsi, le parcours (passé et présent) de quelques habitants se dessine progressivement, pièce après pièce, pour constituer un portrait étonnant de la ville de North Bath. Un roman que je pourrais donc qualifier de psychomique (psychologique et comique), durant la lecture duquel je me suis souvent demandé où l'auteur voulait nous emmener mais qui, autour d'une vague intrigue policière, finit par se révéler d'une grande richesse et vraiment passionnant à lire.
              Lire la suite
              En lire moins
            • DocFred Posté le 20 Novembre 2018
              Bath, petite bourgade américaine, transpire sous la canicule mais souffre également du marasme économique et la poisse semble coller à la plupart des habitants. Parmi eux, Raymer, agent de police, qui vient juste de perdre son épouse bien-aimée mais qui est obnubilé par sa possible infidélité. Autour de lui, toute une galerie de personnages : Sully dont le coeur fatigué menace de lâcher, Carl l'entrepreneur véreux porté sur le sexe, Rub le fossoyeur beg déprimé, Charice la fliquette noire et son frère Jérôme tout gentil ces derniers temps... et d'autres encore tout aussi paumés... Dans la ville en pleine effervescence depuis qu'une usine s'est écroulée et qu'un cobra s'est mystérieusement échappé, les personnages vont se croiser, mêler leurs peines autour d'une bière ou tenter le geste de la dernière chance... Cette chronique sociale douce-amère dresse le portrait d'Américains cabossés par la vie, qui se rattachent chacun à une idée fixe pour tenir bon. Il ne se passe pas grand chose ds l'histoire, mais le fourmillement d'idées, la densité des personnages et de leurs relations, les détails de chaque moment en fond un livre riche qu'on déguste lentement.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…